Auteur Sujet: [Efteling] 01.11.15  (Lu 3633 fois)

Hors ligne raziel188

  • Prend son temps dans I-speed
  • **
  • Messages: 377
    • http://
[Efteling] 01.11.15
« le: 04 Novembre 2015, 20:37:34 »
Bonjour parkfans lecteurs / lectrices.

Voici le TR de nos dernières aventures, à Efteling.
Comme toujours, c'est 95 % de blabla et 5 % de photos. Les commentaires, questions et remarques sont les bienvenus !

Bonne lecture à vous :)


La visite d’Efteling était dans nos cartons depuis 2014, lorsque nous sommes passés à côté du parc en rentrant de Walibi Hollande. Cependant, Baron 1898 n’était pas encore sorti de terre donc je proposais d’attendre un peu pour notre visite, tout comme Phantasialand avec Taron l’année prochaine !

Nous sommes donc partis ce 1er novembre à la découverte du monde étrange et féérique d’Efteling.
Nous arrivons aux portes du parc peu après 10h, et force est de constater qu’il y a foule. Mince, qui aurait cru qu’il y aurait du monde le premier week-end de Toussaint, par une journée affichant un solide 17 degré et ciel dégagé ?

C’est original, et pas vilain du tout en fait
     

A y regarder, il y a beaucoup de familles avec poussettes et jeunes enfants, cela pourrait dire qu’en ciblant les coasters, nous n’aurions pas de si longues files que ça… Autant le dire directement, ce n’est pas un bon calcul. 

Lorsque nous quittons le château où se trouvent les caisses et tourniquets, nous nous retrouvons en face d’une première étendue d’eau sur laquelle un spectacle aquatique de fontaine nous accueille en musique. Sur la rive d’en face se trouve Fata Morgana, mais la foule se dirige vers la gauche d’un pas décidé, et c’est par là que nous décidons de nous diriger, l’objectif premier étant Bob.

Notre route longe le plan d’eau sur lequel se passe le show Aquanura (les fontaines), et de ce que nous en voyons, c’est classe et doit être très joli à voir de nuit avec tous les effets (lumières, feu).

Ne pas se fier totalement à mes photos, je suis juste pas très doué


Nous constatons assez rapidement deux points sur le parc en général. Le premier c’est que c’est très, très propre (le nombre de panier à déchets dans la file de Joris en de Draak !). Le deuxième est que le parc possède beaucoup d’espace non utilisé, mais « malheureusement » non thématisé. Je mets les guillemets parce ce que je reste mitigé sur la question. Je trouve très chouette d’avoir un parc thématisé de A à Z comme Disneyland ou Europa Park, mais de l’autre côté de la balance un parc dominé par une dense verdure comme Holiday Park est très agréable aussi.

Ici j’ai l’impression que chaque attraction est son propre land thématique, et que les espaces entre celles-ci accentuent le côté « on va construire là au hasard et tant pis pour la story line globale du parc ». A notre défense, notre dernière visite était à Europa Park, donc notre point de référence le plus frais dans nos mémoires met la barre assez haute.     

La bonne nouvelle, c’est qu’il y a de la place pour construire, mais aussi pour ne pas se sentir étouffé par la foule des grands jours (mais ça veut dire aussi qu’il faut marcher).


Retour à notre périple, et le premier stop de la journée, dont nous ne voyons que la gare tant le parcours est caché par les arbres.
 
 
Bob 

J’imagine que ce ne doit pas être évidant d’éviter le stéréotype « bobsleigh = neige = suisse » pour ce type d’attraction, sachant que La trace du Hourra et feu Disaster Transport sont les seules exceptions à « la règle » qui me viennent à l’esprit. Donc nous retrouvons une ambiance Helvetico-Bavaroise à travers la décoration de la gare, mais surtout la musique dans la file. Bon il n’y a apparemment que 25 minutes d’attente, il suffira de mordre sur sa chique.

Pour ce qui est du coaster, selon nous mais surtout pour nous, c’est totalement sans inutile. Le seul moment que j’en retiens c’est lorsque le bob (ce sont des tout petit trains de six personnes) s’est littéralement déplacé latéralement un bref instant dans un changement de direction (le geek sommeillant en moi voyait le train straffer… et je ne suis pas fier de l’écrire).

Si nous estimons que l’attraction nous a volé 25 minutes, je pense que pour les plus jeunes ou les personnes n’ayant pas forcément notre background parc-o-nautique, cela doit avoir plus d’intérêt : des changements de direction assez secs, de mini drop abruptes, un wagon qui a potentiellement plus de degrés de liberté que sur un coaster à rails classiques… et le tout de manière relativement agréable finalement. 

