Auteur Sujet: [Bobbejaanland] 18.09.2016 - Un trip avec la tête dans le fion  (Lu 2210 fois)

Hors ligne raziel188

  • Prend son temps dans I-speed
  • **
  • Messages: 376
  • Karma : 1
    • http://
Hello les accrocs (aux parcs hein, pas forcément à mes TR).



En groupe réduit, nous avons fait un saut à Bobbejaanland le week-end du 18 sept., et qui dit visite de parc, dit TR !

Ça faisait un petit temps que je n’avais plus été au parc de Lichtaart, et si je ne me trompe pas, 3 des 4 accompagnants découvraient le parc par la même occasion (le 4ième étant venu lors de ma dernière visite).

Grosse nouveauté, mais que je n’espère pas voir devenir une réalité : c’est ma première visite de parc alors que je suis atteint d’une solide céphalo-rectomie (enfin nous étions deux à être atteints)!
En effet, la veille c’était enterrement de vie de garçon d’un pote, et comme le veut la tradition, ça s’est terminé dans l’alcool et au petit lever le lendemain.

C’est donc avec la sensation d’être une grosse barrique de 110 kg remplie à ras bord d’acide que je me lève péniblement après 3 heures de… euh… on va quand même appeler ça du sommeil, pour prendre la route vers le parc.


Ellipse de dingue parce qu’il n’y a rien de super passionnant pendant le trajet, si ce n’est ma légendaire mauvaise foi, et le fait que mon 6ième sens sur l’affluence d’un parc est complètement HS. 


   
… et dire qu’il y a 5 min je disais « ouay cool, y aura pas grand monde »…


Nous passons devant les grilles et les caisses, et sans même voir l’état du parking, nous comprenons que le parc va être blindé, et que donc la journée s’en ressentira longue.

De plus, comme nous avions 2 places gratuites à l’achat de 2 places plein tarif et que nous n’étions pas certains de noter date de visite, nous n’avions pas acheté de billets sur le web.

Prix à la caisse : 35 balles !

Outch.


Bon pas le choix, une équipe se met dans la file des caisses pendant que l’autre ouvre les festivités avec LA première activité de pratiquement toutes nos visites : les trois-lettres (ceux qui abusent de FR2 ou FR3 – je ne sais plus – me comprendront).

Aller, une bonne nouvelle dans tout ça (oui parce que les wc fallait quand même se les farcir…), c’est qu’une fois de retour dans la file, une famille nous a proposée de racheter le billet qu’ils avaient en trop, pour la modique somme de 20 boules (prix qu’ils avaient payé) ! Apparemment, Travel Bird fait souvent ce genre de promo, peut-être un bon tuyau à surveiller :-O

Sur cette bonne transaction, nous récupérons le ticket parking (pour ne pas oublier comme la dernière fois), et nous entrons finalement dans le parc.

Première mission, trouver un plan. Résultat : Echec. Justification : Plan payant.


Alors en tant que Belge (comprendre avec forfait 3G/4G sans surtaxes) ayant une vague connaissance du parc, je peux me contenter de la carte sans légende sur le site web (ou l’application). Mais pour les gens qui n’ont pas cette connaissance, et/ou qui n’ont pas les moyens de surfer en 3G aussi aisément, c’est un peu fou.

C’est bien pour l’écologie et tout, mais faire raquer les gens, c’est chaud je trouve (surtout quand on paye déjà tout fort cher dans le parc). Fin bref, pas un coup de gueule, mais une surprise un peu dérangeante.

Oh et puis il suffit de suivre la foule, ou bien les structures qui dépassent de la cime des arbres. Genre le lift de Typhoon.


   
J’annonce… qu’avec une céphalo-rectomie je suis encore plus mauvais photographe


Typhoon
Pour ceux qui vivent dans une grotte, Typhoon est l’Eurofighter qui est venu en place de feu Looping Star. Dans mes souvenirs (3 ou 4 ans max), Typhoon était un supplice au niveau des vibrations sur à peu près 99,9 % du trajet (hors lift et freins finaux).

Soit ma position d’autodéfense en ne collant pas le bas du dos dans le siège inconsciemment appliquée a tout fait tout bien, soit…. Euuuuh… il s’est bonifié avec le temps ? Peu importe, c’est pour moi un très bon point, surtout vu ma condition physique lamentable ce jour-là (j’veux dire, pire que d’habitude quoi).

Par contre, comme je n’étais pas focalisé sur la douleur et l’envie de m’évader au plus vite de ce train de l’enfer, j’ai pu me concentrer sur le parcours et les actuelles sensations qu’il doit procurer. Force est de constater que ça n’envoie pas beaucoup de pâté. Mon souci, et celui d’au moins un de mes amis, c’est que nous avons gouté au bonheur suprême du confort de Blue Fire et de sa lap-bar. Je n’aimais déjà pas beaucoup les OTSR, notamment parce que ça explose les bras quand je les lève (et j’aime lever les bras dans les attractions), mais depuis Blue Fire, je sais qu’il est possible de tout faire en Lap-bar et je prie pour qu’on vire tous les OTSR pour les remplacer par des Lap-bar type BF. 

