Auteur Sujet: [Parc Spirou] Nouveautés 2019  (Lu 48600 fois)

Hors ligne AlexHL

  • Modérateur
  • Demande du feu dans Joris
  • *********
  • Messages: 849
  • Karma : 0
  • Comtois, mais aussi Normand et Ardéchois !
Re : [Parc Spirou] Nouveautés 2019
« Réponse #90 le: 07 Décembre 2018, 18:30:38 »
De nouvelles sculptures arrivent à Spirou :



Parcs faits :
2018 : PdF, EP, Kingo, DinoZOO, Vulcania, Lemptégy, Alton, Festy, Fraisp', HoPa, Astérix, OGP, JdA, FlyView, Grévin, Chaplin, PAL, Spirou, OK
2019 : AquaBoulevard, Walibi, DLP, WDS

Hors ligne John_attend

  • Prend son temps dans I-speed
  • **
  • Messages: 307
  • Karma : 2
Re : [Parc Spirou] Nouveautés 2019
« Réponse #91 le: 09 Décembre 2018, 20:56:00 »
On connait les chiffres de fréquentation, revenus de cette petite année écoulée?

Hors ligne WhereverHugo31

  • Joue des castagnettes dans Abismo
  • *
  • Messages: 116
  • Karma : 2
Re : [Parc Spirou] Nouveautés 2019
« Réponse #92 le: 14 Janvier 2019, 17:56:58 »
Enfin les arbres font leur entrée au Parc Spirou, on espère que ce simple ajout (mais ultra important qui aurait dû être fait dès la saison 1) rendra le parc moins austère.


https://www.facebook.com/ParcSpirou/videos/597232294053451

Source : FB
Disneyland Paris parks Fans are the horses girls of the coaster enthousiasts.

Hors ligne AlexHL

  • Modérateur
  • Demande du feu dans Joris
  • *********
  • Messages: 849
  • Karma : 0
  • Comtois, mais aussi Normand et Ardéchois !
Re : [Parc Spirou] Nouveautés 2019
« Réponse #93 le: 25 Janvier 2019, 11:00:48 »
Souvenez-vous en décembre dernier, l'équipe s'est rendue sur le parc. Voici notre compte-rendu :

Citation de: AmeWorld - Alex
Il est 8h00, direction le sud de la France et plus précisément la ville d’Avignon, à la rencontre de l’équipe du parc Spirou. En effet, Parexi a ouvert non sans difficulté un tout nouveau parc dans le Sud, dominé jusque-là par les Luna Park et les parcs aquatiques. La région était alors peu représentée côté parcs de loisirs dont on peut citer le plus important : OK Corral. Le maire de Monteux a alors imaginé et monté la zone de loisirs du lac de Monteux qui s’articule autour de cette base de plein air accompagnée de projets privés : un parc aquatique Wave Island (ex. Splashworld) et désormais le Parc Spirou depuis 2018.

Premier point, il a été facile pour moi de me rendre sur le site depuis Avignon grâce à une liaison de bus entre la cité des Papes et Carpentras déposant les visiteurs à l’entrée du complexe de loisirs. Un rapide tour du propriétaire montre la compacité flagrante du parc, il est étonnant de se dire que le parc envisage près d’un million de visiteurs annuellement d’ici une dizaine d’années dans un espace de seulement 8ha. En dépit des critiques concernant l’offre ou la vision du parc, ce que je retiens en premier, c’est comment caser attractions, services administratifs, maintenance, spectacles, restaurants et boutiques dans cet espace réduit. D’autant plus que le parc ne pourra pas s’étendre car les terrains aux alentours sont des réserves non-constructibles marécageuses (et pour y être passé : elles servent à quelque chose !), dites de compensation pour des questions de réglementation.

C’est dans la partie administrative temporairement installée derrière le Spirou Racing que je suis accueilli par Florian Conil, le directeur du parc et Eric Boura, le responsable du projet « Spirou ». Ils sont heureux de pouvoir me faire visiter leur projet. Ils sont conscients des nombreuses erreurs et lacunes que les visiteurs et fans ont remarquées. Leur réponse est claire : les délais et les arbitrages en fonction du budget restreint pour cette première année ont limité le nombre d’attractions et l’importance de la décoration. Mais si pour 2018 le parc était loin d’être complet, le plan d’investissement de 2019 permettra selon les dirigeants de résorber la grande majorité des manques. Le but de l’année 2018 était de répondre aux exigences des investisseurs dont le principal est MediaParticipation qui finance ainsi la majeure part des dix millions d’euros, le parc devait ouvrir pour juin 2018 et au vu des délais aucune attraction aquatique ne pouvait être installée.