Pas de photo, cela montre la force de notre désappointement


Après cette petite balade, nous sortons la carte et sommes confrontés au choix de Sophie. Soit nous allons simplement à l’attraction suivante qui est le Raft Ride du parc (et presque tout le monde adore les Raft Rides), soit nous allons juste un peu plus loin et nous nous attaquons à l’artillerie lourde du parc avec Baron 1898.

Nous accordons un peu de répit à celui qui n’aime pas les Raft Rides, en lui accordant qu’il est encore tôt (aux alentours de 11h) et que la température n’est pas encore à son maximum. Ce sera donc un voyage dans une mine plutôt qu’un trip chez les Incas.

   
Steady, steady, … Aaaaaaaaaaaaaah
   

Baron 1898

Avant de découvrir la partie « intéressante » de la file d’attente (dans le building), il faut admettre que l’organisation de la partie extérieure de celle-ci est au poil.
 
Premièrement, comme sur beaucoup d’autres attractions, il y a une file single rider.

Deuxièmement, à un certain point (lorsque la file revient vers le bâtiment de la gare), la file se sépare en deux pour ceux qui veulent aller en Front Row, et ceux qui seront dispatché sur les rangs deux et trois.

Troisièmement, avant de rentrer dans le bâtiment, il y a un système de consigne gratuite pour les sacs, surveillé / géré par deux employés (un qui réceptionne et un qui rend les affaires aux visiteurs).

Et quatrièmement, même si ça nous semble un peu overkill, nous recevons un petit ticket nous indiquant dans quelle équipe et quelle rangée nous allons nous retrouver pour visiter la mine du Baron. Je ne suis pas certain que ce dernier point soit primordial, mais il faut reconnaitre que ça apporte de l’ordre, de la simplicité et de l’efficacité pour la répartition des gens dans les trains.

L’histoire des équipes semble juste se limiter à définir quel groupe sera le premier à embarquer dans le batch de passagers. Nous avons été deux fois en team A, et la seule chose que je peux affirmer, c’est que c’est la team B qui part toujours en premier :( (ouais, j’affirme des trucs avec seulement deux essais de référence).
Qui sait, peut-être qu’il y a une différence dans le 3ième pré-show, une fois dans le train ?

Le premier pré-show se passe dans une petite pièce où le Baron nous invite à visiter sa mine et où nous faisons la connaissance des dames blanches qui apparemment ne nous veulent pas du bien, ou du moins ne veulent pas nous voir venir sur leur territoire. Quelques effets visuels accompagnent la narration, ça ne dure pas des plombes donc c’est cool, ça passe.

Les portes s’ouvrent, nous gravissons quelques marches pour arriver dans la salle du second pré-show, où nous rencontrons le Baron en personne qui nous parle de … à vrai dire je n’en sais rien parce que mon Néérlandais est vraiment mauvais, mais aussi parce qu’à ce moment tout ce que je veux c’est poser mon derrière dans un des sièges ultra confort des trains B&M qui se cache – je l’espère – derrière les trois portes devant nous.

La team B quitte la pièce, et nous restons avec le Baron le temps de l’(un)load du train qui nous précède. Heureusement, il n’est pas difficile d’apercevoir que notre attente touchera à sa fin dans peu de temps car la station est bien dans la salle suivante.         

Pour notre premier essai, nous espérons être placés en dernière rangée, pour faire peser la balance du côté sensation fortes plutôt que du côté émerveillement visuel. Chance pour nous, probablement facilité parce que nous sommes cinq, qu’ils remplissent d’abord la deuxième rangée et qu’il y avait trois ou quatre personnes devant nous dans le même train (comme quoi ça ne tient vraiment à rien :p ), nous avons nos ticket pour la dernière rangée.

Je me trouve au milieu de la rangée et je remarque que les deux sièges centraux de chaque rangée possèdent non pas une mais deux ceinture en complément de l’OTSR. Est-ce que ce sont les sièges pour les Big Boy ? Ou il y a une autre raison à cela ?

Les employés vérifient les harnais, les plateformes s’abaissent (mais pas comme sur les floorless classiques, où les plaques basculent pour terminer en diagonale sur les côtés de la voie), la grand porte s’ouvre devant nous et PAN. Troisième pré-show.

A nouveau, ce n’est pas bien long, nous regardons les dames blanches virevolter et chipoter au système d’ascenseur de la mine, et le train s’engage sur le lift.

De par sa hauteur et son inclinaison (peu importe comment je l’agençais, parler de raideur rendait le truc très tendancieux), nous arrivons rapidement au sommet. La petite cloche sonne, la chaine nous emmenant sur les freins surmontant la first drop prend le relais, et nous nous retrouvons prêt à être relâchés à tout moment.

La petite cloche sonne à nouveau et les freins libèrent le train.     