Donc c’est tout smooth, mais ça fait mal aux épaules (et à la tête de celui qui s’est pris mon coude) et c’est soft niveau sensation (je suis devenu un gros blasé T_T).


Après le lift, le loop…


… et le reste pas cadré du tout


Quand nous sortons de là, il est déjà 11h30 (ouaip, 45 minutes pour seulement faire Typhoon) et j’avais cru comprendre qu’il se passait un truc louche sur Revolution ou Evolution ou je ne sais quel nom il a maintenant, et que y avait moyen d’avoir une expérience VR mais qu’à un seul moment de la journée ou quelque chose comme ça.


"A-grou-grou ! Je suis un gros singe qui a une chouette bouille… euh qui doit vous foutre la trouille"


Et c’est à ce moment précis que je fais une erreur monumentale que je regrette encore maintenant : je dis qu’il faut aller direct à peu-importe-son-nom pour être certain de faire la VR, et qu’on reviendra plus tard pour Sledge Hammer.

Grosse erreur…


De ce que j’ai compris, en fait il n’y a pas (ou plus) d’horaire avec ou sans VR. Dans le hall de Revolution-qui-s’appelle-aussi-Mount-Mara (merci RCDB), il y a maintenant deux entrées : à gauche c’est Revolution, version rétro old-school, et à droite il y a Samsung-Mount-Mara tout beau tout neuf.   

Engouffrons-nous dans la file de droite.

Une chose est certaine, quand il s’agit de donner une évaluation du temps restant à partir de tel ou tel point dans une file, les flamands sont plutôt proche de la réalité (j’préférais les Français qui surestiment, moi :( ).

Donc pendant 30 minutes nous suivons les consignes liées au casque Samsung Gear que nous allons porter, et la mauvaise nouvelle du moment est qu’il faut enlever nos propres lunettes pour porter les casques de réalité virtuelle Samsung Gear (nan je ne suis pas une proie facile pour les pubs). Les trente prochaines minutes se passent à même hauteur que l’ancienne file de Revolution (le double escalier), et nous arrivons à quais.

In Fine, la première moitié est réservée pour celles et ceux qui veulent gouter aux plaisirs gracieusement offerts par Samsung, et la seconde pour ceux qui se fichent de ça.

Et là, révélation de ouf guedin !
(qui me font une fois de plus passer pour un con… je ne suis pas fiable en cas de céphalo-rectomie)

Ils ne nettoient pas les casques entre deux utilisations !!
Je ne suis pas des plus maniaque et certainement pas pour tous les produits qu’on nous vend pour vivre dans un monde totalement aseptisé (genre Dettol et autres cochonneries), mais ça c’est pas hyper ragoutant. Et je n’ose pas voir ce que ça donne en période de canicule. ‘Fin bon on en est tous sorti vivant donc plus de beurk que de mal.
   

Samsung Mount  Mara (mais non je vous dis, les placements de produits ne me font rien)
Le truc trop trop cool, sauf pour le débit – qui est pourri tant pour la partie VR que la partie rétro – c’est qu’ils ne forcent pas les gens à aller par deux pour les gens qui rident Mount Mara… euh je veux dire choisissent d’utiliser les casque de réalité virtuelle… enfin les trucs Samsung… enfin… vous voyez quoi. Exception faite quand la personne de devant utilise le casque, mais pas la seconde. 

Je mets le casque, je règle les straps et la molette de profondeur de champ de vision / netteté, et y a pas à dire, ça marche fichtrement bien la restitution des mouvements de tête. C’est probablement à cause de ma fatigue, mais c’est tellement fidèle dans les mouvements que je me suis senti bien croute de me retourner pour expliquer à une des deux amies ou se trouve la molette à régler, et à m’étonner de ne voir qu’un mur en tôle avec personne derrière moi… Ça doit être ça ce qu’on appelle l’immersion.
Encore un autre truc cool, c’est que ça ne semble pas du tout filer la gerbe. Mais faut dire que j’ai des oreilles internes de feu ! Ça aide ;)

MAIS, car il y a un mais, le top du top, le nec plus ultra, le détail qui fait tellement toute l’expérience à un tel point que j’en ai complètement oublié que l’attraction est sponso par une certaine marque de smartphone que je ne me permettrai pas de citer, c’est en baissant la tête qu’il m’est apparu.

Non seulement ils ont modélisé les bras de notre avatar ainsi que le quad que nous conduisons (ah oui, parce que le film simule une balade en quad dans un environnement des plus normal pour ce genre d’activité), mais je me suis retrouvé avec une massive paire seins !

Alors pour ceux qui veulent savoir ce qu’il se passe dans le film, bah j’en sais rien, j’ai pas relevé la tête de tout le trajet :bave:.

