Auteur Sujet: [Japon 2018] 18 jours au Pays du Soleil Levant  (Lu 8497 fois)

Hors ligne Yoshiii

  • Lève les bras dans Katun
  • **
  • Messages: 566
  • Karma : 4
    • lepasseportdantho.com
Re : [Japon 2018] 18 jours au Pays du Soleil Levant
« Réponse #40 le: 23 Mai 2020, 12:48:00 »
Merci pour ton retour ;)

J'ai aussi entendu de beau louange pour le Flying Dinosaur, que c'est le must du parc, ...ton avis m'a un peu refroidit, j'espère apprécier les pretzel loop sur les flying !

Ça reste mon avis personnel bien évidemment et je suis clairement dans la minorité. La plupart des gens aiment beaucoup les sensations procurées par les Pretzels Loops ;)

La suite arrive très vite !

Hors ligne Yoshiii

  • Lève les bras dans Katun
  • **
  • Messages: 566
  • Karma : 4
    • lepasseportdantho.com
Re : [Japon 2018] 18 jours au Pays du Soleil Levant
« Réponse #41 le: 29 Mai 2020, 12:40:43 »
Chapitre 10 : Osaka

Après avoir quitté Universal Studios Japan, Liesbeth et moi avons directement repris le JR Loop afin de rejoindre le centre-ville d’Osaka. Nous voulions en effet pouvoir découvrir Osaka de nuit, et plus particulièrement le quartier de Dotonbori qui se révèle principalement lorsque la nuit tombe.


Dotonbori qui se réveille la nuit tombée !

Une fois arrivés dans le centre-ville, nous avons d’abord décidé de nous arrêter dans un petit restaurant en bordure de Dotonbori afin de commander quelque chose. Nous n’avions toujours rien mangé depuis les pizzas hasardeuses d’Universal Studios Japan. Nous avons à nouveau tous deux opté pour un ramen. Pas le meilleur du séjour mais pas le plus mauvais non plus !


Le menu du soir, bonsoir...

Ensuite, nous sommes arrivés dans l’artère principale qui constitue Dotonbori : une rue commerçante piétonne qui regorge de boutiques, restaurants, casinos et autres divertissements. Les divers bâtiments sont décorés de manière très kitschs avec d’imposantes figures en résine, des néons, des lanternes, des affiches publicitaires, bref, c’est très criard mais ça a son charme au final. Ça donne un peu un petit sentiment de Time Square japonais mais en plus petit et en plus fouillis.







Aussi kitsch que de la théma de parc allemand !

Nous avons passé la soirée à arpenter les différentes boutiques dont certaines avec des décors bien étranges, ainsi que des produits et marques qui nous étaient généralement totalement inconnus et parfois assez étranges. On s’est bien amusés à découvrir tout cela et à observer également les façades originales des enseignes.



Quelqu'un intéressé par cette crème colon ?

Finalement, après une bonne heure passée à Dotonbori, nous avons repris la JR Loop Line pour rejoindre notre hôtel.

Le lendemain matin, nous avons procédé au check-out de notre auberge tout en laissant nos bagages à la réception. Ensuite, nous nous sommes rendus dans la ville pour y passer encore une journée et découvrir ce qu’elle avait à nous offrir.


Petit aperçu d'un salon de l'auberge de jeunesse

En ce jour, Mathilde célébrait depuis la Belgique son anniversaire. Nous avons décidé de lui égayer sa journée en lui envoyant diverses vidéos de nos péripéties qui allaient nous arriver en ce jour, afin qu’elle partage un peu avec nous notre voyage, comme si elle était un peu parmi nous en fait. Pour rappel, elle était censée nous accompagner au Japon mais n’avait pas su nous suivre car elle ne bénéficiait pas de suffisamment de jours de congés.

Nous avons repris la JR Loop Line (très pratique pour circuler dans la ville) afin de retourner dans le centre-ville. Petit instant vidéo pour Mathilde, notamment pour lui montrer les gares japonaises extrêmement bruyantes ; en effet, à l’arrivée de chaque train, une musique très forte retentit de manière répétitive pendant trente bonnes secondes et ce à chaque quai qui voit un train arriver. L’ensemble est très cacophonique !

Nous nous sommes alors rendus dans un sanctuaire situé en centre-ville. Il s’agissait de l’un des plus vieux sanctuaires d’Osaka, datant de plusieurs siècles. J'en ai toutefois oublié le nom...