Bien que petite par rapport à ma référence en matière de Dive (Sheikra), la drop est tout bonnement excellente, le haut le cœur est bien présent et est remplacé par des G positif en pleine tronche lors du redressement dans le tunnel.

Les deux inversions passent très bien, mais paraissent un peu fade par rapport à ce que nous venons de « vivre », mais le fait d’être au centre du train pour les retournements n’aide pas (confirmation plus tard).

Le parcours se termine sur une hélice 360 deg. qui fournit une petite dose supplémentaire de G, et un bunny hop qui franchement ne sert à rien niveau sensation.

Alors, Baron 1898 ça dit quoi ? Bien c’est vraiment très chouette, et la chute verticale est géniale, mais ça confirme mon idée que j’avais après ma visite à Busch Gardens Tampa : en dehors de la chute, ou plutôt après une telle chute, le reste parait transparent. 

De plus, la présence de trois pré-shows semble gratuitement et artificiellement gonfler le temps d’attente pour « pas grand-chose ». J’imagine qu’il y a un lien avec le dispatching et que chronométrés, ces shows ne prennent pas tant de temps que ça, mais après ce que j’estimerais à 1h30 de file (wow, tout ça ?!), ça fait mal d’être stoppé pour juste « ça », trois fois qui plus est.   
 
   
Close ups, parce que la B&M sexyness et Efteling, c’est un bon mariage

   
Un aperçu de la station

Et maintenant de l’extérieur

   
Parce que les Zero-G, c’est beau


Quand nous récupérons nos affaires, il est déjà 12h45 ! Cela fait 3h (à la louche) que nous sommes là et nous en sommes à deux attractions. Nous ne pourrons pas tout faire en un jour comme je le pensais, il faudra être sélectif.

La pause repas de midi s’impose et la restauration rapide sera notre choix, même si ça ne remplit pas son homme et que ce n’est pas ce qu’il y a de plus goûtu (croquette au fromage et frites, il y a certainement mieux).

Comme le disait Lao Tseu : "Rien de tel qu’un junk coaster pour aller avec de la junk food". Python fera parfaitement l’affaire.


Python

Pour ceux qui ne connaissent pas, Python est de la race des Metal coaster of Death des années 80. Un vieux Vekoma comme on ne les fait plus, avec double ration de loops et corkscrews, et des transitions dessinées / calculées avec les pieds.
 
Il y a eu au moins deux changements de train sur ce coaster, de manière à lui redonner une cure de jeunesse en dépensant un minimum. Actuellement, ce sont les trains Vekoma avec des harnais-veste comme sur Speed of Sound à Walibi Hollande. Je ne sais pas vous, mais si je trouve que ce genre d’harnais passe impec’ sur un Flying (en tout cas les Flying B&M), ça ne passe pas du tout dans un (mauvais) Sitdown car la veste me tue les épaules (les points d’ancrage sont de part et d’autre du repose tête).

Cependant, il a quand même une légère valeur nostalgique. L’enchainement des corkscrews rappelle le temps passé sur feu Tornado à Walibi Belgium, à cette époque où je n’avais pas idée que le monde des parcs d’attractions était aussi vaste, et surtout j’encaissais beaucoup plus facilement les claques made in Vekoma.

Le gros point noir pour moi sur le tracé, c’est la transition entre le deuxième demi-tour et l’entrée des corkscrews. Oh mon dieu comment a-t-on pu concevoir un truc pareil ? Ok j’ai déjà vu bien plus violant et beaucoup plus récent réalisé par les wannabe designers chinois (genre ceci), mais ça n’excuse pas tout.

Cela dit, malgré ce que j’en pense et ce que je viens d’en dire, je crois que les nouveaux trains ont améliorés l’expérience. J’en retiendrai cette pertinente analyse d’un ami : « En sortant, j’ai la même impression que celle d’être saoul ».

   
Nothing to see here, move along….


Après cet épisode, il nous faut un petit coup de fouet pour remettre le pied à l’étrier. Chic, il y a un petit Wooden qui traine dans le coin.


Joris en de Draak

Chic (bis), c’est un dueling, et nous en sommes friands depuis Stampida à Port Aventura (qui n’avait que ça d’intéressant). Nous commençons par le côté Water, et découvrons toute la mise en scène présente en gare (narration, animation et SFX en cas de victoire et/ou défaite). C’est chouette les deux premières fois, mais ça devient rapidement une rallonge dont nous nous passerions volontairement, un peu à la sauce Baron 1898 avec le stop entre la zone (un)load et le lift.

