AmeWorld

ParkTrip => Trip Report's Zone => Discussion démarrée par: Yoshiii le 20 Mars 2020, 17:41:59

Titre: [Japon 2018] 18 jours au Pays du Soleil Levant
Posté par: Yoshiii le 20 Mars 2020, 17:41:59
Bonjour à tous !

Après avoir fini de rédiger mon dernier Trip Report en Californie, j’avais encore un autre Trip que j’avais envisagé de rédiger, relatant mon voyage au Japon qui date de septembre 2018 et qui comprenait pas mal de haltes en termes de parcs d’attractions. Après avoir hésité (c’est quand même un gros Trip et ça prend du temps en rédaction l’air de rien), j’ai décidé de quand même vous en faire part, ayant beaucoup de temps libre en ce moment. J’espère que cela vous plaira !

Mise en contexte donc. Après avoir fait en 2016 un gros voyage à trois avec Liesbeth et Mathilde (mes deux comparses de mon dernier trip californien),  nous avions tous trois bloqués la date de septembre 2018 afin de repartir ensemble en voyage dans de nouvelles contrées. Notre plan de base était l’Afrique mais après discussion, nous avons redirigé notre choix sur le Japon (en effet, plus de parcs d’attraction au pays du soleil levant qu’en Afrique !). Mathilde a malheureusement du faire l’impasse sur ce voyage car elle ne bénéficiait pas de suffisamment de jours de congés, venant de débuter sa carrière dans le monde professionnel. C’est donc juste à deux que Liesbeth et moi avons planifié ce voyage.

Voici le programme de notre voyage :

Samedi 1er septembre : Départ de Bruxelles vers Tokyo Haneda International
Dimanche 2 septembre : Tokyo DisneySea
Lundi 3 septembre : Tokyo Disneyland
Mardi 4 septembre : Tokyo Disneyland & Tokyo DisneySea
Mercredi 5 septembre : Nikko
Jeudi 6 septembre : Nikko & route vers le Mont Fuji
Vendredi 7 septembre : Ascension du Mont Fuji
Samedi 8 septembre : Ascension du Mont Fuji
Dimanche 9 septembre : Fuji-Q-Highland
Lundi 10 septembre : Kyoto
Mardi 11 septembre : Kyoto
Mercredi 12 septembre : Universal Studios Japan
Jeudi 13 septembre : Osaka
Vendredi 14 septembre : Kumano Kodo
Samedi 15 septembre : Tokyo & Tokyo Dome
Dimanche 16 septembre : Tokyo
Lundi 17 septembre : Tokyo et départ de Tokyo Narita International
Mardi 18 septembre : Arrivée à Bruxelles

Le budget pour ce voyage a été d’environ 2200 euro, incluant le vol aller-retour (avec KLM) à environ 500€, le JR-Pass (pass de train ilimité pendant 14 jours) à environ 350€, les tickets pour Tokyo Disney Resort (180€ pour un pass 3 jours), Universal Japan (40€) et Fuji-Q-Highland (idem), nos logements (de tous types) et nos dépenses sur place.

Nous avons eu beaucoup d’aléas au cours du voyage, vous vous en rendrez très vite compte, mais dans l’ensemble, ce fut un voyage extraordinaire que Liesbeth et moi ne sommes pas prêts d’oublier !

Chapitre 1 : Tokyo DisneySea

Nous sommes partis un samedi matin de Bruxelles pour prendre notre vol ayant pour destination Tokyo, avec une petite escale à Amsterdam. Liesbeth ayant le sommeil assez léger avait passée la semaine précédente à décaler ses heures de sommeil pour ne pas trop souffrir du décalage horaire, surtout en vue de notre planning très chargé. Tous les matins, Liesbeth se réveillait très tôt le matin (vers 3h du matin), et allait se coucher très tôt également (vers 16h). Drôle d’idée, certes, mais voilà, Liesbeth était donc bien en forme en arrivant à l’aéroport à l’inverse de moi qui avais encore bossé la veille.

C’est néanmoins tous deux pleins d’excitation que nous avons pris notre premier vol vers Amsterdam, puis attendu deux heures avant d’enchainer avec notre long-courrier destination Tokyo Haneda, l’un des deux aéroports internationaux de la capitale nippone. Dans l’avion, dont le vol s’est déroulé sans encombre et dont le service était irréprochable (je recommande grandement KLM !), Liesbeth et moi avons regardé un long métrage Disney pour nous mettre dans l’ambiance. En effet, à notre arrivée sur le sol nippon, nous irions directement au Tokyo Disney Resort !

Après un très long vol de nuit de plus de dix heures, Liesbeth et moi sommes arrivés à Tokyo assez fatigués. Le décalage de sommeil de Liesbeth n’a pas été suffisant pour l’épargner de ce très long-courrier.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201344.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3280)
Admirez notre grande beauté matinale !

Lors de la récupération de nos bagages, un employé de l’aéroport nous aborder dans un anglais très approximatif pour nous annoncer l’arrivée d’un typhon sur la ville. J’étais persuadé d’avoir entendu autre chose mais Liesbeth avait distinctement entendu le mot « Typhoon » (et n’étant pas à Bobbejaanland, cela n’avait donc rien de rassurant !). Soit, c’est un peu perplexes que nous nous sommes rendus à un kiosque afin d’acheter un ticket de bus pour un shuttle vers le Tokyo Disney Resort.

Après une bonne quarantaine de minutes de bus pendant lesquelles Liesbeth et moi avons encore tenté de faire une micro-sieste afin d’être rechargés au maximum pour la journée, nous sommes arrivés au resort nippon. Nous ne logions pas on-site mais dans un petit hôtel situé à une trentaine de minutes en transports en communs du resort. Mais nous voulions directement aller visiter les parcs sans faire un crochet à l’hôtel pour ne pas perdre trop de temps.

C’est donc nos bagages à la main que nous avons débarqués à l’arrêt de bus de Tokyo DisneySea, considéré comme le plus beau parc à thème au monde par de nombreux fanatiques. Nous avions décidé de passer la journée complète dans ce second gate. En effet, pas d’option Park Hopper au Japon. Les deux premiers jours doivent être attitrés à la visite d’un seul parc à la fois. Ce n’est qu’à partir du troisième jour que l’on peut aller d’un parc à l’autre au cours d’une même journée.

Premier contact avec Tokyo DisneySea : un globe géant à l’entrée du parc. L’entrée même est en réalité un hôtel (comme pour Disneyland Paris), ici le Tokyo DisneySea Hotel MiraCosta ayant un thème et une architecture méditerranéenne. A l’entrée du parc, un employé tente de nous expliquer, également dans un anglais très approximatif (rares sont les Japonais à maîtriser la langue de Shakespeare) qu’avant de pénétrer dans l’enceinte du parc, nous devions déposer nos bagages dans une consigne située près du parking du parc. Heureusement, la consigne n’est pas très loin (cinq minutes à pied) et nous ne perdons pas trop de temps à caser nos valises dans un grand casier.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201345.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3281)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/img_8710.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3279)
Non, nous ne sommes pas à Universal !

Une fois les bagages en lieu sûr, c’est parti pour une visite de Tokyo DisneySea ! Une fois les portes d’entrée passées, Liesbeth et moi étions déjà émerveillés par la vue qui s’offrait à nous. Le symbole du parc, le Mont Promotheus, est un volcan qui trône fièrement au centre du parc, cerné par une ceinture d’eau qui décompose les lands du parc en différents ports.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/img_8711.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3282)
Volcan droit devant !

Mais nous n’avions pas trop de temps à perdre car nous avions un objectif précis en tête : récupérer un FastPass pour l’une des deux attractions les plus populaires du parc dont les temps d’attente peuvent vite être astronomiques (plus de deux heures en moyenne !). Ces deux stars du parc sont Toy Story Mania! et Journey to the Center of the Earth. Je savais que les FastPass pour Toy Story Mania! Étaient généralement écoulés après 30 minutes (j’avais analysé pendant plusieurs semaines le temps d’attente et distributions des FastPass sur une appli), et vu que le parc était déjà ouvert depuis plus d’une heure, nous avons plutôt tenté notre chance pour Journey to the Centre of the Earth. En parlant d’appli, l’application officielle de Tokyo Disney Resort n’est malheureusement disponible qu’en japonais. Qui plus est, nous n’avions pas de WiFi dans le parc et pas de 4G. Dès lors, pas moyen de gérer nos journées avec nos smartphones, c’est une visite à l’ancienne qui se profilait pour nous !

Après une bonne marche rapide, nous avons atteint la zone Mysterious Island principalement constituée du volcan Mont Promotheus. Le cœur du volcan est le cœur de la zone. Nous nous sommes pris une claque monumentale en entrant dans la zone. C’est littéralement à tomber ! La zone est magnifique, les roches de volcan incroyablement bien sculptées, l’ensemble a un air de Discoveryland marin, bref on adore !

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/img_8712.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3283)
De la théma, de la théma et encore de la théma… Que demander de plus ?

Par chance il restait des FastPass disponibles pour Journey to the Centre of the Earth (que j’appellerai désormais Journey, plus court à écrire !) avec un créneau vers 17h. Les FastPass du Tokyo Disney Resort fonctionnent comme ceux de Disneyland Paris. Il suffit de scanner son ticket d’entrée (ou son smartphone, ce qui fut notre cas puisque nous n’avions pas de ticket physique) et on obtient en échange un ticket FastPass avec le créneau indiqué dessus. C’est donc bien en sûreté que nous avons rangés le précieux sésame dans notre poche. D’ici deux heures, nous pourrions déjà en prendre un autre. Mais en attendant, nous allions partir à la découverte du parc !

Après avoir rapidement fait le tour de Mont Promotheus, Liesbeth et moi nous sommes dirigés vers l’Arabian Coast, une grande zone à thème basée sur le Moyen-Orient. C’est une version XXL de notre entrée d’Adventureland. La zone est très vaste, très détaillée et il est agréable de s’y promener.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201348.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3286)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201349.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3287)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201347.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3285)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201351.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3290)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201350.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3289)
Encore plus beau qu’Agrabah !

Nous nous sommes dirigés vers l’une des attractions principales de la zone, le dark ride Sindbad’s Storybook Voyage. L’attraction est basée sur le conte des 8 voyages de Sindibad et n’est ici basée sur aucune Licence Disney. Il s’agit d’un boat ride à la it’s a small world! Très bien exécuté. Les Audio-Animatronics sont d’une fluidité assez incroyable (mention à la danseuse du ventre) pour des animatronics de cette dimension. La musique est assez entêtante également et les univers présentés (qui représentent chacun l’un des voyages de Sindibad) sont bien diversifiés tout en offrant une attraction cohérente dans l’ensemble. Ah, et le petit tigre de Sindibad est trop mignon aussi ! Bref, on a tous les deux beaucoup aimé cette première attraction !

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201346.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3284)
Alerte chanson entêtante et adorable petit tigre droit devant !

A la sortie de l’attraction, nous avons flâné dans les boutiques de la zone Arabian Coast, avant d’atteindre la grande place qui constitue le sud de la zone. Sur cette place se trouve un imposant carrousel ainsi qu’un théâtre 4D qui était en réhabilitation lors de notre visite. Nous avons donc fait un tour de carrousel. Celui-ci, appelé Caravan Carousel, est constitué de deux étages et possède des figures du Génie d’Aladdin. C’est bien évidemment sur le dos d’un des Génies que j’ai pris place, Liesbeth préférant quant à elle un cheval classique.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/img_8713.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3288)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201352.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3291)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/img_8714.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3294)
Sur le dos de mon Meilleur Ami !

Après ce petit tour de manège, nous avons eu notre premier contact avec les toilettes japonaises ! De mon côté rien d’alarmant vu que je devais juste utiliser les urinoirs (qui atteignaient quand même étrangement le sol). Pour Lisbeth par contre, les cabinets furent une énigme. Dans le doute, elle n’a pas osé utiliser les différentes options proposées par la toilette fontaine. Notre premier réel contact sera donc ultérieur…

Une fois sortis des toilettes, nous avons continué notre découverte du parc. Après la zone Arabian Coast, nous sommes retournés sur Mysterious Island afin de profiter un peu plus à notre aise de ce chef-d’œuvre créé par les Imagineers. Journey affichait déjà plus de 90 minutes d’attente, heureusement que nous avions un FastPass pour plus tard. La seconde attraction du land, 20,000 leagues Under the Sea, ne présentait quant à elle qu’une petite vingtaine de minutes. Nous n’avons donc pas hésité à nous engager dans la file de ce dark ride inspiré du roman éponyme de Jules Vernes. La file commence dans une structure en spirale qui nous fait descendre plus bas dans le cratère immergé du volcan. En contrebas, on peut observer une silhouette connue, le Nautilus stationné au cœur du volcan. Puis la file se poursuit jusqu’au quai d’embarquement où nous sommes invités à embraquer dans des petits sous-marins pouvant accueillir 6 passagers. Les sous-marins sont étrangement des véhicules suspendus. Il s’agit de cabines complètement fermées dans lesquelles on se sent assez confinés, mais peut-être pas autant que dans Nemo Voyage Submarineà Disneyland.

Le dark ride nous envoie donc 20 000 lieuses sous les mers, où nous sommes amenés à faire des rencontres avec la faune et la flore locale. Tout devient de plus en plus sombre au plus notre voyage progresse, jusqu’à tomber sur des restes d’une civilisation ancienne et rencontrer des sortes d’aliens qui vivent dans les profondeurs.

Le dark ride est très sombre et nous a laissés assez perplexes. D’un point de vue technologique, rien de bluffant non plus. Pas mauvais mais pas marquant non plus.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201353.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3292)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201354.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3293)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201356.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3296)
Petite déception, nous avions peut-être mis les bars trop hauts…

Après ce deuxième dark ride un peu plus mitigé, nous sommes revenus vers la zone d’entrée du parc, le Mediterranean Harbor. Cette zone d’inspiration principalement italienne évoque l’architecture de l’Europe du sud avec en fond de toile le MiraCosta. Nous avons déambulé dans les diverses boutiques de la zone et avons effectué notre premier essai de merchandising japonais.

Il faut savoir que les Japonais sont très hypés lors de leur visite au Tokyo Disney Resort : ils s’y mettent à 200% ! Et cela se voit surtout au niveau vestimentaire ! Tous les couples/groupes d’amis ont des matching outfits, c’est assez impressionnant. Beaucoup d’accoutrements très extravagants, toujours assortis, sur le thème de Disney et souvent d’un très mauvais goût. Ils adorent également les oreilles Mickey et dérivés. Dès lors, les boutiques pullulent d’offres les plus ridicules les unes que les autres. Ne m’y méprenez pas, j’aime moi-même me mettre en mode Disney Fashion quand je visite un parc Disney et j’ai ma part d’accessoires, mais là c’est d’un tout autre niveau. Liesbeth et moi voulions nous mettre dans le bain et étions donc en quête d’un accessoire Disney à porter mais le mauvais goût aura pris le dessus et nous nous sommes finalement abstenus. Ce qui ne nous aura toutefois pas empêchés d’essayer une multitude d’oreilles et chapeaux d’une kitscherie sans nom !

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201355.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3295)
Je vous montre le choix le plus classique ! Pire est à venir…

Après ce petit tour de boutiques, Liesbeth et moi avons poursuivi notre découverte du parc avec la zone American Waterfront, probablement ma deuxième préférée après Mysterious Island. La zone évoque plusieurs aspects des Etats-Unis toujours sur un thème maritime. L’entrée de la zone évoque plutôt les rues de New-York dans un style de briques rouges. Plus vient une plus large esplanade où trône fièrement la Tower of Terror locale. Un peu plus loin, un paquebot à quai est l’une des pièces maîtresses de la zone ; le paquebot S.S. Columbia qui comporte un restaurant buffet. Enfin, en poursuivant un peu plus loin, on rejoint un petit port de la Nouvelle Angleterre comprenant boutiques, restaurants et un théâtre.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/img_8716.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3298)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201357.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3299)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/img_8715.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3297)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201369.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3317)
Au pays de l’Oncle Walt

American Waterfront comporte également l’attraction Toy Story Mania! ainsi que le point de départ du DisneySea Electric Railway, un réseau de tram suspendu qui relie la zone à Port Discovery. Il y a également un grand théatre proposant une revue musicale à la Broadway assez courue et pour laquelle il y a un système de loterie afin de pouvoir obtenir un ticket pour l’une des séances. D’autres séances sont publiques mais l’attente peut parfois y être très longue. Liesbeth et moi n’avons toutefois pas réussi à comprendre le système de loterie ce jour-là.

Nous commencions doucement à avoir faim. Pour notre premier repas au Tokyo Disney Resort, notre choix s’est posé sur un quick service restaurant que nous avions repéré dans la zone Arabian Coast : le Casbah Food Court. Ce Food Court est constitué de trois sous-restaurants. Notre choix s’est porté sur le Flying Carpet Curry. Nous avons tous deux pris un plat au curry qui fut bon et abordable.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201359.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3302)
Premier repas sur le sol nippon : un bon curry façon Maghreb !

Après cette petite pause repas, Liesbeth et moi nous sommes dirigés vers la station de la zone Lost River Delta afin d’embarquer à bord d’un des bateaux de la Disney Sea Transit Steamer Line, un réseau de transport reliant les principaux ports du parc. L’idée était d’ici faire une petite pause digestive tout en admirant la beauté du parc sous un autre angle. Nous voulions également nous rendre à nouveau à American Waterfront car nous mourrions d’envie de faire un tour de leur Tower of Terror.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201358.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3301)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201363.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3308)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/img_8717.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3300)
Onride depuis le Sea Transit Steamer Line !

Après être passés par le Mermaid Lagoon et l’Arabian Coast, nous sommes revenus vers l’entrée du parc et avons débarqué à hauteur de l’American Waterfront. La balade fut agréable et nous a permis d’avoir de beaux points de vue sur ce sublime parc.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/img_8718.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3303)
Futures réjouissances en vue !

Arrivés devant la Tower of Terror, nous avons dû affronter notre première grosse attente du séjour. Enfin, relative grosse attente car 40 minutes étaient affichées pour la Tower of Terror. Après un temps effectif d’une quarantaine de minutes, Liesbeth et moi sommes enfin entrés dans la Tower of Terror à l’architecture bien différente des autres Towers (si l’on excepte Mission: Breakout!).

Ici, la storyline de la tour est toute différente du Hollywood Tower Hotel. Nous sommes ici à New-York, dans une tour appelée ici le Hightower Hotel, dont le nom fait référence à son propriétaire, Mr Hightower, un explorateur étant revenu à New-York et ayant fait bâtir cet hôtel afin d’y exposer ses trouvailles. Au sein de sa collection, une statuette africaine maudite, qui serait apparemment responsable de la disparition de Mr Hightower lui-même, disparu dans l’une des cages d’ascenseur.

Les visiteurs sont amenés dans le pré-show où trône fièrement la terrible statuette. Sans vous spolier, ce pré-show est très bien fait avec de très chouettes effets spéciaux sur la statuette ! Celle-ci s’anime et lance à nouveau sa terrible malédiction !

Nous sommes enfin amenés à prendre place dans l’une des cages d’escaliers. A bord de l’ascenseur, on croise le fantôme de Mr Hightower ainsi que la statuette qui jette sa malédiction sur l’ascenseur. Les sensations sont similaires aux autres Tower of Terror. C’est très sympathique, le cycle a une durée plus que raisonnable et on s’amuse beaucoup !

Nous sommes sortis de là satisfaits. Liesbeth n’avait encore jamais fait de Tower of Terror à l’époque et trouvait cela assez soft du point de vue des sensations mais a bien aimé dans l’ensemble. Idem pour moi, j’ai beaucoup apprécié la variante thématique mais j’ai trouvé ça moyen en termes de sensations, ayant encore en tête la tour californienne qui m’avait parue plus intense.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201360.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3304)
Méfiez-vous de la statuette exposée dans cette tour…

Après cette première grosse attraction à sensations, nous voulions rejoindre Lost River Delta, la zone du fond du parc comprenant deux autres attractions sensationnelles : Raging Spirits et surtout Indiana Jones Adventure ! Pour nous y rendre, nous avons choisi d’emprunter le second moyen de transport du parc : le DisneySea Electric Railway, c’est-à-dire le tram suspendu. Nous avons tout de même attendu plus de 20 minutes avant de pouvoir embarquer alors qu’à pied cela aurait mis moins de temps, mais c’est aussi pour le plaisir d’expérimenter cette petite attraction.

A bord de celle-ci, nous nous sommes rendu compte du sport national japonais à Disney : faire coucou à tout le monde ! Littéralement tout le monde ! A bord d’attractions, les Japonais font des signes vigoureux de la main en direction des autres visiteurs qui se trouvent dans les allées/files d’attente. Au début, nous trouvions cela un peu excessif. Mais bien vite nous nous sommes pris au jeu et avons salué une multitude d’inconnus à bord des diverses attractions du resort !

Une fois arrives à Lost River Delta, nous avons d’abord fait un peu de repérage dans la zone. Première conclusion : le temple d’Indiana Jones est magnifique. Il s‘agit d’une sorte de grande pyramide Maya perdue dans la jungle. La zone est très boisée et cela rend très bien, on se croirait littéralement perdus dans la jungle. C’est une bonne chose car les autres zones manquent tout de même fortement de végétation.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201361.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3305)
Ça a quand même de la gueule tout ça !

Cela faisait un peu plus de deux heures que nous avions pris notre FastPass pour Journey. Nous pouvions donc en prendre un autre ! Notre choix s’est porté sur Raging Spirits car nous pouvions prendre un FastPass avec embarquement immédiat (le créneau était direct) et ainsi éviter les 50 minutes d’attente annoncées.

Raging Spirit est un clone d’Indiana Jones et le Temple du Péril à Disneyland Paris, soit un coaster Intamin pourvu d’une inversion. Sauf qu’ici le thème est différent : on parle ici d’un temple où divers esprits en colère enclenchent leurs forces contre les visiteurs. L’attraction est très joliment thématisée et cela rend encore mieux de nuit ! Quant au coaster lui-même, vous connaissez la version parisienne, c’est la même chose : des petites drops, un looping, des virages pas hyper confortables et le tour est déjà fini ! Pour le coup nous étions contents de ne pas avoir attendus pour cela !

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201362.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3306)
Le clone spirituel du Temple du Péril

Nous avons ensuite hâté le pas jusqu’à Indiana Jones Adventure: The Temple of the Crystal Skull. Il restait encore fort heureusement des créneaux pour FastPass. Nous en avons donc profité et avons pu prendre notre troisième FastPass de la journée. Néanmoins, et contrairement à Raging Spirits, le créneau n’était pas pour tout de suite !

C’est une autre aventure que nous avons alors tentée. Notre premier réel contact avec les toilettes fontaines japonaises. Ce n’était pas très agréable, ni très efficace. Notons que dans les toilettes des dames, il y a possibilité de mettre une musique d’ambiance, option qui n’était pas présente chez les Messieurs. Drôle de concept quand même !

Nous avons alors quitté Lost River Delta pour rejoindre Mermaid Lagoon, une zone dédiée à la Petite Sirène et dans un style plus cartoon. La zone est la seule qui fait référence à un univers Disney et c’est peut-être ce qui manque le plus dans ce parc : on n’a pas vraiment l’impression d’être dans un parc de la compagnie aux grandes oreilles. Peu d’attractions liées à des licences Disney, peu de Meet&Greet, pas de parade, etc… C’est l’un des seuls reproches que je ferais à Tokyo DisneySea.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/img_8721.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3310)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/img_8719.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3307)
En route vers coquillages et crustacés…

Revenons donc à Mermaid Lagoon. La zone est principalement destinée aux enfants et tranche avec le reste du parc de par ses palettes de couleurs et son style plus fantaisiste. Ce qui nous intéressait ici, c’était le deuxième +1 du parc, le junior coaster Flounder’s Flying Fish Coaster. Juste avant, Liesbeth et moi avons acheté un paquet de popcorn (snack très répandu au sein du Tokyo Disney Resort aves de nombreux buckets en plastique à vendre aux designs les plus étranges les uns que les autres). C’est donc munis de nos popcorns que nous nous sommes engagés dans la petite file de l’attraction.

Rien à signaler pour celle-ci, c’est un junior coaster comme un autre. +1 et au suivant !

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201365.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3312)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201364.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3311)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201366.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3313)
Deuxième crédit du séjour et on ne se sent déjà plus !

Nous sommes ensuite allés dans la grande zone indoor qui constitue principalement la zone Mermaid Lagoon. Celle-ci comporte des attractions pour enfants classiques d’un parc Disney, comme les parachutes ou le Demolition Derby. Ce qui nous intéressait c’était le spectacle joué au Mermaid Lagoon Theater. Nous voulions en effet un peu de magie Disney et surtout nous reposer un peu, le décalage horaire et la nuit passée dans l’avion commençant à se faire fortement ressentir !

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/img_8720.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3309)
Under the Seaaa, under the seaaaaa!

Le spectacle du théâtre, baptisé simplement Under The Sea, est un spectacle musical où le roi Triton, comme dans le film, organise un concert où ses filles viennent chanter. Le spectacle n’est pas dingue, on passe notre temps à voir une Ariel suspendue à des câbles voler dans les airs (ou nager dans l’océan en fait) chanter ses titres en japonais. De l’autre côté, un Roi Triton géant en Animatronic/marionnette, je ne sais plus trop, mène le spectacle. Ce Roi Triton peut faire peur, une remise à jour serait peut-être bien nécessaire.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201367.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3314)
Ce qui se cache derrière ce rideau est assez creepy, âmes sensibles s’abstenir…

Sortis de là, Liesbeth et moi nous sommes posés sur un banc pour nous reposer. Nous nous sommes couchés sur celui-ci et avons un peu fermé les yeux, sous le regard amusé des Japonais. Nous étions exténués mais nous voulions profiter du reste de la journée. Ce petit break s’imposait et notre hôtel était trop loin du resort pour pouvoir envisager un aller-retour.

Une fois un peu reposes venait enfin l’heure de pouvoir utiliser notre FastPass pour Journey ! Nous avions vraiment hâte de pouvoir tester cette attraction très prisée !

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201370.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3318)
Finally!!!

L’entrée de l’attraction se fait à l’intérieur même du volcan Mont Promotheus. Car en effet, nous allions pouvoir nous rendre au cœur du volcan. Le logo de l’attraction qui marque l’entrée est très joli !

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201368.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3315)
Le très beau logo de Journey !

La file d’attente de l’attraction semble assez abominable : une série de zig-zags dans l’antre du volcan, dans des couloirs assez confinés avec rien d ‘autre à voir que de la roche sculptée. Avec la file FastPass, nous avons attendu quasiment 30 minutes et nous trouvions cela déjà désagréable.

Au terme de la file, nous sommes amenés à emprunter un ascenseur qui nous mènerait au centre de la terre. L’ascenseur en question est bien évidemment un faux et il s’agit d’un pré-show en attendant de pouvoir accéder au quai d’embarquement. Une fois sortis des ascenseurs, nous arrivons donc dans la zone d’embarquement où défilent les véhicules similaires aux véhicules de Test Track mais avec un look tout autre !

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/img_8722.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3316)
Tout près du but pour aller explorer le centre de la Terre !

Une fois à bord, c’est parti ! Le véhicule s’engage d’abord dans un dédale de grottes de cristal. S’en suit ensuite une grotte envahie de champignons fluorescents. Pour le moment, l’aventure se fait à vitesse réduite ce qui permet d’admirer les décors en toute sérénité. Quelques étranges créatures inoffensives vivent parmi ces champignons. L’ensemble est assez joli avec ces décors en peinture avec effets de lumière noire.