Nous avons pris plaisir à nous balader dans ce sanctuaire qui néanmoins avait moins de charme que ceux visités auparavant : celui-ci était encerclé par divers bâtiments de la ville et était beaucoup plus urbain que les havres de paix que nous avions déjà pu visiter quelques jours plus tôt. Nouvelle séquence vidéo pour Mathilde où on lui a expliqué un peu les coutumes des Japonais dans les temples. Liesbeth a ici aussi obtenu une nouvelle calligraphie pour son carnet.






Celui-dont-On-a-oublié-le-Nom

Ensuite, nous avons repris notre chemin pour rejoindre le château d’Osaka et son parc. Pour y arriver, nous avons marché une quinzaine de minutes en enjambant notamment une large rivière, avec en fond de vue les nombreux gratte-ciels de la ville.


Osaka est une ville très moderne

Arrivés sur place, nous avons d’abord pris le temps de nous balader dans le parc qui offrait une belle vue sur le château en hauteur.



Oh, j'ai cru voir un bout de château !

Puis, nous avons rejoint le château et avons admiré celui-ci de plus près. L'accès au pied du château était gratuit (contrairement à de nombreux autres temples/palais/châteaux). A nouveau, nous avons enregistré une petite vidéo pour Mathilde, puis nous nous sommes posés un instant sur un muret pour profiter de l’instant présent. Nous n’avons cependant pas visité l’intérieur du château dont l’entrée était payante. Cela ne nous intéressait pas forcément plus que ça.




Premier château que l'on voyait de près... Bah oui, c'était le premier gratuit !

Liesbeth et moi avons alors décidé de rejoindre à nouveau le centre-ville (le château étant un peu excentré) afin de découvrir les Tenjinbashi-suji Shopping Streets, les plus longues rues commerçantes couvertes du Japon. Les rues sont en effet couvertes par des arcades en verre, permettant de toujours être protégés des intempéries.

Les rues ne sont pas particulièrement belles ou intéressantes. Au départ, quelques commerces intéressants qui, au plus on progresse dans la rue, laissent place à des petites échoppes délabrées. Très vite, les galeries deviennent de moins en moins attractives, avec des magasins sales, délaissés ou carrément abandonnés !

Notons au passage la forte présence de casinos dans ces rues. Les casinos sont principalement une succession de machines à sous et l’ensemble est extrêmement bruyant et criard. Ce fut un choc lorsque l’on a pénétré dans l’un d’eux. Directement nous avons sortis le smartphone pour filmer cela et montrer ce que ça donnait à Mathilde.

Nous sommes revenus dans les premiers commerces afin de trouver un endroit où prendre un lunch. Nous avons tenté la restauration rapide locale en mangeant dans un Yoshinoya, une chaîne de restaurants que l’on retrouve un peu partout dans le pays. Mais ici, pas de burgers ou pizzas, seulement des plats japonais ! Nous ne comprenions pas vraiment le menu et avons tous deux commandé des plats un peu au hasard. Je me suis retrouvé avec du riz au poulet et Liesbeth une grande assiette de légumes. J’ai trouvé ça correct et le prix était plus que raisonnable. Liesbeth a de son côté un peu moins apprécié son plat mais était satisfaite que cela ne nous avait pas coûté grand-chose.



Premier "Fastfood" japonais du séjour !

Ensuite, nous sommes encore passés par un grand supermarché afin de montrer à Mathilde à quoi cela ressemblait. Encore une fois, c’est un réel divertissement en soi ! Quoique celui-ci était moins criard que les autres. Au passage, il faut aussi savoir que les supermarchés japonais sont étrangement dominés par les produits cosmétiques. Il y a au final plus de rayons de cosmétiques de d’alimentation. Ça nous avait assez choqués sur le moment même mais nous en avons finalement pris l’habitude.

Nous avons ensuite du presser le pas. En effet, nous devions nous rendre à Kumano Kodo, sanctuaire en pleine forêt situé à 5 heures de train d’Osaka. Kumano Kodo était peut-être le site que nous voulions le plus visiter en nous ne voulions pas passer à côté.

