Auteur Sujet: WDS: retour en arriere  (Lu 900 fois)

Hors ligne dayton

  • Prend son envol avec Icare
  • **
  • Messages: 292
  • Karma : 0
WDS: retour en arriere
« le: 31 Janvier 2004, 11:37:10 »
Citer
Marne-la-vallée 400 entreprises sur le chantier de Studios Disney
LA SEMAINE REGIONS   
N° 5071 du 02/02/2001 - page 34 , 569 mots
 


Ile-de-France

Le second parc de loisirs inspiré de l'âge d'or de Hollywood ouvrira au printemps 2002   Le chantier du second parc à thèmes de Disney bat son plein. Consacré au cinéma et à la production télévisuelle, ce projet, d'un montant de 4 milliards de francs (609,8 millions d'euros), s'étend sur 22 ha contre 54 ha pour le premier parc, les deux sites étant d'ailleurs presque contigus. Mais alors que le premier parc avait nécessité un réel savoir-faire «exotique» de la part des entreprises (lacs, montagnes, cascades et jungles), le second, en revanche, est beaucoup plus traditionnel dans sa mise en oeuvre, la plupart des attractions seront abritées dans des bâtiments classiques - ossature métallique et bardage - (voir « Le Moniteur » des 22 octobre 1999, p. 18, et 12 novembre 1999, p. 28). Il n'est pas question, ici, de reproduire les rivages des Caraïbes ou les montagnes de Monument Valley, même si l'une des attractions nécessite quand même la pose de 2 200 m2 de faux rocher.

Recréer l'ambiance des studios de cinéma

Le parti pris architectural du second parc consiste à s'inspirer de l'ambiance des studios de cinéma avec échafaudages apparents, projecteurs et décors de façade, selon l'image laissée par les majors de l'âge d'or de Hollywood.

Dans la tradition Disney, le parc s'articulera toutefois autour d'une main street, sorte de rue principale traitée de façon très architectonique à laquelle on accédera par un monumental portail. Ici, l'aspect « magic » viendra bien plus de la « technologie embarquée » des attractions que du décor, même si on retrouve la reconstitution d'un village de Provence en toile de fond d'un futur spectacle de cascade automobile.

Parmi les exploits technologiques, on peut citer le Canyon des catastrophes, où le visiteur est pris dans un tremblement de terre entre un barrage qui s'effondre et un camion d'essence qui explose. Plusieurs entreprises hautement spécialisées sont chargées de mettre au point l'éjection et le pompage de 300 m3 d'eau toutes les quatre minutes, un magistral et inoffensif effet de flamme ainsi que la vibration intense de tout le dispositif.

Les travaux sont avancés à 55 %

Cette haute technicité explique la présence quasi permanente de 200 ingénieurs et autres « créatifs » de Disney (EuroDisneyland Imagineering [EDLI], maître d'ouvrage délégué) sur le chantier aux côtés des 660 ouvriers.

Pour l'heure, les travaux sont avancés à 55 %, ce qui, selon Jacques Delaire, maître d'oeuvre d'exécution, est tout à fait dans le calendrier d'une inauguration prévue au printemps 2002, pour le dixième anniversaire du premier parc. Cette phase des travaux représente, d'ailleurs, un moment charnière où l'on passe du génie civil traditionnel au chantier de décor, d'équipement et de finition. « On entre cette fois dans la partie spectacle », souligne Jacques Delaire.

PHOTO : Quasi contigu au premier parc de loisirs, Le Royaume enchanté, le chantier de Studios Disney s'étend sur 22 ha.

Hors ligne dayton

  • Prend son envol avec Icare
  • **
  • Messages: 292
  • Karma : 0
WDS: retour en arriere
« Réponse #1 le: 31 Janvier 2004, 11:41:02 »
et si justement "le parti pris architectural" avait ete de plonger le visiteur au coeur de Monument valley..Ok, ca aurait ressemblé au parc1 avec Big Thunder...?  mais moi, j aurais bien aimé!
Tout vient de la..il se sont planté dans le "Parti pris architectural!" ah ah ..snif snif
ai sca, on le sait tous!
Ce qui me fait rire, c est qu il le savait des le debut!