Mais bien vite l’expédition devient plus angoissante en pénétrant dans un autre passage d’où se dégage de la fumée, des lumières plus sombres et un environnement beaucoup moins hospitalier. Le véhicule semble lui aussi accélérer. L’environnement est beaucoup plus sombre et inquiétant. Des signaux semblent indiquer que le volcan risque de rentrer en éruption à tout moment. Enfin, nous croisons un énorme animatronique assez impressionnant d’un gros monstre vivant au centre de la Terre. Une seule solution, prendre la fuite !

Le véhicule accélère d’un coup et remonte dans une longue spirale avant de sortir du volcan puis de redescendre une pente en extérieur (avec un très chouette airtime à le clef !) puis le véhicule replonge à l’intérieur et décélère bien vite avant de rejoindre le point de débarquement.

Liesbeth et moi avons adoré l’attraction ! Principalement pour la partie rapide au final ! Car le défaut principal de l’attraction est sa longueur. C’est extrêmement court ! On nous promet une expédition au Centre de la Terre mais au final, la partie dark ride est tellement brève que nous avons à peine le temps de nous immerger dans l’univers sous-terrain que nous sommes déjà en train de nous en échapper ! C’est un sentiment de trop peu pour cette partie dark ride, là où pour Test Track ou Radiator Springs Racer on a une durée plus que correcte. Ensuite, la partie rapide est rapide elle aussi ! Intense mais trop courte ! Si à la rigueur la partie dark ride aurait été un brin plus longue cela n’aurait pas dérangé et aurait été une belle apothéose pour le ride mais là non, deux courtes sections qui se succèdent, ça ne justifie pas les plus de 90 minutes d’attente souvent affichées !

Mais ne m’y méprenez pas, malgré ce défaut de durée, l’attraction reste fantastique et fut l’un de nos gros coups de cœur ! Nous aurions bien voulu en refaire un tour mais vu la longueur de la file standby, ça ne serait pas pour ce soir !

Liesbeth et moi avions quelques interrogations quant aux horaires des transports en commun pour pouvoir rejoindre notre hôtel (et donc savoir jusqu’à quelle heure nous pouvions rester dans le parc). Nous avions également des interrogations par rapport à ce typhon dont on nous avait parlé à l’aéroport. Nous sommes donc allés au kiosque d’informations du parc situé au niveau du globe géant à l’entrée. Quelle fut notre surprise quand nous avons constaté qu’aucune des employées du kiosque ne parlait anglais ! L’une d’entre elles avait une légère base mais avait énormément de mal à nous comprendre. Pourtant, Liesbeth et moi nous débrouillons très bien en anglais. C’est donc avec énormément de difficultés que nous avons obtenu une réponse pour les transports en commun. Par contre, elle nous a dit qu’aucun typhon n’était prévu pour les jours à venir. Nous étions rassurés donc !

Directement après, nous pouvions enchaîner avec notre FastPass pour Indiana Jones Adventures: Temple of the Crystal Skull. Retour donc à Lost River Delta de nuit. Grâce à nos FastPass, nous n’avons attendu qu’une dizaine de minutes contre plus d’une heure d’attente. L’attente se fait dans la chambre principale d’un temple maya. C’est une très jolie salle.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201372.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3323)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201371.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3321)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/img_8723.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3319)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/img_8724.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3320)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/img_8725.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3322)
Pas très rassurant tout ça…

Contrairement à la version californienne, l’aventure se déroule ici au Mexique. Mais excepté quelques variations thématiques, le principe est le même. Il y a un crâne de cristal dans le temple qui est maudit et qui va nous jeter sa malédiction car nous ne l’avons pas respecté. Les véhicules, des grosses jeeps montées sur vérins fonctionnant comme des simulateurs, nous emmènent au cœur du temple où nous sommes amenés à faire face à des serpents, des insectes, des explosions, des pièges mortels, etc… L’aventure est très similaire à l’expédition californienne avec également le final de la grosse boule. Première fois pour Liesbeth qui a adoré l’expérience ! Idem pour moi, j’ai réussi à beaucoup mieux apprécier que lors de mes premiers tours à Anaheim.

Nous commencions à avoir faim à nouveau. Nous avions repéré un restaurant dans la zone Mysterious Island, au cœur du volcan, qui nous tentait bien : le Vulcania Restaurant. Celui-ci propose une cuisine traditionnelle chinoise. Nous étions en Asie, nous voulions manger asiatique, nous avons donc pris une table dans ce restaurant Counter Service.

A l’entrée du restaurant, les plats étaient exposés tels quels. C’est fait quasiment partout au Japon. Ça n’a pas l’air très appétissant comme ça mais c’est pratique quand on ne maîtrise pas vraiment la langue du pays !

Nous avons donc commandé le même menu tous les deux, incluant une boisson, un plat à base de nouilles et un dessert gélatineux.
Quelle fut notre surprise de découvrir que le plat en question était tout froid ! Des nouilles froides, de la viande froide, bref, pas du tout ce que nous avions en tête. Mais qu’importe. Néanmoins, une chose étrange se trouvait également au centre de notre assiette : un truc tout brun qui ressemblait fortement à un œuf mais qui dégageait une odeur assez nauséabonde. Ce truc était juste immangeable ! Bref, vous l’aurez compris, la cuisine chinoise ne nous a pas du tout convaincue ! J’ai quand même apprécié la gélatine, Liesbeth pas du tout.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201373.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3324)
Je vous présente la catastrophe du soir !

Une fois sortis du restaurant, nous sommes allés nous installer devant le plan d’eau du parc au niveau de l’entrée afin de pouvoir assister au show nocturne du parc : la version locale de Fantasmic! Fantasmic! Est mon show nocturne favori, que ce soit à Walt Disney World ou Disneyland Anaheim. La version japonaise était donc un impératif lors de cette visite ! Liesbeth n’avait pas trop envie de s’éterniser car elle était fort fatiguée et nous devions encore faire le check-in à notre hôtel mais j’ai réussi à la convaincre d’attendre la fin du show avant de rentrer.

Cette version diffère pas mal des versions américaines. La bande-son est différente même si elle reprend quand même le thème musical du show. Tout le spectacle est constitué de chars aquatiques là où le gros du show se déroule sur une montagne dans les autres parcs. Sinon, la storyline est la même : nous voyageons dans l’imagination de Mickey et les méchants tentent de prendre le contrôle. Mais nous sommes dans l’esprit de Mickey et celui-ci arrive à contrer les méchants, dont Maléfique qui se transforme en dragon géant. Notons l’usage d’un miroir magique géant dans lequel apparaît la Reine de Cœur. Bel effet supplémentaire absent des autres versions.

C’est les étoiles plein les yeux que le show s’achève. J’ai tout simplement adoré ! Différent des autres versions mais dans un bon sens, même si j’ai une légère préférence pour la version californienne.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/img_8726.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3325)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201375.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3327)
"Some imagination huh!"

C’est donc exténués que Liesbeth et moi avons quitté le parc après 21h. Nous avons été récupérer nos bagages puis nous avons pris un train jusqu’à une station de métro afin de rejoindre notre hôtel. Nous nous sommes très rapidement endormis après cette longue et belle première journée au resort tokyoïte !

En conclusion, Tokyo DisneySea nous a impressionnés pour ses décors époustouflants et ses mondes originaux ! Nous n’avions pas encore pu tout découvrir en ce premier jour mais nous comptions d’office y retourner deux jours plus tard. Au final, plutôt que de courir d’un ride à un autre, nous avons préféré nous balader dans les zones du parc, prendre le temps de profiter de l’instant et des fabuleux décors. Le seul reproche mentionné précédemment est le manque de touches Disney dans le parc. Nous avions du mal à réaliser que nous étions dans un resort Disney au final. Et peut-être aussi les longs temps d’attentes aux différentes attractions, même si grâce aux FastPass nous nous en sommes bien sortis.

Petit résumé de la journée :

Meilleure attraction : Journey to the Center of the Earth
Moins bonne attraction : Flounder’s Flying Fish Coaster
Meilleur spectacle : Fantasmic!
Meilleure zone à thème : Mysterious Island
Plus grosse surprise : Indiana Jones Adventure: Temple of the Crystal Skull
Plus grosse déception : 20,000 leagues under the Sea
Avis général : Très positif

A très bientôt pour la suite !
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201374.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3326)

Titre: Re : [Japon 2018] 18 jours au Pays du Soleil Levant
Posté par: tartazan le 21 Mars 2020, 11:33:27
Bonjour à tous !

Après avoir fini de rédiger mon dernier Trip Report en Californie, j’avais encore un autre Trip que j’avais envisagé de rédiger, relatant mon voyage au Japon qui date de septembre 2018 et qui comprenait pas mal de haltes en termes de parcs d’attractions. Après avoir hésité (c’est quand même un gros Trip et ça prend du temps en rédaction l’air de rien), j’ai décidé de quand même vous en faire part, ayant beaucoup de temps libre en ce moment. J’espère que cela vous plaira !


OUIII!!! Yoshiii!!!  :D

C'est toujours un grand plaisir de lire tes TR, personnellement souvent je lis avec beaucoup de retard ce qui explique que je n'y réagisse pas ce qui te fruste sans doute un peu de voir assez peu de réactions, mais saches que tu es très apprécié  ;D

Allez! je te l'avoue, tu es mon rédacteur de TR préféré sur Ameworld avec le regretté Nikolas  :'( ....et Flex qui est sur le forum d'en face.

Bon courage pour la suite de la rédaction de ton long périple, encore merci
Titre: Re : [Japon 2018] 18 jours au Pays du Soleil Levant
Posté par: Yoshiii le 22 Mars 2020, 10:58:20
OUIII!!! Yoshiii!!!  :D

C'est toujours un grand plaisir de lire tes TR, personnellement souvent je lis avec beaucoup de retard ce qui explique que je n'y réagisse pas ce qui te fruste sans doute un peu de voir assez peu de réactions, mais saches que tu es très apprécié  ;D

Allez! je te l'avoue, tu es mon rédacteur de TR préféré sur Ameworld avec le regretté Nikolas  :'( ....et Flex qui est sur le forum d'en face.

Bon courage pour la suite de la rédaction de ton long périple, encore merci

Wow, merci pour ce compliment, c'est motivant et ça me flatte énormément :D ! Merci à toi ;)

Pas que ça me frustre de pas avoir de réactions, mais en avoir ça fait toujours plaisir :)

La suite arrive très bientôt !
Titre: [Japon 2018] 18 jours au Pays du Soleil Levant
Posté par: Dim7303 le 22 Mars 2020, 16:30:44
Oh yes trop bien ! Celui là je l'attendais avec impatience.  :P

Je suis assez surpris par le budget que tu annonces, ça parait tellement pas cher pour les parcs c'est dingue.

Vous êtes quand même assez dingue d'aller directement au parc a peine débarqué de l'avion. Comment vous avez fait pour tenir toute la journée ? Ne me dit pas que juste votre petite sieste sur le banc a été suffisant ?

Concernant la langue c'est assez surprenant, d'ailleurs les différents retours font toujours état de ce "détail". J'espère que vous n'avez pas eu de galère avec cette barrière durant votre séjour...


Pas que ça me frustre de pas avoir de réactions, mais en avoir ça fait toujours plaisir :)

C'est le problème de la mentalité d'aujourd'hui, il y à du monde pour critiquer, par contre faire quelque chose de bien et sympa : "c'est normal alors pourquoi féliciter ?" On l'entend presque tous les jours ...  :-\
Titre: Re : [Japon 2018] 18 jours au Pays du Soleil Levant
Posté par: bartoshaq le 23 Mars 2020, 10:51:42
Alala par ces temps difficile de confinement ça fait sacrément plaisir de voir débarquer ton TR du japon, d'autant plus avec de sublimes parc, je rejoins l'avis plus haut tes TRs sont vraiment super agréables à lire et on est tout le temps plongé dans tes aventures :)
Titre: Re : [Japon 2018] 18 jours au Pays du Soleil Levant
Posté par: John_attend le 23 Mars 2020, 12:40:33
Oui, merci pour ces super TR's et ces belles photos qui me font rêver ( traduction: ces trips qui me rendent terriblement jaloux!). Je t'envie grandement et c'est un plaisir de suivre tes aventures! Merci et continue comme ça!
Titre: Re : [Japon 2018] 18 jours au Pays du Soleil Levant
Posté par: Yoshiii le 24 Mars 2020, 11:19:20
Merci à tous les trois pour vos réactions, ça fait vraiment plaisir ;) !

Je suis assez surpris par le budget que tu annonces, ça parait tellement pas cher pour les parcs c'est dingue.

Vous êtes quand même assez dingue d'aller directement au parc a peine débarqué de l'avion. Comment vous avez fait pour tenir toute la journée ? Ne me dit pas que juste votre petite sieste sur le banc a été suffisant ?

Oui, nous-même on a été surpris ! Particulièrement par Tokyo Disney Resort quand on compare aux tarifs des resorts occidentaux. Et tant mieux au final  :P

Et si, on a tenu toute la journée uniquement avec notre petite sieste sur le banc ! Bon après je dois l'avouer, on est partis vers 21h le soir, juste après Fantasmic! alors que le parc restait encore ouvert. Ce fut difficile mais on l'a fait ;) !

Je poste la suite demain, une fois les photos uploadées ;) !
Titre: Re : [Japon 2018] 18 jours au Pays du Soleil Levant
Posté par: Yoshiii le 25 Mars 2020, 12:54:19
Chapitre 2 : Tokyo Disneyland

Après une bonne nuit de sommeil bien réparatrice, Liesbeth et moi nous sommes réveillés de bon matin pour notre deuxième jour sur le sol nippon afin de poursuivre notre découverte du Tokyo Disney Resort.

Nous avons du emprunter les transports en commun en heure de pointe afin de rejoindre le resort. C’est là que nous avons constaté la folie que cela pouvait être dans le métro ! Les gens s’entassent tous un maximum dans les métros qui se succèdent et la notion d’espace personnel disparaît totalement. Je pense qu’à part à Sao Paulo, je n’avais jamais vu de métros aussi bondés !

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/img_8729.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3331)
Cette photo date évidemment de l’ère pré-coronavirus…

Mais heureusement pour nous, le trajet n’est pas très long et ce n’est pas pour nous rendre au boulot que nous sommes écrasés comme des sardines mais pour nous rendre chez Mickey pour une deuxième journée que nous espérons pleine de magie !

Après avoir switché pour un train, nous sommes arrivés à la station de Tokyo Disney Resort. Petit passage devant leur version du World of Disney, une boutique appelée Bon Voyage, et nous avons pris la direction de Tokyo Disneyland, le Magic Kingdom local.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/img_8727.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3328)
C’est parti pour une dose de magie !

Ce qui marque en premier en arrivant devant le parc, c’est l’entrée de celui-ci. Pas d’hôtel victorien, ni de gare pour le Disneyland Railroad, mais un grand bâtiment (et pas nécessairement le plus beau), menant sur une énorme verrière. Cette verrière abrite la version locale de Main Street USA : World Bazaar.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/img_8728.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3330)
Ça a quand même moins de gueule que le Disneyland Hotel de Paris…

Etonnant donc de ne pas avoir de réelle Main Street en arrivant au sein du parc. World Bazaar est plus petit que Main Street USA (entendez par là moins de bâtiments), et les illusions d’optique des échelles des bâtiments sont cassées par verrière, qui écrase ceux-ci. Je n’ai pas du tout été séduit par cette entrée qui manque de charme et de finesse pour un parc Disney.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201377.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3333)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201425.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3409)
Rendez-nous Main Street USA !

Mais nous ne nous sommes pas vraiment attardés dans la zone. Arrivés tôt le matin, nous voulions profiter d’une affluence plus faible pour enchaîner un maximum de grosses attractions avant que les files d’attente ne gonflent trop.

Nous avons donc directement bifurqué vers la droite pour rejoindre le Tomorrowland tokyoïte. Premier objectif, récupérer un FastPass pour Monsters Inc: Ride & Go Seek!, un dark ride extrêmement prisé sur le thème de Monsters Inc. Une fois le FastPass en poche, nous avons été nous engager dans la file de l’attraction voisine, Space Mountain !

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201393.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3353)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201376.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3332)
Gros dôme spatial en vue !

30 minutes étaient déjà annoncées pour Space Mountain. La file d’attente, constituée de vieux zig zags en extérieur, n’a aucun charme particulier, tout comme la zone dans son ensemble. C’est le plus laid de tous les Tomorrowlands que j’ai pu visiter (et pourtant de base ces zones ne sont pas terribles). C’est affreusement rétro-futuriste et pas dans un bon sens. Les installations respirent les années 80 et ne semblent jamais avoir reçues d’update comme les autres Tomorrowlands. Pour l’instant, le tout fait fort vieillot et manque cruellement de charme (beaucoup de larges espaces vides pour accueillir la foule qui n’était pas encore là ce matin).

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201380.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3336)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201378.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3334)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201379.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3335)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201427.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3411)
Non non, ce n’est pas un parc Six Flags, c’est bien un parc Disney !

Revenons-en toutefois à Space Mountain. Il s’agit ici d’un clone de la version californienne qui en 2018 ne m’avait pas convaincue mais que j’ai beaucoup mieux apprécié en mode HyperSpace Mountain en 2019. Ici, c’est la version classique qui nous est présentée.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201382.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3338)
Clone de la version californienne

Eh bien Liesbeth et moi n’avons pas été convaincus. Peu de sensations, un simple dôme dans le noir, rien de dingue donc. Liesbeth en est même ressortie un peu trop remuée. C’est dommage car je suis certain que si j’avais refait plusieurs tours, j’aurais appris à apprécié le coaster, comme ce fut le cas en Californie un an plus tard…

Nous avons ensuite quitté ce bien vilain Tomorrowland pour découvrir le Fantasyland local. Notre objectif était alors de faire un tour de Haunted Mansion qui était déjà en mode Holiday (c’est-à-dire thématisé sur l’Etrange Noël de Mr Jack). Haunted Mansion à Fantasyland ? Oui tout à fait ! pas de New Orleans Square ou de Liberty Square ici. Dès lors, Haunted Mansion a été placé à Fantasyland. Qui plus est, au Japon les fantômes ne sont pas vraiment vus comme effrayants mais plutôt comme un conte de fée comme les autres donc voilà pourquoi.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201381.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3337)
999 Happy Haunts droit devant… Enfin je crois…

Beaucoup de monde déjà pour faire un tour de Haunted Mansion Holiday. La version Mr Jack est bien plus populaire que l’originale. Liesbeth étant fan du film, elle avait hâte de découvrir l’attraction. Moi aussi par curiosité même si j’étais un peu déçu de ne pas pouvoir faire la version originale que j’adore.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201383.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3339)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201385.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3342)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201384.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3341)
Kidnapper le Perce Oreille, et puis l’enfermer, lalalalalalala, lalalalala !

35 minutes d’attente donc pour ce premier dark ride au Magic Kingdom. Tout est complètement redécoré depuis le Foyer jusqu’aux scènes. Après les Stretchrooms, elles aussi rethématisées, nous arrivons dans le couloir qui mène à l’embarquement.

Au début, j’ai eu du mal à reconnaitre le ride de base, tellement les décors ont été modifiés ! Puis, j’ai reconnu la scène correspondant au pianiste fantôme pour Phantom Manor. A partir de ce moment-là, j’ai rapidement pu voir que ce n’est principalement que du masquage de l’existant et à vrai dire ça m’a un peu dérangé. Aucune réelle mise en scène non plus au niveau du scénario, le tout est un peu fourre-tout. Bref, je suis sorti de là assez déçu à vrai dire. Idem pour Liesbeth qui pour le coup aurait préféré voir l’attraction originale, qu’elle ne découvrira qu’un an plus tard à Disneyland Anaheim.

Bientôt, nous allions pouvoir déjà reprendre un deuxième FastPass. C’est qu’avec les attentes à Space Mountain et Haunted Mansion, deux heures s’étaient quasiment écoulées ! Nous désirions obtenir pour second FastPass un FastPass pour Splash Mountain. Dès lors, c’est vers la zone Critter Country que nous nous sommes dirigés.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201387.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3345)
C’est parti pour Zip-a-dee-doo-da et co !

La petite zone, similaire à celle de Disneyland, contient deux attractions : Splash Mountain et Beaver Brothers Explorer Canoes. Cette deuxième attraction est similaire aux Davy Crockett’s Canoes, c’est-à-dire des pirogues à bord desquels les visiteurs sont invités à pagayer afin de faire un tour sur un plan d’eau en compagnie de deux Cast Members qui donnent le tempo et guident la barque.

J’avais beaucoup aimé cette expérience en Californie et je voulais la faire découvrir à Liesbeth. Nous avions encore une petite demi-heure devant nous avant de pouvoir prendre un nouveau FastPass, et il n’y avait aucun temps d’attente pour l’attraction. Nous n’avons pas hésité une seconde !

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201386.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3344)
En espérant que le castor ne bouffe par trop notre pirogue…

Les Cast Members étaient très sympas. Nous ne comprenions rien aux directives données en japonais mais nous imitions les autres pagayeurs et nous tenions donc assez bien la cadence au final. Les autres visiteurs sur les berges nous faisaient tous de grands signes de la main (vous vous souvenez ? Le grand sport national du resort tokyoïte !). C’était vraiment un chouette moment !

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/img_8810.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3343)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/img_8811.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3346)
On n’a même pas coulé !

Sortis de là, nous avons encore flâné dans une boutique environnante, et puis nous sommes par hasard tombés sur un Meet&Greet improvisé. Nous avons pu y rencontrer Tic, Tac, Meiko et Br’er Fox (première fois que j’étais amené à croiser ces deux derniers personnages dans un parc Disney !).

Un petit mot sur les Meet&Greet japonais. Etonnamment, ceux-ci sont désorganisés au possible ! Pas de file d’attente, les visiteurs encerclent les personnages et tout le monde se rue dessus pour tenter de faire un câlin ou obtenir une photo ou un autographe. Les Japonais pourtant connus pour être civilisés en perdent complètement leurs bonnes manières ! Parfois, nous avons attendu en vain plus de dix minutes, en nous faisant doubler constamment par des visiteurs débarquant de nulle part alors que nous attendions depuis un bon moment.

Heureusement pour cette matinée, par grand monde autour des quatre personnages. Et même si c’était déjà chaotique comme ça, nous avons pu rencontrer les personnages sans trop de souci !

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201388.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3347)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201389.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3348)
Pour ce premier Meet&Greet, on s’est plutôt bien débrouillés !

Juste après ce premier Meet&Greet, nous sommes allés récupérer notre deuxième FastPass pour Splash Mountain. Celui-ci viendrait à échéance plus tard en début d’après-midi. Parfait pour nous, vu que la météo était fort maussade en cette matinée.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201392.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3351)
See you later Bre’r Rabbit!

Nous sommes ensuite retournés à Fantasyland pour découvrir les autres attractions du land. Un petit mot sur Fantasyland. Tout comme Tomorrowland, c’est affreusement vieillot. L’ensemble est thématisé comme les abords d’it’s a small world au Magic Kingdom (les parcs se ressemblent d’ailleurs très fortement). Une sorte de fête médiévale aux façades grises sans trop de saveurs. Les entrées des petits dark rides comme Blanche Neige ou Peter Pan ne sont donc pas fort thématisés, les allées sont trop larges rendant le tout trop lisse, trop froid. Le manège Dumbo est lui-même affreusement moche et pas digne d’un parc Disney quand on compare les autres exemplaires. On voit qu’un update de cette zone n’a jamais été fait là où cela a été opéré dans les parcs américains (dont les versions initiales de Fantasyland étaient à la base similaires – il en reste encore des traces au Magic Kingdom d’ailleurs).

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201391.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3350)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/img_8812.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3352)
Fantasyland 1983 !

Mais revenons-en à Peter Pan’s Flight. Comme dans les autres parcs ce dark ride est fort populaires. Seulement 35 minutes d’attente, nous n’avons pas trop hésité. La façade et la file de l’attraction sont donc très sommaires et un update serait le bienvenu.

L’attraction en elle-même est similaire aux autres : c’est beau, c’est mignon mais fort court. On aime bien quand même !

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201390.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3349)
Rêve de ta vie en couleurs, c’est le secret du bonheur !

Dans une catégorie au-dessus, nous sommes ensuite allés faire un tour d’it’s a small world qui bénéficie d’une bien plus jolie façade que les autres dark rides de la zone (excepté Haunted Mansion et Pooh’s Hunny Hunt).

Ici, une partie de la file d’attente se fait en intérieur avec même un peu de théma liée à l’attraction. C’est mignon mais la file est très bruyante. Pour le coup je pense préférer les files extérieures de Paris et Anaheim.

Quant à l’attraction en elle-même, c’est un it’s a small world, c’est mignon, musique entêtante à souhait et l’ensemble rend très bien. Première fois pour Liesbeth, qui connaissait la fameuse musique des Shermann Brothers mais pas l’attraction d’où elle provient.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/img_8813.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3354)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/img_8814.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3356)
It’s a world a laughter, a world of tears!

Enfin, nous allions finalement pouvoir utiliser notre premier FastPass du jour ! Nous avions en effet rendez-vous à la Monsters Inc. pour faire une petite chasse à Monstropolis !

L’attraction est un dark ride basée sur le Disney Pixar. Il s’agit d’une attraction de plus grande envergure que celle de Californie. Le bâtiment imposant qui abrite le dark ride reconstitue l’entreprise Monsters Inc. Le Hall d’entrée est également reconstitué et marque l’entrée de la file d’attente intérieure.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201397.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3359)
Monsters, Inc.

Le concept de l’attraction est simple et original : muni de lampes torches, nous allions explorer Monstropolis. Nos lampes permettent d’activer les animatroniques lorsque nous éclairons ceux-ci. L’idée est chouette mais dans la pratique, et un peu comme pour les dark rides interactifs de type shooting, cela nous empêche de profiter à fond de la théma des attractions. Là où dans un shooting dark ride ce n’est pas trop dérangeant car il y a également un objectif de compétition et de score à obtenir, ici, aucun score, juste de l’activation d’animatroniques. Et du coup, on passe plus son temps à chercher les monstres qu’à profiter visuellement du dark ride qui est fort joli en soi. Et le problème c’est que là où dans un shooting dark ride on peut décider de simplement ne pas jouer et profiter des décors, ici sans jouer il n’y a pas grand-chose qui se passe puisque les animatroniques restent figés.

Bilan de cette attraction : mitigé du coup. C’est fun mais pas autant qu’un shooting dark ride et c’est beau mais on en profite moins que dans un dark ride contemplatif. Dès lors, pas conquis par cette attraction pourtant ultra-populaire au Japon. Limite, j’ai préféré le Mike & Sulley to the Rescue de California Adventure !

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201394.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3355)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201396.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3358)
Pas monstrueuse cette attraction, par contre, monstrueusement ridicules avec le merch japonais !

Après ce petit crochet par Tomorrowland, nous sommes retournés à Fantasyland pour continuer notre visite des attractions de la zone. Nous avons donc ensuite opté pour Snow White’s Adventures, le petit dark ride digne d’un film d’horreur ! Ça nous a beaucoup amusés de voir une mère rire de ses deux petits enfants en pleurs en sortant de l’attraction. C’était mignon comme tout et il n’y avait rien de méchant dans les rires de la mère ! Sinon le dark ride en soi est similaire aux autres, c’est court, effrayant mais plaisant à faire et ça a un certain charme !