Zone très reculée et difficilement accessible en transports en communs, il y avait très peu de logements à disposition dans la région. Nous avions réservé un logement de style AirBNB au sein d’une famille japonaise. Néanmoins, nous devions absolument arriver avant 22h, règles de la maison. Ayant encore 5 heures de trajet avec pas mal de trains et changements, nous avions un programme très millimétré et nous ne pouvions pas nous permettre de rater la moindre correspondance.

Nous sommes donc rapidement retournés à notre auberge récupérer nos bagages pour rejoindre la station JR Loop Line et rejoindre l’une des gares de la ville. Néanmoins, une fois arrivés à notre station de JR Loop Line, un problème sur la voie annonçait que les trains ne circulaient que dans un seul sens de la Loop. Pas possible pour nous de faire tout le tour de la ville alors que nous devions descendre à la première station dans le sens opposé. Nous avions un train à prendre que nous ne pouvions pas manquer….

Liesbeth et moi avons dès lors décidé de rejoindre la gare à pied depuis notre station JR Loop Line. D’après Maps, 30 minutes à pied, c’était faisable, mais notre train était dans 35 minutes, il ne fallait donc pas traîner, sachant que nous ne savions pas à quoi ressemblait la gare ni où se trouvait notre quai.

Nous avons donc poussé un sprint avec nos valises jusqu’à la gare. C’était très éprouvant et nous étions très stressés. Nous avons sué de tout notre corps pour finalement arriver 8 minutes à l’avance à la gare ? Ouf !

Toutefois, notre poisse nous poursuivant au cours de ce voyage, nous avons constaté en arrivant que la plupart des panneaux indiquaient des choses en rouge. Tout étant en japonais, impossible de comprendre. Nous avons réussi à deviner le train que nous devions prendre qui était également en rouge.

La gare était dotée d’un kiosque d’informations. Nous nous y sommes rendus mais parmi la dizaine d’employés derrière le kiosque, aucun ne maîtrisait la langue de Shakespeare. Vite fait, ils nous ont racontés que le train était annulé. Nous étions extrêmement déçus : nous ne pourrions pas aller à Kumano Kodo comme prévu…


On a pris un abonnement à la poisse ou quoi ?

Nous nous sommes rendus devant une supérette qui offrait du WiFi gratuit et nous avons analysé nos options. Impossible d’arriver plus tard, l’hôte ne voulant pas nous accueillir et de toute façon, nous n’arriverions peut-être jamais à destinations, ne pouvant plus prendre nos correspondances à temps.

Nous avons décidé assez rapidement de finalement nous rendre à Nara, l’ancienne capitale du Japon située non loin d’Osaka en train. Via Booking, j’ai rapidement trouvé un logement pour pas trop cher que j’ai immédiatement réservé.

Par contre, le logement de Kumano Kodo était non remboursable sauf circonstances exceptionnelles et nous avait coûté assez cher. Nous voulions pouvoir avoir une justification concernant le train annulé de la part de la gare. En utilisant Google Translate, nous avons composé un message que nous avons montré au kiosque d’informations. Ils ne semblaient rien comprendre au message et s’obstinaient à nous dire des choses en japonais. Nous avons tenté le plus simplement de nous faire comprendre, avec des mots très basiques en anglais comme « proof », « document », « paper » mais rien n’y faisait. Heureusement, un jeune employé, assez isolé par rapport aux autres, a fini par comprendre le mot « paper » et nous a remis un petit papier justificatif quant à l’annulation du train. Pas toujours évident !

Nous avons donc pris un autre train, direct cette fois-ci, mais extrêmement bondé pour rejoindre Nara. Deux heures de train passés debout serrés comme des sardines, on a connu plus agréable. Dans la dernière demi-heure, Liesbeth et moi avons fini par nous asseoir par terre, exténués. Les Japonais nous regardaient étrangement en rigolant, apparemment ça devait être assez étrange pour eux de voir des gens assis par terre dans les transports publics.


Ça va être marrant jusque Nara ça...

C’est exténués que nous sommes arrivés à Nara. Après plusieurs vidéos encore pour Mathilde, lui expliquant nos péripéties du jour, nous avons rejoint notre logement et sommes allés nous reposer.