Pour illustrer, lorsqu’un train est rempli, il y a une storyline audio, puis les opérateurs vérifient ceintures et lap-bar, puis souvent un temps « mort » (peut-être un temps d’attente pour le quai voisin), puis un jingle médiéval et les trains quittent enfin la station. Je n’ai pas chronométré, mais cela ne doit pas être loin des deux minutes d’inaction par train…   

Le parcours est très bon pour un Wooden ne dépassant pas les 23 m de haut, tellement bon que je m’en retrouve réconcilié avec GCI qui m’avait laissé un gout amère… non ce n’est pas la meilleure expression vu mes gouts en bières… qui m’avait laissé sur une note peu encourageante, parce que niveau vitesse et tracé c’est cool, mais ça défonce tellement la tête à cause des vibrations que ce n’est pas re-ride-able sur une même journée. Non, ici c’est très bien comme c’est, un petit Wooden qui peut jouer dans la cours de ses ainés (entendons-nous bien, nous restons quand même loin d’un El Toro ou de ce que je pense être un RMC digne de ce nom).

Deux choses pour accentuer mon affection pour ce coaster :

La première c’est que les grands gosses de Stampida sont de retour en pleine forme !
Petite piqure de rappel, sur Stampida, nous nous étions amusés à faire des doigts d’honneur au train rival pendant tout le run, en faisant attention à montrer qu’il s’agit bien d’un jeu (ultra puérile et de mauvais gout), quitte à stopper net si nous nous rendons compte qu’en face ça fâche (ce n’est pas encore arrivé). Autant dire qu’avec des jeunes adversaires en face de nous, ce fut l’un de nos pires fou-rires sur coaster à ce jour.             
Nous avons réussi à nouveau à accrocher deux gamins, et ce fut un combat acharné, une lutte sans merci entre le mauvais gout Water et le mauvais gout Vuur.

Et c’est que la deuxième chose arrive, car nous sommes sorti vainqueurs de notre bataille tudesque, en franchissant les premier la ligne d’arrivée.

Mais, car il y a un mais, contrairement à nos rivaux, nous serons abattu sur notre route de la victoire par la censure au stand photo, alors que nos vaillants rivaux pourront observer avec fierté leur contre-offensive immortalisable sur papier glacé.

Je ne suis pas du tout contre ce genre de censure, comme je l’avais dit dans d’autres TR (erf, faudrait peut-être que je grandisse un jour), parce que je reconnais être le neuneu ayant le comportement non adéquat, mais ici c’était plus drôle que les étoiles de censure ou encore l’intégralité de la photo blanchie que nous avions vu jusqu’ici, car c’est l’opératrice au stand photo qui a rapidos été mettre un papier style papier emballage devant la tv pour ne pas afficher nos âneries au public.     

Cette aventure terminée, il faudra voir s’il est possible de gagner avec le côté Vuur, parce que là le Water domine un petit peu trop à notre gout.

J’ai été radin sur les photos malheureusement, pourtant depuis Baron 1898, ce coaster est magnifique

   
L’animation des étendards en cas de victoire (loading - unloading)

ils ne rigolent pas avec la censure, mais nous un peu quand même


Lors de l’attente pour Joris en de Draak, nous constatons que le parc, mais surtout les opérateurs, font tout leur possible pour faciliter les accès aux personnes à mobilité réduite ou autre « handicap » (je pense que ce n’est plus politiquement correcte de dire cela, mais je ne trouve pas le(s) mot(s) exacte(s)), et ça c’est juste formidable. Je ne suis heureusement pas directement concerné par ce genre de « service » mais je trouve que c’est le genre de chose qui se doit d’être dit.       


Reprenons.

Pour les courageux / fous / autres qui suivent nos aventures à travers mes TR interminables, il manque un petit quelque chose, un style d’attraction bien spécifique que l’un d’entre nous ne supporte pas et que nous prenons à chaque fois un malin plaisir à le… comment dire… forcer par usure des mots à faire : les attractions aquatiques !

Ce 1er novembre fut étonnamment chaud et il y a un Water Coaster ainsi qu’un Raft Ride qui nous font de l’œil. Nous commençons soft mais aussi parce que nous sommes juste à côté avec De Vliegende Hollander.


De Vliegende Hollander.

J’avais suivi la construction de ce qui aurait pu être le début d’une belle aventure pour la société KumbaK (attraction qui n’est même pas référencée sur leur site… chaud quand même). Donc j’étais plus que curieux de voir ce qu’était ce coaster mystère, caché dans un bâtiment solidement thématisé, en dehors comme en dedans.

C’est d’ailleurs aussi le cas pour Baron 1898, Joris en de Draak, Piraña, et certainement pas mal d’attractions que nous n’avons pas eu l’occasion de faire (Fata Morgana, Droomvlucht et Spookslot pour ne citer qu’eux) : les attractions en elles-mêmes sont vraiment soignées niveau théma.

Bref nous en étions partis à la découverte d’un bateau pirate fantôme.