Hors ligne Francois -ParkFunWorld-

  • Joue à un jeu dans Saw The Ride
  • *****
  • Messages: 6759
  • Karma : 0
    • http://www.newsparcs.com
WDS: retour en arriere
« Réponse #2 le: 31 Janvier 2004, 11:43:10 »
Ah chouette ! Sympa cet article ! Tu n'as pas la photo qui allait avec ?
L'actualité mondiale des parcs d'attractions, c'est sur NewsParcs:



Une autre façon de suivre l'info: NewsParcs est également sur  Facebook, Twitter et Youtube.

Hors ligne dayton

  • Prend son envol avec Icare
  • **
  • Messages: 292
  • Karma : 0
WDS: retour en arriere
« Réponse #3 le: 31 Janvier 2004, 11:47:18 »
non , pas de photo!!!!!
Oui je suis content de moi, on en trouve de choses sur le net!  :-)
Ouvrez l oeil, je poste au fur et a mesure de mes decouvertes!  :-)

Voila un autre article du 22 oct 1999!



Citer
L'ambiance des Studios Disney sera assez différente de celle du premier parc de loisirs. Comme l'explique Jeff Archambault, vice-président développement des attractions d'Euro Disney SCA, « avec le Royaume Enchanté, nous avons voulu créer un monde mythique, complètement à part. Ici, avec ce thème des studios de production, nous sommes plus en phase avec le monde réel ». Du même coup, les bâtiments seront plus traditionnels avec des fondations en béton, des charpentes et des bardages métalliques. Les habillages extérieurs seront cependant assez soignés et l'exigence sera la même que lors de la construction du premier parc (utilisation d'enduit sur des supports en placoplâtre et/ou en bois avec parfois un recours à la résine comme pour le décor de petit port méditerranéen du théâtre de verdure).

« En fait, poursuit Jeff Archambault, il entrera une part de complexité dans les différentes attractions mais elle portera avant tout sur les effets spéciaux. Pour Armageddon, par exemple, les visiteurs, devenus passagers occasionnels d'un vaisseau spatial, seront plongés dans une tempête de météorites en flammes. »

Hors ligne dayton

  • Prend son envol avec Icare
  • **
  • Messages: 292
  • Karma : 0
WDS: retour en arriere
« Réponse #4 le: 31 Janvier 2004, 11:49:25 »
Citer
Autre différence : la conduite du chantier. Pour le Royaume Enchanté, Euro Disney SCA avait passé un contrat d'assistance avec la société Bovis, chargée de rechercher les entreprises de BTP et les autres fournisseurs. Dans le cas présent, la société a confié à son département « Imagineering » la maîtrise d'ouvrage déléguée, ainsi que la maîtrise d'oeuvre de conception et d'exécution. Ces différentes responsabilités seront assumées par Jacques Delaire, un ancien de chez Bovis, qui, à ce titre, a participé à la construction du premier parc.

Un chantier découpé en cinq zones

Le territoire du projet a été découpé en cinq grandes zones, placées chacune sous la responsabilité d'une équipe spécifique et d'un chef de chantier. La mission de ces « cellules de synthèse » - ainsi les appelle-t-on chez Disney - commencera par le lancement des appels d'offres en lots séparés et s'arrêtera à la livraison du chantier.

« Ce découpage n'empêchera pas une entreprise d'être attributaire de plusieurs lots dans des zones différentes, tient à préciser Paul La France. Mais alors, elle devra signer plusieurs contrats. » L'équipe de conception et de conduite du projet, entièrement intégrée à Disney, regroupe plus de cent personnes. La plupart ont participé à l'expérience du premier parc ou à ses développements ultérieurs (comme Space Mountain). Entre 50 % et 60 % des effectifs sont français. Lors de la construction du premier parc, beaucoup d'entreprises avaient reproché à Disney ses trop nombreuses demandes de modifications en cours de travaux.