Pour conclure, Osaka n’aura pas été un coup de cœur. La ville est beaucoup moins charmante que d’autres villes japonaises. C’est plus moderne, plus industrialisé aussi, et il y a moins de patrimoine à découvrir. La ville est beaucoup plus occidentalisée dans l’ensemble (seule ville où les gens serraient à droite en marchant ou dans les escalators alors que d’accoutumée c’est à gauche) et fort polluée, ça se sentait dans l’air environnant.

A refaire, nous aurions skippé Osaka de notre programme. Certes, Universal Studios Japan est un très bon par cet vaut le détour, mais nous n’aurions pas dû passer la deuxième journée à visiter Osaka. On aurait tous deux préféré avoir eu un jour de plus à Kyoto par exemple. Ou prendre un train bien plus tôt pour nous rendre à Kumano Kodo !

La suite arrive très vite, avec au programme une visite improvisée de Nara !


Hors ligne Arthuro68

  • Joue des castagnettes dans Abismo
  • *
  • Messages: 146
  • Karma : 4
Re : [Japon 2018] 18 jours au Pays du Soleil Levant
« Réponse #42 le: 29 Mai 2020, 12:53:49 »
Il est temps pour moi de dire un petit mot, j'adore tes TR !
Bien raconté, les photos nickel, etc... un vrai plaisir (j'ai tout lu sur ton blog !)

Sinon le Japon me surprendra toujours, le contraste entre le WTF et le traditionnel est juste génial !
Alton, Bobbe, Cigoland, Conny-Land, DLP+WDS, EP (Homepark), Fraispertuis, Futuroscope, Gardaland, HoPa, Lego D, Le Pal, Niglo, Astérix, Phanta, Plopsa, PAv+FL, Steinwasen, Tripsdrill, WH, Walygator

Hors ligne Dim7303

  • Administrateur
  • S'ennuie sur Anaconda
  • *********
  • Messages: 2241
  • Karma : 72
[Japon 2018] 18 jours au Pays du Soleil Levant
« Réponse #43 le: 29 Mai 2020, 15:57:35 »
Oh punaise, quand ça veut pas, ça veut vraiment pas !
J'imagine la déception d'avoir sué pour arriver à avoir votre train qui finalement est annulé.  >:(

Est-ce que du coup vous avez acheté quelques conneries avec des têtes de gens étrange dessus histoire de voir ce que c'est ?  :D
On sent vraiment un autre style d'humour et de merchandising par rapport à chez nous  ???

Hors ligne Yoshiii

  • Lève les bras dans Katun
  • **
  • Messages: 566
  • Karma : 4
    • lepasseportdantho.com
Re : [Japon 2018] 18 jours au Pays du Soleil Levant
« Réponse #44 le: 30 Mai 2020, 00:24:17 »
Il est temps pour moi de dire un petit mot, j'adore tes TR !
Bien raconté, les photos nickel, etc... un vrai plaisir (j'ai tout lu sur ton blog !)

Sinon le Japon me surprendra toujours, le contraste entre le WTF et le traditionnel est juste génial !

Merci pour ton mot et merci d'avoir lu mon blog, ça fait vraiment plaisir ;)

Oh punaise, quand ça veut pas, ça veut vraiment pas !
J'imagine la déception d'avoir sué pour arriver à avoir votre train qui finalement est annulé.  >:(

Est-ce que du coup vous avez acheté quelques conneries avec des têtes de gens étrange dessus histoire de voir ce que c'est ?  :D
On sent vraiment un autre style d'humour et de merchandising par rapport à chez nous  ???

C'était peut-être notre plus grosse déception du séjour mais au final, cela nous aura permis de découvrir une ville incroyable (sans trop teaser la suite ^^)

Non, on a tenté quelques snacks locaux comme les Kit Kat ou Mikado au Matcha ou autre drôles de bonbons mais pas ceux avec les têtes bizarres dessus haha, ça ne donnait pas trop envie :p

Hors ligne bartoshaq

  • Pompe l'Air à Rita
  • *
  • Messages: 10
  • Karma : 0
Re : [Japon 2018] 18 jours au Pays du Soleil Levant
« Réponse #45 le: 02 Juin 2020, 16:13:58 »
C'est pas possible de cumuler autant de poisse sur la même journée :)

En tout cas vous arrivez bien vous en sortir finalement, après sur un voyage il faut faire gaffe au planning serré surtout dans un pays ou on a du mal à comprendre et à se faire comprendre.