Je ne sais pas qui lira ce TR, mais si jamais vous souhaitez découvrir la partie dark-ride de vous-même, attention spoilers.

Pour ceux qui connaissent, ça peut paraitre ridicule vu la « taille » réduite de cette section, mais c’est peut-être l’effet de surprise ainsi que sa réalisation qui a rendu cette idée aussi géniale à mes yeux : la salle au brouillard !

Sérieux, c’est ultra simple quand on y pense et probablement que c’est un effet cheap dans sa mise en œuvre (mais n’y connaissant rien, j’accepte pouvoir être à côté de la plaque), mais l’impression d’être perdu au milieu de nulle part dans la brume, avec pour seule lumière la lanterne de notre embarcation est juste parfaite. 

Il y a aussi (oui j’ai déjà perdu ma chronologie sur cette attraction) la salle avec le rideau d’eau faisant office d’écran avançant synchro avec le bateau, bien joué les gars !

Pour résumer, une partie dark-ride vraiment cool, qui se termine par une drop nous amenant sur le lift principal.

La partie coaster est malheureusement moins folichonne, même si la chute du lift est correcte, et que contrairement aux Water Coasters Mack (oui bon, contrairement à Poséidon), ce n’est pas une torture à vivre jusqu’à l’amerrissage dans le lac.

Le splash aurait pu être un effet aqua-technique tellement nous sommes sorti sec de l’attraction, et le retour en gare se fait en prenant son temps pour faire demi-tour sur le lac. Quand il fait beau, pas de souci, mais s’il fait maussade et que par miracle vous êtes dignement mouillés par le splash, cette balade sur le lac peut devenir un enfer pratiquement éternel.

   
Sublime à l’extérieur et ambiance cosy à l’intérieur

   
Ces shots de la station ont été réalisés avec un filtre J.J. Abrams


Il nous reste une cartouche pour ce qui est de se faire potentiellement tremper, nous l’utiliserons après une pause délices glacés ou boisson sucrée, et un nouvel affrontement sur Joris en de Draak.

   
Vue depuis la sortie de De Vliegende Hollander et celle depuis Joris en de Draak (et bien sûr, je n’ai pas immortalisé ce dernier, mais plutôt le tas d’acier de la mort…)


Joris en de Draak, de Draak strikes back

Cette fois-ci, team Vuur, avec pour objectif de faire tomber le records de la team Water.

Nous ne serons pas tous dans le même train, ce qui fera deux heureux sur cinq. En effet, les premiers combattants rentreront triomphant de leur duel, faisant tomber les drapeaux rouges pour la première fois de la journée… enfin… de ce que nous en avons vu. Le troisième partira avec un handicap (ici c’est politiquement correct de l’utiliser) dans son équipe car celle-ci n’est pas complète. Trois membres n’ont pu se joindre à la bataille. Il rentrera vaincu.

C’est à notre tour, la pression est palpable. Une victoire ? Une défaite ? Si nous voulons gagner la guerre, nous devons gagner cette bataille.

Et là, c’est le drame.

Malgré nos techniques avancées en aérodynamisme tel des cyclistes au Tour de France (j’attends les résultats du contrôle anti-dopage de nos adversaires), et notre vaillante volonté, nous sommes vaincus sur les deux derniers mètres. Ah, si seulement ils m’avaient écouté et avaient gardé les mains dans le véhicule… Bien entendu, personne ne doit savoir, et d’un comment accord nous réécrivons l’histoire comme quoi notre victoire fut totale et épique (c’est toujours bien quand c’est épique).
 
Malheureusement, nous serons accueillis en station sous les huées du reste du groupe, qui nous a soigneusement attendu à la porte de la station, pour bien voir de leurs propres yeux notre défaite.

Et mer**.

Rawr, je suis un dragon pris en photo par un piètre photographe, Rawr


Pour éviter que l’un de nos deux gagnants ne voie ses chevilles enflées, nous nous hâtons pour lui trouver une bassine d’eau froide, connue plus généralement sous le sobriquet de Raft Ride.


Piraña

Ça m’agace de l’admettre car ça donne faveur à l’un de ses arguments pour ne pas faire de Raft Ride, mais c’est fou à quel point c’est « toujours » la même chose dans un autre décor et avec une qualité d’eau fortement variable (les guillemets c’est pour les perles style River Quest à Phantasialand).

Pour faire court, ici nous partons pour le monde des Incas et si nous réussissons à ne pas nous faire doucher comme certain devant nous, nous récoltons suffisamment d’échantillons aqueux pour savoir que cette flotte, une fois imprégnée dans un vêtement, sent le cimetière digéré… depuis plus de 24h.