D’autre part, le projet prévoyait à l’ouverture deux points de restauration fixes (Vroup et Moustic), la « Terrasse de Spirou » sur l’espace du feu « Impulse » et différents Food Trucks dans le parc. Ces derniers n’ont pas ou peu ouvert car la fréquentation ne le justifiait pas pour le moment, ainsi que les boutiques de l’entrée et en face du Moustic. Tous ces équipements sont aux yeux des dirigeants suffisants pour les prochaines années et les responsables veulent se concentrer sur les attractions et les spectacles pour 2019, 2020 et 2021. Car l’offre a fait cruellement défaut dans la bouche des premiers visiteurs.

De même le dark ride numérique trackless « Zombillenium » ne rouvrira pas en avril, la salle bien trop exiguë ne permettait pas de faire fonctionner l’AGV. Simworx, le constructeur reprend l’intégralité des systèmes presque neufs et fournira les sièges du cinéma qui prendra place. Ce cinéma dynamique aura une décoration généraliste et permettra au parc d’adapter le film suivant les saisons. Actuellement, c’est le Marsupilami qui est à l’honneur. Parmi les autres attractions qui s’installeront en 2019 dans les allées, on peut citer la tour Funtime de 90m de haut et qui en ce moment sédentarisée dans l’usine du constructeur avant son arrivée dans quelques mois. Le Star Shape qui a eu du retard lors de sa fabrication et de son transport, le Rollerball, le spinning italien, le flume ride. Mais le parc veut également fournir une aire de jeu aux plus jeunes à côté de la zone de vente « La Terrasse de Spirou » grâce à une terrasse doublée (les espaces de tentes et de terrasses posés sur les espaces vides de 2018 seront rapatriés et créer une vaste zone de restauration. Enfin, le train servira à accéder au parc depuis les parkings éloignés de l’entrée du parc et créer des animations avec les mascottes qui seront plus présentes sur le parc.

Cela assure l’élargissement du panel d’attractions aux enfants et aux adolescents car en 2018 seul le « Spirou Racing » et les chaises volantes « Aéro Champignac » pouvaient faire office de manèges à sensations, là où désormais le parc pourra proposer la tour « Zombillenium », le Star Shape « Zorglub » et le « Nid du Marsupilami ». De même pour les enfants de moins d’un mètre, seul « Spip Jumper » leur était destiné, mais le petit Train de Spirou, l’aire de jeu et le spinning coaster de Boule et Bill pourront accueillir les plus jeunes.

Fait important que M. Boura m’indique, l’ensemble des nouveautés sera installé dans les espaces non-utilisés jusque-là. En effet, car lorsque l’on découvre la skyline du Parc Spirou, on ressent un certain vide que reconnaît la direction. C’est pourquoi, les nouveautés combleront les interstices pour densifier l’espace et animer le parc. Le responsable de projet insiste sur ce point en préservant la seconde partie encore non-exploitée, d’autant que le terrassement et les réseaux n’ont pas encore été réalisés sur les quatre autres hectares.

Pour ce qui est de la végétation, sur laquelle je ne reviendrais pas tellement elle a fait couler d’encre, le parc investit dans une dizaine de grands arbres à une pépinière auxquels s’ajouteront quelques arbres présents sur le site en bordure de terrain. Bien que ces arbres ajouteront de l’ombre, je pense que le parc aurait du investir dans de la végétation pour délimiter de nombreux espaces et offrir plus d’immersion (bambous, buissons, petits végétaux, fleurs, etc.). Aujourd’hui, si les visiteurs remarquent une impression d’attraction posées simplement, cela vient aussi d’un manque de verdure au sol.
En plus de l’arrivée des nouveautés, cinquante nouveaux saisonniers et permanents dont trente opérateurs renforceront les deux cent cinquante autres employés du parc (+20 % pour les effectifs en 2019). Ce choix s’explique par la volonté du parc de jouer sur un service et un accueil irréprochable et compenser le nombre restreint de spectacles et d’attractions. Quand on sait que les meilleurs parcs d’attractions ont misé sur ce point, le Parc Spirou veut s’engager dans cette voie et privilégie plusieurs opérateurs par attraction avec des attractions tournant à 100 % en continu.