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201395.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3357)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201400.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3362)
Pauvre petits bouts de choux !

Nous avons ensuite fait une petite pause afin de nous restaurer. Nous voulions initialement aller manger au restaurant Queen of Hearts Banquet Hall, un restaurant sur le thème d’Alice au Pays des Merveilles. Mais néanmoins pour les prix proposés, les menus ne nous tentaient pas plus que cela. Au final, nous nous sommes rabattus sur du Quick Service encore une fois (nous avions prévu un restaurant à table pour le soir). Nous avons donc pris une pizza au Captain Hook’s Galley. Pas dingue mais de quoi nous caler pour l’après-midi !

Afin de digérer, nous avons été voir une séance de Mickey’s PhilarMagic, le cinéma 4D du parc qui relate les aventures de Donald Duck qui a voulu se prendre pour un chef d’orchestre mais qui se retrouve dans de sacrées mésaventures au final, traversant plusieurs classiques Disney, principalement du Golden Age de la fin des années 80 et du début des années 90. Liesbeth et moi qui avons grandi avec ces classiques avons juste adoré !

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201398.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3360)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201399.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3361)
Le style pour aller à un concert de Mickey !

Sortis de là, nous avons arpenté quelques boutiques souvenirs et avons poursuivi notre essayage de chapeaux ridicules. Il y a vraiment de quoi bien s’amuser avec leur offre !

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201401.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3363)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201402.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3364)
Et parce que le ridicule ne tue pas…

Ensuite, nous avons pris la direction d’une autre zone à thème du parc : Mickey’s Toontown. Très similaire au Toontown de Californie, cette zone est la ville où les Toons habitent. La zone est basée sur le concept de Roger Rabbit et abrite également des Meet&Greet avec Mickey, Minnie et leurs amis.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/img_8815.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3365)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201404.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3367)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201403.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3366)
C’est mignon toon plein cette zone !

Pour notre part, nous avons d’abord été créditer le petit Gadget’s Go Coaster, un petit junior coaster assez bien thématisé. Nous n’avons fort heureusement pas trop attendu pour cette petite attraction !

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201405.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3368)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201406.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3369)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201407.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3370)
+1 et on y Go !

Ensuite, nous sommes allés faire un tour de Roger Rabbit’s Car Toon Spin. Si vous vous rappelez mon Trip Report en Californie de 2018, j’avais écrit que ma sœur et moi n’avions pas du tout aimé, n’ayant rien compris au ride. Mais entretemps, Liesbeth m’aura raconté dans la file d’attente de l’attraction (une petite demi-heure) le plot du film dont l’attraction est inspirée, ce qui au final m’a permis de beaucoup mieux apprécier à sa juste valeur ce dark ride. La file d’attente vaut elle aussi le coup, elle est remplie de références au film et Liesbeth a pu toutes me les expliquer, émerveillée d’être plongée dans l’univers d’un film qu’elle a souvent regardé avec son frère quand elle était petite. C’est ça parfois la magie Disney !

Le dark ride donc nous emmène dans le monde des Toons qui sont en danger à cause d’un méchant qui a fabriqué la Trempette, un produit vert qui efface définitivement les Toons et qui constitue la seule façon de les tuer. On poursuit donc les aventures de Roger Rabbit et de sa compagne Jessica à travers ToonTown, poursuivi par le méchant et ses deux fouines.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201409.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3372)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201408.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3371)
Grâce à Liesbêtise, ça a tout de suite beaucoup plus de sens !

Après ce dark ride fort plébiscité par Liesbeth, nous avons passé un peu de temps à profiter de la zone, qui est vraiment mignonne et tranche un peu avec le reste du parc. Pour l’instant, avec Critter Country, ce sont les deux seules zones du parc qui nous ont convaincues.
 
Plusieurs personnages étaient de sortie à Toontown, notamment Donald, Picsou, Dingo et Pluto. Nous voulions pouvoir au moins rencontrer l’un d’eux mais avec le manque d’organisation des Meet&Greets et le manque (surprenant) de respect des Japonais, nous avons attendu dix minutes en vain !
Un peu déçus de cela, nous avons quitté Toontown pour visiter la partie gauche du parc qui comporte les zones Westernland (Et pas Frontier étrangement…) et Adventureland.

Mais juste avant, nous avons fait un crochet par Fantasyland pour aller obtenir un troisième FastPass, ayant pris celui pour Splash Mountain deux heures auparavant. Notre choix s’est porté sur le très populaire dark ride Pooh’s Hunny Hunt, basé sur Winnie l’Ourson. Notre FastPass ne serait que pour la toute fin de journée. En plus de notre ticket FastPass, nous avons reçu de la borne un bon pour une partie gratuite à la Shooting Gallery de Westernland. Une chouette surprise, merci la magie Disney !

En route donc pour Westernland ! Westerland est assez petit ici : il s’agit principalement d’une allée qui mène à Big Thunder Mountain. Ça tombe bien, il s’agissait de notre objectif premier !

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201412.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3377)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180910.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3373)
The Wildest Ride in the Wilderness!

L’attraction affichait un temps d’attente d’une trentaine de minutes. Globalement, les temps d’attente étaient ici bien plus raisonnables que pour Tokyo DisneySea et tant mieux ! Même le parc était moins bondé que son voisin. Pas trop de foule dans les allées, pas trop de files aux points de ventes, bref de chouettes conditions de visite !

Concernant ce Big Thunder Mountain, Liesbeth et moi avons vraiment beaucoup apprécié ! J’ai vraiment bien accroché au layout, doté notamment d’un beau final : une drop assez marquante (chose souvent absente sur les autres exemplaires) qui mène au splash final, avec un petit Headchopper offert par les os de dinosaures placés à cet endroit. Un beau final pour l’un des meilleurs Big Thunder Mountains !

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201410.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3375)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201411.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3376)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180911.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3374)
Notez au passage les Japonais qui pratiquent leur sport national de salutation onride !

Après une Mountain, nous avons enchaîné avec une autre ! En effet, il était l’heure de pouvoir profiter de notre FastPass pour Splash Mountain pris en fin de matinée. Nous étions en milieu d’après-midi, la température avait un peu monté, c’était donc le moment idéal !

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180912.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3378)
Une Montagne en cache souvent une autre !

Splash Mountain est un log flume ultra thématisé qui constitue l’attraction principale de Critter Country. L’attraction est basée sur Mélodies du Sud, un film mélangeant live-action et dessins animés (comme Roger Rabbit justement). L’attraction commence par un petit parcours flume en extérieur où l’on aperçoit le terrier de Br’er Rabbit parti à l’aventure. Puis après une première chute vient une longue section indoor avec partie dark-ride et une chute indoor. On y croise Br’er Bear et Br’er Fox (rencontré en Meet&Greet ce matin) en train d’essayer de capturer Br’er Rabbit pour le manger. A la fin, les deux comparses y parviennent et pour s’échapper, il n’y a qu’une seule solution : le plongeon, qui constitue la drop principale du ride. Enfin vient un final sous forme de partie dark ride avec de nombreux animatroniques et une autre chanson bien entêtante comme Disney en a l’expertise !

Splash Mountain c’est simple, j’adore ! Liesbeth a elle aussi été agréablement surprise par l’attraction ! Pas trop mouillés sur ce tour-ci, ce qui nous arrangeait bien vu qu’il faisait fort nuageux.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/img_8816.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3379)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201413.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3381)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/img_8817.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3380)
Alors Liesbeth, ça Zip-A-Dee-Doo-Splashe ?

Sortis de Splash Mountain, Liesbeth et moi sommes allés nous placer pour assister à la toute nouvelle parade de jour du parc : Dreaming up! La parade célèbre les 35 ans du resort tokyoïte. J’avais oublié de le préciser en début de trip mais le parc célébrait son 35ème anniversaire cette année-là avec pas mal de décors, d’évènements et de nouveautés, dont cette parade toute neuve !

La parade était juste fabuleuse ! Jamais je n’ai vu une parade aussi longue et dotée d’autant de chars ! D’abord nous avons eu droit à Mickey et Pluto, puis un char sur Alice au Pays des Merveilles accompagné de nombreux personnages du film (Chesire Cat, le Lapin Blanc, le Chapelier Fou, la Reine de Cœur, etc…), puis un petit char avec Pinocchio, une unité avec Minnie seule, l’imposant char des princesses ensuite, une unité Tic et Tac, un char de la Belle et la Bête, un autre avec Winnie l’Ourson, une unité de Donald et Daisy, après un char Baymaxx (on est bien au Japon après tout !), Marry Poppins (qui est bizarrement fixée à un mât) accompagnée de Peter Pan et Wendy sur un char londonien et enfin étrangement un petit char de clôture avec le sponsor de la parade.

Enormément de chars (j’en compte 12 au total), une flopée de personnages à pied également (Aladdin et Jasmine, le Grand Coquin, Bert et ses pingouins, les trois petits cochons, etc…), une musique dynamique, des Japonais en extase, tous en train de saluer leurs personnages préférés, bref, ce fut un très grand moment ! Liesbeth a tout simplement adoré et nous nous sommes beaucoup amusés à saluer les personnages de la parade. Pendant 15 minutes nous sommes tous deux retombés en enfance !

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180913.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3382)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180916.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3385)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180915.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3384)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180914.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3383)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180917.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3386)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201414.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3387)
Mary Poppins embrochée et princesses en cage, ça c’est de la parade !

 Une fois la parade achevée, nous avons fait un rapide crochet vers Big Thunder Mountain pour espérer prendre un FastPass pour refaire l’attraction en soirée, chose qui nous était encore possible, puis nous avons pris la direction d’Adventureland. Nous avons pris le temps de nous promener un peu dans ce qui est probablement la plus belle zone du parc. Après, le thème d’Adventureland me parle beaucoup et c’est mon land préféré dans le parc californien également.

La zone comporte les classiques Jungle Cruise, Swiss Family Treehouse et Enchanted Tiki Room dans une section basée plutôt sur l’exotisme, ainsi qu’une sous-section évoquant plutôt la Nouvelle Orléans et comportant Pirates of the Carribean.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201416.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3389)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201415.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3388)
Ambiance tropiques et robinsons !

C’est vers cette sous-section que nous nous sommes dirigés afin de faire un tour de Pirates of the Carribean qui n’est pas très populaire au Japon. Le temps d’attente de l’attraction n’a jamais excédé le quart d’heure de tout notre séjour.

Que dire de cette version tokyoïte de l’attraction ? Elle reprend le schéma des versions américaines mais ne m’a pas autant convaincu que la version californienne qui est selon moi la meilleure des quatre versions (en excluant Shanghai). Cette version-ci ne m’a donc pas marqué, ni dans le bon ni dans le mauvais sens. Un grand classique à faire quand même au moins une fois !

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180919.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3391)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180918.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3390)
Yo ho yo ho, a Pirate’s life for us!

Nous sommes ensuite passés devant le symbole du parc, le Cinderella Castle qui est une réplique quasiment identique du château floridien. Nous en avons profité pour faire quelques photos en cette fin d’après-midi et de flâner sur l’esplanade juste au pied de celui-ci.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180920.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3392)
On flâne et on prend la pose, comme des milliers d’autres visiteurs

Ensuite, nous avons repris la direction de Tomorrowland afin de voir s’il y avait des attractions avec un temps d’attente décent. Chanceux, nous avons pu tenter l’expérience locale de Star Tours sans trop d’attente.

L’attraction est elle aussi passée en mode The Adventures Continue. L’extérieur de l’attraction est vieillot comme le reste de Tomorrowland. L’intérieur reprend la file des autres versions. Quant à l’attraction en elle-même, rien de nouveau non plus. Liesbeth, qui expérimentait l’attraction pour la première fois ; je ne sais plus si je l’avais précisé en début de Trip Report mais il s’agit de la toute première visite de Liesbeth dans un parc Disney, excepté quand elle était toute petite à Paris mais elle ne se souvient que de Dumbo donc voilà… Soit, première fois pour Liesbeth qui s’est retrouvée espionne du vaisseau sans trop comprendre pourquoi sa photo apparaissait sur écran, le speech étant en japonais. Je lui aurai fait un débriefing en fin d’attraction.

On a tous les deux beaucoup aimés ce Star Tours. Ne me demandez plus quels scénarios on a eus car je ne m’en souviens plus mais l’expérience nous a plu sans trop nous rendre nauséeux non plus (chose que Liesbeth redoutait un peu).

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201418.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3394)
Petit vol en vitesse-lumière, rien que ça…

Le soleil commençait doucement à se coucher sur le sol nippon lorsque nous sommes sortis de Star Tours. Malgré cela, il y avait encore beaucoup de monde dans le parc avec plus d’une heure pour Space Mountain ou Monsters, Inc.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201417.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3393)
Bon, en fin de journée c’est déjà moins vilain ce Tomorrowland…

Nous sommes donc allés vers Fantasyland afin de trouver de petites attractions sans trop d’attente. Pinocchio’s Daring Journey n’affichait que vingt minutes, nous en avons donc profités pour rendre visite à la célèbre marionnette.

Tout comme Blanche-Neige, c’est assez effrayant pour les enfants mais dans une moindre mesure quand même. Nous apprécions tous deux ces petits dark rides pleins de charme.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201419.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3397)
Evitez de traumatiser vos enfants là-dedans, ils pourraient même en ressortir en ânes !

Nous avons également fait un tour de King Arthur Carrousel aux allures très médiévales. Le Carrousel joue en version orgue les classiques des musiques Disney. La nuit tombante, c’était très chouette de faire un tour de carrousel avec les magnifiques éclairages de celui-ci.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180921.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3395)
Un petit tour de manège plus tard…

Après ce petit tour de manège, Liesbeth et moi sommes allés au Center Street Coffee House, un restaurant à table situé au World Bazaar, la zone d’entrée que nous n’avions pas encore arpentée.

Le Center Street House est un petit restaurant américain d’antan sans prétention qui propose des plats occidentaux traditionnels. Nous avons apprécié ce petit moment pour pouvoir un peu décompresser, discuter et faire le bilan de la journée dans un cadre vintage évoquant le début du siècle dernier.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180922.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3396)
Itadakimasu!

Nous sommes ensuite allés nous balader un peu dans les boutiques du World Bazaar, dont notamment sa version de l’Emporium, la boutique de souvenirs principale du parc. Beaucoup de drôles de couvre-chefs à nouveau en vente ici !

Puis, nous nous sommes dirigés vers Big Thunder Mountain car il était bientôt l’heure de pouvoir utiliser notre FastPass. Mais juste avant, et puisque nous avions encore un peu de temps devant nous, nous nous sommes arrêtés à la Westernland Shootin’ Gallery afin d’utiliser notre bon obtenu pour une partie gratuite. Il s’agit d’un stand de tir qui permet d’activer de petites animations si l’on arrive à toucher des cibles. L’attraction est normalement payante et je ne l’avais jamais testée dans aucune de ses autres formes dans les autres parcs Disney.
On s’est bien amusés.

Nous avions droit à 10 tirs, nous en avons fait cinq chacun et seule Liesbeth aura réussi à atteindre l’une des cibles. C’est que l’air de rien ce n’était pas si facile !

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180923.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3398)
Des années d’entraînement aux darks rides interactifs ne m’auront été d’aucune aide ce soir…

Juste après cela nous avons donc utilisé notre FastPass pour faire un tour de Big Thunder Mountain dans la pénombre. C’était très amusant et j’ai vraiment repris plaisir à refaire un tour de cette très chouette version. Définitivement ma deuxième préférée après celle de Paris !

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180925.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3400)
Dans le noir c’est encore plus Wild !

Sortis de là, nous sommes allés gentiment nous installer pour attendre la parade électrique du soir : Dream Light : the Tokyo Disneyland Electrical Parade, sorte de parade parallèle à la fameuse Main Street Electrical Parade.

Nous avions de très bonnes places pour assister à cette parade. Tous les Japonais restent assis pendant les parades, ce qui est parfait : beaucoup plus agréable pour tout le monde d’être assis en attendant et en admirant le show itinérant, et cela permet à chacun de bien tout voir. Ici, pas d’enfants sur les épaules de leurs parents !

La parade en elle-même était vraiment pas mal, mais ne m’a pas autant impressionnée que la Paint the Night Parade, ni offert d’émotions (principalement de la nostalgie) que peut me procurer la Main Street Electrical Parade. Mais je maintiens que c’est tout de même une très belle parade. Petite déception pour Liesbeth qui s’attendait à mieux et qui a préféré la parade de jour.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201420.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3403)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201422.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3405)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201421.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3404)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180926.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3401)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180927.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3402)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180924.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3399)
The Tokyo Disneyland Main Street Electrical Parade !

Après la parade, nous nous sommes rendus à Jungle Cruise dont le temps d’attente était fort court juste après la parade. Jungle Cruise a été l’une de mes révélations lors de mon séjour en Californie en 2018. De jour l’attraction me laissait assez de marbre mais de nuit, c’est une tout autre expérience avec un effet d’authenticité renforcée. Je tenais donc absolument à ce que Liesbeth découvre cette attraction de nuit !

Un skipper japonais nous a accueillis à bord de l’une des embarcations. Malheureusement pour nous, et comme nous nous y attendions, le speech était entièrement en japonais. Les Japonais dans notre embarcation ne semblaient pas très réceptifs au pauvre skipper. Mais sans comprendre le speech (qui fait quand même beaucoup dans l’attraction), nous avons pu profiter de l’amtosphère toute particulière de Jungle Cruise de nuit dont les décors ne sont éclairés que par une grosse lampe torche du bateau. On se croirait vraiment perdus dans la jungle, le tout a un côté beaucoup plus mystérieux et un peu stressant même, surtout quand le skipper est à fond dans son rôle. Un Must-do, enfin pour moi. Liesbeth n’a pas accroché tant que ça. Peut-être aurais-je du lui faire d’abord découvrir l’attraction de jour afin qu’elle ait un point de comparaison.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201423.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3407)
Pour l’humour japonais, on repassera mais pour l’atmosphère, c’est un must-do !

Une fois débarqués de Jungle Cruise, nous avions encore un petit peu de temps avant notre FastPass pour Pooh’s Hunny Hunt dont le créneau tombait dans la dernière demi-heure d’ouverture du parc. En attendant, nous avons été faire un tour de Dumbo The Flying Elephant, qui ressemble plus à un manège forain qu’autre chose.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201424.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3408)
Même de nuit c’est moche ça !

Enfin, nous avons pu nous engager dans la file FastPass du dark ride le plus prisé du parc : Pooh’s Hunny Hunt. Il s’agit d’un dark ride Trackless basé sur les aventures de Winnie l’Ourson. L’attraction est bien plus évoluée que ses cousins américains. Néanmoins, les scènes reprises sont plus ou moins similaires mais largement plus développées.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180928.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3406)
La dernière page de ce chapitre…

L’attraction emmène donc les visiteurs dans des pots de miels géants à la rencontre de Winnie et ses amis. L’attraction débute avec d’abord un arrêt devant un livre géant de Winnie the Pooh. Winnie et Jean-Christophe échangent des mots en japonais puis une page du livre s’ouvre et nous sommes amenés à plonger dedans !

Cela nous amène directement dans la forêt des rèves bleus. On peut y apercevoir la résidence de plusieurs personnages ainsi que Winnie qui passe en volant en tenant un ballon. Dans cette première vaste salle, on peut déjà apercevoir Tigrou, Bourriquet, Maître Hibou ou encore Petit et Grand Gourou.

Vient ensuite la fameuse scène de Tigrou. Celui-ci (sur écrans) vient sautiller gaiement. Les véhicules se mettent à suivre le mouvement et à eux aussi sautiller. Les décors environnants sautillent aussi ce qui accentue l’effet. C’est assez amusant !

Nous arrivons ensuite dans une section plus sombre avec la forêt plongée dans la nuit. On peut apercevoir Winnie l’ourson s’endormir et son esprit se mettre à rêver (avec un chouette effet où sa chambre se transforme en ciel étoilé). En suivant Winnie dans ses rêves, nous arrivons dans un monde psychédélique peuplé d’éléphants-abeilles (cette séquence ressemble à la séquence de la marche des éléphants de Dumbo pour vous donner une idée). Beaucoup de véhicules circulent et se croisent dans cette section dont l’esthétique me plaît moins.

Après avoir empruntés un tunnel, Winnie se réveille, alors qu’il est en train de dévorer des tonnes de miel. Puis nous arrivons à la dernière page du livre qui indique « The End ».

Notre avis résumé en une phrase : « Tout ça pour ça ? ». L’attraction est très jolie, avec de belles scènes, mais est extrêmement courte : seulement 4,5 scènes (sans compter l’introduction et la scène finale avec le livre géant) : la forêt de jour, la scène de Tigrou, la forêt de nuit (avec Winnie qui s’ennuie) et la scène psychédélique. Puis encore la mini-scène de Winnie qui mange du miel. Et c’est tout ! Certes, la scène du rêve psychédélique est plus longue mais esthétiquement c’est celle qui nous a le moins convaincue.

C’est à peine plus long que les homologues américains. Seul le système trackless apporte ici un réel plus. C’est donc une déception pour Liesbeth et moi.

Mais malgré cette déception de fin de journée, Liesbeth et moi avons passés tous deux une fabuleuse journée à Tokyo Disneyland !  Le parc possède tous les grands classiques de Disney plus quelques inédits comme Monsters Inc ou Pooh’s Hunny Hunt qui même s’ils n’ont pas été des coups de cœur ont apporté une fraîcheur bienvenue au parc. C’est d’ailleurs le gros défaut de ce Magic Kingdom : il est affreusement vieillot (et dans le mauvais sens, pas dans le sens vintage du Disneyland park d’Anaheim). Leur Tomorrowland est vraiment moche. Idem pour leur Fantasyland. Pas fan non plus de World Bazaar. Cela est d’autant plus accentué par la comparaison avec le sublime Tokyo DisneySea situé juste à côté. Les Meet&Greet sont aussi assez mal organisés et pour un parc Disney c’est assez regrettable. Enfin, le parc est tout comme son homologue floridien surdimensionné, détruisant un peu le charme et donnant le sentiment de se balader dans un centre commercial du divertissement en plein air…

Dans le positif, notons comme dit ci-dessus une offre d’attractions large et diversifiée, des employés très accueillants même s’ils ne maîtrisent pas forcément l’anglais, une offre en entertainment assez incroyable (cette parade de jour !), une propreté exemplaire et une très bonne gestion des flux (aucun sentiment d’étouffer dans les allées ou files). Malgré tout, il s’agit du Magic Kingdom que j’apprécie le moins pour toutes les raisons citées ci-dessus.

Mais nous avions encore une journée complète prévue sur le resort tokyoïte et plusieurs attractions à découvrir. Peut-être notre avis changera-t-il ? Réponse au prochain chapitre !

Petit résumé concernant cette visite :

Meilleure attraction : Splash Mountain (j’ai hésité avec leur Big Thunder Mountain)
Moins bonne attraction : Haunted Mansion Holiday
Meilleur spectacle : Dreaming up!
Meilleure zone à thème : Adventureland
Plus grosse surprise : Big Thunder Mountain
Plus grosse déception : Pooh’s Hunny Hunt
Avis général : Positif

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/img_8818.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3412)

A très bientôt pour la suite !
Titre: Re : [Japon 2018] 18 jours au Pays du Soleil Levant
Posté par: gouzou le 25 Mars 2020, 15:29:02
Merci beaucoup pour ces TR qui sont très plaisant à suivre surtout en période de confinement. Et d'une manière générale, merci à les petits camarades qui prennent la peine de rédiger et de poster leurs expériences. C'est beaucoup de travail et oui la critique est facile mais l'art difficile.
Tout çà donne effectivement envie de partir en voyage, mais cela me paraît fortement compromis (notamment pour le mois d'avril, j'espère que les billets d'avion donneront lieu à des bons d'achat de la part de la compagnie).
Et 2200€ pour 18 jours me paraissent plutôt une bonne affaire car le Japon est un pays réputé pour être très cher à visiter. Pour moitié moins, tu tiens un bon mois en Inde ou en Asie du sud est.
Titre: Re : [Japon 2018] 18 jours au Pays du Soleil Levant
Posté par: Yoshiii le 28 Mars 2020, 11:11:02
Merci pour ton commentaire ;)

Et 2200€ pour 18 jours me paraissent plutôt une bonne affaire car le Japon est un pays réputé pour être très cher à visiter. Pour moitié moins, tu tiens un bon mois en Inde ou en Asie du sud est.

C'est un peu une fausse idée répandue : le Japon n'est au final pas si cher que ça. Il y a moyen de trouver des vols pour pas trop cher en s'y prenant bien à l'avance et le coût de la vie sur place est quasiment identique à la France ou la Belgique. Alors certes en comparaison avec d'autres pays d'Asie comme tu le mentionnes c'est plus cher, mais c'est pas plus cher que chez nous ou que de faire un trip aux Etats-Unis :)
Titre: [Japon 2018] 18 jours au Pays du Soleil Levant
Posté par: Dim7303 le 28 Mars 2020, 17:53:01
Merci pour cette suite.

Bah dis donc j'ai l'impression que ce parc réuni tout ce qui est moche dans les parcs Disney. Towmorrowland mal fichu et sans âme, Fantasyland floridien tout fade, cette Main Street capotée...

Heureusement qu'il y a splash et cette parade qui paraît vraiment dingue !

Par contre les meet&greet je suis choqué !  :-\
Titre: Re : [Japon 2018] 18 jours au Pays du Soleil Levant
Posté par: LMP71 le 31 Mars 2020, 13:51:19
Ça y'est j'ai tout lu et je ne sais pas quoi dire, tu es un génie des TRs, de superbes photos et des explications claires :D je suis content que tu aimes la parade de journée, j'aime cette musique Dreaming up !

Hâte de découvrir le reste, fais-nous rêver  :D
Titre: Re : [Japon 2018] 18 jours au Pays du Soleil Levant
Posté par: Yoshiii le 31 Mars 2020, 21:02:04
Merci à tous les deux pour votre retour  ;)

Par contre les meet&greet je suis choqué !  :-\

Oui, ça nous a vraiment déçus, plusieurs fois nous avons tenté de rencontrer un personnage mais après 10 minutes d'attente à se faire doubler, nous avons fini par predre patience. Le système des files dans les autres parcs fait moins spontané mais au moins c'est plus ordonné et équitable.

je suis content que tu aimes la parade de journée, j'aime cette musique Dreaming up !

Clairement la parade fut une grosse surprise ! Surtout au niveau du nombre de chars et personnages ! Impressionant !

Je posterai le chapitre suivant demain  ;)
Titre: Re : [Japon 2018] 18 jours au Pays du Soleil Levant
Posté par: dédé le 01 Avril 2020, 12:40:03
Assez intéressant et rare le point de vue de ton amie, quasi first timer all Disney Park avec comme premiers parcs ceux de Tokyo ;-)
Titre: Re : [Japon 2018] 18 jours au Pays du Soleil Levant
Posté par: Yoshiii le 01 Avril 2020, 15:48:13
Chapitre 3 : Tokyo Disneyland (jour 2)

En cette troisième matinée sur le sol nippon, Liesbeth et moi nous sommes réveillés en alerte. En effet, la veille nous avions eu la confirmation qu’un typhon était en train de ravager le Japon et qu’il se rapprochait dangereusement de Tokyo. Néanmoins, Tokyo Disney Resort est annoncé comme ouvert pour cette journée. C’est donc un peu dubitatifs que nous nous sommes mis en route pour rejoindre Tokyo Disneyland.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201428.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3413)
Back to the Magic!