’Voyez, c’est ‘juste’ un Raft avec une déco Inca

et ici, un p’tit cul Inca


Il nous reste à peu près 1h dans le parc, notre choix est donc limité. Le plus important, ensuite nous aviserons si le temps nous le permettra, c’est de retourner sur Baron 1898 en Front Row cette fois-ci.           

Photogénique à souhait ce petit loup


Baron 1898

Première grosse différence : la vue ! Lorsque le train arrive au sommet du lift, la vue sur le lac et Joris en de Draak est magnifique, surtout quand c’est en plein couché de soleil (plutôt fin de), que le parc a déjà vêtu ses habits de lumière pour la nuit et qu’ils aient décidé de mettre la dose de brume sur le lac. Tout simplement sublime.

Le train s’avance, notre wagon se retrouve face au vide et le sublime devient rush d’adrénaline. Les freins s’ouvrent, et nous nous s’engouffrons dans la mine du Baron pour la deuxième fois de la journée.

Le Baron en personne

   
Baron 1898 by night


Nous reprenons nos affaires, et nous pourrions conclure notre saison parc-o-nautique 2015 avec comme dernier coaster Baron 1898, ce qui claque pas mal. Mais non, ce n’est pas le genre de la maison, il nous reste dix minutes montre en main pour traverser la moitié du par cet poser nos fesses dans Vogel Rok.

Nous ne croisons pas un chat, les lumières se font rares, le temps avance inexorablement, mais au loin nous voyons cet énorme piaf cachant le dernier coaster du parc.

Nous y sommes presque.   

Encore 200m.

Mince, il y a un membre du personnel devant… attendez, il a un balai. Peut-être que c’est encore jouable.

Nous passons. Pas de réaction, file toujours ouverte, pas un chat, go go go !

Nous arrivons sur le quai, c’est mort de chez mort et nous lisons sur le visage de l’opérateur « oh non, bande de petits enf***** ! Nous étions sur le point de fermer et il a fallu que vous vous pointiez ».

Ce sont les règles du jeu, nous sommes juste à temps, nous aurons l’honneur d’embarquer sur le dernier train de la journée.

Par contre, pas grand-chose à raconter dessus. Il fait tout noir sauf quand il y a un / des laser(s) vert(s) ou des murs de leds comme dans Revolution à Bobbejaanland. C’est fun comme truc, ça speed un minimum, et comme c’est notre dernière attraction, il était primordial de gueuler comme un possédé pendant tout le trajet.           

De retour en gare, nous entamons le célèbre chant ancestral des Hollandais ruraux « Nog een keer ! Nog een Keer ! Nog een Keer ! », mais ce n’est pas leur vision des choses. Boarf, ça valait le coup d’essayer.


En sortant, nous nous retrouvons nez-à-nez avec les tasses à café Mr Cannibal (et surtout la musique éponyme de Sacha Distel) et un cycle se termine. Y a peut-être moyen de gratter, oui, non ?? Oh, dommage.

Il ne nous reste plus qu’à suivre les masses en espérant qu’elles se rendent aussi au parking, acheter le ticket dudit parking, retrouver notre véhicule (yay, nous n’avons pas vraiment fait attention ou nous nous étions garés), et prendre la route pour ZE tradition de nos visite de parc (du moins quand c’est possible) : un repas gourmet au Burger King (c’est bon de diminuer sa longévité parfois).


Heureusement que je fais relire mes TR à mes accompagnants, parce que j’ai oublié quelque chose d’essentiel, quelque chose qui représente l’âme même d’Efteling. Nous l’avions déjà observé en début de journée, et cela nous avait fait sourire. Nous avons eu droit à un rappel à la sortie de Piraña avant de retourner voir notre ami le Baron, mais c’est lors de notre retour vers l’entrée du parc en mode horde de zombies que c’est devenu une sorte de private joke.

Je veux bien sûr parler des poubelles, de certaines poubelles…

Pour ceux qui n’ont pas encore eu le plaisir de découvrir le parc, il faut savoir que certaines poubelles parlent !

Je me souviens encore de la voix roque de la poubelle Inca nous interpelant avec son « Papier, hier » (google translate pour les non-néérlandophones), mais avec la fatigue d’une bonne journée et sa voix haut perchée, c’est une poubelle non loin de Stoomcarrousel qui nous fera partir en saucisse (pour être poli).

Je n’en ai pas de photo, et je ne la retrouve pas sur la visite virtuelle via Google Maps (les images datent de 2009 en même temps), mais rien que de l’entendre dire « Papier… Hier…. Hallo ! », nous sommes pliés.

Bien évidemment nous n’aurons que ces mots à la bouche pendant la demi-heure suivant cette découverte, et nous entendrons que certaines personnes (étonnant que cela ne vienne pas de nous finalement) s’approprient ces trois petits mots en ajoutant leur touche personnelle en disant « Bier… Hier », suivi d’une lampée de bibine.