Hâte de lire la suite ;)

Hors ligne Yoshiii

  • Lève les bras dans Katun
  • **
  • Messages: 566
  • Karma : 4
    • lepasseportdantho.com
Re : [Japon 2018] 18 jours au Pays du Soleil Levant
« Réponse #46 le: 02 Juin 2020, 22:09:19 »
C'est pas possible de cumuler autant de poisse sur la même journée :)

En tout cas vous arrivez bien vous en sortir finalement, après sur un voyage il faut faire gaffe au planning serré surtout dans un pays ou on a du mal à comprendre et à se faire comprendre.

C'est sur que notre karma ne semblait pas très bon pendant le séjour mais au final, on en rigole plus qu'autre chose aujourd'hui et on a toujours su s'adapter :)

Pour Kumano Kodo, c'était le seul créneau que nous avions : partir plus tôt nous aurait empêchés de visiter Osaka (il n'y avait que très peu de trains par jour pour s'y rendre). Nous n'aurions pas pu prévoir autrement.

La suite arrive très bientôt !

Hors ligne Yoshiii

  • Lève les bras dans Katun
  • **
  • Messages: 566
  • Karma : 4
    • lepasseportdantho.com
Re : [Japon 2018] 18 jours au Pays du Soleil Levant
« Réponse #47 le: 07 Juin 2020, 14:08:08 »
Chapitre 11 : Nara

Liesbeth et moi sommes arrivés en soirée à Nara, l'ancienne capitale du Japon. A la gare, nous avons été accueillis par une étrange statue de très bon goût, comme souvent au Japon, évoquant les fameux daims qui peuplent la ville et y vivent en toute quiétude.

Nous nous sommes rendus à pied jusqu'à notre logement, le Mini-Inn Nara, situé à une vingtaine de minutes de marche de la gare de la ville. La nuit était déjà tombée et nous ne nous sommes pas éternisés, pressant le pas pour rapidement pouvoir se reposer dans notre logement.

Le Mini-Inn Nara était une sorte de maison d'hôte avec des parties communes et plusieurs chambres. Nous avions la chambre du rez-de-chaussée, juste à côté du salon et de la cuisine. La chambre et la salle de bains privée étaient correctes quoiqu'un peu petites. Les communs étaient très propres et nous étions les seuls à cette heure tardive à y prendre un repas rapide. Nous n'avons d'ailleurs pas vu âme qui vive outre nous-même pendant nos deux nuits passées dans ce logement.

Le lendemain matin, après une nuit de sommeil réparatrice, Liesbeth et moi nous sommes réveillés en forme à l'idée de découvrir une ville qui de base n'était pas sur notre planning. Nous avons rapidement parcouru mon guide touristique pour essayer de cibler ce qui nous intéresserait.

La plupart des activités qui nous intéressaient se trouvaient dans le grand parc de Nara, une grande étendue forestière dans laquelle se trouvent de nombreux temples et sanctuaires. C'est aussi là que l'on peut croiser le nombreux daims en libertés.

En parlant de daims, dès notre arrivée au parc, nous sommes tombés sur quelques uns d'entre eux qui vaquaient tranquillement à leurs occupations. Liesbeth et moi étions enchantés ! Contrairement aux daims sauvages en Europe, les daims de Nara semblent semi-apprivoisés. Enfin, disons plutôt qu'ils soient habitués à la présence des Hommes. Ils n'étaient pas du tout craintifs et se laissaient approcher très facilement, voire caresser si nous leur fournissions de la nourriture.

Liesbeth et moi avons arrachés quelques feuilles d'un arbre et les daims semblaient très intéressés des branches que nous avions en mains. Très vite, ceux-ci sont venus manger les feuilles et se sont laissés caresser. C'était très amusant, nous nous extasiions sans cesse devant eux !





Oooh des bambis partout !

Après avoir passé un bon moment avec eux, nous avons poursuivi dans le parc et avons continué à en croiser de plus en plus ! Certains vendeurs déambulants vendaient des graines et biscuits pour pouvoir les nourrir. Mais c'est une fausse bonne idée. Dès que les daims constatent qu'un vendeur vient de vendre ses denrées à un touriste, ceux-ci se jettent dessus et ça devient peu agréable pour le touriste qui se sent très oppressé par ces animaux avides de nourriture. En plus de coûter de l'argent, ça reste une nourriture qui n'est pas forcément naturelle pour le régime alimentaire des daims. Je vous conseille plutôt de faire comme Liesbeth et moi et de leur proposer des feuilles d'arbres qui leur sont de base inaccessibles. Ils refuserons de manger certaines et dévoreront goulûment d'autres.