En parallèle, le nombre d’activités gratuites se multiplie grâce à la réalité virtuelle sur l’une des tours qui sera proposée sans billet supplémentaire (la tour concernée conservera son mode de fonctionnement différent de l’autre et les visiteurs ne seront pas obligés d’enfiler un casque VR lors du tour), des animations comme lors de la saison d’Halloween et des mini-spectacles. Elles occuperont les visiteurs tout au long de la journée.

Ces aménagements ont l’air de porter leurs fruits car le parc affirme avoir vendu mi-janvier 5000 passes saison 2019 sur l’objectif prévu de 6 000 d’ici le 6 avril prochain. En évoquant les billets, je pose la question à M. Conil qui représentait ma venue sur le parc : quelle a été la fréquentation 2018 du Parc Spirou ? Entre 150 et 160 000 visiteurs dont près d’un tiers rien que pour la saison d’Halloween, la direction s’estime très satisfaite de ces résultats avec le peu de jours d’ouverture entraînant ce manque de communication en début de saison et la canicule du mois de juillet couplée au Mondial de football.

Pour ma part, je trouve la fréquentation honorable et au-dessus des prévisions que l’on pouvait se faire du lieu. Pour rappel, le Parc du Petit Prince avait accueilli 95 000 visiteurs et Kingoland 45 000 lors de leur première saison en 2014.

La saison d’épouvante a considérablement accru les résultats grâce à une vraie campagne de communication que le parc a pu préparer sereinement, des animations dédiées et des décors. C’est pourquoi en attendant les grands parcours scéniques et spectacles, le parc souhaite développer rapidement d’autres saisons comme la saison de Noël qui démarrera fin 2019 avec un calendrier allongé. De même, les temps forts de la saison estivale existeront grâce à des soirées et nocturnes car lors de la période de fortes chaleurs, les visiteurs ont beaucoup apprécié le parc en fin de journée. Enfin qui dit calendrier allongé dit périodes d’ouverture par temps froid en hiver, la direction réfléchit en ce moment à ouvrir le parc même en cas de basses températures grâce à ses attractions en intérieur en s’inspirant du Puy du Fou qui propose une offre allégée aux espaces en intérieurs pour son Grand Noël. Alors bien sûr la disparition de l’AGV est un revers pour Spirou mais M. Conil m’explique que le parc dispose déjà d’un espace au moins deux fois plus grand que le cinéma qui pourrait accueillir ce type d’attraction, ce hangar ce situe derrière les boutiques et Gaffe à Gaston. De même, Daniel Bulliard, que j’ai pu rencontrer à la fin de la visite du parc, avoue son intention d’attendre pour créer de véritables parcours scéniques car ces infrastructures lourdes nécessitent d’importants investissements incompatibles avec leur politique actuelle de résorber le manque d’attractions et de spectacles tout en renforçant l’immersion qui est selon lui pas assez présente par rapport au projet. D’autant que le parc préfère aussi prendre son temps pour ne pas renouveler l’expérience de l’AGV qui a desservi le parc en cette première saison.

En effet, au sujet de l’immersion, l’ensemble des responsables regrettent les critiques des visiteurs mais comprennent leurs réclamations car de nombreux arbitrages ont réduit la part consacrée aux décors. Le résultat n’est pas à la hauteur de leurs espérances et 2019 ne permettra pas de répondre complètement aux attentes du niveau d’un parc à thème. Cependant, le parc a fait face à de nombreux retards de fabrication, des statues continent encore au mois de décembre d’arriver sur le site par exemple. En 2019, le parc recevra également d’immenses bâches décoratives qui viendront recouvrir la plupart des structures dont les boutiques, Gaffe à Gaston (dont la précédente toile a disparu lors de ma visite) ou les espaces de maintenance non-loin.