Mais dans la vie vraie j’ai passé tout le lift à regarder dans toutes les directions (probablement comme tout le monde), et ça a quand même un côté bluffant rien que par la synchro train / film / mouvements de têtes. Le seul bémol est une conséquente chute de framerate quand le train est à pleine vitesse. Je trouve que ça ruine l’immersion.

A ceux qui ont eu l’occasion de le faire, y a des effets 3D dans le film ? Moi je ne vois pas la 3D depuis toujours, et donc je ne sais pas si j’ai raté qqch ou si j’ai eu la même expérience que tout le monde (pas pensé à demander à mes ami(e)s) ?

Grâce à cette expérience j’ai enfin pu me faire un véritable avis sur l’ajout de la VR. C’est hyper cheap comme grosse nouveauté pour un gros parc (i.e. Six Flags) et limite pour les plus petits parcs, mais il faut admettre que si c’est bien fait (comme ici), ça peut redonner de l’intérêt à une attraction qui en était dénuée par le temps.

Donc la VR je suis finalement loin d’être contre, mais avec quelques conditions :
  • Pas sur n’importe quel machine (genre Air, je suis mitigé sur sa conversion)
  • Cela devrait toujours être optionnel (genre Air bis)
  • Il faudrait changer le film tous les x ans pour conserver l’attrait

La difficulté, c’est que les gens qui ne veulent pas tester la VR, se retrouvent à attendre comme des fous alors qu’à l’époque, Revolution était une attraction qui brassait du monde.   
   
Ce TR vous est offert par le Samsung Gear VR


Nos ventres criant famine à l’unisson, c’est le moment de faire une pause collation. Heureusement il y a des plans détaillés par-ci par-là dans le parc, et nous repérons un restaurent qui fait tout style de bouffe, le Santa Fe. De plus, c’est juste à côté.

Et bien mes enfants, quel aventure pour commander sept pizzas… Non seulement il semble que les enfants néérlandophones ce jour-là avaient tous versé de la cocaïne à la place du sucre dans les céréales au matin, mais aussi que les adultes peuvent être de grosses enflures indisciplinées qui ne se gênent pas du tout à dépasser comme si c’était le plus naturel du monde. Et au fond de moi j’espère que les spécimens, auxquels je pense en écrivant ceci, comprenaient le français et donc les mots issus de mon mécontentement.

En bref pour les pizzas, qui ne sont pas données, elles sont mangeables. Pas dégueux, pas délicieuses, simplement mangeables. Et pour info, sept pizzas pour cinq personnes, c’est un peu trop. Visez plutôt 6 pour 5 si vous avez peur de ne pas avoir assez.     


Sante Fe de l’intérieur. Ça colle au thème, c’est le moindre que l’on puisse dire

 
Etant une fois de plus le guru sage qui connait le par cet qui devrait guider nos pas, on me demande ce que nous devrions faire pour la suite. Et c’est à ce moment précis que je tente de mettre en œuvre un plan diabolique échafaudé depuis que je sais qu’on va au parc, et surtout avec qui. 

Pour les quelques assidus de nos récits, vous savez que l’un d’entre nous a un dégout pratiquement viscérale des splashs. Vous savez sans doute également que Bobbejaaland possède deux splashs, et que c’est celui à l’intérieur qui mouille le plus, et de loin.

Le plan est simple, mais peu facilement foirer : faire croire qu’on va dans le dark-ride le plus raciste au monde, alors qu’on va dans un splash, et nous délecter de la tête que fera la victime lorsqu’il réalisera.

Difficultés : toute la signalétique (nom en géant sur le bâtiment, consignes, …)
Mon avantage : trois personnes motivées à jouer le jeu !

Donc pour ceux qui connaissent les lieux, nous partons de Santa Fe, passons devant Dream Catcher (qui n’intéresse pas grand monde dans notre groupe, surtout vu la file), devant la zone en plein terrassement, et en dessous d’Oki Dokipour arriver le long du bâtiment d’Idiana River, le splash indoor du parc. Sur la route, j’ai réussi à briefer deux des trois futurs comparses, la troisième étant convaincue (très aisément) par la seconde, aux yeux et à la barbe de la victime.


« Je suis un terrain fraichement terrassé, et je n’ai strictement aucun lien avec ce que raconte ce forumer »


« Je suis une grande statue qui va vous aider à piéger votre ami »


Nous sommes également aidés par un couple d’ados se dévorant mutuellement le visage non-stop, et de l’acquisition récente d’un nouveau smartphone par l’une d’entre nous. Cela nous permet de justifier les fous rires incontrôlables éclatant à chaque fois que nous arrivons à faire d’une manière ou d’une autre, et cela justifie la sortie du smartphone pour filmer alors que nous sommes dans le bâtiment et qu’à tous les coups on ne verra pratiquement rien sur la vidéo.       