Vu qu’il s’agissait de notre troisième jour de visite, nous avions enfin l’opportunité de pouvoir aller d’un parc à l’autre sur une même journée ! Cette pratique d’option Hopper bloquée lors des deux premiers jours est assez étrange. Après, ce n’est pas si dérangeant que cela sachant que les deux parcs ont chacun largement de quoi remplir une journée et que les horaires d’ouvertures des parcs sont très similaires.

L’annonce du typhon Jebbie n’a clairement pas fait peur aux foules car le parc était fort fréquenté encore pour cette nouvelle journée au royaume magique de Disney.

Arrivés à World Bazaar, nous avons aperçu Mary Poppins en photolocation. Mais encore une fois, le manque d’organisation des Meet&Greet aura eu raison de nous et nous n’avons pas pu saluer la célèbre nounou anglaise.

A défaut, nous sommes allés récupérer notre premier FastPass du jour pour l’attraction Buzz Lightyear’s Astro Blasters qui affichait déjà une belle attente. Nous n’étions aujourd’hui pas arrivés pour l’ouverture du parc et pas mal d’attractions avaient déjà des temps d’attente excédant les 45 minutes.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201430.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3415)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201436.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3424)
Borne Fastpass la plus mignonne de tous les parcs Disney !

En attendant de pouvoir utiliser notre FastPass dont le créneau était dans moins d’une heure, nous nous sommes rendus à Westernland afin de découvrir une zone du land que nous n’avions pas encore explorée : la Tom Sawyer Island. Pour pouvoir rejoindre la zone en question, il faut emprunter les Tom Sawyer Island Rafts, des petits shuttles sur eau qui nous font rejoindre l’île. Pas d’attente en cette matinée pour ces rafts, c’est donc embarquement immédiat pour aller arpenter l’île de Tom Sawyer !

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201429.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3414)
 (https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180929.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3416)
La vue est plutôt pas mal depuis les rafts, l’un des plus beaux coins du parc

Un peu comme Adventure Isle, il s’agit d’une zone avec structures de jeu, cavernes, arbres à escalader, ponts de signe, etc… Il n’y avait quasiment personne sur cette île en cette matinée, nous avons donc pu dans le calme explorer celle-ci. Qui plus est, malgré l’annonce de l’arrivée du typhon Jebbie, le ciel était bleu et ensoleillé en cette matinée. Très agréable pour le coup, nous n’avions pas encore eu beaucoup de soleil depuis le début de notre voyage. La zone qui plus est est amusante et un véritable havre de paix loin des allées fort fréquentées du reste du parc.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180930.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3417)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180931.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3419)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201432.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3420)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180939.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3448)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201453.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3449)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201433.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3421)
Petite escapade chez Tom Sawyer

Après avoir fait le tour de l’île, jusqu’à trouver la cabane de Tom Sawyer, nous avons repris un raft afin de rejoindre Tomorrowland. Il était en effet temps de rendre visite à l’infâme empereur Zurg à bord de l’attraction Buzz Lightyear’s Astro Blasters ! La version est quasiment identique aux autres versions de Buzz : il s’agit d’un dark ride interactif classique. A bord d’omnimovers, Buzz Lightyear nous invite au combat pour affronter l’empereur Zurg. Liesbeth et moi avons bien apprécié cette première attraction de la journée.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201435.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3423)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201434.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3422)
Ça va Buzzer sec avec nos pistolets !

Nous sommes ensuite partis récupérer un deuxième FastPass pour Splash Mountain. En effet, avec la météo étrangement clémente, nous avions envie de nous rafraîchir un peu. La file d’attente Standby était trop longue pour nous mais nous avons réussi à obtenir un FastPass pour le début d’après-midi.

Une fois le précieux sésame en poche, nous nous sommes dirigés vers les deux spectacles d’Audio-Animatroniques du parc en commençant par le mythique Enchanted Tiki Room.

L’Enchanted Tiki Room est un show d’animatroniques situé dans Adventureland. L’attraction est également présente dans les deux parcs américains. Ici, au Japon, c’est une version altérée qui est proposée. En effet, l’attraction nippone a été prise d’assaut par Stitch ! J’étais très curieux de découvrir cette version, l’Enchanted Tiki Room étant l’un de mes coups de cœur parmi les classiques de Disneyland.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201437.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3425)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201439.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3427)
Pas de José, Fritz, Pierre ou Michael ici ?

Dans la file d’attente (enfin plutôt l’espace d’attente avant de pouvoir accéder à l’intérieur du bâtiment présentant le spectacle), une Cast Member du parc parlant anglais (la première à vrai dire qui parlait un bon anglais et avec qui nous pouvions converser) nous a abordés. Elle nous a posé quelques questions sur notre séjour, d’où nous venions etc… Il ne s’agissait nullement d’une enquête, juste une simple conversation. A la fin, celle-ci nous a demandés si nous étions au courant que le parc célébrait ses 35 ans. Nous avons répondu positivement et elle nous a alors offert deux badges à porter autour du cou pour célébrer les 35 ans du parc. Ce badge nous donnerait droit également chacun à une portion de popcorn gratuit ! Petite touche de magie Disney en plus. Nous avons chaleureusement remerciés la Cast Member pour cette chouette attention !

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201438.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3426)
Reagrdez comme un peu de magie (et de popcorns gratuits) peut nous rendre heureux !

Ensuite, nous avons pu prendre place au sein de l’Enchanted Tiki Room. Les gradins de la salle sont orientés vers le centre de celle-ci. Au centre se trouve une fontaine. Une fois les portes fermées, les oiseaux mécaniques se réveillent et entament leur sérénade. Ici, étrangement, la bande son est totalement différente des autres verions (il n’y a même pas la mythique chanson de la Tiki Room !). Mais soudain, les oiseaux sont en panique ! C’est là que Stitch débarque au cœur de la fontaine. Il se montre inoffensif et la tension baisse. Stitch, accompagné des oiseaux et des totems et fleurs entonnent alors divers chants hawaïens ensemble et toute la pièce prend vie.

Le résultat est très agréable. La bande son est très bien, Stitch apporte étonnamment une plus-value (alors que je n’affectionne pas forcément ce personnage) et c’est toujours un chouette petit moment poétique et nostalgique d’assister à un show de l’Enchanted Tiki Room. Petite préférence quand même pour la version originale mais cette version avec Stitch était très convaincante également ! Liesbeth a vraiment bien aimé aussi cette attraction au charme désuet.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180934.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3430)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180933.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3429)
Stitch a (heureusement ou pas) chassé les frères Sherman de cette version !

Nous avons enchaîné avec une autre attraction classique du même genre : Country Bear Jamboree. C’était une grande première pour tous les deux : je n’avais en effet pas testé l’attraction en Floride. Country Bear Jamboree est donc un show d’Audio-Animatroniques situé à Westernland. L’attraction dispose de plusieurs versions. C’est ici la version d’été qui nous était présentée.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201440.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3432)
Grand classique droit devant !

Dans ce spectacle, on assiste aux vacances d’un groupe d’ours. Le tout est présenté par une sorte de chef scout ours. Un orchestre d’Animatroniques joue sur la scène principale, tandis que sur les côtés apparaissent divers personnages, chacun contribuant à un moment donné à l’histoire. Il s’agit également d’un show musical. On peut y croiser un ours qui part à la pêche, une ourse qui va pique-niquer mais qui semble pleurer car quelqu’un aurait mordu dans son sandwich, un ours chanteur qui se prend pour Elvis Presley, bref, une multitude de personnages variés et amusants. Sur les murs se trouvent également des trophées de chasse d’élans et bisons qui commentent et participent à la prestation.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180932.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3428)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180935.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3431)
Qui a osé manger le sandwich de cette gente demoiselle ?

Dans l’ensemble, et même si nous ne comprenions pas grand-chose car tout était en japonais, ce show nous a bien fait rire. Ici, on joue clairement la carte de l’humour là où l’Enchanted Tiki Room joue sur l’atmosphère. Les Animatroniques sont aussi plus évolués ici, mais au final, l’atmosphère l’emporte et je garde une préférence pour la Tiki Room même si nous avons beaucoup apprécié Country Bear Jamboree !

Nous avons enchaîné ensuite avec un troisième spectacle. Cette fois-ci, il s’agissait d’un spectacle live avec acteurs, chanteurs, danseurs et characters. Ce grand spectacle, appelé One Man’s Dream II, est joué dans un grand amphithéâtre semi-couvert situé à Tomorrowland.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201441.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3433)
Allons donc voir quel est le rêve (II) de notre cher Oncle Walt !

Arrivés un peu à l’avance, nous avons pu obtenir de bonnes places. Après un petit quart d’heure, le spectacle a débuté. Celui-ci évoque le rêve de Walt Disney et est représenté par différents tableaux évoquant les personnages Disney. Le spectacle fait la part belle à de nombreux tableaux, dont des inédits comme A Bug’s Life. Le final est l’arrivée de Mickey et Minnie à Hollywood. Le tout est très chouette même si un brin vieillot dans les décors et effets. Dans le genre, Mickey et le Magicien est bien au-dessus. Mais de manière générale, nous avons beaucoup apprécié cette production, même si entendre les chansons Disney en japonais c’est quand même quelque chose ! Et Mickey qui parle japonais, c’est assez étrange qu’on se le dise !

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180936.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3434)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201442.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3435)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201445.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3439)
It’s showtime!

Nous avons ensuite décidé de faire un walk-through, ces attractions qui sont des parcours à pied. Notre choix s’est porté sur le Cinderella’s Castle Fairy Tale Hall, le walk-through dans le château du parc. J’ai appris récemment qu’auparavant ce walk-through était à la base un walk-through horrifique basé sur les méchants Disney qui vivraient sous le château. J’aurais adoré povoir découvrir ce type d’attraction ! Mais depuis quelques années, c’est Cinderella’s Castle Fairy Tale Hall qui en a pris la place.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201443.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3436)
Chez Cendrillon ça n’arrête pas, faut faire le feu et la cuisine, la vaisselle, le ménage ! Vraiment de l’esclavage !

Il s’agit d’une visite classique du château. Assez élaborée quand même, entre les galeries de portraits de princesses, les miniatures qui évoquent l’histoire de Cendrillon, les divers points photos et points panoramiques sur le parc. C’était assez moyen au final. Heureusement, nous n’avions pas dû attendre pour cela.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201444.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3438)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180937.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3437)
C’est pas vraiment de l’esclavage ça par contre Liesbeth ?

Juste après, nous avons refait un tour de Snow White Adventures. Pas d’enfants en pleurs cette fois—ci, même si ça reste très effrayant comme expérience pour les plus petits !

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201447.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3441)
Enfants peureux s’abstenir !

Nous sommes alors allés nous restaurer dans un quick service restaurant, la Tomorrowland Terrace. Ce restaurant situé comme son nom l’indique dans Tomorrowland n’est pas des plus glamours et son menu n’est pas exceptionnel non plus. Nous avons opté pour des Burgers en forme de tête de Mickey. Ce n’était pas dingue. A refaire, nous aurions probablement été manger ailleurs. Mais qu’importe, nous avons tenté.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201446.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3440)
Ça a l’air moins dégueu que ça en a l’air, et je ne parle pas de Liesbeth !

Après notre repas plus que moyen, nous avons décidé d’aller chercher du popcorn gratuit en guise de dessert ! Il faut savoir que le popcorn c’est quand même quelque chose à Tokyo Disney Resort ! Il y en a pour tous les goûts, du plus classique comme salé ou caramel jusqu’au plus exotique comme piments ou curry !

Le parfum qui nous intéressait est je pense de mémoire caramel. Nous avons cherché un moment avant de tomber sur un stand à Adventureland qui offrait le parfum que nous désirions. Petite pause bien méritée sur un banc de la zone afin de profiter de notre cadeau des 35 ans du parc.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201448.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3442)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180938.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3443)
Gratuit c’est encore meilleur !

Entretemps le ciel s’était déjà fortement couvert. Mais rien de dramatique pour l’instant, les températures restaient élevées et il y avait une légère brise mais sans plus. Aucun souci donc pour aller faire un tour de Splash Mountain ! Il était en effet l’heure d’utiliser notre FastPass !

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201451.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3446)
Grand plongeon dans le Briar Patch ?

Toujours une très chouette attraction, avec de belles sections dark rides et des chutes surprenantes ! Nous n’étions pas trop mouillés en sortie, ce qui nous arrangeait pas mal car nous allions maintenant rejoindre Tokyo Disney Sea pour le reste de la journée, et en y allant à pied !

Etrangement, le monorail qui fait le tour du Tokyo Disney Resort et qui dessert les deux parcs, les hôtels Disney et hôtels partenaires est payant. N’ayant pas l’envie de payer pour cela, nous avons décidé de marcher jusqu’à Tokyo DisneySea d’un pas rapide, le parc étant situé à une vingtaine de minutes de Tokyo Disneyland.

C’était donc déjà la fin de notre visite à Tokyo Disneyland. Comme énoncé dans le chapitre précédent, le parc ne fut pas un coup de cœur pour nous. Je l’ai trouvé vieillot et trop lisse, trop classique et sans charme comparé aux autres Magic Kingdoms. Le niveau d’attractions est heureusement assez bon et c’est ce qui en fait son attrait, même si le parc manque d’attractions qui impressionnent vraiment. Mais avec l’arrivée prochaine du nouveau dark ride sur la Belle et la Bête, je pense que le parc se dotera enfin d’une attraction moderne et unique en son genre (Winnie et Monsters Inc sont sur ce créneau mais ne provoquent pas forcément d’effet wow). A voir pour une éventuelle prochaine visite donc !

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201452.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3447)

Mais nous avions encore une fin de journée à passer à Tokyo DisneySea, notre séjour magique n’était donc pas fini ! La suite très bientôt !

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201431.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3418)
Titre: Re : [Japon 2018] 18 jours au Pays du Soleil Levant
Posté par: gouzou le 01 Avril 2020, 17:06:41
Citer
Comme énoncé dans le chapitre précédent, le parc ne fut pas un coup de cœur pour nous. Je l’ai trouvé vieillot et trop lisse, trop classique et sans charme comparé aux autres Magic Kingdoms. Le niveau d’attractions est heureusement assez bon et c’est ce qui en fait son attrait, même si le parc manque d’attractions qui impressionnent vraiment.

Si j'ai bien compris le Disneyland Magic Kingdoms de Tokyo est nippon ni mauvais. 8)
Titre: Re : [Japon 2018] 18 jours au Pays du Soleil Levant
Posté par: LMP71 le 01 Avril 2020, 17:08:52
Toujours aussi magique ce TR, merci :D

Juste une petite question, comment as-tu trouvé les CM de Tokyo Disneyland, comparé aux autres Disney que tu as pu faire ?
Titre: Re : [Japon 2018] 18 jours au Pays du Soleil Levant
Posté par: Yoshiii le 02 Avril 2020, 12:29:08
Si j'ai bien compris le Disneyland Magic Kingdoms de Tokyo est nippon ni mauvais. 8)

Je n'aurais pas osé le jeu de mots haha  :D

Juste une petite question, comment as-tu trouvé les CM de Tokyo Disneyland, comparé aux autres Disney que tu as pu faire ?

Honnêtement, excepté la barrière de la langue, rien à redire sur ceux-ci : très souriants, toujours à dire bonjour ou au revoir, à nous faire signe quand on passe, et à tenter de faire au mieux pour nous comprendre et nous aider. Bien mieux que certains Cast Members des Disney américains qui parfois daignaient à peine nous dire bonjour (surtout aux tourniquets d'entrée).
Titre: Re : [Japon 2018] 18 jours au Pays du Soleil Levant
Posté par: Yoshiii le 07 Avril 2020, 13:38:01
Chapitre 4 : Tokyo DisneySea (jour 2)

Après avoir quitté le parc Tokyo Disneyland, nous sommes donc partis à pied pour rejoindre Tokyo DisneySea. Le second gate est situé à 20 bonnes minutes à pied du Magic Kingdom. Nous ne voulions pas perdre trop de temps et avons donc pressé le pas au maximum. Notons que la route reliant les deux parcs n’est pas très glamour. On voit que ce n’est pas vraiment prévu et que Tokyo Disney Resort assume que ses visiteurs paieront tous pour le monorail. Le chemin nous a fait passer devant l’expérience shopping du resort : Ikspiari. C’est la version locale du Disney Village. Sauf qu’ici, c’est un véritable centre commercial, Ikspiari étant une véritable marque dissociée de Disney et une filiale de l’Oriental Land Company qui possède Tokyo Disney Resort.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201454.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3451)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201455.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3452)
Après le plus moche, le plus beau parc Disney au monde !

Une fois arrivés à Tokyo DisneySea, nous nous sommes directement mis à la quête d’un FastPass. Nous savions que pour Toy Story Mania! et pour Journey que c’était déjà trop tard (nous étions en milieu d’après-midi). Par contre, j’avais bon espoir de pouvoir en obtenir un pour l’une des deux attractions principales de Lost River Delta : Indiana Jones Adventure ou Raging Spirits. Liesbeth étant un peu fatiguée de la marche rapide que nous venions de faire, je me suis muni de nos deux tickets d’entrée et ai poussé une pointe jusqu’à Lost River Delta, de l’autre côté du parc pendant que Liesbeth m’attendait près d’American Waterfront. Rapidement arrivé dans la zone reculée, j’ai pu nous obtenir deux FastPass pour Indiana Jones Adventure en début de soirée !

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201467.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3471)
Pas le temps d’admirer le beau paysage, la priorité c’est les Fastpass !

J’ai ensuite rebroussé chemin pour retrouver Liesbeth à American Waterfront. Entretemps, le vent s’était levé et nous étions passés d’une légère brise à un vent omniprésent mais pas encore trop dérangeant. Il semblait donc bien que le typhon Jebbie se rapprochait de nous. Liesbeth était un peu stressée mais le fait que le parc et les attractions restaient ouvertes nous rassuraient.

Nous nous étions donné rendez-vous à American Waterfront avec un objectif en tête : enfin faire un tour de l’attraction la plus populaire de tout le resort : Toy Story Mania! En temps normal, la file était de minimum 120 minutes et souvent 180 minutes. Ici, « seulement » 80 minutes étaient affichées. Nous n’avions pas de FastPass et nous tenions à faire cette attraction. Nous n’avons pas eu d’autre choix donc que de nous engager dans cette longue file, la plus longue du séjour à Disney (oui parce qu’après, nous allions encore aller à Fuji-Q-Highland où pire nous attendait !).

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201456.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3453)
You’ve got to wait for me, you’ve got to waaiit for me!

Toy Story Mania! est situé dans une sous-section d’American Waterfront non loin de la Tower of Terror appelée Toyville Trolley park. Cette zone comporte également un stand de games thématisé sur les personnages de Toy Story.

La première partie de la file d’attente se fait d’abord en extérieur. Avec les rafales de vent devenant de plus en plus fortes, nous étions contents une fois que nous avons pu pénétrer dans la seconde partie qui se fait à l’intérieur. Cette seconde section est très chouette car réduits à la taille d’un jouet, nous sommes dans une sorte de salle de jeux géante avec les divers jouets d’Andy étalés partout. Cette file est très bien exécutée et fait passer le temps beaucoup plus rapidement.

Enfin, le quai d’embarquement représente la chambre d’Andy. Au final, nous n’avons pas vu passer ces 80 minutes qui se sont plus approchées des 60 minutes en réalité.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180940.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3454)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180941.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3455)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180942.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3456)
Heureusement, la file a quand même de la gueule !

Toy Story Mania! est un dark ride interactif similaire à Maus-au-Chocolat, c’est-à-dire avec des écrans interactifs et un canon avec une petite cordelette en guise d’arme.  L’attraction est également présente dans les deux parcs américains. Selon moi il s’agit d’un must-do et l’une des meilleures attractions du resort ! J’adore les attractions interactives, encore plus ce type-là (Maus-au-Chocolat est l’un de mes dark rides préférés !). Ici, l’attraction est déclinée sur le thème de Toy Story et les sets de games varient. Là où à Phantasialand on tire toujours des billes de chocolats sur des souris, à Toy Story Mania! ça varie : parfois on va casser des assiettes, parfois jeter des fléchettes sur des ballons, etc… Cela apporte une plus grande diversité au jeu. C’est très fun et addictif même si à la fin du tour on a le bras en compote (surtout après le dernier niveau bonus !). Liesbeth m’aura battu sur ce tour ! J’aurais bien voulu prendre ma revanche mais avec autant d’attente, pas vraiment possible malheureusement. Gros plus pour cette attraction ! Liesbeth a bien aimé également, mieux en tout cas que Maus-au-Chocolat dont elle n’est pas particulièrement fan à vrai dire.

Sortis de là, le vent s’est révélé encore plus intense qu’auparavant. La grande esplanade d’American Waterfront a d’ailleurs été fermée au public. On voit que les cheveux des gens volent en tous sens, qu’il faut fournir un effort supplémentaire pour marcher dans le sens opposé au courant d’air et qu’inversément le vent nous propulse en avant.

Nous voulions faire un tour de Tower of Terror mais l’attente était encore trop élevée. Ça serait pour plus tard, nous avions bon espoir que le temps d’attente baisserait.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201472.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3477)
Un tour de tour ce sera pour plus tard !

Par curiosité, nous sommes également retournés dans la zone Mysterious Island pour voir si le temps d’attente à Journey était raisonnable, vu que l’attente était assez décente à Toy Story Mania!. Néanmoins, ce ne fut pas le cas avec plus d’une heure au compteur. Nous en avons profité pour encore un peu nous promener dans la très jolie zone, alors que le vent se montrait de plus en plus capricieux.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201457.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3458)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201458.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3459)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201474.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3480)
Le vent se lève….

Nous sommes ensuite allés réserver notre restaurant pour le soir. Pour cette dernière soirée au Tokyo Disney Resort, nous voulions nous offrir un bon repas dans un restaurant à table. Notre choix s’est porté sur le restaurant du SS Columbia, l’énorme paquebot à quai de l’American Waterfront.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201460.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3462)
Repas de croisière réservé !

Une fois le restaurant réservé, j’ai eu l’envie soudaine de m’acheter un petit snack. J’ai opté pour une glace à l’eau Minnie. Ces glaces sont très répandues au Tokyo Disney Resort ! Avec le vent cependant, manger ma glace fut assez compliqué. En effet, celle-ci fondait et les rafales de vent faisaient couler celle-ci sur mes vêtements, sur le sol et même sur d’autres personnes… Pas la meilleure idée que de manger une glace à l’eau lors de vents forts !

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180944.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3460)
La fausse bonne idée de la journée…

Nous avons croisé en chemin un autre parkfan qui étudiait dans la même université que moi. Il se trouve qu’il visitait également le Japon plus ou moins aux mêmes dates. Nous avons échangé quelques mots et il m’a indiqué que pas mal d’attractions fermaient à cause du vent : principalement les attractions extérieures.

Dès lors, nous nous sommes hâtés pour poursuivre notre visite avant que trop d’attractions ne ferment. Liesbeth était de moins en moins rassurée. De mon côté, je maintenais comme argument que tant que le parc restait ouvert, nous n’avions rien à craindre.

Nous sommes alors allés explorer Port Discovery, une zone que nous n’avions que traversée lors de notre premier jour de visite. Il s’agit d’une version portuaire de Discoveryland. La zone est très jolie (comme toutes les autres en fait !). Elle comporte trois attractions : l’une des stations de l’Electric Railway, Nemo & Friends Sea Rider (un simulateur) et Aquatopia, une attraction aquatique assez étrange. C’est sur cette dernière que notre choix s’est posé.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201462.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3464)
Le Discoveryland version marin

Aquatopia est une attraction aquatique où des véhicules se déplacent en glissant sur l’eau. Les véhicules sont trackless et se croisent les uns les autres. C’est une attraction assez jolie à observer. Néanmoins une fois à bord, rien de particulier à noter : il n’y a pas vraiment de sensations, c’est juste agréable de se laisser glisser sur l’eau et s’approcher de petits tourbillons mais sans plus. Au final, plaisant mais heureusement que c’était embarquement immédiat sans attente, une trop longue attente pour cette attraction assez passive aurait été un peu frustrant.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201459.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3461)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201473.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3479)
Pas hyper top ce Aquatopia…

Ensuite, nous avons décidé de faire un tour de Nemo & Friends Sea Rider, le nouveau simulateur situé dans Port Discovery. 10 minutes d’attente seulement, alors qu’en général l’attraction affiche plus d’une heure. Clairement, le typhon Jebbie a son impact sur la fréquentation du parc aujourd’hui et c’est en notre faveur !

Nemo & Friends Sea Rider est donc un simulateur, comme Star Tours, qui ici nous emmène à la rencontre de la faune marine. Un institut marin a réussi à développer une technologie qui réduit un véhicule à la taille d’un poisson, et ce afin de pouvoir mieux observer la vie marine sans l’effrayer et sans la perturber. Après un préshow qui nous explique tout cela, nous sommes invités à pénétrer dans le simulateur. Réduits à la taille d’un poisson, nous plongeons dans l’océan et partons à la rencontre de Nemo et ses amis. L’attraction reprend les scènes du film.

Dans l’ensemble, j’ai trouvé ça assez mauvais. L’attraction m’a rendu fort nauséeux. A la fin, je priais juste pour que le tour s’achève. D’habitude, Star Tours ne me rend pas trop nauséeux et j’apprécie beaucoup l’expérience. Mais ici ce fut tout autre ! De plus, l’univers de Nemo ne me touche plus du tout. J’ai vu trop de fois le film et celui-ci est souvent trop représenté dans les parcs Disney, dès lors c’est un peu l’overdose pour moi. Liesbeth a par contre beaucoup apprécié et n’est pas du tout ressortie barbouillée de cette attraction. Grand bien lui fasse !

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201463.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3465)
Nemo & Friends Nausea Rider

Après Nemo, nous nous sommes dirigés vers Lost River Delta. En effet, il était bientôt l’heure d’utiliser notre FastPass pour Indiana Jones Adventures. Nous avions tous deux hâte de pouvoir revivre de fabuleuses aventures dans le Temple of the Crystal Skull. Néanmoins, une fois arrivés devant l’attraction, nous avons constaté que celle-ci était à l’arrêt pour problème technique. Nous allions donc revenir plus tard et d’abord faire quelques attractions pour patienter.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201461.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3463)
Comment ça, Temple of the Closed Ride???

Nous avons poursuivi plus loin, espérant que l’attraction rouvre. Nous sommes donc arrivés à l’Arabian Coast. Nous avons décidé de faire un tour des Jasmines’ Flying Carpets. L’attraction est similaire aux Tapis volants des Walt Disney Studios, et est très joliment intégrée à la zone arabe.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201466.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3468)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201465.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3467)
Flying Carpets version nippones

Juste à côté, Sindbad’s Storybook Voyage nous attendait à bras ouverts, avec aucun temps d’attente ! L’attraction qui pour rappel fut la première de notre séjour, serait aussi ironiquement notre dernière ! En effet, sortis de ce très beau dark ride, les rafales de vents s’étaient encore faites plus intenses. Toute la zone Lost River Delta était désormais fermée et inaccessible. Nous avions donc bien perdus notre FastPass pour Indiana Jones Adventures.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201464.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3466)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180946.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3470)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180945.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3469)
Pas de typhon dans le très beau Voyage de Sindbad. Par contre à la sortie…

Nous avons décidé alors de tenter d’aller voir un spectacle, le Big Band Beat joué au Broadway Music Theater. Ce spectacle est le plus prisé du resort. C’est celui pour lequel un système de loterie est parfois mis en place tellement celui-ci est populaire. Nous sommes arrivés une petite demi-heure avant le début du show et nous avons pu obtenir de très bonnes places.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201468.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3472)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201469.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3473)
Sortez les strass et les paillettes !