Nous continuons la visite au milieu des attractions, j’interroge M. Conil sur les attractions Zierer. Le parc est très satisfait d’avoir fait confiance au constructeur allemand : la maintenance aisée grâce à une excellente fiabilité et les bonnes relations avec le fournisseurs ont beaucoup aidé le parc à prendre en main les installations. Pour 2019, le parc a acheté des attractions à des constructeurs très divers, cette méthode aux antipodes de l’année précédente pour la praticité, je fais remarquer ce point à M. Boura. Il m’explique que le parc avait d’attractions particulières dans le but de rattraper les manques de la première saison et avec un temps plus long pour installer, la direction a préféré négocier chaque attraction séparément et a choisi à chaque fois la meilleure offre.

Dans le même temps les liens entre Media Participation et le parc se sont intensifiées car la société détentrice des droits veut profiter de l’ouverture du parc pour relancer ses licence. De plus, grâce aux résultats de 2018, le groupe est confiant dans les actions du parc et veut prendre plus de responsabilités principalement sur les décorations et l’immersion dans les nouveaux projets. Convaincue des équipes du parc, elle réalise en ce moment le film du Marsupilami et a repris le film de Gaston. Ce nouveau film est une amélioration du précédent en ajoutant des nombreux détails et améliorer l’expérience.

Mais quant est-il de des relations avec les autres parcs ? Tout d’abord, Wave Island, le parc aquatique voisin subit depuis plus de douze mois une refonte complète de l’équipe dirigeante et de la gestion du site après les malversations du précédent directeur. De plus, le parc Spirou est concentré sur ses premières saisons, cela explique pour le moment le peu de relations entre les deux parcs. Pour le Parc Spirou, la proximité de deux sites de loisirs différents est une opportunité et M. Boura espère nouer des liens et des partenariats dans les prochaines saisons avec Wave Island. Ce genre de synergie représente un grand intérêt pour Spirou et en ce moment, les responsables des deux parcs sont régulièrement en contact.Pour ce qui est des autres sites de la région, le Parc Spirou a de temps en temps des contacts avec OK Corral.
Concernant les tarifs plus élevés que les autres sites, M. Boura préfère insister sur les efforts mis en place par le parc pour contrebalancer le prix : les horaires prolongés, les tarifs préférentiels en find e journée, les opérations commerciales, etc. D’après M. Conil, le résultat a été immédiat, dès l’instauration de ces actions la fréquentation du parc a décollé ; le parc renouvellera donc ces offres. Pour rassurer les visiteurs, le directeur ajoute que les animations vont se multiplier pour justifier le prix actuel.

En continuant les échanges, j’évoque la communication du parc qui a annoncé un « lieu rivalisant avec les plus grands », des noms comme Disneyland ou Universal. Était-ce un moyen de s’adresser aux investisseurs et institutionnels de la région ? Leur discours rappelait qu’ils avaient envie de créer des attractions technologiques comme Universal et Disneyland avaient pu le faire à leur échelle. Ils ont conscience que la comparaison s’arrête là ! J’ajoute alors une remarque concernant la communication effectuée en novembre et en décembre pour le plan d’investissement 2019 dont le vocabulaire et le ton semblait s’adresser aux fans pour montrer que le tir allait être corrigé. M. Boura s’est alors quelque peu crispé ; pour lui le parc s’adresse avant tout aux visiteurs de la région. Les fans ont bien sûr relevé de nombreuses lacunes mais les visiteurs les ont aussi remarquées. C’est pourquoi, le parc me fait bien comprendre que les fans ne sont pas au centre de leurs actions, qu’ils écoutent les critiques relevées par les fans mais se concentrent surtout sur les problématiques émises par leur cœur de cible comme n’importe quel autre site de loisirs. Ils ne veulent pas dénigrer les fans mais tiennent à me rappeler que les visiteurs aussi savent évaluer un parc. M. Bourra m’apprend également que de nombreuses personnes issues de Vulcania, du Futuroscope, de Marineland, de Disneyland et du Parc Astérix ont quitté leurs fonctions pour travailler au Parc Spirou. Ces personnes connaissent aussi les manques de la première saison et que tout ne peut pas se corriger en quelques jours. En tout cas, M. Conil reconnaît que les comparaisons et les annonces faites à l’ouverture d’un nouveau parc depuis 2014 a pu exacerber les attentes et créer quelques désillusions chez bon nombre de personnes.