Au moment de prendre la dernière ligne droite pour le quai, c’est la douche froide… enfin non, pas encore… c’est la révélation. Nous ne dézinguerons pas des mexicains, mais nous allons embarquer pour une ballade en rondin.

Sur son visage se mélangeait la haine, l’étonnement, l’hilarité et … c’est déjà pas mal.


Alors, selon vous, qui est la victime ? Indice : ce n’est pas celui qui prend la photo


Si après ça il me fait encore confiance, je dois m’estimerai très heureux (parce que c’était quand même un coup de p.te).

La bonne nouvelle pour lui, c’est que nous sommes cinq, et que nous ne pouvons pas être tous ensemble dans l’embarcation. Donc nous ferons deux équipes, de 3 et 2 personnes. L’avantage ? Il pourra se blottir au fond de la buche, et éviter assauts aqueux. De mon côté, je serai à la tête de l’équipage de trois aventuriers, et j’en ressortirai trempé de la tête aux pieds.

Pour l’attraction en elle-même, c’est chouette comme n’importe quel splash qui fait son office (c.-à-d. qu’il mouille ses passagers), mais il faut admettre que la théma commence à se faire vieillotte (même si elle semble entretenue).

Pas peu fier(e)s de notre méfait – et surtout vachement surpris que ça ait si bien fonctionné – nous allons finalement nous occuper de ces satanés mexicains qui… ne nous ont strictement rien fait et ne font que vivre leur vive pénards.


El Paso Special
Pour moi, et je dois bien être le seul à le penser, cette attraction est tellement ringarde et anti politiquement correcte qu’elle en devient génial. Je veux dire, dans quel autre attraction peut-on tirer sur des mexicains, sans aucune justification (ce qui n’est peut-être pas un mal), tout en restant le cul posé sur un banc publique à roulette ?!

Et pro-tip, ne vous cassez pas la tête à viser les cibles difficiles (en rouge), la technologie (certainement pas du Samsung… Argl mince, j’ai recommencé) étant aussi âgée que Jeanne Calment à son décès, c’est une perte de temps que d’essayer de se concentrer dessus vu le peu de point qu’on en tire…

Oui ou alors je suis un gros nul dans ce genre d’activité…

Au choix…


   
Une photo bien naze et… un banc comme wagon de DR ?!


Là, en sortant de ce massacre, je viens de passer d’un franc succès à 80 % de popularité à un échec critique à 20 %. Il vaudrait mieux que la prochaine activité soit au minimum correcte, sinon je pense que je vais rentrer à pied (et BX <> Lichtaart, c’est plutôt long).

J’avais parlé d’une grosse erreur après Typhoon. Non ce n’était pas d’avoir fait 60 min de file pour Mount Mara. C’était d’avoir zappé Sledge Hammer. ZE attraction que j’idolâtre par-dessus tout dans ce parc.

Parce qui oui, notre pendule géant est désormais fermé pour entretien !

Là j’ai les boules et je ne peux m’en prendre qu’à moi-même… et un peu aussi aux gars qui ont décidés de faire la maintenance précisément ce jour-ci T_T.


   
Bouhouhou…………………………..


Dépité et les pieds plombés, nous ré-entamons un tour du parc, en pensant faire une halte aux toboggans sur sac à patate. Ça n’emballe pas tout le monde, et sur la route il y a Dizz que nous avions passé en fin de matinée.


Dizz
Dans ma vie de parcfan, je ne compte que trois spinning à ce jour dans ma liste :
  • Crush aux WDS,
  • Une Wlid Mouse Spinning générique à la foire du midi,
  • Dizz que j’avais déjà fait lors de ma dernière visite,
soit une quantité très maigre. (je ne considère pas Euro Mir)

Comme la dernière fois, je trouve que Dizz est une attraction rigolote, mais qui souffre d’un problème majeur, il est constamment freiné ! Je sais que c’est pour que cela plaise aux plus petits comme aux plus grands, qu’il y a le système de blocs pour fixer le nombre de train possible sur le circuit, mais c’est frustrant de faire une chouette première descente, être freiné. Faire une nouvelle descente, être freiné.

Et ainsi de suite…

J’ai hate de tester des pointures dans le genre Winjas pour enfin reprendre mon pied sur ce style de coaster (ou alors Tornado à Bakken, qui apparemment est bien intense).


   
Si vous regardez bien, il y a des morceaux de Dizz dans ces photos


Tant que nous en sommes à tester ce que nous avions consciemment évité, pourquoi ne pas essayer la nouveauté de 2015 et notre premier (à tous) Tunnel Immersif. C’est parti pour The Forbidden Cave.. oui enfin, dans 45 minutes qui en paresseront 8000 ! C’est classique pour ce genre d’attraction (voir l’enfer qu’est Star Tour lors de forte affluence), mais je ne m’y fais pas.