« Forts de notre première expérience, nous avons essayé de travailler plus en amont, souligne Dominique Cocquet, directeur général adjoint d'Euro Disney SCA, développement et relations extérieures. Par exemple, dès que nos créatifs américains ont sorti les premiers plans des futures attractions, les équipes françaises sont parties aux USA pour y intégrer les procédés constructifs hexagonaux et les différentes normes sécurité incendie. » A l'époque aussi, comme l'explique Paul La France, ce sont les équipes de Disney qui avaient réalisé les plans d'exécution. Cette fois-ci, ce sont les entrepreneurs qui vont s'en charger. « Mais, prévient Dominique Cocquet, la qualité de ce que le visiteur va découvrir dépend de la capacité à restituer l'émotion. Le souci du détail sera toujours très important et nous ne céderons pas davantage sur l'exigence. » Les responsables d'Euro Disney misent beaucoup sur leur nouvelle organisation pour réduire les dysfonctionnements.

« Elle devrait nous permettre de traiter les problèmes en temps réel », estiment-ils. Aujourd'hui, les travaux de terrassement et de clôture du chantier sont engagés. Voici une quinzaine de jours, le premier coup de scrapper a été donné pour les fondations du Canyon Catastrophe. Sur les 85 appels d'offres prévus, 10 ont déjà été lancés, les autres le seront entre la fin octobre et le printemps 2000.

A priori, les entreprises seront présélectionnées avant le lancement d'appels d'offres restreints. Les délais sont assez serrés, mais les responsables du projet se montrent plutôt confiants, « sauf si les conditions climatiques se révèlent désastreuses ». Sur un investissement total de 4 milliards de francs, entre 1,2 et 1,5 milliard devrait revenir aux entreprises du bâtiment.

NATHALIE MOUTARDE

Citer
Sensations fortes et vrais tournages



Les Studios Disney , auxquels les visiteurs accéderont par une place agrémentée d'une fontaine et de palmiers, proposeront 9 attractions. Au moins dans un premier temps. Les 25 ha réservés à ce deuxième parc n'étant pas complètement occupés, Disney réfléchit déjà à des extensions futures. Du point de vue des techniques de construction, certaines présentent quelques particularités :

Studio Boulevard. En s'engageant dans cette rue, les visiteurs découvriront que les façades sont en fait des décors de cinéma, derrière lesquels ils trouveront, d'un côté, une grande boutique dédiée aux cinémas, de l'autre un restaurant dont l'ambiance et le décor reprendront ceux d'un plateau de tournage. Ce bâtiment sera le plus grand du parc (70 m de long). Une grande attention sera apportée aux décors. « Il nous faut des gens de talent », déclare Paul La France.

Dans un théâtre en plein air de 3 000 places, les visiteurs assisteront à un spectacle de cascades. Le décor : un village méditerranéen. Pour la production en série des fenêtres et des volets des maisons de pêcheurs, la résine sera utilisée.

Hors ligne dayton

  • Prend son envol avec Icare
  • **
  • Messages: 292
  • Karma : 0
WDS: retour en arriere
« Réponse #5 le: 31 Janvier 2004, 12:46:53 »
La livraison des « Studios Disney » est prévue au deuxième trimestre 2002. A quelques jours près, elle coïncidera avec le dixième anniversaire du Royaume enchanté (inauguré le 12 avril 1992). « Notre intention est d'établir des relations de travail durables avec les entreprises du BTP non seulement pour ce projet mais aussi pour les années et les projets à venir. » D'ores et déjà, des réflexions ont été engagées sur les extensions futures des « Studios Disney ».

on attend!!

Hors ligne keskonrix

  • Tombe de haut sur Timber Drop
  • ****
  • Messages: 3395
  • Karma : 0
    • http://
WDS: retour en arriere
« Réponse #6 le: 31 Janvier 2004, 15:37:56 »
OUi donc ca a toujours ete clairementr preicse que ca serait l'envers du decor quia ete priviligie  
Les français détestent les inégalités mais adorent les privilèges . (Anne Roumanoff )

Hors ligne antoinej8

  • Prend son envol avec Icare
  • **
  • Messages: 207
  • Karma : 0
WDS: retour en arriere
« Réponse #7 le: 31 Janvier 2004, 22:33:18 »
Article intéressant, une petite erreur toutefois : pour le Stunt Show il est fortement inspiré d'une ville de la Côte d'Azur et non de la Provence : Villefranche sur Mer dans les Alpes-Maritimes.