Le show en lui-même est une grande revue musicale où un orchestre joue des classiques musicaux du début du siècle dernier. Des danseurs et chanteurs les accompagnent pour un numéro digne de Broadway !

Nous avons apprécié mais sans plus non plus. Disons que l’engouement autour de ce spectacle a trop élevé nos attentes et que dès lors nous avons été un peu déçus. Mais objectivement, cela reste un très bon spectacle. Pas vraiment de touche Disney non plus, à part l’apparition de Mickey et consorts à la fin.

Dans le théâtre régnait une atmosphère très calme, trop calme. C’était le calme avant la tempête. Comme si dehors les éléments se déchaînaient mais que nous étions dans notre bulle, sans nous rendre compte de ce qui nous attendait à la sortie…

Et ce fut en effet l’apocalypse en sortant du théâtre. Le vent était devenu incontrôlable. Tout le parc était désormais fermé excepté la zone Mediterranean Harbour. Nous avons été évacués d’American Waterfront où se trouvait le théâtre. Pas de restaurant à bord du SS Columbia pour nous ce soir. Des annonces indiquaient fréquemment que Fantasmic! ne serait pas joué ce soir en raison des conditions météorologiques et que le parc allait fermer incessamment sous peu.

Nous avons réussi à trouver un établissement encore ouvert afin de pouvoir manger quelque chose avant de quitter définitivement le parc. Nous sommes donc allés nous restaurer au Zambini Brothers’ Ristorante. Comme son nom le suggère, ce restaurant quick service propose une cuisine italienne. Nous avons pris un plat de pâtes et un dessert. C’était bon et abordable. Le restaurant était quant à lui extrêmement bondé, puisque quasiment tous les autres points de restauration étaient fermés…

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201470.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3474)
Le SS Columbia ayant vraisemblablement coulé, on se retrouve en Italie...

Après avoir mangé, nous sommes ressortis en extérieur où la nuit était tombée mais pas le vent. Les gens étaient désormais évacués du parc qui allait fermer bien plus tôt que prévu.

Nous avons donc quitté le parc dans des conditions assez étranges. Nous avons cette fois-ci payé pour prendre le monorail (hors de question de marcher dans le noir et dans le vent dans de telles conditions) afin de rejoindre la gare de trains JR. Le monorail est thématisé Disney avec une multitude de têtes de Mickey partout.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201471.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3476)
Vous voyez un Hidden Mickey quelque part vous ?

Arrivés à la gare, nous avons constaté que de nombreuses personnes attendaient sur les quais et que tous les panneaux d’horaires indiquaient de gros messages en rouge. Aucun train en circulation, la ligne longeant la mer où les rafales de vent étaient trop puissantes. Nous étions bloqués !

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180947.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3475)
Regardez-moi ces têtes de victimes !

Les employés tentaient de nous expliquer qu’il y avait des bus à disposition mais la file pour ceux-ci était monstrueuse et nous n’avion aucune idée du bus qu’il fallait prendre, toutes les indications étant en japonais ! Aucun employé ne comprenait suffisamment l’anglais pour pouvoir nous aider.

Nous nous sommes alors mis en quête d’un réseau WiFi. Pour rappel, aucun de nous deux n’avions de 4G. J’ai in extremis réussi à me connecter à un réseau WiFi gratuit très saturé et ai eu tout juste le temps de commander un van Uber. Seuls les vans étaient encore en circulation. En effet, tous les véhicules de petite envergure étaient interdits de circulation lors du typhon. Et on a vite compris pourquoi !

Notre van est arrivé après 20 bonnes minutes pendant lesquelles nous stressions quand même pas mal. Une fois dans le van, nous avons pris la direction de notre hôtel. Sur les routes, quasiment aucun véhicule excepté bus, camions et camionnettes. Notre van subissait les rafales qui l’ont à de nombreuses reprises dévié de sa trajectoire, c’est dire la puissance du vent !

Ce trajet fut stressant pour nous tous et nous furent très soulagés d’arriver sains et saufs devant l’entrée de notre hôtel. Etonnamment, le vent était bien plus faible dans le quartier de notre hôtel, probablement bien protégé par les nombreux gratte-ciels environnants.

Rassurés d’être rentrés, nous avons consulté les infos : le cœur du typhon est passé au-dessus de Kyoto mais dès demain s’éloignerait du Japon en direction de l’océan Pacifique. Tant mieux ! Notre programme de voyage ne serait donc pas altéré pour le lendemain. C’est donc bien protégés dans notre petite chambre d’hôtel et sereins que nous nous sommes endormis.

Cette fin de journée fut très particulière. La fin de séjour au Tokyo Disney Resort ne s’est pas du tout déroulée comme prévu mais nous en garderons de sacrés souvenirs !

Dans l’ensemble, le resort tokyoïte est peut-être celui qui m’a le moins plu. C’est assez étonnant sachant que souvent il est considéré comme le meilleur resort Disney au monde. Je pense en réalité que Tokyo DisneySea fait beaucoup. C’est clairement le plus beau des parcs Disney (même si je préfère les deux parcs californiens à ce dernier). Par contre, là où ils ont le plus beau parc, ils ont également le plus moche des Magic Kingdoms. Le fait que les parcs appartiennent à l’Oriental Land Company et non à Disney a aussi ses impacts : pas de Disney Village, une app pas adaptée aux visiteurs étrangers, une organisation et gestion différente (Meet&Greet, spectacles, etc…), etc… La barrière de la langue joue aussi un rôle ici. On ne comprend pas tout, on est donc moins emportés dans les attractions et shows. Difficile d’interagir avec les Cast Members également même si ceux-ci sont très souriants, polis et font vraiment leur possible.

Dans l’ensemble, on a passé un très bon séjour, mais nos attentes étaient peut-être un peu trop élevées. Il s’agissait pour Liesbeth de sa première véritable visite dans un resort Disney et elle en attendait plus. Ses attentes auront cependant été comblées avec le resort californien 9 mois plus tard. Pour ma part, je m’attendais à retrouver un peu le même schéma de fonctionnement et les mêmes sensations qu’en visitant les resorts américains ou le resort parisien. Mais force est de constater que le resort tokyoïte est très différent à ce niveau-là. Pas mauvais, juste différent. J’y retournerai un jour avec plaisir mais avec de toutes autres attentes et en connaissance de cause !

Sinon, petit résumé de cette troisième journée au Tokyo Disney Resort :

Meilleure attraction : Toy Story Mania!
Moins bonne attraction : Aquatopia
Meilleur spectacle : One man’s Dream II
Meilleure zone à thème : Mysterious Island
Plus grosse surprise : Country Bear Jamboree
Plus grosse déception : Nemo & Friends SeaRider
Avis général : Positif

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180948.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3478)

La suite arrive bientôt avec notre première visite culturelle à Nikko !
Titre: [Japon 2018] 18 jours au Pays du Soleil Levant
Posté par: Dim7303 le 07 Avril 2020, 15:26:35
Ouah ! bah dis donc, quelle fin en fanfare.

J'imagine tout de même que ça ne doit pas être agréable de visiter un parc lorsque tu as la tête occupé à te soucier de cette météo dangereuse.
Vous êtes quand même de vrais aventuriers, partir sans 4G au milieu de personnes ne parlant pas anglais, c'est vraiment courageux !
Titre: Re : [Japon 2018] 18 jours au Pays du Soleil Levant
Posté par: McFly le 08 Avril 2020, 17:39:14
C'est amusant que ton reproche principal à Disney Sea soit le manque de ''touches Disney'' car pour moi c'est un des aspects qui m'attire le plus à propos de ce parc! Il faut dire que je ne suis pas vraiment attaché à Disney en général. Là, je trouve que Disney Sea dégage un réalisme et une certaine maturité dans sa thématisation et son atmosphère en général qui tranche avec les resorts occidentaux qui nous vendent la magie à la livre. Après il me faut encore avoir l'occasion de m'y rendre en personne pour pouvoir forger mon avis personnel.

J'ai hâte de lire ton expérience à Universal et les autres parcs japonais, tes TR sont toujours très plaisants à lire!
Titre: Re : [Japon 2018] 18 jours au Pays du Soleil Levant
Posté par: Yoshiii le 09 Avril 2020, 11:13:28
Vous êtes quand même de vrais aventuriers, partir sans 4G au milieu de personnes ne parlant pas anglais, c'est vraiment courageux !

On l'a fait à l'ancienne haha, mais au final ça va, on a toujours réussi à plus ou moins nous en sortir même si on a eu pas mal de couacs (le typhon ce n'était que le début  :P)

C'est amusant que ton reproche principal à Disney Sea soit le manque de ''touches Disney'' car pour moi c'est un des aspects qui m'attire le plus à propos de ce parc! Il faut dire que je ne suis pas vraiment attaché à Disney en général. Là, je trouve que Disney Sea dégage un réalisme et une certaine maturité dans sa thématisation et son atmosphère en général qui tranche avec les resorts occidentaux qui nous vendent la magie à la livre. Après il me faut encore avoir l'occasion de m'y rendre en personne pour pouvoir forger mon avis personnel.

Avce du recul, nous aurions du d'abord visiter le Magic Kingdom le premier jour et Tokyo DisneySea le deuxième afin d'être immergés dans la magie Disney dès le début et savourer Tokyo DisneySea d'une autre façon du coup. J'avais fait la même erreur avec EPCOT en 2015 et j'avais aussi trouvé qu'il manquait de magie Disney. Après tout, c'était la 1ère véritable visite de Liesbeth dans un parc Disney et c'est ce qu'elle attendait en 1er, et il aura fallu attendre le Magic Kingdom du coup...

Mais il est certain que si tu es moins sensible à la touche Disney, Tokyo DisneySea devrait te convenir à la perfection (tout comme EPCOT ou Animal Kingdom qui sont  eux aussi moins ancrés dans l'image Disney de base)  ;)
Titre: Re : [Japon 2018] 18 jours au Pays du Soleil Levant
Posté par: Yoshiii le 12 Avril 2020, 13:43:56
Chapitre 5 : Nikko

C’est un beau rayon de soleil qui nous a réveillés en cette matinée sur Tokyo. Le typhon Jebbie était désormais bien éloigné du Japon. Rien n’aurait pu nous indiquer que nous étions en pleine tempête la veille.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180951.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3483)
C’est pas le pays du soleil levant pour rien !

Notre destination du jour était Nikko, une ville située au nord de Tokyo qui comporte de nombreux attraits touristiques : un parc national certifié héritage mondial de l’Unesco, des cascades ayant inspiré un fameux tableau ainsi qu’un pont censé apporter fortune à quiconque le traverse. Bref, un bien beau programme pour les deux jours à venir.

Mais avant, nous sommes allés récupérer en gare nos JR-Pass. Le JR-Pass donne un accès illimité au réseau de transports en commun JR (trains, bus, certaines lignes de tram ou métro selon les villes etc…) pour un certain nombre de jours prédéfinis et excepté certains trains à grande vitesse. Dans notre cas, nous avions opté pour la formule à 14 jours. Le JR-Pass doit impérativement s’acheter avant d’entrer sur le territoire du pays sinon impossible d’en acquérir un sur place (c’est exclusivement réservé aux touristes étrangers). Après, il faut aller récupérer physiquement le JR-Pass sur place, à l’une des gares qui traite de ça (elles ne sont pas nombreuses). Le pass en lui-même ressemble à une sorte de petit passeport en carton. Pour certains trains, il faut également obligatoirement obtenir une réservation gratuite si l’on veut pouvoir embarquer. Les réservations peuvent être obtenues à un guichet de gare. Enfin, puisque le JR-Pass est en carton, pour chaque portique de gare il faut s’adresser à un employé de gare via un accès spécifique pour les détenteurs de pass et ils contrôleront celui-ci avant de nous donner un accès aux quais.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180950.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3482)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201475.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3486)
Mission JR-Pass : Check !

Une fois notre JR-Pass en poche après avoir un peu galéré à trouver le kiosque JR réservé aux JR-Pass dans cette énorme gare, nous avons pris la direction de Nikko. Nous avons dû prendre un premier train, transiter pour enfin arriver à Nikko. Ici aussi, plusieurs stations portant le nom de Nikko. Liesbeth avait planifié un itinéraire en béton avec toutes les bonnes infos pour éviter de se tromper de destination. Il faut l’avouer, pour voyager au Japon, s’organiser est essentiel !

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180949.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3481)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180953.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3485)
Quelqu’un aurait un dictonnaire pour traduire ?

Arrivés à Nikko, nous avons d’abord voulu manger quelque chose. En effet, il était déjà midi passé. Nous avons d’abord tenté de trouver un petit restaurant à proximité de la gare mais ceux-ci nous semblaient soit trop chers, soit peu appétissants.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180952.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3484)
La gare de Nikko

Nous nous sommes finalement rabattus sur un Supermarché appelé Lion et qui disposait d’un petit coin où l’on pouvait consommer ses achats à table. Premier choc en pénétrant dans un supermarché japonais : c’est très criard ! Les rayons se succèdent avec de nombreux emballages de toutes les couleurs. Parfois difficile de deviner ce qu’il y avait dans l’emballage, et parfois certains mets nous semblaient peu appétissants. Niveau conservation, certaines pratiques nous ont parues assez déroutantes (de la viande hachée sur un pain dans un sac plastique à température ambiance, je n’aurais pas confiance !).

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180954.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3487)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180955.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3488)
Attention aux yeux !

Nous avons chacun acheté quelque chose après avoir longtemps hésité. J’ai opté pour un plat tout préparé avec du riz et du poulet avec une étrange sauce brunâtre et Liesbeth a composé son repas de plusieurs petits aliments dissociés (riz préparé, boulettes frites, poulet frit). Là où le repas a convenu à Liesbeth, ce ne fut pas du tout le cas pour moi. Cette sauce brunâtre et visqueuse ne m’a pas du tout convenu. Je me suis contenté du riz blanc. Nous n’étions pas encore habitués aux saveurs et textures de la cuisine japonaise, surtout moi en fait…

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180956.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3489)
Beurk beurk !

Après ce maigre repas, nous avons pris un bus pour rejoindre notre logement pour la nuit, le Nikko Teddy Bear House, un logement en lisière de forêt et à proximité des cascades de Nikko, les Kirifuri Falls.

Néanmoins, une fois arrivés à notre logement, aucun signe de vie apparent. Notre check-in n’était prévu qu’à partir de 15h et nous étions à l’avance. Nous avons laissé nos bagages en lieu sûr (entendez par là qu’on les a cachés quelque part derrière le logement) afin de pouvoir aller se balader en attendant.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180957.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3490)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201476.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3491)
Notre logement champêtre pour la nuit

Nous avons donc pris la direction des Kirifuri Falls, cascades qui ont inspirées le peintre japonais Hokusai. Celles-ci sont perdues dans la forêt mais un point d’observation est accessible à pied. Celui-ci était situé à une vingtaine de minutes de marche du Nikko Teddy Bear House.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201477.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3494)
Cascades droit devant !

La promenade pour rejoindre la plateforme d’observation est très agréable, complètement perdue dans les bois. Nous n’avons quasiment croisé aucun touriste sur notre chemin !

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180958.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3492)
Un sentier rien que pour nous !

Les cascades, certes un peu loin sont belles à observer et il se dégageait de ce point d’observation une grande sérénité. Ce fut un chouette moment dans le calme pour Lisbeth et moi qui étions alors seuls. Puis, d’autres touristes ont commencé à nous rejoindre et nous avons fait demi-tour pour rejoindre notre logement.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180959.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3493)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201478.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3497)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180964.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3501)
On comprend comment Hokusai a trouvé son inspiration devant tant de beauté !

Le Nikko Teddy Bear House était toutefois toujours fermé ! Nous n’avions pas de 4G et aucun moyen de les contacter. Nous avons encore patienté un moment, puis j’ai quand même checké mes mails par curiosité. Un peu plus tôt en journée, l’établissement m’avait effectivement envoyé un mail expliquant qu’en raison du passage du typhon, le logement resterait fermé et que notre réservation avait été redirigée vers une auberge de jeunesse dans le centre-ville de Nikko.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180961.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3496)
Nouveau fail ! On commence à les collectionner là…

C’est un peu déçus que nous avons donc décidé de rejoindre à pied le centre-ville de Nikko. Nous avions vraiment envie de loger au Nikko Teddy Bear House. Pas pour l’établissement lui-même mais pour l’environnement : apparemment, beaucoup de singes se baladent dans les environs selon le moment de la journée.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180960.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3495)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201479.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3499)
Petit aperçu du centre de Nikko où nous logerions. Tout de suite c’est moins champêtre !

Arrivés dans notre hostel, beaucoup plus cheap que notre résidence initiale, nous avons procédé au check-in. Pas de grand confort ici, le bâtiment est vieux et moche et semblait limite insalubre. Mais qu’importe, nous n’avions qu’une nuit à passer là et nous avons tous deux une âme d’aventuriers !

Nous sommes retournés au supermarché afin d’acheter de quoi cuisiner au soir, ainsi que d’avoir de quoi prendre l’apéritif !
Nous avons donc réchauffé des nouilles et avons mangé nos premiers chips aux haricots (étonnamment bons, quoique Liesbeth a moins apprécié que moi) ainsi qu’une bière japonaise ma foi assez étrange.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180963.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3500)
Bizarreries du soir, bonsoir !

Pour digérer, nous avons fait une petite balade nocturne et sommes tombés sur un sanctuaire encore ouvert. Mais de nuit, c’est à vrai dire assez effrayant et nous ne nous sommes pas éternisés.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180962.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3498)
Quasiment autant effrayant que Snow White Scary Adventures !

Nous sommes ensuite allés nous coucher tôt, étant assez fatigués par tous les déplacements de la journée.

Le lendemain matin, après avoir préparé nos bagages afin de repartir, nous avons procédé à notre check-out. Nous avons pu laisser nos bagages à la réception pour la journée.

Nous nous sommes d’abord à nouveau dirigés vers le petit sanctuaire visité hâtivement la veille. De jour, c’est beaucoup moins effrayant !

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180965.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3502)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180968.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3505)
Premier contact avec les cultes religieux japonais !

Nous avons ensuite poursuivi à pied notre chemin jusqu’au fameux pont de la richesse : le pont Shinkyo. Quiconque traverse ce joli pont sacré repartirait avec une bonne aura qui l’aidera financièrement dans son avenir. Néanmoins, la traversée du pont ne se faisait pas gratuitement et Liesbeth et moi avons passé notre tour devant les prix prohibitifs affichés.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180966.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3503)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180967.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3504)
Un garçon toujours bien pauvre devant le pont de la richesse…

Un peu plus loin, nous sommes arrivés au parc national de Nikko regroupant sanctuaires, temples, pagodes et autres lieux sacrés de la culture japonaise. L’entrée au parc est gratuite et il y a un grand nombre de choses à voir dans cette forêt sacrée. Beaucoup de touristes (locaux et étrangers) et beaucoup de groupes scolaires présents lors de notre visite.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180969.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3506)
C’est parti pour « l’attraction phare » de Nikko !

Nous avons d’abord remonté une série d’escaliers dans la forêt qui nous ont amenés à une grande allée centrale déjà bordée de temples. Au bout de l’allée, une première place dominée par une grande pagode.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201480.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3507)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201483.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3510)
La Pagode du jour

Nous avons ensuite bifurqué à gauche pour découvrir un autre sanctuaire. Nous avons longé une allée bordée de lanternes en pierres très jolies, toujours dans un cadre très boisé.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180970.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3511)
En route vers le reste du sanctuaire !

Là, nous avons pu observer la coutume des locaux qui se rendent au temple. Dans chaque sanctuaire se trouve une fontaine avec disposés autour des petits récipients munis de longs manches. Les Japonais s’inclinent devant la fontaine, prennent l’un des récipients par le manche, remplissent ceux-ci d’eau et l’utilisent pour laver leurs mains et boire un peu de celle-ci (via leurs mains également, pas directement depuis le récipient). Puis, ils saluent à nouveau et poursuivent dans le sanctuaire. Certains donnent de l’argent pour ensuite aller sonner le gong en frappant avant et après dans leurs mains, et en saluant également. D’autres achètent des plaquettes en bois sur lesquelles ils écrivent des messages et vont suspendre celles-ci sur une structure prévue par le sanctuaire. Ces plaquettes ont pour but de souhaiter réussite notamment dans la scolarité. Néanmoins, de nombreux touristes effectuent également la pratique en achetant des plaquettes mais en inscrivant dessus des âneries. Assez regrettable…

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201482.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3509)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201481.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3508)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180975.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3516)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180971.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3512)
En pleine démonstration !

Nous avons alors fait demi-tour après avoir observé depuis l’extérieur l’intérieur des temples qui sont semi-ouverts et dont les autels sont donc très bien exposés. Liesbeth désirait en effet acheter un carnet de calligraphies. Une pratique courante dans quasiment tous les sanctuaires japonais est l’obtention (moyennement un paiement qui finance le sanctuaire) d’une calligraphie spécifique par un moine ou autre membre de la communauté.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201490.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3524)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180972.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3513)
Intérieur semi-ouvert d’un des temples

Liesbeth a donc commencé à Nikko à collectionner ses calligraphies. C’est un peu comme les carnets d’autographes de Disneyland mais en plus authentique et en contribuant financièrement aux sanctuaires religieux japonais.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180973.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3514)
A défaut de Meet&Greets réussis à Tokyo Disneyland…

Après avoir obtenu sa première calligraphie, Liesbeth et moi nous sommes alors aventurés plus en profondeur dans la forêt de Nikko, loin des foules. En suivant les divers sentiers, nous sommes tombés sur des petits autels, des petits temples isolés, certains étant même complètement à l’abandon. C’était un moment très agréable et loin des foules, en pleine nature et en connexion avec la sérénité qui se dégage de ces lieux sacrés.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180974.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3515)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180976.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3517)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201485.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3519)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201484.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3518)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201487.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3521)
Promenons-nous, dans les bois, pendant que le Touriste n’y est pas !

Nous avons ensuite quitté le très beau parc national de Nikko que je recommande grandement (et qui n’est qu’à deux heures en train de Tokyo !). C’est un bel écrin de nature non loin de la capitale avec une riche empreinte culturelle.

Revenus à la réalité dans le centre-ville de Nikko, nous avons été nous restaurer dans un restaurant recommandé par mon guide touristique. Première bonne pioche du séjour, nous y avons tous deux très bien mangé !

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201488.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3522)
Enfin quelque chose qui nous a tous deux satisfait !

Nous nous sommes encore rendus dans diverses boutiques de la ville avant de repasser une troisième fois par le supermarché afin de prendre des provisions pour notre long trajet à venir vers le Mont Fuji !

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201486.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3520)
Et encore une fois parce que le ridicule ne tue pas…

Après un crochet à notre auberge de jeunesse de la veille pour récupérer nos bagages, nous avons regagné la gare de Nikko afin de revenir sur Tokyo. Nous désirions ensuite prendre un bus JR pour le Mont Fuji (avec pour destination la ville de Kawaguchiko, non loin de Fuji-Q-Highland) mais nous avons eu beaucoup de mal à trouver celui-ci. A vrai dire, nous ne l’avons jamais trouvé. Ce bus était indiqué sur le net et dans les folders JR que nous avions mais les employés du kiosque JR n’ont pas arrêté de nous clamer que ce bus n’existait pas et qu’il faudrait en prendre un autre qui n’était bien évidemment pas inclus dans le JR-Pass. Nous avons tenté le tout pour le tout mais en vain et avons fini par payer notre ticket de bus pour Kawaguchiko.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201489.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3523)
Exténués par cette galère à la gare des bus !

 La route fut longue pour regagner Kawaguchiko : plus de 2h sachant que nous venions de faire plus de 2h de train ! Nous en avons profité pour somnoler un peu avant d’arriver en pleine nuit dans les environs du mont Fuji. Impossible d’apercevoir celui-ci, par contre, nous avons pu voir les nombreuses montagnes russes de Fuji-Q-Highland que nous trépignons d’impatience de pouvoir tester !

Une fois arrivés à la gare de Kawaguchiko (et de son étrange feu rouge musical), nous avons marché encore une vingtaine de minutes pour rejoindre notre auberge de jeunesse pour les trois prochaines nuits. Au loin, nous avions cru apercevoir des étoiles dans le ciel avant de réaliser qu’il s’agissait de lumières sur le mont Fuji ! Mont dont nous nous apprêterions à faire l’ascension dès le lendemain matin ! D’avoir confondu ces lumières à des étoiles, cela ne nous a pas rassurés du tout ! Nous sommes donc allés très vite nous coucher une fois arrivés à notre nouvelle résidence, un grand challenge nous attendant au petit matin…

A très bientôt pour la suite !

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201491.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3525)


Titre: [Japon 2018] 18 jours au Pays du Soleil Levant
Posté par: Dim7303 le 12 Avril 2020, 14:09:58
Oh punaise quel suspens!

Très chouette suite, ça donne envie d'aller se perdre à la recherche des petits temples dans la forêt ça paraît tout de suite apaisant cet endroit. Comment avez vous fait le choix d'y aller ? J'imagine que vous deviez avoir une liste initiale de 350 lieux à visiter.
Titre: Re : [Japon 2018] 18 jours au Pays du Soleil Levant
Posté par: Yoshiii le 14 Avril 2020, 13:12:32
Très chouette suite, ça donne envie d'aller se perdre à la recherche des petits temples dans la forêt ça paraît tout de suite apaisant cet endroit. Comment avez vous fait le choix d'y aller ? J'imagine que vous deviez avoir une liste initiale de 350 lieux à visiter.

On a du faire des choix, c'est certain : on a privilégié les sites accessibles grâce au JR-Pass et qui étaient concentrés dans la même région, afin de voir un maximum sur 18 jours sans perdre trop de temps en transports, etc... Et puis on a eu des conseils et recommandations d'amis qui étaient déjà allés au Japon avant nous aussi ;)
Titre: Re : [Japon 2018] 18 jours au Pays du Soleil Levant
Posté par: gouzou le 17 Avril 2020, 16:10:42
Je viens de lire ton report sur le trip à Nikko et j'ai trouvé çà super chouette et vraiment bien rédigé. On a l'impression d'être là avec vous. Tu devrais presque créer un blog, j'ai pas d'amis qui voyagent en routard qui en ont et ta rédaction m'y fait un peu penser. Car tout çà, l'air de rien c'est du boulot.
Titre: Re : [Japon 2018] 18 jours au Pays du Soleil Levant
Posté par: Yoshiii le 17 Avril 2020, 23:50:13
Je viens de lire ton report sur le trip à Nikko et j'ai trouvé çà super chouette et vraiment bien rédigé. On a l'impression d'être là avec vous. Tu devrais presque créer un blog, j'ai pas d'amis qui voyagent en routard qui en ont et ta rédaction m'y fait un peu penser. Car tout çà, l'air de rien c'est du boulot.