The Forbidden Cave
Donc l’histoire c’est que nous [blabla en flamand] et que donc nous [blabla en flamand] en prenant un ascenseur pour [blabla en flamand] et arriver dans le lobby avant de grimper dans « la jeep ». Ça avait déjà été abordé (et par moi-même en plus) dans un TR de Polyxene, le préshow n’est fait qu’en flamand et il n’y a aucune indication pour les non flamand-phone. Ce que je trouve limite, mais du mauvais côté de la limite, pour un parc en Belgique ou il y a 3 langues nationales officielles…

Je dis pas, j’ai un peu compris de quoi elle jactait dans son speech, et puis j’ai parfois le don de rire quand il faut dans toutes langues même si je ne pige pas ce qui est dit, donc « ça va », mais je trouve ce choix tout simplement mauvais (une pancarte FR/ENG avec un court résumé serait amplement suffisant) vu l’histoire de la problématique linguistique made in Belgium.

J’avais lu que cette version était une version au rabais de ce qu’on peut trouver dans d’autres parcs. La mise en scène est correcte, mais c’est certain qu’il ne faut pas lever les yeux quand on est dans le lobby avant de grimper dans le véhicule. La tôle ondulée, ça fait pas trop mission en 4x4 dans un temple maudit.

Pour l’attraction en elle-même (je rappelle que je ne profite que 2 des 3d du film), c’est gentil tout plein. C’est dôle d’avoir l’action à gauche ou à droite en plus de celle directement en face de nous. Les secousses du véhicule aident à rentrer dans le délire.
Cette fois-ci j’ai demandé l’avis d’un de mes amis, et d’après lui la 3d est correcte (moi je voyais deux images décalées :/ ).

A voir ce que donne une version haut de gamme.

Question : Si j’ai bien vu, il y a en réalité un deuxième véhicule derrière celui dans lequel nous avons embarqué. Est-ce une rallonge au premier en cas de forte affluence ou carrément y a-t-il une deuxième salle à l’opposé de celle utilisée (ce qui me semble abusé rien qu’en l’écrivant) ?  Est-ce un spare en cas de soucis au wagon principal ?

‘Fin soit, nous sortons sur une sensation que je résumerais par cette magnifique onomatopée de la culture anglophone du web : meh.

Il est 17h, le parc commence à solidement se vider. Logique, quand on sait que les portes ferment officiellement à 18h, mais que les attractions commencent déjà à fermer à partir de 17h15. C’est une politique que je n’apprécie guère, surtout que techniquement, les attractions n’ouvrent pas en même temps que les grilles du parc, et que c’est totalement assumé. A 35 euro (théorique) l’entrée, je trouve ça abusé (bon d’accord, aussi parce que je n’ai pas eu ma dose de Sledge).


Bouhouhou………………………….. (BIS)


Plutôt que de suivre le mouvement résigné des masses, nous partons pour le fond du parc, vers Dream Catchter. Sur notre route se trouve la moitié de l’usine à gaz qu’est Speedy Bob, l’autre moitié étant en vadrouille à Parque de Atracciones de Madrid 
 

Speedy Bob
Vous vous demandez probablement pourquoi je peux bien prendre le temps de faire la review d’une Wild Mouse ? Et bien vous n’avez pas tort.

Honnêtement, si toutes les Wild Mouse ne sont pas totalement identiques, faut leur admettre qu’elles se ressemblent le plus souvent très fortement, et que les sensations (et les douleurs !) sont toujours identiques…

Toujours ?

Peut-être pas finalement.

En effet, même syndrome (positif) que sur Typhoon ce matin, j’avais en souvenir que ça allait m’exploser l’épaule droite (étant à droite dans le wagon) dans les virages et le dos dans les sections inférieures du ride. Et bien pour la première fois de ma vie de parcfan, j’ai apprécié un tour de Wild Mouse sans en ressortir couvert de bleus !

Peut-être par ma position défensive (ne pas avoir le bas du dos contre le siège) et me tenir aux remontant de droite par l’extérieur (oui je sais blablabla il ne faut pas sortir ni mains, ni pieds, ni seins en dehors du train… ah, on me dit que ce dernier c’est uniquement pour Mount Mara) ?

Peut-être le délire avec mon amie du duel entre passager, en essayant de repousser l’autre dans son coin (ou du moins, ne pas se laisser envahir par l’autre) ?   

Peut-être la dose de cheval de morphine injectée en intraveineuse dans le bras droit juste avant ? Euuh oups, je veux dire le fait que je sois devenu balaize et que ce genre de douleur ne me fait plus rien ?

Bref peu importe, me suis bien marré sur ce coup, à la différence d’avec Matterhorn Blitz d’EP, où on rigole tout en versant des larmes de douleurs, et parce que le parcours semble interminable.


On voit quand même fort qu’il manque ‘quelque chose’ sur la gauche… genre un clone miroir du truc de droite


Le temps de foutre une trouille bleu à l’un d’entre nous qui était dans le train suivant (ah oui, 5 était effectivement le nombre magique pour aller dans un parc d’attraction ;) le pauvre, il s’en est pris plein ce jour-là), et nous repartons pour notre périple dans le no-man’s land du fond du parc.