En parlant de corrections et d’ajustements, j’évoque un point soulevé par certains membres d’AmeWorld et qui a aussi interpellé Trips’n Pics : le débit des attractions. Aujourd’hui le parc ambitionne toujours la barre du million de visiteurs dans les prochaines années sauf que lors des journées d’Halloween, le parc a connu des saturations dans certaines files d’attente, notamment dans les attractions numériques. Comment s’effectuera la gestion des files si la fréquentation augmente à ce point ? Premier point, beaucoup d’attractions ne sont actuellement pas totalement optimisées en ce qui concerne les dispatch alors que le personnel est en nombre. Par exemple, sur le tunnel immersif, le parc réalise en ce moment des ajustements avec Simworx pour réduire l’attente entre l’unload et le load, l’augmentation sera significative avec +30 % de débit réel. De même, concernant l’ex AGV, l’étroitesse de la salle imposait seulement deux véhicules maximum en fonctionnement avec moins de 200p/h, en 2019 le cinéma proposera un espace de préshow pour réduire la sensation d’attente. Par contre, l’espace de « Gaffe à Gaston » ne sera pas revu cette année. Un autre point, l’allongement du calendrier et des saisons étalera la fréquentation et lissera certains pics. De même dans les prochaines années, le parc développera des attractions à gros débits comme les dark rides ce qui allégera de nombreuses files. Selon mes calculs le débit global du parc progressera de 70 % en 2019 avec les améliorations (équivalent au Parc du Petit Prince ou à la moitié de Fraispertuis-City).

Nous continuons notre visite du site et je découvre en examinant les parcs à bœufs, de nombreuses files détériorées. M. Boura avoue être déçu de voir que les plots en bois et les cordes n’ont pas résisté aux actions des visiteurs qui se plaisent à s’y asseoir en attendant leur tour. Le parc réfléchit à de nouvelles solutions avec des matériaux en métal et ne garder le bois ou la corde qu’à titre décoratif. Dans les prochaines années, le parc reprendra l’ensemble des files d’attente. De même, certains décors à porter de main n’ont pas tenu la saison (exemple du rétroviseur de la Turbotraction) dans l’allée principale alors que d’autres plus sollicités ont surpris les équipes de maintenance qui n’ont pas eu à réparer (exemple des pompes à essence). Mais le parc joue les fatalistes en affirmant que c’est le jeu d’avoir quelques casses lorsque l’on met des accessoires à la portée de tous. Cependant, M. Boura avance des ajustements chez les fournisseurs pour améliorer la qualité de certains décors.

En parlant de décors et d’immersion, je découvre avec beaucoup de déception l’intérieur vide des simulateurs, à part un mur en faux végétaux dans l’espace d’attente du tunnel, uniquement des murs noirs nus. Les financements ont été uniquement concentrés sur les attractions et les infrastructures omettant la décoration qui justifie l’immersion attendue d’un parc à thème. La direction négocie avec la maison mère pour collaborer sur de véritables zones d’attente décorées car pour le parc la situation est anormale. Malheureusement, 2019 n’est pas l’objectif actuel.

A propos de détails, je visionne le film de Mesozoïk Island et j’expérimente la bande originale anglaise comme tous les visiteurs de 2018. Mais pourquoi ? Selon les dirigeants, le film acheté auprès du fournisseur était destiné à parc malaisien avant d’être proposé sur leur catalogue, lors des négociations, le fabricant avait annoncé un doublage français pour Spirou voire un retrait des paroles sur la bande son en cas de retard. Étonnamment, le parc a reçu le film sans ajustement ! Alors ? Pas plus de précisions des responsables.