Bref, de la bonne humeur pour une fin de bonne journée.
Et quelque chose me dit que cette petite voix restera longtemps dans nos esprits :D
 


Comme chacune de nos visites, nous avons adoré découvrir Efteling. Le parc est effectivement grand et peut sembler ne contenir que peu d’attraction, mais il y a deux nuances que j’ajouterais. La première, comme dit plus haut, notre dernier parc avant celui-ci, c’était Europa Park, et ils ne jouent pas (encore ?) dans la même catégorie. La deuxième est que je m’attendais à un parc à plus faible affluence, qu’il y avait bien plus de monde que « prévu » et que nous avons fait l’impasse sur une petite dizaine d’attractions, mais aussi sur différentes zones entières du parc (les coasters étant pratiquement tous dans le même coin).

D’ailleurs je regrette de ne pas m’être renseigné avant et d’avoir raté Spookslot simplement parce qu’apparemment la BO de l’attraction n’est autre que la Danse Macabre de Camille Saint-Saëns, et que j’adore ce morceau. Il y a aussi le show Aquanura, Fata Morgana et probablement d’autres attractions qui valent le détour et que nous aurions certainement aimées, mais l’affluence n’était pas en notre faveur et comme pour Europa Park, nous cherchons avant tout les sensations fortes là où nous le pouvons.

Le seul bémol que nous lui trouvons, c’est ce manque de théma entre les différentes attractions. C’est un choix inhabituel qui plait certainement à beaucoup de gens, je pense aux personnes qui cherchent plus un endroit où flâner, mais qui pourrait rebuter les accrocs aux enrobages complets de décors pour faciliter et accentuer l’immersion.

Attention aux amateurs de vidéos on-ride avec GoPro, ils nous a été demandé dans toutes les attractions de l’enlever, malgré le strap au torse de son proprio (strap qui passait sans problème à Europa Park). Probablement qu’il s’agit d’un comportement lié au ban des Selfie-sticks (je n’en ai vu aucun !), donc c’est compréhensible.

Oh et nous n’aurions pas dit non pour des events liés à Halloween.


Efteling est un parc que je recommanderais en tant que parc ayant comme orientation principale la famille avec jeunes enfants, mais qui semble se diversifier en offrant des attractions orientées pour les ados / jeunes adultes telles que Baron 1898 et Joris en de Draak (bon d’accord Python aussi).

Donc si ce n’est pas aujourd’hui que vous souhaitez le découvrir, parce que l’offre en sensation force n’est pas à la hauteur, surveillez bien ce parc, car il pourrait très bien nous surprendre comme ils viennent de le faire avec Baron 1898 (et Joris en de Draak en 2010).


Merci pour votre temps, et comme le disait si bien Shakespeare : Papier… Hier… Hallo !!             

(et comme le veut la tradition, sorry pour les fautes d'orthographes)
 
- And remember, respect is everything
- Whatever...

Hors ligne Zip6

  • Fait son cinéma à Movieland
  • **
  • Messages: 495
Re : [Efteling] 1er Novembre 2015
« Réponse #1 le: 05 Novembre 2015, 21:47:57 »
Pour y avoir été le 24 octobre, c'est agréable de lire un TR qui date d'une semaine plus tard. Cependant l'affluence n’était pas la même apparemment, j'avais eu le temps de tout faire une fois ( Ou alors je cours plus vite vers les attractions ) je me doute bien qu'il a fallu sélectionné mais quel dommage d'avoir raté les Darks rides et Aquanura !
Sinon j'en ai tiré le même avis que toi ! Efteling est un très beau parc mais je note aussi le manque de thématisation dans certaines zones comme Carnaval Festival ! ;-)

Hors ligne xxxx-GDPR-DEMANDE

  • S'accroche à son chapeau dans BTM
  • ***
  • Messages: 1788
Re : [Efteling] 1er Novembre 2015
« Réponse #2 le: 05 Novembre 2015, 22:13:03 »
Arf un TR sur Efteling, j'aime. ;D

Citation de: raziel188
A notre défense, notre dernière visite était à Europa Park, donc notre point de référence le plus frais dans nos mémoires met la barre assez haute.
Oui, ou pas. La thématique d'Efteling dans son ensemble, c'est le merveilleux, les contes... Donc d'avoir un parc aussi boisé, pour moi, justement ça participe à cette ambiance. Si les zones étaient davantage rapprochées... Je sais pas, ça ne serait pas pareil. Bien entendu ce n'est que mon avis.