Pas évident à voir sur une photo, mais mon amie vient de bondir sur mon ami, et il est saisi comme un fou


Il y a encore du mouvement sur Dream Catcher, et nous sommes en mode « tout ce qui est encore ouvert, est bon à prendre » (sauf les splashs). Pas de chance, nous arrivons devant une file fermée, et le dernier train se verrouille en gare.

Ce n’est pas la perte du siècle, mais vu le peu que nous aurons fait lors de notre visite, ça aurait été cool d’en faire au moins un tour (mais lors de notre premier passage, la file était limite « Sold Out »). Le seul avis que je peux partager cette fois-ci, c’est qu’il lui faudrait une bonne couche de peinture !


   
Grand chef indien avoir besoin de grand coup de peinture (et moi de cours sur le respect des cultures)


Cette remarque s’applique à notre prochaine attraction. Je n’ai plus souvenir (heh déjà une semaine de passée) si c’était un reproche global ou non, mais je me souviens au moins que Oki Doki souffrait aussi d’un manque d’entretien.


Oki Doki
Ma dernière expérience sur ce Junior Coaster Next Gen de Vekoma remonte à l’année de son ouverture ou pas très loin, lors d’un cool trip avec Joachm et Milbanderas (les gars, si vous me lisez :)  ). Il y avait même une vidéo On-Ride avec ma tête de c.. au premier plan faite pour l’occasion (enfin, j’étais dans le chemin, hein).

A l’époque, c’était la renaissance de Vekoma. Un ride pour gosses qui envoie une certaine dose de patté (pour un Junior), mais surtout qui donne l’impression de glisser sur de velours. Le seul reproche que j’avais à faire, c’était la tronche des trains. Même si je ne suis atteint de coulrophobie, il fait flipper le clown en tête de gondole.

En 2016, je rajoute le manque d’entretien peinture, mais aussi le velours qui s’est transformé en sentier rocailleux. Pas certain que le parc puisse réellement faire quelque chose à ce sujet, mais c’est dommage que ça ait évolué dans ce sens.

Mais dans le positif, Oki Doki est resté ce que j’appellerais un Junior Coaster Advanced, dans le sens que ce n’est peut-être pas le premier coaster dans lequel je mettrais un bout de choux qui découvre les sensations fortes (mais il représenterait une bonne étape dans son apprentissage).


Y a aussi des traces d’Oki Doki dans cette photo


Nous passons devant Indiana River (Aaah que de bons souvenirs) et El Paso Sepcial (Aaah que de moins bons souvenirs) et arrivons devant l’attraction qui doit probablement être la dernière ouverte sur le parc : Bob Express.


Bob Express
C’est l’une des rares attractions que je connaisse – en dehors de toutes les instances d’auto-scooter – que je fais uniquement pour rigoler. Je n’irai pas jusqu’à dire qu’il y a zéro sensation dedans, parce que ce serait faire abstraction des trois hélices, mais je ne sais pas, il y a quelque chose qui fait que ce coaster est particulièrement poilant à faire.

Je pense que le fait qu’il soit emberlificoté avec le splash (et qu’il y ait donc interaction entre deux peuples) aide au côté farfelu qui se dégage de cette attraction.

Et avoir le luxe de se retourner un peu n’importe comment dans le wagon parce qu’on est solo sur le siège deux personnes, c’est un peu la cerise sur le gâteau (mais attention, je n’incite personne à faire n’importe quoi dans un coaster, la sécurité avant tout !!).


Et on termine sur une magnifique photo de grille, avec Bob Express flou en arrière-plan


Nous terminons notre aventure comme nous l’avons commencée, en faisant un arrêt au stand avant de reprendre la route. C’était la journée sans voiture à Bruxelles, et nous nous attendons à ce que ce soit la guerre sur les routes vu que pour une raison qui nous dépasse, il semble que les gens attendent tous 19h pour sortir leur voiture, même s’ils n’en ont aucune utilité à ce moment…


Alors, conclusion sur cette petite journée semi-improvisée.

Première chose et non des moindre, maintenant je sais que faire un parc avec une crise de céphalo-rectomie, c’est juste éprouvant (et pas toujours que pour la patient zéro). En gros, comme je sais que je suis du type d’humeur de mer** en étant en manque de sommeil, j’ai passé le gros de ma journée sur Ingress dans les files et entre les attractions. J’en suis pas fier et ça n’a pas du plaire à mes ami(e)s, même si je restais alerte aux discussions en cours. Puis bon ça va me couter une nouvelle face arrière >_< foutu smartphone avec vitre sur le dos…

Mais ça, ça n’a finalement rien à voir avec le parc. C’est juste une leçon de vie :p


Vraie première chose, faut se l’avouer, ce fut une journée à mauvais rendement. Bon c’est faute à personne, et nous n’avons payer que deux entrées sur cinq au prix plein, mais c’est quand même râlant.