A l’autre bout du parc, sur l’attraction « Spip Jumper »dont les animaux (biches, gorilles, manchots, bisons) en résine n’ont d’autre intérêt que d’agrémenter la balade recevra des arbres et des monticules pour égayer l’ensemble. Beaucoup de visiteurs ne comprennent pas forcément le lien entre le cheval Plumeau et l’univers de Spirou tout comme les dinosaures de « Mesozoïk Island », n’existerait-il pas des moyens de faire découvrir l’histoire de l’attraction comme par exemple au moyen de panneaux informatifs et qui ferait patienter plus facilement ? M. Conil m’explique qu’ils ont pensé à ce détail qui améliorerait l’immersion, on devrait avoir voir arriver bientôt ce type de panneau. Tout est en projet mais cela est échelonné et il faudra être patient.

De même le bâtiment de l’entrée masque le nom du parc, il y aura-t-il des ajustements ? M. Boura a été déçu comme le reste des équipes de voir que l’enseigne est mal conçue mais à cause du vent, il faut refaire un nouveau dossier pour assurer la rigidité de la structure. Ces démarches administratives couplées à la conception du bâtiment ont fermé la plupart des solutions que l’on peut imaginer (il est impossible d’avancer l’enseigne, seule une surélévation est possible). Ces contraintes font que la solution n’est toujours pas actée, bien dommage.

Comme nous sommes à l’entrée du parc, j’évoque les difficultés des parkings dont la gestion relève de la commune. M. Boura dans un soupir me fait comprendre que de nombreuses critiques lui sont remontées. Comme la commune a construit des parkings communaux adaptés à des flux urbains, ils ne sont pas dimensionnés pour des flux concentrés comme pour les sites de loisirs. A propos des retards et des dysfonctionnements en juin, le parc m’annonce que la commune ne croyait pas les objectifs d’ouverture en juin, comme les fans, la commune a douté et a mis en pause pas mal de travaux. Par conséquent, l’inertie de l’administration a fait que les parkings n’étaient pas prêts pour le 16 juin d’où les problèmes rencontrés par les visiteurs. De plus, ils ne pourront pas accueillir tous les véhicules lors des grandes affluences et les visiteurs se gareront sur les autres parkings proches du lac et du parc aquatique, ce qui explique l’utilité du train. Comme le parking représente le dernier souvenir d’une journée dans un parc, il était important pour Spirou de rectifier avec la commune les désagréments des visiteurs. Pour mieux accueillir les visiteurs M. Bulliard réfléchit même à proposer à la commune de prendre la gestion des parkings mais ce projet n’est qu’une idée actuellement.

Après il est possible d’emprunter les transports en commun (bus, train), mais désormais le service de navette gratuite ne sera pas reconduit en 2019. Compris dans la campagne publicitaire 2018, les bus ont sillonné les grandes villes pour faire connaître le parc.

Après la visite des installations, je me retrouve dans les locaux administratifs en compagnie de M. Bulliard, M. Boura et M. Conil. J’évoque avec eux le choix des premières attractions qui mis à part les montagnes russes et les chaises volantes ne sont pas les grands classiques des parcs : bateau pirate, manège de tasses, carrousel, tacots, etc. On me répond que lorsqu’il a fallu choisir les attractions, il n’y avait pas d’attraction à proscrire du moment que le budget est raisonnable. Comme leur nombre est restreint, il est normal de ne pas voir certains classiques, rien n’exclut plus tard d’intégrer ces attractions. Le parc voulait certaines attractions originales comme le tunnel immersif, le rollerball et le star shape, il a fallu trancher. De même, pour M. Bulliard, le carrousel est le « manège » des parcs et il ne faut pas négliger la décoration (lumières, décors, moulures, etc.), pour ce type d’attraction il veut attendre un budget important pour une petite structure, surtout avec autant de licences.
La compacité du parc réduit le champ d’attractions aquatiques qu’il sera possible d’installer dans le parc, exit tout splash ou raft river à Spirou, de même la future attraction de Fraispertuis-City : le jet ski de Zierer ne semble plus intéresser le parc car les attractions après 2020 devront avoir un débit important tout en restant compactes. Le parc réfléchit donc à d’autres modèles pour agrémenter l’espace en attractions aquatiques.

Pour ce qui est des emplacements des attractions, je vous propose un concept art maison pour vous représenter le parc lors de la prochaine saison. On voit bien la densification opérée sans toucher  à la partie arrière.

De gauche à droite, le Star Shape Zorglub devant l’aire de jeux du Marsupilami. Derrière on aperçoit la tour Zombillenium aux côtés du Nid du Marsupilami et du flume ride. L’attraction de Boule et Bill se situera entre les tours Houbi/Houba et Gaffe à Gaston.