Merci beaucoup, content que la suite t'ai plu ;)

A vrai dire l'idée d'un blog me trotte depuis un moment dans la tête, à voir mais pourquoi pas :)

Je posterai le chapitre suivant dès demain !
Titre: Re : [Japon 2018] 18 jours au Pays du Soleil Levant
Posté par: Yoshiii le 18 Avril 2020, 13:12:30
Chapitre 6 : Mont Fuji

Nous nous sommes réveillés très tôt ce matin car aujourd’hui nous attendait un grand challenge : l’ascension du mont Fuji, la montagne (ou plutôt le volcan) qui domine le Japon et en est le point culminant !

La pratique de l’ascension du mont Fuji est au final assez courante pour les Japonais et se fait exclusivement en été. Nous étions dans les derniers jours possibles pour effectuer l’ascension. L’ascension peut se faire sur différents niveaux : soit en partant du pied du mont, soit en partant de l’une des stations présentes sur la montagne et encore accessibles en bus.

Etant limités dans notre timing, nous avons décidé de démarrer notre ascension de la 5ème station. Nous avions prévu d’effectuer une journée d’ascension, un break d’une nuit dans un logement sur le mont et de reprendre avant le lever du soleil pour atteindre le sommet (et donc le cratère) au lever du soleil. Sacré programme quand même !

Concernant le logement, nous avons réservé celui-ci extrêmement tôt (quasiment un an auparavant) car les places sont très limitées. Annulation impossible sauf circonstances exceptionnelles. Nous n’avions pas d’autre choix que de faire cette satanée ascension !

Nous nous étions équipés comme il se doit. Une fois nos sacs parés, nous avons rejoint la gare de bus, située à côté de la gare de train JR de Kawaguchiko. Au loin, nous avons pu apercevoir le mont Fuji de jour. Enfin, apercevoir, juste la base car le sommet était entouré de gros nuages. D’ailleurs, notre réceptionniste nous a prévenus que les conditions météorologiques au sommet n’étaient pas idéales pour une randonnée. Mais que ce n’était pas interdit pour autant. Pas très rassurant mais nous verrions une fois à la 5ème station.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180978.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3527)
Un grand ciel bleu, sauf au-dessus du Mont Fuji…

Nous avons donc acheté un ticket aller simple pour nous rendre à la 5ème station du mont Fuji. A l’arrivée du bus, une horde de passagers trempés a débarqué. Apparemment, il pleut vraiment fort là-haut ! Nous étions équipés donc si ce n’est que de la pluie, pas de souci !

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201492.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3528)
Regardez-moi ces grands fous optimistes !

Le bus nous a fait traverser une forêt très connue, la forêt Ahokigahara, la tristement célèbre forêt des suicides du Japon, où de nombreux japonais vont se donner la mort par pendaison. Au plus on progressait dans la forêt, au plus la pluie se faisait intense (alors qu’il ne pleuvait pas à la station de bus de Kawaguchiko). Cela ne présageait rien de bon…

Une fois arrivés à la 5ème station, c’est en pleine tempête que nous avons foulé le sol du mont Fuji. Les conditions étaient catastrophiques : pluie drue et grosses rafales de vent. C’est comme si le typhon Jebbie nous avait retrouvé au sommet de la montagne.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180977.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3526)
L’Apocalypse, le retour !

Malgré cela, il y avait encore bon nombre de randonneurs présents à la 5ème station, certains prenant même le chemin du trail menant au cratère. Nous étions un peu perplexes. Nous avons donc été au point informations de la station. Ils nous ont très fortement déconseillés l’ascension, expliquant que certaines personnes mal avisées s’y lançaient quand même mais finissaient très souvent blessées. Et qu’avec de telles conditions, impossible d’envoyer un hélicoptère aller les secourir. Bref, pas idéal du tout !

Concernant notre logement qu’il était impossible d’annuler, nous avons contacté celui-ci et nous avons pu directement avoir notre annulation : le réceptionniste nous a lui aussi grandement conseillé de ne pas venir !

C’est à moitié rassurés et à moitié déçus que nous avons donc quitté le centre d’informations. A vrai dire, nous attendions avec impatience cette expérience unique.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180980.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3530)
Pas évident ce vent, Liesbeth ?

Nous avons quand même emprunté le trail sur quelques centaines de mètres (chemin plat et sans trop de risques au départ) pour se dire de quand même avoir foulé le sol du mont Fuji. Nous étions entourés de nuages, c’est comme si nous étions totalement coupés du monde ! Sensation assez étrange à vrai dire. De temps en temps cependant, le bas du ciel se dégageait un très bref instant et nous pouvions furtivement observer Kawaguchiko. Sinon, les environs du trail étaient encore bien verts : la lave séchée semblait en effet bien être un environnement propice pour un certain type de végétation.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180981.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3531)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180983.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3533)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180982.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3532)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180984.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3534)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201493.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3541)
Bon ben pour la vue on repassera…

C’est vraiment dommage, parce que nous avions très envie de nous lancer dans le challenge qu’est l’ascension du mont. La plupart des touristes faisaient comme nous : ils se promenaient sur les premiers mètres du trek avant de faire demi-tour. Avec de telles rafales de vent et une pluie incessante, ce sont des conditions vraiment difficiles et dangereuses pour risquer d’atteindre le sommet du volcan…

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180979.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3529)
On nous avait dit que ce ne serait pas une promenade de santé, mais pas à ce point !

Nous avons alors encore fait une halte par la boutique souvenirs de la station avant de racheter un ticket retour pour redescendre en bus à Kawaguchiko.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180985.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3535)
Quand le ridicule le tue pas, épisode 3

Une fois redescendus à Kawaguchiko, nous sommes allés nous restaurer dans un établissement recommandé par mon guide (cela avait bien payé à Nikko !) situé juste en face de la gare. Le restaurant Hotou Fudo est un restaurant traditionnel japonais où l’on mange sur des tables basses, assis sur des tapis. Le cadre est très sympathique !

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180987.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3537)
Excellent restaurant traditionnel !

Nous avons tous deux commandé un Udon, la spécialité de la maison. Il s’agit d’un gros bouillon chaud avec divers légumes, de la viande et de grosses nouilles. Le plat était succulent et bien nourrissant. Deuxième repas réussi d’affilée !

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180986.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3536)
On a bien dû rester une heure à manger ces plats gigantesques…

A défaut de passer les deux prochains jours sur le mont Fuji, nous avons décidé de rester dans la région pour découvrir les alentours. Nous ne savions pas encore quel jour visiter Fuji-Q-Highland. Le parc a une politique très stricte concernant la météo : une goutte de pluie et tout ferme. La météo étant assez maussade ce jour-là et de la pluie étant prévue le lendemain, nous avions fixé notre visite provisoirement pour le troisième jour où du beau temps était prévu.

Pour cette première journée à Kawaguchiko, nous avons décidé d’aller nous promener autour du grand lac Kawaguchi qui borde la ville avec le mont Fuji en arrière-plan.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180989.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3539)
Kawaguchiko en bord de lac, ça fait très station balnéraire…

Ce fut très agréable de s’y promener, même si les berges du lac ne sont pas toutes aménagées (ce lac est très grand). Peu de touristes, un cadre très calme, bref, un autre chouette moment plein de sérénité ! Toujours pas de vue complète sur le mont Fuji qui garde la tête dans les nuages…

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180988.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3538)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201494.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3542)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180990.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3540)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201495.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3543)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180991.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3544)
Instant sérénité autour du lac

En fin d’après-midi, nous nous sommes rendus dans un supermarché afin d’y faire des courses pour cuisiner un repas du soir à notre auberge de jeunesse. A nouveau, gros choc en pénétrant dans ce supermarché japonais très fourre-tout…

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201496.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3546)
Âmes sensibles, s’’abstenir ! Risque de crise d’épilepsie aigüe !

Nous avons passés notre soirée à l’auberge, après avoir cuisiné du riz. L’auberge était très agréable, disposant d’une grande cuisine propre et moderne et de grands espaces communs à la japonaise avec nombreux tapis et tables basses. Interdiction de porter ses chaussures à l’intérieur, coutume japonaise oblige !

Le lendemain, nous avons décidé de louer des vélos afin de poursuivre notre découverte des environs. Notre auberge proposait justement une location de vélos pour un prix abordable.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180992.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3545)
Avec un joli petit panier accroché, juste pour le style !

C’est sous un grand soleil matinal que nous sommes partis rejoindre le lac Kawaguchi afin d’en faire le tour à vélo. Notre ami le mont Fuji avait toujours la tête dans les nuages en cette deuxième journée dans la région…

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180994.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3548)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180993.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3547)
T’as pas envie de montrer ta tête toi une fois ?

Bien vite néanmoins, le ciel s’est couvert et nous nous sommes retrouvés en pleine averse à devoir nous abriter sous des arbres. Une fois la pluie un peu moins intense, nous sommes retournés rapidement vers notre auberge pour nous mettre à l’abri. Décidément, nous étions vraiment malchanceux !

Sur le temps de midi, la pluie a à nouveau cessé. Nous avons regardé dans mon guide pour trouver une nouvelle adresse où pouvoir manger un bon repas traditionnel à nouveau. Notre choix s’est porté sur Koushu Houtou Kosaku, un grand restaurant familial situé à proximité de notre auberge. Cependant une fois sur place, impossible d’avoir une table. Nous ne comprenions rien au système d’attente et aucun employé ne parlait anglais et n’a pu nous aider.

Nous avions décidé de porter nos masques en ce moment-là pour la première fois. Liesbeth en avait prévu au cas où et on sentait que l’air était un peu encombré, surtout au niveau des axes routiers qui bordaient justement le restaurant Koushu Houtou Kosaku. Heureusement, nous ne nous sommes pas éternisés dans ce coin-là…

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201497.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3550)
Style Covid-19, nous étions déjà avant-gardistes !

Nous avons donc décidé de retourner au restaurant de la veille car nous y avions très bien mangé. Nous nous y sommes rendus à vélo, la pluie ayant bien cessé depuis un bon moment. Cette fois-ci, nous avons commandé un autre plat qui nous a ici fortement déçu : les nouilles froides avec des algues séchées salées par-dessus et c’est tout ! Pas terrible du tout, nous aurions mieux fait de reprendre un Udon !

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201498.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3551)
Ce repas nous a un peu refroidis…

Après ce repas en demi-teinte, nous avons repris nos vélos en direction cette fois-ci de la Pagode Chuteiro, une pagode que vous avez probablement déjà vue car elle figure sur quasiment tous les clichés du mont Fuji.

La balade en vélo nous a fait passer juste à côté de Fuji-Q-Highland dont les montagnes russes étaient toutes en fonctionnement. Cette vue était très alléchante !

Puis, après une belle ascension à vélo, nous sommes arrivés à un point où nous devions poursuivre à pied. Une fois nos vélos cadenassés, nous avons entrepris de grimper un nombre incalculable de marches pour rejoindre le sanctuaire de Chuteiro et sa célèbre Pagode.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180995.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3549)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201499.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3554)
Courage Liesbeth, c’est bon pour tes jambons !

Peu de touristes dans le sanctuaire perdu sur une colline en pleine forêt. Cadre très serein encore une fois. Puis nous avons rejoint la Pagode. Au pied de celle-ci, nous avions un panorama splendide sur le mont Fuji, toujours encerclé de nuages. Dommage pour les nuages, mais malgré cela, la vue reste splendide et vaut le coup !

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180100.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3557)
The photo présente sur 99% des couvertures de guide de voyage du Japon

Après quelques clichés et après avoir passé du temps à admirer ce beau paysage, nous avons pris un petit chemin qui nous a amené à un chouette point de vue surplombant la ville de Kawakuchiko mais aussi les villes environnantes.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180999.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3556)
Le visage plus urbanisé des environs du Mont Fuji

Nous sommes ensuite redescendus dans le sanctuaire. Alors que celui-ci allait fermer, Liesbeth a quand même réussi à obtenir une calligraphie pour son carnet. Très gentil de la part des membres du sanctuaire.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180996.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3552)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180997.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3553)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180998.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3555)
Nouveau sanctuaire + nouvelle calligraphie = Une Liesbeth toute contente !

Nous avons alors dû affronter une nouvelle averse. Protégés par les arbres, nous avons dû attendre une accalmie avant de pouvoir enfourcher à nouveau nos vélos pour rejoindre Kawaguchiko.

Nous avons encore été faire une halte shopping souvenirs à l’une des boutiques bordant le lac Kawaguchi. Nous voulions également prendre le thé quelque part mais tous les établissements ferment assez tôt, 17h au plus tard. Nous sommes donc retournés à notre auberge où nous avons encore mangé le reste de notre riz de la veille, skypé avec la pauvre Mathilde qui était privée de ce voyage avec nous pour lui raconter nos mésaventures, puis sommes allés nous coucher tôt pour être en forme pour la visite de Fuji-Q-Highland le lendemain !

Retour aux parcs d’attractions avec Fuji-Q-Highland très bientôt !

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201500.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3558)
Titre: Re : [Japon 2018] 18 jours au Pays du Soleil Levant
Posté par: bartoshaq le 20 Avril 2020, 11:32:04
Franchement tu nous fait vraiment vivre tes aventures, c'est vraiment sympa, d'ailleurs l'idée d'un blog est bonne car tu as un vrai sens rédactionnel.

Sinon pour le mont Fuji aucune possibilité de le programmer un autre jour, l'ascencion doit quand même être un must à faire
Titre: [Japon 2018] 18 jours au Pays du Soleil Levant
Posté par: Dim7303 le 20 Avril 2020, 13:13:07
Oh punaise la cata, franchement vous avez tout de même un sacré moral pour sourire encore sur les photos !
Titre: Re : [Japon 2018] 18 jours au Pays du Soleil Levant
Posté par: Yoshiii le 21 Avril 2020, 17:24:19
Merci à tous les deux pour vos réactions ;)

Sinon pour le mont Fuji aucune possibilité de le programmer un autre jour, l'ascencion doit quand même être un must à faire

Non, pas possible malheureusement car plus moyen de réserver à nouveau le logement à mi-chemin sur le mont et conditions tout aussi mauvaises sauf le dimanche qu'on a consacrés à Fuji-Q-Highland...

Oh punaise la cata, franchement vous avez tout de même un sacré moral pour sourire encore sur les photos !

On s'est dit qu'il valait mieux en rire qu'en pleurer, nous avions déjà la chance d'être au Japon, du coup on a profité à fond de tout ce qu'on a pu, malgré tous les aléas (et il y en a encore eu au cours du voyage haha)
Titre: Re : [Japon 2018] 18 jours au Pays du Soleil Levant
Posté par: Yoshiii le 25 Avril 2020, 00:22:43
Chapitre 7 : Fuji-Q-Highland

Réveil de bon matin pour cette journée qui allait s’annoncer bien ensoleillée, et tant mieux pour nous. Car aujourd’hui, nous allions visiter le très attendu Fuji-Q-Highland. Fuji-Q-Highland est le parc d’attractions de la région du Mont Fuji. Ce parc, ultra populaire avec souvent des temps d’attentes astronomiques, propose parmi les plus intenses attractions du Japon, voire même du monde entier. Etant réputé pour ses machines à débit très faible et une gestion hasardeuse des opérations, nous savions que cette journée risquait d’être très longue, notamment au niveau des temps d’attente que nous allions devoir affronter. J’avais lu à gauche à droite divers Trip Reports sur le parc et à chaque fois, temps d’attentes monstrueux, opérations calamiteuses et fermeture du parc pour la moindre intempérie !

Préparés psychologiquement au marathon que serait cette journée, nous nous sommes donc levés extrêmement tôt afin d’être parmi les premiers à franchir les portes d’entrée du parc et de pouvoir faire un maximum d’attractions. Notre objectif, faire les 4 grosses stars du parc. 4 attractions en une seule journée ? Oui, c’était notre objectif. Je vous le rappelle, les temps d’attente sont très élevés, atteignant rapidement plus de 2h par gros ride !

Nous nous sommes rendus à pied au parc, celui-ci étant à une vingtaine de minutes à pied de notre auberge. Au passage, et grâce à la belle météo, nous avons pu pour la première fois observer le Mont Fuji dans son entièreté, sans nuages autour. Et c’est un très beau paysage à observer !

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201501.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3560)
Enfin !

Après une bonne marche matinale, nous avons rejoint le parc en passant devant une sorte de zone de stockage du parc où des trains de coaster trainaient quasiment en bord de route. Bon, niveau entretien et fiabilité, ça n’augure rien du bon tout ça…

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201502.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3561)
Les zones techniques en guise d’entrée, c’est certain on n’est plus à Disney !

Devant nous, l’imposant parcours de l’hyper coaster du parc, Fujiyama trône fièrement. Nous avons alors du contourner celui-ci par la droite afin de rejoindre l’entrée du parc.

Enfin, entrée, le parc est à ce niveau-là assez étrangement conçu. La première entrée du parc, qui semble être l’entrée principale, amène à un magasin intérieur de souvenirs par lequel tout le monde doit passer, avant d’arriver dans ce qui semble la première zone à thème du parc thématisée sur la France où l’on retrouve boutiques, points de vente et un carrousel. A gauche de cette zone se trouvent alors les guichets pour acheter ses tickets. Ensuite, une seconde entrée s’offre aux visiteurs à droite des guichets.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180101.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3559) (https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180103.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3563)
Les entrées se succèdent pour arriver au royaume des coasters…

Déstabilisés au premier abord, nous avons vite compris que la zone française est une zone dont l’accès est gratuit, équivalent à un Disney Village local.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180102.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3562)
Peut-être la plus belle zone du parc, et elle n’est même pas dedans !

Nous étions arrivés un peu plus d’une demi-heure en avance, un peu avant 8h alors que le parc n’ouvrait qu’à 8h30. Une petite file s’était déjà formée aux guichets, une autre devant l’entrée du parc. Nous nous sommes alors stratégiquement séparés en deux : je suis allé faire la file aux guichets (encore fermés) tandis que Liesbeth a déjà pris place dans l’une des files de l’entrée du parc.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201503.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3564)
La « magnifique » file d’attente des caisses

Nous n’avions pas pu acheter nos tickets de parc à l’avance : en ligne, le site du parc renvoie sur le site Klook pour acheter ses billets. Sur ce site, tout était en japonais avec de nombreuses options différentes, le parc fonctionnant en pay-per-ride. De peur d’acheter le mauvais billet (nous voulions un billet incluant toutes les attractions), nous avons préféré nous rendre au guichet directement.

A 8h20, la billetterie a ouvert. Assez bien placé dans la file, j’ai très rapidement pu obtenir deux tickets d’entrée pour le parc incluant toutes les attractions. J’ai alors vite été rejoindre Liesbeth derrière laquelle une longue file s’était entretemps créée. Notre stratégie allait payer, nous allions pouvoir être parmi les premiers à pénétrer dans le parc, si l’on exclut les Early Access pour les visiteurs ayant un Pass ou acheté un billet spécial avec Early Access (qui dure 30 minutes). On peut déjà voir au loin les attractions tourner et on peut surtout entendre l’air comprimé de l’attraction à propulsion Do-Dodonpa dont les tubes sont situés à quelques mètres de l’entrée.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201506.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3567)
Parés à sprinter aussi vite que Do-do-donpa !

8h30, les grilles du parc ouvrent enfin ! Alors en parlant d’opérations calamiteuses, l’entrée dans le parc n’est pas chose aisée. Chaque visiteur ayant opté pour un ticket avec attractions illimitées doit se soumettre à un photomaton. A chaque tourniquet se trouve un photomaton et chaque visiteur est photographié individuellement. Autant vous dire que cela prend énormément de temps. Raison à cela ? L’accès aux attractions fonctionne en fait avec reconnaissance faciale ! A chaque attraction se trouve un identificateur de visage devant lequel on doit venir se mettre avant de pouvoir accéder au ride !

Après 5 minutes d’attente, nous avons enfin pu, après s’être fait tirer le portrait, pénétrer dans le parc. Nous n’avons pas hésité une seule seconde et avons tapé un énorme sprint pour nous rendre à Do-dodonpa, le launch coaster à air comprimé du parc. L’attraction est située près de l’entrée, à droite de celle-ci.

Juste en face de la file de Do-dodonpa se trouve également la file de Takabisha, l’Euro-Fighter sous amphétamines du parc. Les deux signes des attractions étant en japonais, nous ne savions dans quelle file nous rendre ! Finalement, en analysant les écritures, l’un des logos avait une répétition de trois fois le même caractère. On en a déduit qu’il s’agissait des « Do » de Do-dodonpa et ce fut effectivement le cas.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201505.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3566)
Oui, ça devrait être ça !

Dans la file, seulement une cinquantaine de personnes devant nous, mais 20 minutes d’attente annoncées ! Car en effet, Do-dodonpa est l’attraction ayant la plus faible capacité du parc, d’où le choix de faire celle-ci en premier ! L’attraction est en effet dotée de trains de seulement 8 places, et il n’y a que 2 trains en circulation sur la voie en simultané.

Do-dodonpa est un launch coaster construit par S&S Worldwide. La propulsion à air comprimé est tout simplement la propulsion la plus intense au monde, envoyant ses passagers d’une vitesse de 0 à 180 km/h en 1,56 secondes seulement ! Le parcours est également doté depuis récemment d’un looping, qui remplace un top hat à l’époque où l’attraction s’appelait plus simplement Dodonpa (à cette époque, la propulsion était légèrement moins intense également, de 0 à 172 km/h en 1,8 secondes).

La file d’attente de l’attraction est très sommaire, des cordes sur du macadam, puis la montée vers le quai d’embarquement couvert de l’attraction. Aucune théma ici. La file avance très lentement mais cela nous permet d’observer le launch (en partie dans un tube). On peut apercevoir les trains filer à toute vitesse en sortant du tube de lancement. La vitesse semble juste improbable. Liesbeth et moi étions extrêmement excités, nous qui raffolons des propulsions !

Une fois notre tour arrivé, nous n’avons pas pu choisir notre place. Nous aurions bien voulu pouvoir profiter du First Row mais nous nous sommes retrouvés en dernière rangée. Pas mal non plus ! Aucune requête n’est acceptée de la part du personnel concernant le positionnement dans le train.

Les employés étaient ici fort motivés en ce début de journée. Lors du lancement du train, ils nous ont tapé dans la main, puis nous applaudissent en semblant nous souhaiter bon courage.

Le train quitte la gare, effectue un virage à droite et se positionne alors dans la section de launch. Toute cette première séquence se fait à l’intérieur, dans un gros tube avec des tubes lumineux qui vont avoir pour effet de renforcer au final l’effet de vitesse.

Le train s’arrête sur le launch. Une musique stressante se fait entendre où l’on entend les mots Do-dodonpa répétés inlassablement. La tension monte. Liesbeth et moi étions à la fois stressés et excités ! Puis vient un compte à rebours en anglais. 3, 2, 1 et c’est parti ! Le launch est juste incroyable. Je n’ai pas de mots pour décrire les sensations procurées. On fonce à une telle vitesse si rapidement que ça en est presque inconcevable. C’est à la limite du supportable en termes de sensations mais dans le bon sens. On se sent poussés tellement intensément, c’est juste dingue et indescriptible ! Le launch le plus intense qu’il m’ait été donné de tester. Honnêtement, c’est l’attraction la plus intense que j’ai pu tester dans ma vie !

Le parcours ne s’arrête toutefois pas là, après le launch vient une cassure en descente qui procure un chouette airtime, puis le train entame un virage relevé après être passé dans un deuxième tunnel. S’en suit un troisième petit tunnel qui débouche sur l’imposant looping qui procure un très chouette hang time dans la même vague que Full Throttle à Six Flags Magic Mountain. Enfin, après un dernier virage sur la gauche, le train rejoint les freins de fin de parcours qui sont très brutaux !

Bilan ? Cette attraction est juste incroyable. Directement, Do-dodonpa fait partie de mes coasters préférés. Une expérience unique qu’on ne retrouve nulle part ailleurs ! Le launch est si puissant ! Liesbeth en est ressortie toute aussi conquise. Nous étions encore pleins d’adrénaline, comme lorsque nous sommes sortis de notre premier tour de Kingda Ka.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201504.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3565)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201507.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3568)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201508.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3569)
Probablement l’attraction la plus intense qui soit !

Remis de nos émotions, nous n’avons pas trainé et avons enchaîné avec le voisin de Do-dodonpa, Takabisha, l’Euro-Fighter situé juste en face. Alors que l’attente affichée n’était que de 15 minutes lorsque nous étions arrivés au parc, celle-ci était maintenant montée à 40 minutes là où Do-dodonpa affichait quant à lui déjà 70 minutes ! Pour le coup, nous étions contents d’être arrivés si tôt au parc !

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201509.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3571)
Doucement mais sûrement, les temps d’attente légendaires du parc se profilent…

Takabisha est un Euro-Fighter ayant une chute d’un degré d’inclinaison allant au-delà de la verticale (à son ouverture, c’était la drop la plus inclinée au monde). Le parcours est également doté de nombreuses inversions et d’une section launch.

Après avoir attendu nos 40 minutes, nous avons pris place dans les trains de deux fois quatre rangées. Le train quitte la gare et commence d’abord une petite section dans le noir avant de rejoindre le launch qui pour le coup nous a paru beaucoup moins intense après Do-dodonpa. Après le launch s’en suit une série d’inversions, un changement de direction, puis le train est freiné et entre à nouveau dans le bâtiment principal du ride pour effectuer un demi-tour (précisons que le bâtiment n’offre aucune théma, ce qui rend ce passage un peu inutile) avant d’attaquer l’ascension du lift vertical. Puis vient la fameuse drop inclinée à plus de 90 degrés, encore une série d’inversions, et enfin arrivée sur les freins de fin de parcours.

Le bilan est au final assez mauvais. Liesbeth et moi n’avons pas du tout approuvés Takabisha. L’attraction, de Gerstlauer est très inconfortable, avec ses harnais à l’ancienne, ses vibrations et baffes dans les sections à inversions, et un parcours dont la dynamique est entrecoupée par ce désagréable lift vertical. Le launch et la drop inclinée sont chouettes, mais c’est tout ce qu’on aura retenu du parcours qui n’est qu’une succession d’inversions pas très agréables.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180104.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3570)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201510.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3572)
Impressionnant visuellement mais ça s’arrête là…

Nous avions donc déjà pu tester deux des quatre attractions phares du parc. Notre prochain coaster serait Eejanaika, le 4th Dimension Coaster construit également par S&S Worldwide. Eejanaika se trouve dans le fond du parc. Nous avons donc traversé pour la première fois le parc et avons pu très vite constater que niveau théma, nous étions très loin de Tokyo DisneySea ! Le parc est vraiment très moche, très bétonné, très fourre-tout, vieillot, avec très peu de végétation. Clairement, nous n’étions pas là pour la théma !

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180105.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3573)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201512.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3575)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201538.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3611)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201511.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3574)
Que d’élégance et de bon goût !

Notons tout de même qu’Eejanaika est situé dans une petite zone à thème sur le Japon traditionnel avec quelques échoppes et points de restauration. Certaines choses sont de mauvais goût, mais l’effort est à noter !

Arrivés au fond du parc donc, nous nous sommes lancés dans la file d’attente d’Eejanaika qui affichait une heure. Au final, nous n’avons attendu qu’une bonne trentaine de minutes. Il s’agissait du premier 4th Dimension Coaster pour Liesbeth. Quant à moi, j’avais déjà eu l’occasion de tester X2 que j’avais adoré ! L’attraction est parmi mes préférées et j’avais donc fort hâte de découvrir Eejanaika !