Bobbejaanland ne semble pas vraiment prévu pour accuser le coup d’une « forte affluence », ou plutôt ne semble pas aisément vouloir mettre en place ce qu’il faut pour gérer une affluence conséquente… A titre d’info, notre dernière visite (bon il y a au moins 2 ans) n’a duré que 5h, et nous avions fait au moins 50 % d’attractions en plus…

Et le dernier gros point noir, ce sont les prix. L’entrée à 35 euros, le parking à 8 euros, et apparemment le plan payant, ça fait beaucoup. Bon il semblerait qu’il y ait pas mal de promos sur toute l’année sur les billets d’entrée (ici c’était via Travel Bird), mais mettons-nous 30 secondes dans la peau d’une famille des deux parents et deux enfants qui improvisent une visite, et on se retrouve avec 134 euros juste pour parquer la bagnole et rentrer dans le parc.

Dans le positif, il y a les opérateurs (mais pas les klûûts sur lesquelles nous sommes tombés à Santa Fe) qui sont efficaces et globalement polis. Bon ce n’est pas l’efficacité du Parc Asterix non plus, et je n ;ai jamais discuté avec un des op vu que mon néérlandais est comme mon espagnol et mon japonais, juste bon à commander une bière (le minimum syndical pour survivre !), mais cela ils me semblaient suffisamment correctes que pour le mentionner.

Il y a aussi la propreté du parc. Je n’ai eu l’occasion de voir des allées remplies de détritus ou quoi que ce soit du genre (bon le nez dans le gsm, c’est facile), et là je me demande s’ils ont toujours leurs arbres à chewing gums ? C’était dégueu à voir, mais si ça empêche les idiots de coller leur chique n’importe où, ça en valait le coup.

Bobbejaanland n’est pas le parc à sensations (surtout sans Sledge T_T), mais une virée de temps à autre y est intéressant parce que c’est un parc qui bouge, qui renouvelle son offre de manière régulière et qui essaie de sortir un peu des chantiers battus (bon maintenant que Walibi se réveille, cet argument ne tient plus ).

Un parc à surveiller et à revisiter lorsqu’il accumule quelques (intéressantes) nouveautés.       
- And remember, respect is everything
- Whatever...

Hors ligne ErYx

  • Administrateur
  • Fait la course dans Vleermuis
  • *********
  • Messages: 12892
  • Karma : 34
  • Papy Ronchon
Re : [Bobbejaanland] 18.09.2016 - Un trip avec la tête dans le fion
« Réponse #1 le: 02 Novembre 2016, 21:53:24 »
Ah.. Raziel!!  Quel plaisir de lire ce TR complètement décalé!!  Je suis fan, j'en redemande!  Bravo ;)

Juste un truc, jeune padawan (qu'en plus, tu dois savoir), quand on entre dans un parc à l'ouverture (même avec céphalo-rectomie), soit, on se la joue **gros-bourrin-qui-n-y-connait-rien** et on se précipite vers la 1ere attraction trouvée quitte à attendre toute la matinée pour une daube (nonante neuf pourcent des gens.. Je fais dans le local).. Soit, on se la joue **je-suis-parconaute-aguerri-de-père-en-fils-depuis-30-générations** et on se précipite au fond du parc pour "savoir" (encore du local) rider une attraction vide que les bourrins du 1er camps n'atteindront qu'après la colllllllation de midi (alors que toi, tu sauras <-- (3e belgicisme, je m'épate) revenir vers l'entrée pour faire les attractions désormais désertées par les bourrins sus-nommés.. (Je te permets de relire la phrase pour bien la comprendre)..

Bravo pour le TR!! (Je ne sais plus sur je l'avais déjà dit.. Mais, au moins, c'est fait!)
Bonjour...  Je veux jouer à un jeu!!

Ma liste de Coasters ridés:  http://coaster-count.com/user/4974/ridden

Hors ligne Yoshiii

  • Fait son cinéma à Movieland
  • **
  • Messages: 490
  • Karma : 4
Re : [Bobbejaanland] 18.09.2016 - Un trip avec la tête dans le fion
« Réponse #2 le: 03 Novembre 2016, 23:35:04 »
Merci pour ce TR très sympa à lire  ;)

J'ai testé Mount Mara cet été et j'ai vraiment bien aimé le concept. L'immersion marche très bien, la qualité de l'image est satisfaisante, la synchronisation est bonne, bref une très bonne surprise. Etant très dubitatif sur la VR, ça a changé mon opinion (excepté sur le débit, certes).

Plus mitigé sur The Forbidden Caves où l'immersion ne marche pas du tout avec un sol trop visible et ce préshow entièrement en néerlandais. Je veux bien que le parc soit situé assez loin de la frontière linguistique et est assez proche des Pays-bas mais comme tu le dis un effort aurait quand même été appréciable.