Dernier point de discussion, les mascottes de Spirou, après le Marsupilami et le groom, Spip, Lucky Luke et Bill rejoignent les rangs. Avec les licences du parc il était impensable de ne pas mettre en avant les personnages. Après Disneyland et le Parc Astérix, il est le troisième parc avec les licences les plus fortes. Dernièrement, l’ONU a même choisi Spirou pour son ambassadeur des droits de l’Homme, MediaParticipation souhaite en profiter pour relancer ses marques sur tous les supports dont les mascottes. Les nouvelles mascottes ont été choisies pour leur popularité mais surtout car la plupart est sous forme animale et selon M. Boura, les personnages attirent plus s’ils sont des animaux.

Voilà, il est déjà presque 19h, je prends donc congé de mes hôtes après de longues discussions très intéressantes et je repars sur Paris. Je tiens à remercier le parc et plus particulièrement Florian Conil, Eric Boura et Daniel Bulliard de m’avoir chaleureusement accueilli et ont répondu sur de nombreux thèmes avec sincérité et franchise. Maintenant, il n’y a plus qu’à attendre les résultats et vérifier que le parc est bien dans cette démarche corrective car il y a du potentiel. Je n’ai pas pu tout évoquer par manque de temps et mon article devient interminable.

En conclusion, le parc, tout comme moi, sommes conscients des lacunes de ce nouveau parc et Spirou a besoin de continuer son expansion pour devenir un véritable parc à thème comme vendu au début du projet. Mais le parc ne pourra pas tout régler avec le plan de 2019, il faudra d’autres investissements conséquents. Pour ma part, Spirou reste un petit parc régional dont l’envergure reste en deçà de Nigloland ou du PAL, et encore moins d'Universal ou de Disneyland !

A titre informatif, ce compte rendu a été présenté il y a quelques jours au parc avant sa publication. Vous avez des questions, des remarques ou des infos, n’hésitez pas à poster sur le sujet ! De même, cet article est l’un de mes tous premiers et je vous invite à me faire part de vos critiques pour m’améliorer par la suite.

A retenir pour 2019 :

- le Parc Spirou est un parc régional qui débute, il faut le considérer comme tel et pas autrement ;
- le parc reconnaît ses nombreuses erreurs et veut corriger le tir ces prochaines années ;
- toutes les nouvelles attractions seront installées dans les 4ha, dans les espaces encore vides ;
- un peu plus de 150 000 visiteurs en 2018, dont un tiers à Halloween ;
- près de 5000 pass déjà vendus.

Voilà vous avez réussi à tout lire !! :D
Parcs faits :
2018 : PdF, EP, Kingo, DinoZOO, Vulcania, Lemptégy, Alton, Festy, Fraisp', HoPa, Astérix, OGP, JdA, FlyView, Grévin, Chaplin, PAL, Spirou, OK
2019 : AquaBoulevard, Walibi, DLP, WDS

Hors ligne John_attend

  • Prend son temps dans I-speed
  • **
  • Messages: 307
  • Karma : 2
Re : [Parc Spirou] Nouveautés 2019
« Réponse #94 le: 25 Janvier 2019, 12:55:53 »
mouais. Pour moi c'est toujours boiteux car la base est foireuse (mauvais agencement du parc). tout est toujours plic ploc.
rebelotte, une tour zombilenium entre 2 trucs marsu. WHY?. Pourquoi pas de vrai zone thématique et immersive?
Je serai curieux de voir dans 3 ans. Quand les gros investissements seront passé comment ça va tourner.

pour moi ça reste un canard boiteux.
Au mieux c'est un luna park de la région mais avec des attractions fixes et avec des noms de  personnage de BD.

Hors ligne momo76

  • Essaye de prononcer Eejanaika sans bégayer
  • *
  • Messages: 85
  • Karma : 0
Re : [Parc Spirou] Nouveautés 2019
« Réponse #95 le: 25 Janvier 2019, 14:45:50 »
Pour moi aussi c'est un sacret gâchis!
Aucune immersion, çà ressemble a une fête foraine thématisé !
Aucune attractions qui sort du lot en "Europe"
Franchement j'aurais espéré moins de quantité niveau attractions les premières années mais de meilleurs qualités et surtout des histoires dans la file d'attente!
Pour moi moi c'est équivalent du Europark de Vias Plage!