Les daims sont toutefois très respectés dans ce parc : les voitures s'arrêtent pour les laisser traverser, ils gambadent vraiment partout où ils le désirent et personne ne les chasse. Ce sont en effet des animaux sacrés de Nara. Il était très amusant de voir par exemple des daims patienter à hauteur d'un passage pour piétons avant de traverser !


Même les daims empruntent les passages pour piétons ici !

Nous avons ensuite poursuivi notre promenade dans le parc de Nara et sommes passés devant plusieurs temples éparpillés dans les zones boisées. Le premier temple que nous avons croisé est le temple Kofukuji, qui a été en grande partie détruit et dont il ne reste plus que quelques édifices comme une pagode (la deuxième plus haute du Japon !) ou un pavillon octogonal (Nanen-do).


Le pavillon Nanen-do

D'autres zones étaient plus dégagées, offrant de vastes plaines encore une fois parsemées de daims en train de brouter de l'herbe ou de poursuivre les touristes ayant acheté des biscuits !


Encore des bambis partout !

Nous sommes alors arrivés devant un temple très imposant qui se distinguait de tous les autres par sa taille beaucoup plus impressionnante : le Temple Todaiji de Nara. Il s'agit d'un bâtiment faisant partie du patrimoine mondial de l'UNESCO. L'accès au temple et ses environs était payant et nous avons du nous acquitter d'une dizaine d'euros pour payer notre ticket d'admission.



Prêts pour un temple qui bat tous les records ?

Le temple était encerclé de murailles. En son centre, un imposant bâtiment de bois appelé Daibutsu-den, la pièce maîtresse du site, abritant notamment la plus grande statue de bronze de Bouddha au monde ! Le Daibutsu-den est d'ailleurs le plus grand bâtiment de bois du monde. De sacrés records !

Devant le Daibutsu-den se trouvait une large étendue de pelouse sur laquelle étaient déployées plusieurs centaines de chaises. Un événement semblait être en préparation devant l'imposante bâtisse de bois.



Le plus grand bâtiment en bois au monde

Nous nous sommes promené dans cette grande étendue avant de nous diriger vers le Daibutsu-den.

En pénétrant dans le temple de bois, nous sommes directement tombés en face à face avec le Daibutsu, la statue géante de bronze de Bouddha, assis sur une fleur de lotus géante également en bronze.


Monsieur Daibutsu, le Bouddha géant des lieux

La statue de 15 mètres de haut est colossale. Elle est très joliment présentée, avec une magnifique structure dorée en arrière plan qui la met en valeur. De part et d'autre du Daibutsu se trouvent deux autres statues de taille moindre mais néanmoins individuellement relativement impressionnantes elles aussi.



Le derrière de Bouddha

Nous avons alors fait le tour du temple, en partant par la gauche et en s'approchant de l'une des statues proches du Bouddha géant.

L'intérieur du temple de bois est magnifique. La structure est très intéressante à observer.

Ensuite, nous sommes tombés sur une colonne dans laquelle se trouvait un trou à hauteur du sol. Ce trou, supposé être de la taille d'une des narines du Daibutsu, offrait à celui qui arriverait à passer à travers bonheur éternel !

Liesbeth et moi avons voulu tenter le coup ! De nombreux enfants attendaient les uns derrière les autres pour passer dans le trou. Pour eux, c'était très facile. Pour les adultes, c'était une autre paire de jambes ! Liesbeth est passée la première. Elle a eu un peu de mal, mais a pu traverser tout de même sans trop de soucis le trou. Quant à moi, j'ai eu beaucoup de mal. Mais j'y suis également parvenu ! Ce qui ne fut pas le cas d'autres touristes plus volumineux que nous.



C'est bon, j'ai pas abusé de trop de ramens, ça passe encore !

J'ai beaucoup aimé cette petite pratique qui était expliquée dans mon guide. Sans celui-ci, nous n'aurions jamais vraiment porté attention à ce trou. D'ailleurs, rien n'indiquait la nature de ce trou dans le poteau de bois. Comme quoi, un guide ça peut s'avérer bien utile !