Au passage, j’en profite pour parler des files d’attente du parc : souvent, celles-ci sont constituées de barres très basses, de petites chaînes, de cônes ou parfois même juste de traits peints au sol ! C’est très sommaire et vraiment très moche mais ça montre aussi le caractère discipliné de la population japonaise.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201513.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3577)
Sexy n’est-il pas ?

Une fois l’attente passée, nous avons pu rejoindre la gare qui a un semblant de thématisation à la japonaise. L’embarquement à bord des trains est assez fastidieux, tout comme pour le modèle américain. Ici, tous les passagers doivent ôter leurs chaussures avant d’embarquer.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201514.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3578)
Hop hop hop tout le monde se déchausse !

J’ai laissé le siège intérieur de l’attraction à Liesbeth, sachant c’était sa première fois et que le siège extérieur est plus violent. Cela peut réellement affecter négativement l’expérience, comme ma sœur en a pu faire les frais à Six Flags Magic Mountain.

L’attraction est très similaire à son homologue américain : un demi-tour en sortie de gare en étant dos au lift (on avance en arrière), un long lift dont on n’aperçoit donc pas le sommet (probablement l’un des meilleurs moments du ride, l’excitation et le stress étant à leur comble), une petite prédrop puis la meilleure drop du monde dans un coaster ! Les sièges pivotent et on se retrouve à piquer en verticale, tête vers le bas en fonçant vers le sol avant que les sièges ne basculent en bas de drop. Quelle sensation incroyable ! Puis vient la première inversion qui nous positionne en marche avant (te train est ici suspendu au track), on poursuit avec une nouvelle inversion sur nous-même, puis une inversion offerte par le track où au final on n’a quasiment pas la tête à l’envers puisque le train tourne en synchronisation avec l’inversion. Un virage relevé plus loin, on repasse en marche arrière avant d’affronter les deux dernières inversions du track qui sont assez déstabilisantes avant d’arriver sur les freins de fin de parcours.

J’ai adoré Eejanaika ! L’attraction est plus fluide qu’X2. Néanmoins, j’ai tout de même une préférence pour X2 qui nous retourne un peu moins qu’Eejanaika et dont la durée est plus courte. En effet, l’attraction est si intense qu’un parcours trop long est assez dur à encaisser au final. X2 mieux dosé, mais Eejanaika plus confortable et plus abouti. Dans tous les cas, les deux machines sont excellentes !

Liesbeth a beaucoup apprécié elle aussi mais l’attraction l’a moins marquée que Do-dodonpa. Niveau confort, ça allait mais c’était quand même limite selon elle. De mon côté, je n’ai éprouvé aucun souci en étant dans le siège extérieur du coaster.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180106.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3576)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201515.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3580)
Encore une bien jolie bécane au nom imprononçable !

Il nous restait encore un seul mastodonte à tester et il n’était même pas encore midi ! Nous étions très impressionnés d’avoir pu enchaîner si rapidement ces attractions. Le dernier grand coaster à tester était l’hyper coaster Togo du parc : Fujiyama. Celui-ci est également situé près de l’entrée du parc.

Fujiyama est un vieil hyper construit par Togo, un constructeur japonais. A son ouverture, il s’agissait de l’attraction la plus haute et la plus rapide du monde (Fuji-Q-Highland semble adorer les coasters à record !).

Nous avons ici du quand même attendre une heure avant de pouvoir embarquer, à nouveau dans une file d’attente pas bien jolie.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180109.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3583)
Malgré les files, on garde notre sourire !

Après avoir attendu longuement, nous avons enfin atteint la gare. Pas de demande possible pour un siège particulier. Nous nous sommes retrouvés à notre dépit dans les premiers rangs du train très brillant.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201516.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3581)
Avis aux amateurs de bling bling

L’hyper coaster débute par un long lift sur lequel apparaissent tous les 10 mètres des panneaux indiquant la hauteur venant d’être franchie. Chouette idée pour se rendre compte de la hauteur du ride ! Puis vient un étrange plat au sommet du lift. Esthétiquement, ce n’est pas très beau au niveau de la silhouette de l’attraction. Vient alors la première drop qui se fait bien ressentir dans le ventre ! En bas de la drop, on sent quand même que la machine est vieille et un peu tasse-vertèbres. J’avais les mains levées mais bien vite je me suis rattrapé à ma lapbar… Puis le train remonte, effectue un demi-tour à plat qui casse un peu le rythme et replonge. Deuxième très chouette drop, suivie d’un premier Camelback offrant un chouette airtime, puis un nouveau demi-tour incliné cette fois-ci lui assez désagréable. Nouvelle remontée avec un angle assez mal calculé en double up, un nouveau demi-tour à l’angle plus large qui passe mieux et c’est là que tout se corse. Le train entame deux virages pas très agréables, puis une succession de bunny hops offrant changements de directions très mal calculés. On se cogne partout dans cette section fort douloureuse. Ça en devient limite drôle tellement c’est n’importe quoi ! Cette section finale mène alors aux freins finaux.

Conclusion sur Fujiyama ? Tout n’est pas à jeter, la first drop est vraiment pas mal, il y a aussi d’autres bonnes drops et un gros Camelback mais dès que le train doit négocier des virages ou changements de direction ça se corse très fortement. Au final, nous avons bien ri à bord et nous avons passé un bon moment, même si niveau qualitatif, l’attraction n’arrive pas à la cheville de Do-dodonpa et Eejanaika. Mais à choisir, nous avons tous deux préférés Fujiyama à Takabisha !

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180107.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3579)
Au moins un Mont Fuji dont on aura atteint le sommet !

Nous sommes ensuite allés nous remettre de nos émotions, extrêmement satisfaits d’avoir pu rider les 4 attractions phares du parc. Dès lors, nous avons été nous restaurer dans un restaurant cafétéria self-service situé en face du Shoot-The-Chute dans le fond du parc. Nous avons dû attendre une bonne demi-heure avant de pouvoir prendre un plat, la file au self étant très longue et très lente aussi. J’ai opté pour un spaghetti bolognaise, n’ayant pas encore tout à fait confiance envers les plats locaux. Liesbeth a quant à elle tenté un étrange plat à base de homard. Courageux de sa part et pas très satisfaisant au final… Le restaurant proposait également des menus halloween ma foi assez effrayants…

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180108.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3582)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180110.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3584)
Double beurk !

Lors de notre pause, Liesbeth et moi avons pu alors nous pencher sur la suite de la visite. Initialement, nous espérions juste pouvoir faire les 4 grosses attractions phares. Encore une fois, les Trip Reports que j’avais lus décrivaient tous des temps d’attente impossibles et donc tout juste le temps de faire les 4 grosses. Nous étions en plus un dimanche très ensoleillé, nous nous étions préparés au pire. Mais nous allions donc pouvoir au final bénéficier de beaucoup plus de temps que prévu à dédier à d’autres attractions. Notre nouvel objectif : faire tous les crédits restants du parc plus quelques autres attractions, et éventuellement refaire un tour de Do-dodonpa et Eejanaika !

Notre premier arrêt après avoir mangé fut Voyage dans le Ciel (nom en français !), un coaster suspendu familial basé sur la franchise Gaspard & Lisa, dessin animé pour enfants que je ne connais pas du tout.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201517.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3586)
Première merdouille du jour droit devant !

Nous avons attendu une demi-heure, ce qui est très long, pour cette attraction familiale. Faible capacité des véhicules, et une file assez longue, ce qui était assez étonnant. Dans la file, beaucoup de Japonais avaient un ticket unique acheté pour rider cette attraction. Pour rappel, le parc fonctionne en pay-per-ride.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180111.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3585)
Prêts pour avoir la tête (et le corps aussi) dans les nuages ?

La longue attente n’a pas valu le coup. L’attraction a un intérêt proche de zéro. C’est très court, dépourvu de sensations, ça couine, ça n’est pas très fluide et le parcours est assez étrange. Bref, c’était juste pour le +1 ! Dès lors, nous ne comprenions pas les nombreux Japonais qui s’étaient acheté un ticket juste pour rider ce machin…

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201518.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3587)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201519.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3588)
Alors Liesbeth, ça t’a plu ?

Ensuite, nous avons décidé de faire une attraction aquatique afin de nous rafraîchir. En effet, il faisait très chaud en ce beau dimanche avec une trentaine de degrés affichés au thermomètre. Nos avions le choix entre le Shoot-the-Chute et le Raft Ride. En vue des embarcations du raft (seulement 4 passagers) et de la longue file (quasiment deux heures d’attente), nous nous sommes rabattus sur Cool Jappaan!, le Shoot-the-Chute, qui n’affichait qu’une heure d’attente.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201521.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3591)
Il paraît que le Japon, c’est Cooool !

La file d’attente avançait très lentement. Un seul bateau déployé, et un embarquement/débarquement très lent de la part des passagers.
Une chose qui nous a très fortement surprise est le nombre de Japonais portant un K-way dans l’attraction. Tous en fait, à exception près d’un ou deux valeureux passagers de temps à autre. Autre chose étonnante, ils semblaient tous avoir le même K-way !

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180112.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3589)
Ils sortent tous couverts ici !

En avançant dans la file, nous avons vite compris pourquoi : avant d’embarquer, les employés distribuaient gratuitement et individuellement à chaque passager un K-way gratuit ! Et en sortie du ride, les Japonais étaient invités à jeter à la poubelle leur K-way. Liesbeth et moi avons tout simplement été choqués par cette pratique complètement anti-écologique ! Mais quel gaspillage monstre de plastique pour juste une attraction dont le but est justement de se faire mouiller. Nous avons trouvé cela complètement insensé ! Notons au passage que nos amis Japonais n’ont aucune conscience écologique : forte pollution dans les grades villes, plastiques à gogo dans les supermarchés, etc… Les employés de supermarchés ne comprenaient pas lorsque nous refusions le sachet en plastique qu’ils nous offraient gratuitement.

En refusant les K-ways, les employés avaient l’air surpris et ont insisté pour qu’on en prenne. Nous avons toutefois à nouveau décliné leur offre. Une fois dans la barque, les autres passagers tous munis de leur K-way nous regardaient d’un regard amusé et nous avons très vite compris pourquoi.

Ce Shoot-the-Chute est tout simplement diabolique ! Jamais nous n’avions finis autant mouillés sur une attraction aquatique. C’est bien simple, pas un centimètre carré de nos vêtements n’avait été épargné. Nous étions trempés ! Ce fut un grand moment !

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201520.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3590)
Attention le raz-de-marée (et le désastre écologique) !

A la sortie de l’attraction, Liesbeth a voulu filmer l’intensité de la vague de celle-ci. Néanmoins, ayant mal estimé la puissance de celle-ci, elle s’est retrouvée arrosée à nouveau, fuyant l’imposante vague en protégeant son appareil photo. Cela nous a donné un bon gros fou rire !
Nous avons ensuite poursuivi en revenant vers le centre du parc afin de faire un tour de la Wild Mouse locale : Mad Mouse. Juste avant, je me suis acheté des Dippin’ Dots, ce dessert constitué de boules glacées miniatures ayant plusieurs parfums. J’avais déjà goûté cela aux States dans un parc Six Flags et j’avais trouvé ça très bon !

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201522.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3593)
Petit plaisir importé des States

Nous nous sommes donc engagés dans la file d’attente de la Wild Mouse. Celle-ci n’était pas très longue, nous avons attendu une petite demi-heure, le temps de finir mes Dippin’ Dots et de sécher un minimum au soleil.

Mad Mouse est une Wild Mouse assez particulière, plus vintage que les modèles Mack par exemple, et  beaucoup moins confortable également. L’attraction arbore d’affreuses couleurs très flash et sa structure est très vilaine également. Ça pique un peu aux yeux comme modèle. L’attraction en elle-même est assez inconfortable mais au final nous avons trouvé cela marrant !

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201523.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3594)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180113.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3592)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201525.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3596)
L’étrange Wild Mouse du parc…

Juste après la Wild Mouse, nous sommes allés dans un coin que nous n’avions pas encore exploré. Nous sommes tombés sur un point d’observation du Mont Fuji. Idéal pour observer le volcan bien visible en cette après-midi !

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180114.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3598)
Ah, te voilà enfin toi !

Aux alentours du point d’observation, nous sommes encore tombés sur de la théma bien hasardeuse ainsi que des infrastructures qui semblaient abandonnées. Décidément, ce parc n’est pas très esthétique…

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201529.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3601)
Euh, oui, grosse dalle de béton pas belle, voilà…

Néanmoins, nous sommes alors arrivés dans la plus jolie zone à thème du parc, une zone dédiée au dessin animé Thomas, sur le thème des locomotives. Ici, c’est tout de suite plus mignon et traité avec meilleur goût !

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201524.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3595)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201526.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3597)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201528.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3600)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201527.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3599)
Vous êtes sûrs qu’on est encore à Fuji Q là ?

Notre objectif dans cette zone pour enfants est de faire un tour du dernier crédit qui nous manquait encore au compteur, le petit Rock’N’Roll Duncan qui est un Kiddie Coaster sur le thème de la série. Enfin, sur le thème, seule la locomotive du train est thématisée, pour le reste, le circuit serpente juste entre les arbres.

Pour ce Kiddie, nous avons tout de même dû attendre plus de 30 minutes ! Mais nous voulions avoir notre +1 donc nous avons fait preuve de patiente. Le Kiddie en lui-même est très bref : d’abord une section à plat où le train se balade au milieu des arbres, puis une seule drop et bien vite nous sommes déjà de retour en gare. En plus de cela, ce n’était pas hyper fluide. Bref, pas le Kiddie idéal, Fuji-Q-Highland s’en sort définitivement mieux dans ses grosses attractions à sensations que ses attractions familiales…

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201531.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3603)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201530.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3602)
Et encore une merdouille de faite !

Une fois tous les crédits faits, nous avions encore un peu de temps libre devant nous en cette fin d’après-midi. Liesbeth voulait faire la tour de chute du parc, qui est en fait une Space Shot. L’attraction, appelée Red Drop Tower, se situait dans la partie centrale du par cet affichait une trentaine de minutes. Néanmoins, je tenais à refaire absolument un tour de Do-dodonpa. Et sachant que les files étaient longues et fermaient de manière anticipée selon la durée de celles-ci, nous ne voulions pas manquer l’opportunité d’en refaire un tour, le parc fermant dans un peu moins de trois heures…

Nous sommes donc retournés devant le bâtiment principal de Do-dodonpa dont la file d’attente ne semblait pas si longue. Toutefois, 120 minutes étaient annoncées. Et en vue du débit de l’engin, nous n’étions pas surpris. Nous avons donc décidé de nous lancer dans la file de Do-dodonpa et de faire une croix sur la Space Shot qui fermait plus tôt que les autres attractions du parc.

L’attente fut effectivement de 2 heures. Néanmoins, nous ne les avons pas trop senties passer, en discutant dans la file et en observant Takabisha situé juste en face.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201533.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3605)
File d’attente The Ride

Puis, nous avons à nouveau pu prendre place dans ces trains de 8 places. Pas de chance, pas de First Row non plus cette fois-ci. Mais qu’importe, on allait pouvoir refaire un tour de cette tuerie !

Etonnamment, en sachant ce qui nous attendait, nous étions tous deux beaucoup plus stressés que lors de notre premier tour ! Rares sont les attractions qui me font encore stresser mais Do-dodonpa fait clairement partie du lot ! Le compte à rebours se fait entendre et c’est parti pour ce qui est probablement l’un des meilleurs launchs du monde.

Nous avons été le souffle coupé, encore une fois. Nous avons même trouvé l’attraction encore plus dingue. Nous avions déjà un peu oubliés la sensation que cette accélération procurait mais c’est en pleine face que nous l’avons ressentie ! Quelle attraction ! L’engin avait aussi sûrement chauffé au cours de la journée, rendant l’expérience encore plus incroyable, qui plus est sachant que la nuit commençait à tomber et que c’est dans l’obscurité que nous avons pu effectuer notre second tour.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201532.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3604)
Mais quelle claque ! Quelle claque !

Sortis de Do-dodonpa et après avoir repris nos esprits, nous avons constaté que la file de l’attraction était fermée (elle avait déjà fermé alors que nous étions dans celle-ci). Idem pour Takabisha en face. Pour les grosses attractions, c’était déjà fini, sachant que le parc fermait ses portes dans une petite heure.

Nous avons alors décidé d’aller voir si jamais la Red Drop Tower était encore ouverte mais ce ne fut pas le cas. J’ai alors proposé à Liesbeth de découvrir la nouvelle attraction du parc, un simulateur de vol à la Soarin’ appelé Fuji Airways.

L’attraction est située dans une zone un peu reculée près du point d’eau du parc. Juste à côté se trouve un Sky Fly Gerstlauer appelé Tentekomai. La zone a donc une petite thématique aéronautique. J’aurais bien voulu faire les deux attractions, appréciant beaucoup les Sky Fly de Gerstlauer, mais par manque de temps, nous nous sommes contentés du simulateur de vol, qui nous ferait survoler le Mont Fuji et ses environs.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201534.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3607)
Soarin’-like droit devant !

C’était la première fois que Liesbeth était amenée à tester ce genre d’attractions. Après une file d’attente et un pré-show à la Soarin’ (en mode compagnie aérienne), nous avons pu prendre place dans le petit simulateur (ici, une seule ligne de rangées).

Le vol au-dessus du Mont Fuji fut très sympathique même si le modèle n’arrive clairement pas à la cheville de Soarin’. Après, peut-on comparer le truc bricolé par Fuji-Q-Highland avec l’une des meilleures attractions Disney ? Dans l’ensemble c’était pas mal, même si ça bougeait un peu trop dans tous les sens, notamment lorsque nous sommes pris dans un orage, avec beaucoup de mouvements saccadés. Plus de subtilité et rester dans la douceur aurait été plus bénéfique pour l’attraction. Liesbeth a bien apprécié et a trouvé ça original.

Sortis de Fuji Airways, nous avons décidé de quitter le parc, celui-ci fermant d’ici quelques minutes. Nous avons pu admirer le parc de nuit, avec ses splendides décorations de Noël accrochées en plein mois de septembre. Tout cela est ironique, le parc est laid, même de nuit. Trop de fautes de mauvais goût malheureusement…

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201535.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3608)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180115.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3606)
Pourrait-t-on demander au Père Noël un peu plus de bon goût pour Fuji Q ?

De retour dans la zone d’entrée, Liesbeth est allée s’acheter une petite pâtisserie dans un point de vente appelé Crêperie Mathilde. Petite dédicace pour Mathilde qui n’avait pas pu nous accompagner dans notre voyage nippon.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201537.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3610)
Petit hommage à la petite Mathilde !

Nous sommes alors rentrés à pied jusqu’à notre auberge pour y passer une dernière nuit avant de repartir vers notre prochaine destination : Kyoto !

En conclusion, nous avons beaucoup apprécié notre journée à Fuji-Q-Highland, principalement pour les attractions phares du parc. Do-dodonpa est devenu mon crédit préféré. Idem pour Liesbeth (qui hésitait quand même pas mal avec Kingda Ka dont les expériences sont au final fort différentes). Cette attraction a été sur nos lèvres pendant des semaines après notre voyage, c’était tellement dingue ! Quant au reste, nous avons aussi beaucoup aimé Eejanaika et dans un moindre mesure Fujiyama et le Shoot-the-Chute Cool Jappaan!. Le parc regorge d’une multitude d’autres attractions plus mineures que nous n’avons pas eu le temps de découvrir et qui pourtant, au contraire des 4 mastodontes et des attractions aquatiques avaient un temps d’attente plus que raisonnable. Notons beaucoup de flat rides (Giant Frisbee, Space Shot, chaises volantes, Star Flyer, Tea Cups, etc…), des parcours horrifiques que Liesbeth n’a pas voulu faire car trop effrayée par ce genre de walk-through, beaucoup de Kiddie Rides également (surtout dans la zone Thomas), ce qui fait au final une offre assez complète. Récemment le parc s’est offert aussi un dark ride interactif à la Toy Story Mania sur Naruto, type d’attraction qui manquait peut-être encore au parc.

Là où le bât blesse c’est au niveau de l’esthétique du parc. En toute honnêteté, c’est le parc le plus moche que j’aie pu visiter. Même La Ronde à Montréal est un parc plus joli ! C’est très bétonné, il n’y a quasiment pas de théma et quand il y en a c’est souvent de mauvais goût. L’ensemble n’est pas du tout uniforme et fait assez vieillot. Certaines zones sont limites à l’abandon. Bref, même le plus moche des parcs Six Flags est magnifique à côté de Fuji-Q-Highland. Heureusement, le Mont Fuji en paysage et la très belle collection d’attraction remontent clairement le niveau et rien qu’avec Do-dodonpa seul, ce parc surpasse pour moi bon nombre de parcs Six Flags !

Sinon, comme toujours, petit résumé de la journée :

Meilleure attraction : Do-dodonpa
Moins bonne attraction : Voyage dans le Ciel
Meilleure zone à thème : Thomas Land
Plus grosse surprise : Cool Jappaan!
Plus grosse déception : Takabisha
Avis général : Très positif

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201536.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3609)
Voilà, c’est tout pour Fuji-Q-Highland ! La suite arrive très prochainement !
Titre: [Japon 2018] 18 jours au Pays du Soleil Levant
Posté par: Dim7303 le 27 Avril 2020, 09:29:29
Enfin une superbe journée qui se passe super bien !

Je suis surpris de voir que le Gerstlauer n'est pas si bien que ça. D'un autre côté c'est vrai qu'ils ne sont pas réputé dès que ça monte trop haut.

Encore une fois c'est vraiment étrange cette mentalité lorsque l'on voit cette consommation de ponchos pour un tour  :-\
En tout cas vous avez réussi à faire plus que votre objectif c'est super cool !

Je crois que c'est la première fois que je vois une photo du mont Fuji sans neige.  ???
Titre: Re : [Japon 2018] 18 jours au Pays du Soleil Levant
Posté par: Yoshiii le 12 Mai 2020, 14:08:03
Chapitre 8 : Kyoto

Après une dernière nuit passée à Kawaguchiko, au pied du Mont Fuji, Liesbeth et moi nous sommes remis en route pour continuer à explorer le pays. Notre prochaine étape était l’une des plus grosses villes du pays : Kyoto.

Pour nous rendre jusqu’à Kyoto, nous nous sommes rendus à pied jusqu’à la gare de Kawaguchiko et avons pris plusieurs trains inclus dans notre JR Pass. Néamoins, par mégarde, nous avons emprunté un train qui n’était pas inclus dans le Pass. Ceci était indiqué en tout petit sur le pass. D’autres touristes s’étaient également fait avoir et nous avons tous gentiment été invités par le contrôleur du train à quitter nos sièges et à descendre au prochain arrêt. Pas d’amende pour nous fort heureusement !

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201539.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3612)
Vous connaissez à reconnaître notre expression faciale principale lors de ce voyage !

De là, nous avons heureusement pu prendre un autre train qui effectuait la même ligne mais avec plus d’arrêts. Au final, nous sommes arrivés en début d’après-midi à l’a gigantesque gare de Kyoto.

Nous avons alors décidé d’aller manger quelque chose. Mon guide de voyage recommandait d’aller manger un ramen à la Ramen Alley de la gare. Cette zone de restauration se trouvait au sommet de la gare. Après avoir emprunté plusieurs escalators (en passant via un centre commercial intégré à la gare), et après un dédale de couloirs, nous sommes enfin arrivés à cette Ramen Alley.

Après avoir fait le tour des petits restaurants qui vendaient tous leur propre sorte de ramens, nous avons porté notre choix sur un établissement proposant des ramens au bœuf.

L’établissement était fort petit, avec peut-être une vingtaine de places assises. Une musique tournait en boucle dans le restaurant, Liesbeth et moi l’aurons gardée en tête pendant tout le séjour et même après ! Avec la faible capacité de l’établissement, les clients s’installent rapidement, mangent leurs ramens et s’en vont. On a pu un peu y observer donc le rythme de vie des Japonais où tout se fait très rapidement. Beaucoup d’hommes d’affaire en transit à la gare prenaient leur lunch ici.

Nous avons tous deux commandé notre ramen et avons également eu de l’eau gratuite. Ce fut la première fois que nous mangions des ramens au Japon. Et c’était tout simplement délicieux ! Beaucoup de saveurs, des textures surprenantes, un plat bien nourrissant, bref, j’en suis ressorti enchanté et ce ne serait pas notre seul ramen du séjour, loin de là !

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201540.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3613)
Pour moins de 10€, vous aurez droit à un très bon ramen et une musique très entêtante !

L’estomac bien rempli, nous avons quitté la gare pour rejoindre notre hôtel situé à une quinzaine de minutes à pied de la gare. Nous avons pu découvrir les premiers larges passages pour piétons du Japon. Il n’y a rien à dire, ça tranchait beaucoup avec la quiétude de la région du Mont Fuji.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201541.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3614)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201542.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3616)
Liesbeth à la croisée des chemins…

Arrivés à notre hôtel, nous avons directement pu effectuer notre check-in. Après avoir pris possession de notre chambre, nous nous sommes préparés pour aller découvrir la vaste ville en ce début d’après-midi.

Nous avons d’abord décidé de nous rendre au Nishiki Market, un marché couvert situé non loin de la rivière Kamo. Ce marché était recommandé par mon guide touristique.

Après avoir arpenté les ruelles de Kyoto depuis notre hôtel, nous sommes arrivés après une vingtaine de minutes de marche à la longue allée couverte qui constitue le Nishiki Market. Au programme, viande fraîche, poissons, fruits et légumes, épices, thés, porcelaine, souvenirs, etc… Ce fut assez amusant de voir tout ce qui se vendait là. L’allée fourmillait de monde, entre les commerçants fort occupés, les locaux venus faire leurs emplettes et les nombreux touristes, on peut dire que ce marché était bien vivant !

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201543.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3617)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201545.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3620)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180116.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3615)
Miam Miam les bizarreries japonaises !

Après cette chouette première étape, nous avons poursuivi jusqu’au bout de l’allée où se trouvaient de nombreux autre commerces sédentaires. Ici, c’était un peu plus fourre-tout avec des magasins de vêtements, d’électro-ménager, etc… Cette partie moins homogène nous a moins convaincus.

Nous avons ensuite rejoint la rivière Kamo, petit havre de paix au cœur de la ville. Même si les berges ne sont pas très joliment travaillées (beaucoup de béton), ça fait du bien d’avoir de plus larges espaces et moins de foule.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180117.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3618)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180118.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3621)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201544.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3619)
Au détour de la rivière !

Nous nous sommes donc baladés le long de la rivière, puis avons traversé un pont imposant pour rejoindre le célèbre quartier des Geishas, Hanamikoji. Cette zone pédestre est très agréable. Les bâtiments sont tous des bâtiments traditionnels accueillant plusieurs boutiques en tout genre, vendant principalement objets traditionnels ainsi que quelques souvenirs. Dans le quartier, nous avons pu croiser quelques geishas également. En cette fin d’après-midi, ce fut un moment très agréable.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201547.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3623)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201546.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3622)
Le quartier des Geishas

Au fond du quartier d’Hanamikoji se trouvait un sanctuaire isolé et relativement calme. Nous avons fait un petit tour du domaine avant de revenir sur nos pas.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180119.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3624)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201549.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3626)
Hanamikoji

Nous avons alors décidé de nous acheter un petit snack local qui nous intriguait : la glace au thé Matcha ! Il faut savoir qu’au Japon, le thé matcha est un parfum aussi répandu que le serait la vanille ou le chocolat en Europe. On en trouve dans les friandises, le chocolat, les glaces, etc…

Intrigués par notre glace toute verte, nous avons partagé celle-ci non sans avoir une petite pointe d’appréhension. Au final, après la surprise, la glace s’est avérée succulente !