J'ai aussi visité le parc en période de forte affluence (cet été avec un groupe d'enfants de centre aéré que j'animais) et c'est vrai que le parc a parfois un peu de mal à gérer les grosses foules (sur El Rio les bouées n'étaient pas remplies à fond, long temps de Dispatch sur Mount Mara, Dream Catcher, Sledge Hammer, etc...). Peut-être n'ont-ils tout simplement pas vraiment l'habitude des grandes foules (auparavant jamais je n'avais visité le parc avec de fortes foules)

Hors ligne xxxx-GDPR-DEMANDE

  • S'accroche à son chapeau dans BTM
  • ***
  • Messages: 1788
  • Karma : 0
Re : Re : [Bobbejaanland] 18.09.2016 - Un trip avec la tête dans le fion
« Réponse #3 le: 04 Novembre 2016, 13:27:54 »
Citation de: ErYx
Ah.. Raziel!!  Quel plaisir de lire ce TR complètement décalé!!
La même chose :P raziel tes TR sont uniques, ce sont des successions de moments d'anthologie. ^^ J'ai adoré le passage sur Indiana River... Remarque j'ai fait exactement la même chose l'an dernier à EP avec une copine qui voulait absolument éviter les attractions aquatiques, mais c'était dans "Pirates de Batavia". Forcément cette anecdote a beaucoup moins d'intérêt, du coup. ???

Pour Révolution - Mount Mara, je suis incapable de te dire s'il y a de la 3D dans la VR, je serais tenté de te dire non. C'est totalement immersif de tous les côtés et ça suffit, non ?
C'est d'ailleurs le meilleur VR-coaster que j'ai eu l'occasion de tester, de par son parcours assez long, le trajet en spirale avec le film parfaitement adapté. Ni trop réaliste, ni trop cartoon. Et j'ai le souvenir de chutes de rochers qui me semblaient un peu... plats !

Pour "The Forbidden Caves" je dis tout comme Yoshiii : pas une réussite mais je pense que le parc n'y est pour rien... J'ai testé entretemps une attraction similaire (ou même quasi-identique) à MPG et franchement, c'était la même chose. Storyline et preshow de ouf (même si je n'ai rien compris) et le ride en lui-même : meh comme tu dis ! :P

Hors ligne raziel188

  • Prend son temps dans I-speed
  • **
  • Messages: 376
  • Karma : 1
    • http://
Re : [Bobbejaanland] 18.09.2016 - Un trip avec la tête dans le fion
« Réponse #4 le: 05 Novembre 2016, 14:54:21 »
Merci beaucoup pour les compliments (et pour les efforts de Belgicismes ;) ) !

Effectivement je connais les deux écoles, et ça aurait du faire 'tilt' dans ma petite tête en voyant les foules. Mais le lendemain de veille était plus fort que moi et est arrivé ce qui est arrivé... Mais bon, ne pas avoir fait Sledge est mon seul 'regret' donc j'estime bien m'en sortir ;)

Et là maintenant en écrivant cela, je me demande si l'approche parcfan aguerri est applicable dans ce parc vu leur politique d'ouverture progressive (niveau horaire) des attractions. Remarque, si je me souviens bien PAv fait dans le même genre de mauvaise idée, et cela ne nous avait pas posé de problème de migrer directement au cœur du parc. Ce sera à tester lors de notre prochaine visite.


Content de voir que je partage le même avis sur The Forbidden Cave et Mount Mara, c'est toujours délicat de donner un avis sur des nouveautés sur le web de nos jours (quoi que sur AW cela semble accepté :) ).

Le coup du flum, c'est toujours u grand moment de rigolade entre nous vu que la victime déteste ça de toutes les fibres de son corps (même s'il est toujours venu avec nous... allez comprendre :p ), et là c'était l'occasion d'en faire une belle anecdote :D     
- And remember, respect is everything
- Whatever...

Hors ligne cmoiromain

  • Tire la queue du Mickey à Disneyland
  • ***
  • Messages: 1170
  • Karma : 7
Re : [Bobbejaanland] 18.09.2016 - Un trip avec la tête dans le fion
« Réponse #5 le: 22 Novembre 2016, 12:19:27 »
Je rejoins les autres, c'est un vrai plaisir à lire ce TR !

Concernant la question de la 3D sur la VR, en fait la réponse est que oui, il y a de la 3D. En fait, le principe même de la VR fait que c'est en 3D : tu as une image différente dans chaque œil, donc ton cerveau reconstitue la profondeur en fonction des décalages entre les deux images. Si tu avais la même image dans les deux yeux, tu y verrais flou (c'est ce qui se passe quand on règle mal la molette : la profondeur de ce tes yeux voient ne coïncide pas avec ce que ton cerveau devrait voir). L'impossibilité de porter des lunettes est donc compensée par cette molette de réglage.