Une autre particularité du temple était la statue située à droite du Daibutsu. Si l'on était suffisamment respectueux envers elle, on pouvait lui adresse un voeu qui allait s'exaucer. Liesbeth et moi nous sommes donc inclinés devant la statue et avons tous deux fait un voeu. Il faut croire que je n'ai pas été assez respectueux ce jour-là car mon voeu ne s'est pas exaucé...


Il n'avait pas envie de m'accorder mon souhait vraisemblablement...

Nous avons alors encore passé un moment à admirer le Bouddha géant avant de quitter le temple. En partant, Liesbeth a bien évidemment été obtenir une nouvelle calligraphie pour son carnet !

Midi étant déjà passé, Liesbeth et moi commencions à avoir faim. Nous avons trouvé un petit restaurant situé dans le parc conseillé par mon guide. Il s'agissait d'un tout petit établissement, avec peu de personnes à l'intérieur (et d'ailleurs peu de places disponibles). Le cadre était très rustique. Nous avons commandé un curry qui fut ma foi très bon et pour un prix plus que démocratique.


Le plat du jour !

Rassasiés comme il se doit, nous avons alors poursuivi notre balade dans le parc. Nous sommes arrivés à hauteur d'un nouveau temple situé en hauteur et accessible par un large escalier. Le temple en question est le Kasuga Taisha, un sanctuaire shinto vieux de 1300 ans.


Liesbeth qui se purifie avant d'accéder à ce nouveau sanctuaire

A nouveau, nous avons croisé des daims dans les parages et avons pris le temps de les observer à notre aise.


Ils sont partouuuut !

Puis, nous avons arpenté ce temple plus en hauteur. Le temple était bordé de ces nombreuses lanternes de pierres. Nous avons pris le temps de déambuler à notre aise dans le sanctuaire.





Un peu de hauteur pour ce nouveau temple

Nous sommes ensuite tombés un peu par hasard sur un bâtiment de bois aménagé en un salon de thé gratuit. En effet, des tasses, de l'eau chaude et des sachets de thés étaient gratuitement à la disposition des touristes. Nous avons donc chacun pris un thé et nous sommes installés sur les tables basses typiques afin d'y faire une pause et de boire tranquillement notre boisson chaude.



C'est l'instant thé !

Nous sommes alors ressortis et nous nous sommes avancés un peu plus dans la forêt de Nara qui devenait de plus en plus dense. Nous sommes arrivés au sanctuaire Wakamiya, perdu en pleine forêt et surtout réputé pour toutes ses lanternes.

En effet, le sanctuaire Wakamiya est bordé de lanternes de pierres qui les soirs sont illuminées. Ce sanctuaire, qui fait partie de l'ensemble de Kasuga Taisha, est réputé pour les illuminations de ce centaines de lanternes qui ont lieu périodiquement lors de festivals.

D'ailleurs, lord de notre visite, les lanternes étaient en train d'être recouvertes de fins films de papier, sûrement en préparation d'une nouvelle illumination à laquelle nous n'avons malheureusement pas pu assister.



Les fameuses lanternes de Kasuga Taisha

L'ensemble du sanctuaire de Kasuga Taisha et ses temples environnants font eux aussi partie du patrimoine mondial de l'UNESCO.

Nous étions également en bordure de la forêt Kasugayama, une forêt spirituelle entourant le mont Kasuga qui lui aussi est considéré comme un lieu sacré dans la culture japonaise.

Nous avons poursuivi notre promenade au bord de la forêt Kasugayama et avons rejoint un autre petit sanctuaire, le sanctuaire Kinryu, lui aussi dans la continuité de Kasuga Taisha et bordé de centaines de lanternes de pierre.






Limite, il y a plus de lanternes que d'arbres dans cette forêt sacrée

Sur le chemin, encore des daims, dont un cerf qui semblait bien protecteur et plus hostile que ses comparses !




Gare au mâle !

Liesbeth et moi sommes alors redescendus vers Ukimi-do Hall, un plan d'eau chevauché par un pont et un kiosque. C'était un très bel endroit, un cadre serein et très romantique qui d'ailleurs était utilisé par un couple japonais en train d'y faire leurs photos de mariage.




Romantique, n'est-il pas ?