Citation de: raziel188
Bon il n’y a apparemment que 25 minutes d’attente, il suffira de mordre sur sa chique.
Non mais c'est quoi cette expression de :P

Citation de: raziel188
La deuxième est que je m’attendais à un parc à plus faible affluence, qu’il y avait bien plus de monde que « prévu » et que nous avons fait l’impasse sur une petite dizaine d’attractions, mais aussi sur différentes zones entières du parc
Et je dirais même "sur une GROSSE dizaine d'attractions". ;)

Comme tu en parles en fin de TR, du coup je reviens là-dessus.
Déjà, bravo pour ton descriptif très complet et très intéressant à lire sur les coasters.
Et comme je parlais de la théma globale du parc en début de commentaire, au final je vois que tu en parles dans ta conclusion : tu t'es surtout concentré sur les coasters et tu as zappé des sections complètes du parc. Très dommage, je considère des attractions comme Drumvlucht et Fata Morgana comme étant parmi les meilleures que j'ai pu faire, toutes catégories confondues. Du très, très haut niveau.
Mais la bonne nouvelle : ça te fait au moins une très bonne raison - ou même deux :) - de prévoir une nouvelle visite à Efteling !


Hors ligne xxxx-GDPR-DEMANDE

  • S'accroche à son chapeau dans BTM
  • ***
  • Messages: 1788
Re : [Efteling] 1er Novembre 2015
« Réponse #3 le: 06 Novembre 2015, 07:14:20 »
Alors forcément, après coup... L'attraction que j'aime tellement que je l'ai mal orthographiée...

Droomvlucht et non Drumvlucht.
En français : Vol de rêve. :P

Hors ligne cyrildk

  • Opérateur Attractions
  • Modérateur
  • Demande du feu dans Joris
  • *********
  • Messages: 840
  • Home Park : Plopsaland De Panne
Re : [Efteling] 1er Novembre 2015
« Réponse #4 le: 06 Novembre 2015, 12:39:25 »
Merci pour ce TR détaillé, avec des informations qui peuvent être utiles à la préparation de mon trip 2016.
Park Count : 40
WaterPark Count : 7
Coaster Count : 196
Pays : 6

Hors ligne raziel188

  • Prend son temps dans I-speed
  • **
  • Messages: 377
    • http://
Re : [Efteling] 1er Novembre 2015
« Réponse #5 le: 06 Novembre 2015, 19:39:51 »
Merci pour les avis :)

@Zip6 : il y a peut-être un peu des deux, moins d'affluence et plus rapide que nous. Nous ne sommes généralement pas du style à galoper entre les attractions - aussi bonnes soient-elles - sauf quand il s'agit de faire un dernier truc à la fin de la journée (et ennuyer les opérateurs par la même occasion :p ) et que le temps joue contre nous (Vogel Rok et Shambhala sont les deux seuls exemple que j'ai en tête depuis que nous arpentons les parcs ensemble).

Je pense aussi qu'on ne prépare pas peut-être pas assez nos visites (ça a été décidé deux semaines plus tôt...), et que déjà par manque d'infos, on passe à côté de choses intéressantes. Cela dit, je ne regrette en rien notre visite, et avec seulement 1h30 de route, il nous sera facile d'y refaire une visite.

@Nikolas : Comme dit, j'ai beaucoup de mal à me positionner sur la question de la proportion des espaces verts. Je pense que c'est le premier parc que je fais / nous faisons dans le genre, et c'est plus différent que mieux ou bien que l'approche "on met de la théma partout" ou "béton-land entre les attractions, mais c'est pas grave vu le peu de place entre lesdites attractions". Je comprends très aisément que cela puisse plaire (surtout que ça ne me déplaisait pas).

Drumvlucht ça peut-être sympa aussi, un dark-ride sur la Drum n' Bass :D quoi qu'un peu beaucoup hors contexte (ça doit être difficile de passer de Camille Saint-Saëns à Pendulum) ;)     

Et quoi quelle a mon expression :( ? Peut-être que c'est plus Belge (voir Bruxellois) que ce que je ne pensais ;) 
- And remember, respect is everything
- Whatever...

Hors ligne xxxx-GDPR-DEMANDE

  • S'accroche à son chapeau dans BTM
  • ***
  • Messages: 1788
Re : Re : [Efteling] 1er Novembre 2015
« Réponse #6 le: 09 Novembre 2015, 12:56:36 »
Citation de: raziel188
Et quoi quelle a mon expression :( ? Peut-être que c'est plus Belge (voir Bruxellois) que ce que je ne pensais ;)
C'est ce que je me suis dit après coup. ;)

Je viens de faire une recherche, et devine quoi ? Effectivement c'est Belge :
http://www.lalibre.be/culture/medias-tele/mordre-sur-sa-chique-51b8a4c1e4b0de6db9b5145f

Mais j'aime beaucoup. :P


(et désolé pour le hors-sujet)