Hors ligne LMP71

  • Modérateur
  • Prend son temps dans I-speed
  • *********
  • Messages: 376
  • Karma : 44
Re : [Parc Spirou] Nouveautés 2019
« Réponse #96 le: 25 Janvier 2019, 17:14:26 »
Tous d'abord merci AlexHL pour ce retour. Car il est facile de critiquer, mais remercier à l'air plus compliqué.

On y apprend pleins de choses intéressantes sur comment le parc gère sont demi-succès.

Je trouve la panoplie d'attraction vraiment intéressante et je me demande si je ne vais pas y faire un tour, une fois que tous sera ouvert.

Le truc qui me chiffonne, c'est la disposition des rides. J'ai l'impression qu'il encadre les allés actuels, sans réel cohérence.  :-\


Coaster count 129

Hors ligne King_RCT 3

  • Se fait dessus dans Dragon Kahn
  • ***
  • Messages: 1056
  • Karma : 3
    • IDeA Entertainment
Re : [Parc Spirou] Nouveautés 2019
« Réponse #97 le: 25 Janvier 2019, 19:33:50 »
Merci ALEXHL pour ce compte-rendu détaillé, intéressant et qui semble honnête (en étant ni une pub pour le parc, ni un bashing total).

C'est vrai que le parc souffre d'un amateurisme flagrant, par exemple quand on lit ceci :

"De même, concernant l’ex AGV, l’étroitesse de la salle imposait seulement deux véhicules maximum en fonctionnement avec moins de 200p/h"

C'est tout bonnement incroyable que ça ait été validé jusqu'à être construit et partiellement ouvert...

Et malheureusement on dirait effectivement que les nouvelles attractions vont juste venir être posées là, toutes alignées, en bordure des allées existantes... (joli croquis au passage)
Donc le parc prend conscience de ses erreurs... mais refait les mêmes un an après ?
Le problème que ça fait, outre le fait que ça fait plus penser à une aire d'autoroute qu'un parc à thème (ce que Spirou n'est pas - mettre des statues et des bâches n'est pas faire une thématisation ; c'est faire de la décoration), c'est qu'ils se mettent des bâtons dans les roues eux-mêmes pour les développements futurs. C'était déjà le cas avec l'entrée austère et trop petite, et ça continue...

Bref, je suis curieux de voir la saison 2019, même si malgré la correction de quelques points (le nombre d'attraction surtout, les arbres), la majorité des défauts restera bien présente.

Hors ligne Zip6

  • Fait son cinéma à Movieland
  • **
  • Messages: 431
  • Karma : 2
Re : [Parc Spirou] Nouveautés 2019
« Réponse #98 le: 26 Janvier 2019, 17:03:36 »
Merci ,c'est très complet et juste !
Le point positif dans tout cela c'est qu'ils connaissent les grosses lacunes du parc. Maintenant l'enjeu c'est de réajuster un parc qui de base est très mal conçu. Rien que dans la cohérence des zones à part avec des gros travaux de déplacement, je ne vois pas comment mixer les univers.

Hors ligne AlexHL

  • Modérateur
  • Demande du feu dans Joris
  • *********
  • Messages: 849
  • Karma : 0
  • Comtois, mais aussi Normand et Ardéchois !
Re : [Parc Spirou] Nouveautés 2019
« Réponse #99 le: 30 Janvier 2019, 09:26:48 »
Au fait, il semblerait qu'il n'y aura pas de quartier thématique, les responsables des licences (les valideurs de portes, de textures, etc.) ont trouvé moyen de regrouper les licences et préféreraient isoler les attractions telles des cases de BD, les unes des autres.
Parcs faits :
2018 : PdF, EP, Kingo, DinoZOO, Vulcania, Lemptégy, Alton, Festy, Fraisp', HoPa, Astérix, OGP, JdA, FlyView, Grévin, Chaplin, PAL, Spirou, OK
2019 : AquaBoulevard, Walibi, DLP, WDS