Après avoir marché le long du lac, Liesbeth et moi sommes revenus à l'entrée du parc de Nara et avons décidé de rejoindre le centre-ville en cette fin d'après-midi.

Le centre-ville de Nara est beaucoup moins intéressant que le parc de Nara, sa forêt et ses temples. Ici, pas d'architecture remarquable, pas de daims, pas de lanternes de pierre. Le centre-ville est assez petit et la ville est de taille très modeste pour une ancienne capitale (après, il faut avouer que c'était il y a fort longtemps que la ville était la capitale de l'Empire japonais).

Nous avons un peu déambulé dans les ruelles et avons acheté une petite pâtisserie typiquement japonaise dans une petite échoppe. Ce n'était pas mauvais, mais pas extraordinaire non plus.



Centre-ville et sucreries

Ensuite, Liesbeth et moi sommes allés visiter (gratuitement), une maison typiquement japonaise. C'était une courte visite assez intéressante. A l'entrée, nous avons été priés d'enlever nos chaussures. Nous avons pu visiter les diverses pièces et le petit jardin.



Pas de télé ? Ni console de jeux ? Pas sûr que ce soit une maison japonaise ça !

Enfin, pour clore la journée, nous avions réservé une table dans un restaurant spécialisé en Okonomiyakis. Il s'agit d'un plat typique japonais que Mathilde nous avait grandement conseillés !

Installés à une table sur laquelle se trouvait au centre une grande plaque de cuisson, Liesbeth et moi avons été accueillis par notre propre cuisinier qui a composé devant nous nos Okonomiyakis, qui sont en fait une sorte de grosse omelette avec nouilles, protéines et autres condiments au choix. Le fait que le cuisinier réalise le plat devant nos yeux était vraiment très divertissant et rajoutait une touche en plus à notre repas !

Les Okonomiyakis se sont révélés très appétissants mais très bourratifs. Nous avons eu tous les deux beaucoup de mal à terminer notre assiette. L'addition était ici un peu plus salée : nous avons chacun payé une trentaine d'euros pour notre assiette.





Le décile du soir, un véritable spectacle !

C'est donc bien repus que nous sommes retournés au Mini-Inn Nara pour notre seconde nuit avant de rejoindre le lendemain matin la réelle capitale du pays : Tokyo !

Nara fut vraiment un coup de coeur surprise ! De base, nous n'avions pas prévu de visiter la ville. Et cela aurait été une grave erreur ! Le parc de Nara regorge de sites classés au patrimoine mondial de l'UNESCO. C'est un véritable petit écrin de verdure, avec une atmosphère spirituelle et animée par les nombreux daims qui peuplent les lieux. Un véritable incontournable lors d'une visite au Japon !



La suite avec Tokyo et le dernier parc d'attractions du séjour très bientôt !

Hors ligne LMP71

  • Fait son cinéma à Movieland
  • **
  • Messages: 485
  • Karma : 42
Re : [Japon 2018] 18 jours au Pays du Soleil Levant
« Réponse #48 le: 07 Juin 2020, 14:33:57 »
Toujours aussi sympas ton Tr, un vrai voyage, comme d'habitude. C'est drôle ici pas de building que de la verdure, ça change un peu. Nara c'est bien cette ville qui a accueillis Nara Dreamland le Disneyland qui n’a jamais été un Disneyland ?


Coaster count 129

Hors ligne Yoshiii

  • Lève les bras dans Katun
  • **
  • Messages: 566
  • Karma : 4
    • lepasseportdantho.com
Re : [Japon 2018] 18 jours au Pays du Soleil Levant
« Réponse #49 le: 08 Juin 2020, 00:39:51 »
Toujours aussi sympas ton Tr, un vrai voyage, comme d'habitude. C'est drôle ici pas de building que de la verdure, ça change un peu.

Merci à toi :) !

Beaucoup de verdure du côté du parc et de la forêt mais Nara dispose aussi d'un centre-ville avec pleins de buildings, c'est juste beaucoup moins intéressant :p (et beaucoup moins dense que les centres-villes de Kyoto ou d'Osaka !).

Nara c'est bien cette ville qui a accueillis Nara Dreamland le Disneyland qui n’a jamais été un Disneyland ?

Oui c'est ça ! D'ailleurs, nous voulions aller voir le parc d'attractions à l'abandon mais j'ai découvert qu'il avait été totalement détruit en 2017 :/