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201548.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3625)
« Mec ça goûte l’herbe » - Liesbeth, septembre 2018

Au bout du long boulevard dans lequel nous nous trouvions (la prolongation du pont qui enjambe la rivière Kamo et que nous avons emprunté plus tôt), nous avons pu découvrir une imposante porte, la porte de Nishiromon menant au parc Maruyama. Ce vaste parc comporte l’imposant sanctuaire Yasaka, ainsi qu’un point d’eau, d’autres temples et même le mausolée d’un empereur que nous n’avons pas eu l’occasion de visiter (enfin c’est ce que j’ai cru juste avant de rédiger ce trip report !).

La nuit commençait doucement à tomber mais cela ne nous a pas empêchés de déambuler dans le sanctuaire Yasaka où nous avons croisé d’autres geishas. Le cadre était splendide, surtout à la tombée de la nuit, avec peu de touristes et locaux, rendant la promenade très apaisante en fin de journée.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180121.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3628)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180120.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3627)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180122.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3629)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180123.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3630)
Un parc d’illuminés !

Ensuite, nous avons retraversé le pont enjambant la rivière Kamo pour aller explorer l’allée Pontocho, petite artère piétonne parallèle à la rivière et bordée de bars et restaurants ayant une terrasse donnant vue sur la rivière. C’est un très chouette passage, surtout le soir où les nombreux établissements de restauration sont ouverts et offrent divers repas pour des gammes de prix variées.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201550.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3633)
Pontocho et ses terrasses très prisées

Néanmoins, la plupart des restaurants sont assez onéreux en vue de leur localisation. Après avoir parcouru toute l’allée, nous avons finalement décidé avant de manger de d’abord aller prendre un saké en guise d’apéritif.

Nous nous sommes donc trouvé un petit pub dans Pontocho dans lequel étaient proposés des cocktails au saké. Nous en avons chacun commandé un, tous les deux installés au comptoir du bar. Le cocktail n’était pas terrible et avait un arrière-goût de savon. Ça ne nous a pas du tout convaincu ! Nous avons un peu échangé avec les barmen qui demandaient d’où nous venions (et qui se débrouillaient comme ils le pouvaient en anglais, à mentionner !). Lorsque nous leur avons précisé que nous devions de Belgique, ils nous ont directement montré les bières belges qu’ils proposaient et nous ont demandé laquelle était notre favorite !

Bien installés dans ce chouette bar, nous avons mangé sur place, l’établissement proposant une restauration rapide (enfin, principalement des fritures). Nous avons commandé une bière japonaise qui n’était pas mauvaise. Ce fut vraiment un chouette moment !

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180125.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3632)
Du bon gras !

Nous avons ensuite quitté le bar et avons un peu arpenté les rues environnantes. Pas mal d’établissements de nuit qui avaient l’air assez cheap formaient le quartier pour sortir de la ville. Peu inspirés par les divers établissements s’offrant à nous, nous sommes finalement allés nous installer dans un autre petit bar dont la spécialité était le whisky. Le whisky est une autre boisson très répandue au Japon, et nous ne le savions pas avant notre séjour. Nous avons donc commandé chacun un whisky japonais, on the rocks pour Liesbeth.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180124.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3631)
Et le petit digestif japonais qui va avec !

Puis, la fatigue commençant à se faire ressentir et le bar allant fermer, nous sommes rentrés à pied jusqu’à notre hôtel pour une bonne nuit de sommeil…

Le lendemain matin, nous désirions nous rendre au palais impérial de la ville, situé dans un immense parc. Mais avant, nous nous sommes arrêtés en chemin devant un joli petit sanctuaire (il y en a vraiment partout dans la ville, c’est assez dingue !) où bon nombre de locaux venaient faire un petit crochet puis repartir pour se rendre sur leur lieu de travail. Ce contraste entre les traditions anciennes et le rythme de vie effréné moderne des Japonais c’est très surprenant !

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201551.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3638)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201552.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3639)
Petit écrin de verdure au cœur de la ville

Un beau soleil nous accompagnait en cette matinée et ce n’était pas pour nous déplaire ! Après le petit sanctuaire, nous avons poursuivi, toujours en marchant, jusqu’au parc Kyoto Gyoen. Ce grand parc ne nous a pas vraiment convaincus. Nous y avons trouvé un endroit paisible au bord d’un étang où nous nous sommes posés un instant pour rédiger nos cartes postales, mais excepté ce petit coin, le reste du parc est sans charme : trop grand, allées rectangulaires, végétation très sommaire, bref, pas un coup de cœur.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180129.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3637)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180126.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3634)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180128.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3636)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180127.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3635)
De jolis jardins japonais…

Au passage, nous avons constaté dans ce parc un bon nombre d’arbres ravagés par le passage du typhon Jebbie qui a bien plus frappé Kyoto que Tokyo.

Nous avons poursuivi ensuite notre chemin pour nous rendre au sanctuaire Heian. Liesbeth y a obtenu une nouvelle calligraphie pour son carnet. Le sanctuaire est très imposant et entouré de jardins qu’il est possible de visiter moyennant l’achat d’un ticket. Néanmoins, les jardins étaient fermés en raison des dégâts provoqués par le typhon Jebbie.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180131.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3641)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180130.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3640)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201554.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3643)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201556.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3645)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201555.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3644)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201553.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3642)
L’imposant sanctuaire Heian

Nous avons alors voulu nous restaurer mais nous avons eu un peu de mal à trouvant un établissement qui nous convenait, tout étant assez cher dans les alentours du sanctuaire. Finalement, nous nous sommes contentés d’articles achetés dans la cafétéria d’un musée. Rien de bien glorieux mais ça serait suffisant pour la suite.

Non loin de là se trouvait le départ d’une promenade que nous voulions absolument faire : le chemin des philosophes. Cette petite promenade pédestre longe un petit cours d’eau dans un coin boisé et très paisible. Quelques autres promeneurs sur la balade mais sinon, un coin peu fréquenté et très agréable, en pleine nature, ce qui contraste bien avec le centre-ville.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180132.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3646)
Le long du chemin des philosophes…

Le long du chemin des philosophes, Liesbeth et moi nous sommes arrêtés un instant dans un salon de thé traditionnel. Après avoir traversé le petit jardin japonais longeant le salon de thé, nous avons été invités à retirer nos chaussures pour pouvoir pénétrer à l’intérieur. Assis en tailleur sur des tapis, nous avons alors commandé chacun un thé. Pour ma part, j’ai tenté le thé matcha accompagné de sa boule de glace.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180133.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3647)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180134.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3648)
Liesbeth qui boit son thé comme une Lady… ou plutôt une Geisha !

Ce fut un très chouette moment, typiquement japonais, en toute quiétude. Mon thé était tout froid, c’était assez spécial mais j’ai bien aimé. Liesbeth avait quant à elle un thé chaud plus classique qui lui a bien plu également.

Après cette petite pause douceur, nous avons repris le chemin des philosophes, puis à la fin de celui-ci, nous sommes redescendus vers le centre.

Nous sommes alors (sans nous en rendre compte, je m’en rends compte aujourd’hui alors que je retrace notre itinéraire sur Google Maps) retournés au parc Maruyama visité la veille, mais de l’autre côté où se trouvent d’imposant temples en bois, dont le Chion-in, une structure entièrement faite de bois.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180135.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3649)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201558.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3651)
On en aura vu des temples à Kyoto !

Enfin, notre dernier lieu de visite de Kyoto fut les rues piétonnes de Higashiyama : Ninenzaka et Sannenzaka. Lieu certes fort touristique mais tellement plein de charme ! Les bâtiments qui longent ces rues piétonnes sont d’authentiques maisons traditionnelles en bois qui accueillent boutiques et restaurants.

Les ruelles sont piétonnes et fort inclinées par endroits, avec beaucoup de marches. Cet endroit fourmille avec touristes et locaux se mélangeant, boutiques en tout genre, petits restaurants, bref, c’était très vivant sans être trop étouffant. Liesbeth et moi avons beaucoup aimé !

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201560.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3653)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201561.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3654)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201559.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3652)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201557.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3650)
Probablement mon endroit préféré à Kyoto !

Nous nous sommes mis en quête d’un souvenir pour Mathilde qui n’avait pas pu nous accompagner dans notre voyage. Nous voulions lui offrir des boucles d’oreilles en forme d’origamis. Après avoir visité quasiment chaque boutique de Ninenzaka, nous avons finalement trouvé ce que nous désirions pour elle !

Les allées mènent finalement à un chouette temple, le temple Kiyomizudera, depuis lequel il y a un très beau point de vue panoramique sur le centre-ville d’un côté, et sur les collines boisées bordant Kyoto de l’autre.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180138.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3656)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180136.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3655)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180137.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3657)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201563.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3659)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201564.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3661)
Et un dernier temple pour clore cette belle journée !

En cette fin d’après-midi, j’ai vraiment adoré ce quartier historique. C’est l’un de mes meilleurs souvenirs du séjour et un endroit à ne pas manquer lors d’une visite à Kyoto !

Nous sommes ensuite redescendus à pied jusqu’au centre-ville afin de rejoindre notre hôtel, récupérer nos bagages et retourner à la gare de Kyoto.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201565.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3662)
Vue panoramique depuis la gare

Nous avons fait un nouveau crochet par la Ramen Alley pour se prendre un autre délicieux ramen, dans un autre établissement que la veille.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180139.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3660)
Le ramen du soir !

Puis, nous avons pris un train grâce à notre JR-Pass pour rejoindre Osaka pour la suite du voyage. Une auberge de jeunesse nous attendait pour la nuit à venir.

Le lendemain, nous irions à Universal Japan, j’avais très hâte de découvrir ce troisième parc Universal !

Pour conclure sur Kyoto, c’est sans hésiter la ville que nous avons préféré de tout le voyage. Cette ville a trouvé un très bel équilibre entre modernité et traditions. On le ressent dans les habitudes des locaux, et dans le mélange des constructions modernes du centre-ville et des quartiers historiques et temples aux abords de la colline dominant la ville.

Certains quartiers nous ont fortement plu, comme le quartier des Geishas, le parc Maruyama ou encore les allées Ninenzaka et Sannenzaka. Nous avons du faire l’impasse sur plusieurs lieux touristiques qui pourtant nous tenaient beaucoup comme la forêt de bambous ou le temple Fushimi Inari-taisha et ses centaines de toriis.

Clairement, deux jours ne sont pas suffisants pour profiter entièrement de cette magnifique ville et si c’était à refaire, nous serions resté un jour ou deux de plus au dépend d’autres villes visitées par la suite (nous y viendrons très bientôt). Dès lors, je recommande grandement Kyoto dans tout voyage au Japon !

La suite arrive très vite avec le très attendu Universal Japan ! A bientôt !

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201562.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3658)
Titre: Re : [Japon 2018] 18 jours au Pays du Soleil Levant
Posté par: Yoshiii le 17 Mai 2020, 14:00:02
Chapitre 9 : Universal Studios Japan

Arrivés à Osaka la veille au soir, Liesbeth et moi avions logé dans une grande auberge de jeunesse sur plusieurs étages et dotée de dortoirs à très grande capacité. Cela peut paraître un peu trop vaste et désagréable mais l’auberge était très bien dans son ensemble et chaque lit de dortoir était à sa façon privatisé avec des rideaux à l’extrémité des lits. Au final, une version un peu moins agressive des hôtels capsules mais similaires dans l’idée.

Notre logement était situé à proximité de la gare. Nous y avons emprunté la JR Loop Line, une sorte de grand monorail qui effectue une boucle autour de la ville et qui permet de rejoindre une extension de ligne menant directement à Universal Studios Japan. Tous ces transports étaient inclus dans notre JR Pass.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201566.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3666)
Non non, on ne va pas vers Fukushima aka la centrale nucléaire !

Arrivés à la station d’Universal Studios Japan, nous avons d’abord traversé la version locale du Citywalk avant de rejoindre l’esplanade d’entrée. Nous avions acheté nos tickets d’entrée en avance en ligne à un tarif plus qu’avantageux.

En cette journée nuageuse, il y avait beaucoup de gens à l’entrée du parc : celui-ci allait être assez bondé toute la journée avec des temps d’attentes assez élevés. Après Tokyo DisneySea et Fuji-Q-Highland nous étions rôdés, pas de souci pour nous ! Le parc célébrait également déjà halloween et une Halloween Horror Night allait avoir lieu ce soir également. Au Japon, pas besoin de billet spécial, l’Horror Night est incluse dans le prix du billet standard.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180140.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3664)
On y est ! (enfin presque)

A l’entrée du parc, un panneau indiquait que Space Fantasy, le Spinning Coaster Mack indoor du parc, était fermé. J’étais assez déçu, j’avais vraiment envie de découvrir cette attraction unique au parc nippon…

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180145.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3670)
Là on y est enfin !

Une fois les grilles d’entrée (et la fameuse arche Universal) franchies, nous avons rapidement traversés la Main Street hollywoodienne du parc qui comme à Tokyo Disneyland est couverte. Ici, le design de la verrière est plus moderne et cela dérange un peu moins qu’à Disney.

Nous nous sommes alors hâtés de nous rendre à Hogsmeade afin de pouvoir tester dès le matin les attractions du Wizarding World d’Harry Potter avant qu’il n’y ait trop de monde dans les parages. C’était la toute première visite de Liesbeth dans un parc Universal et donc également sa première visite à Poudlard !

Hogsmeade est assez éloigné du reste du parc : il faut traverser une section dans les bois avant de rejoindre la zone. Cela a un plus dans l’immersion et l’introduction de la zone que les parcs américains n’ont pas forcément. Par contre c’est quand même une petite marche à faire !

Une fois arrivés, c’est la surprise pour Liesbeth. La zone l’a directement conquise. Elle s’est directement sentie immergée dans le monde d’Harry Potter. La zone est identique aux autres zones Harry Potter.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180147.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3672)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180146.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3671)
Liesbeth a enfin eu sa lettre !

Notre premier objectif était de pouvoir faire un tour de Forbidden Journey, l’attraction phare de la zone. Je n’avais pas spoilé Liesbeth et elle ne savait pas du tout à quoi s’attendre comme attraction…

La file d’attente n’était pas très longue pour cette première attraction. Celle-ci reste sublime et l’une des meilleures files d’attentes du monde. C’est le paradis de tout fan d’Harry Potter. Liesbeth était émerveillée de découvrir l’intérieur de Poudlard.

Une fois arrivés au quai d’embarquement, un employé s’est alors dirigé vers moi et a désigné les tongs que je portais. Il m’a tendu des élastiques et m’a dit que je devais les enfiler autour de mes pieds afin de maintenir mes tongs en place pendant le ride. Très surpris par cette pratique, j’ai tenté de lui expliquer que je placerai mes tongs sur mon siège et que je m’assoirai dessus, pratique qui se fait dans les autres versions de l’attraction aux Etats-Unis. L’employé n’a rien voulu entendre et m’a forcé à enfiler ces satanés élastiques sous peine de ne pas pouvoir faire l’attraction. Les pratiques japonaises dans les parcs d’attractions sont parfois très particulières et au Japon, les règles sont les règles. Les gens sont très courtois mais dès qu’il s’agit du respect des règles, ils sont stricts et impassibles, quitte à en devenir désagréables…

L’attraction en elle-même reste une fabuleuse expérience immersive. Toujours une pointe de nausée entre la scène du saule cogneur et le match de Quidditch, mais à part ça, Forbidden Journey reste un bijou de technologie et d’immersion dans l’univers d’Harry Potter.

Liesbeth a elle aussi adoré et a trouvé cela assez dingue ! Après, elle était d’accord avec moi concernant le fait que l’attraction peut se révéler nauséeuse et elle l’expérimentera à ses dépens quelques mois plus tard en Californie. Mais ici au Japon, aucun souci pour elle !

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180141.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3665)
Aaaah Forbidden Journey, un véritable bijou (excepté cette scène de Quidditch !)

Nous avons enchaîné avec Flight of the Hippogriff, le junior coaster de la zone, afin d’obtenir notre +1 et puis également pour quand même faire un coucou à Buck, l’Animatronique de l’hippogriffe situé juste avant le lift de l’attraction. Nous avons tout de même patienté 30 bonnes minutes pour ce coaster au débit assez faible au final pour une expérience qui n’en vaut honnêtement pas l’attente. A faire pour le crédit mais sinon, pas indispensable comme attraction…

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180143.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3668)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180144.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3669)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180142.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3667)
Tout le monde s'incline devant Buck s'il-vous-plaît !

Après Flight of The Hippogriff, nous avons décidé de déjà quitter la zone sans prendre le temps de l’explorer. Ce serait pour plus tard, quand les temps d’attente aux attractions seraient fort élevés. Nous voulions d’abord tenter de faire un maximum d’attractions avant que la foule ne soit trop importante dans le parc.

Nous nous sommes donc rendus dans la zone Jurassic Park afin de faire l’attraction phare du parc récemment inaugurée : The Flying Dinosaur. Il s’agit d’un Flying Coaster B&M de grande envergure enchaînant figures inversées aux abords du lac central du parc et survolant la zone Jurassic Park.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180155.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3680)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180154.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3679)
Jurassic park et son nouvel ajout phare !

A notre arrivée devant l’attraction, celle-ci affichait déjà quasiment 120 minutes d’attente. Ne voulant pas attendre si longtemps, nous avons opté pour la Single Rider qui quant à elle annonçait tout de même un temps d’attente de 50 minutes. C’est donc armés de patience que nous nous sommes lancés dans cette file d’attente pas particulièrement jolie et intéressante…

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201567.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3693)
On se croirait presque de nouveau à Fuji-Q-Highland...

Enfin, une fois les cinquante minutes plus ou moins atteintes, nous avons enfin pu prendre place dans les trains du Flying Coaster. Liesbeth est passée en première et j’ai dû attendre le train suivant pour pouvoir avoir une place également. Ici aussi, je n’ai pas eu d’autre choix que de devoir mettre ces élastiques autour de mes tongs.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180148.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3673)
Petit panier pour effectifs personnels et jolis élastiques pour mes tongs...

L’imposant lift de l’attraction nous emmène directement vers la first drop inclinée qui plonge vers le lac. C’est un très chouette effet ! Puis, le train se lance dans la première inversion du parcours à toute vitesse : une sorte de Zéro-G-Roll qui fait plus qu’une rotation à 360 degrés car au final, nous nous retrouvons sur le dos à la sortie de l’inversion. Puis nous remontons afin d’être à nouveau en position Flying. Ce changement n’est pas des plus agréables et procure une sensation d’écrasement très désagréable, un peu comme un Pretzel loop peut le faire. Mais ça se corse encore ensuite avec le véritable Pretzel Loop du parcours qui nous plonge sur le dos dans un tunnel. Je l’ai déjà mentionné dans mes Trip Reports précédents, je déteste cette figure et ça n’a pas changé. Le début est excellent avec un très chouette airtime en position couchée mais le passage sur le dos crée un énorme contraste entre G négatifs et G positifs. On se sent beaucoup trop écrasés dans notre siège et même respirer en devient difficile tellement la pression est forte. Non, décidément je ne comprendrai jamais, c’est juste beaucoup trop désagréable !

Après ce pretzel loop, le train se remet en mode Flying et passe une petite bosse rapidement avant d’enchaîner un virage incliné au-dessus du lac, un heartline roll, une spirale, une dernière heartline roll et enfin, retour sur les freins de fin de parcours. Et c’est donc déjà fini ! L’attraction est extrêmement courte au final…

Liesbeth et moi nous sommes tous les deux retrouvés à la sortie de l’attraction et notre bilan fut identique : mais quelle catastrophe ! Nous détestons tous les deux ces satanés Pretzel loops et sur The Flying Dinosaur, c’est quasiment deux pour le prix d’un, la première inversion du parcours offrant les mêmes sensations désagréables ! Qui plus est, l’attraction est assez courte, surtout par rapport au temps attendu dans la file….

Après réflexion, je dois bien me l’avouer. Je n’aime pas les Flying Coasters B&M. A vrai dire, je ne les aime vraiment pas, à la limite je pense que je les déteste. Seule exception à la règle : Air (enfin, Galactica) à Alton Towers que j’appréciée énormément. Et pour une seule et simple raison : ce modèle n’a pas de Pretzel Loop !

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180150.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3675)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201576.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3702)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201578.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3704)
Ces pauvres passagers...

Remis de nos émotions et de ces G positifs désagréables, nous sommes revenus vers l’avant du parc (Jurassic Park étant situé tout au fond du parc derrière le lac). Le parc est d’ailleurs une grande boucle autour du lac et son layout général est fort similaire à Universal Studios Florida.

Après avoir traversé rapidement l’ancienne section San Francisco désormais principalement dédiée aux Minions, nous sommes arrivés dans la zone New-York où l’attraction principale est The Amazing Adventures of Spiderman.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180149.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3674)
Petit détour par les USA...

Le dark ride est considéré comme l’un des meilleurs au monde et est également présent à Universal Islands of Adventure à Orlando. Peu d’attente pour cette attraction en cette matinée, nous n’avons donc pas hésité une seconde à nous engager dans la file.

La file nous fait visiter les bureaux de journalisme du comic. Nous sommes en effet invités à devenir journalistes pour le Daily Bugle et nous sommes conviés à embarquer dans des véhicules de toute dernière technologie, les « Scoops » qui nous permettent de plus facilement observer et photographier les événements qui se passent autour de nous.

Notre mission du jour, suivre Spiderman dans ses aventures afin de retrouver la Statue de la Liberté qui a été volée par un groupe de malfrats ayant eux-aussi des super-pouvoirs.

L’attraction, qui est un dark-ride 4D unique en son genre lors de son ouverture, nous emmène, munis de nos lunettes 3D à bord du Scoop à suivre les péripéties de Spiderman à travers les rues sombres de New-York en quête des criminels et afin de retrouver la Statue de la Liberté.

C’est une attraction très aboutie et très bien amenée, mélangeant décors réels et écrans d’une façon très convaincante. Nous sommes au cœur de l’action, les méchants s’en prenant même à nous et Spiderman essayant de nous guider et nous sauver également. Certaines scènes sont très impressionnantes et les transitions entre scènes sont parfaites. Par contre, ça remue énormément et cela peut provoquer une certaine nausée comme pourrait le provoquer un simulateur. Avec moi ça ne manque jamais et je me suis senti légèrement barbouillé à la sortie du ride. Mais rien de catastrophique non plus, j’ai beaucoup aimé l’expérience globale et Liesbeth également.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180152.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3677)
Petit détour chez l'homme-araignée

Nous avons ensuite rejoint la zone d’entrée du parc dédiée à Hollywood et avons fait un petit tour dans les boutiques souvenirs du parc. Encore une fois, nous avons pris beaucoup de plaisir à essayer les nombreux couvre-chefs ridicules vendus par le parc. C’était d’encore plus mauvais goût qu’à Tokyo Disney Resort mais les Japonais semblent en raffoler !

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180164.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3689)
Quand le ridicule ne tue pas, niveau 4

Nous sommes également tombés un peu par hasard sur un petit Meet&Greet avec les personnages de Woody Wood Pecker. Nous en avons profité pour faire une petite photo.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201570.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3696)
Japanese Style!

Après cet instant photo, nous avons tous deux décidé de nous offrir un petit snack, nos estomacs s'étant réveillés depuis quelques instants. Nous avons opté pour un simple hot-dog.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180151.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3676)
Pas très japonais tout ça...

Puis, nous avons rejoint l’attraction principale de la zone : Hollywood Dream The Ride. Il s’agit d’un hyper coaster B&M (enfin hyper, niveau dimensions c’est clairement l’un des plus petits modèles en la matière). Le circuit serpente au-dessus de la zone hollywoodienne et s’étend jusqu’au lac.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201572.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3698)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201573.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3699)
Derrière ce décor se trouve une zone du freins d'Hollywood Dream: The Ride

L’attraction était dotée de deux files d’attente, dont une spéciale réservée à un mode Backward où le train est monté à l’envers sur le circuit. Nous avons bien évité de nous engager dans cette file (la marche arrière ça nous rend vite nauséeux si c’est trop long) et nous nous sommes donc lancés dans la file classique qui affichait un bon quarante minutes.

Avec un train sur trois dédié au mode backward, le débit de l’attraction en était affecté. Nous avancions tout de même assez bien mais pas autant à mon avis que si les trois trains étaient en marche avant. L’attente pour le Backward était bien évidemment bien plus élevée et semblait assez fort prisée par les visiteurs.

Un peu avant d’embarquer, nous avons tous deux du revêtir nos beaux élastiques, Liesbeth ayant décidé de troquer ses baskets pour des tongs également vu la chaleur qu’il faisait ce jour-là. En vérité, elle avait aussi envie de tenter le coup des élastiques, trouvant cette pratique un peu loufoque mais amusante !

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180163.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3688)
Japanese Style !

A Universal, il n’est malheureusement pas possible de demander à avoir un siège en particulier. Cela était bien indiqué partout dans la file. Dès lors, nous nous sommes retrouvés non pas au dernier rang comme espéré mais dans les premiers rangs (deuxième ou troisième rangée de mémoire). Les pires places selon nous !

L’attraction a des similitudes avec Hollywood Rip Ride: Rock it!, la principale étant que nous puissions également choisir une chanson qui serait diffuse par de l’audio embarquée pendant le tour. Nous avions le choix entre trois morceaux, dont un en japonais. Nous avons tous deux sélectionné Shake It Off de Taylor Swift.

Dès que le train quitte la gare, la musique s’enclenche, ce qui ajoute directement un plus à l’expérience ! Le train s’engage alors dans le lift qui se trouve dans un tunnel incliné. Une fois au sommet du lift, le train plonge dans la first drop pas bien haute et qui se redresse assez rapidement. Néanmoins, nous avons senti-là le potentiel plus accru de celle-ci en last row. De notre rangée, nous avons pu avoir déjà un soupçon de sensations donc c’est déjà ça. Puis vient le premier Camelback qui offre un chouette floating, un sympathique changement de direction en puis le demi-tour classique des anciens hyper B&M (le virage relevé). Ensuite, bien vite arrive un second instant d’airtime sur une autre bosse plus petite cette fois-ci, et deux autres beaux Camelbacks qui passent très bien également. Freins de mi-parcours cachés derrière un décor publicitaire hollywoodien et vient la dernière section de l’attraction : une bosse à airtime inclinée et une spirale offrant ses G positifs. Dernière petite bosse avant de traverser un tunnel de lumières flashs (peut-être représentant des paparazzis ?) et retour sur les freins de fin de parcours.

Notre bilan à chaud est très positif : nous avons tous deux beaucoup aimé ! J’avais entendu que ce Hollywood Dream était l’un des plus mauvais hyper coasters B&M, trop petit, trop court, trop familial et assez insipide. Au final, l’attraction s’est révélée être une très bonne surprise. Certes, ce n’est pas un monstre d’intensité et les sensations sont plus légères et subtiles, mais c’est bien dosé, bien équilibré. Ça se veut plus familial qu’un Shambhala et c’est totalement assumé ! En comparaison, Silver Star est lui beaucoup plus insipide car c’est beaucoup moins assumé : de l’extérieur, l’attraction semble envoyer du lourd et la promesse n’est pas tenue avec un ride trimé de partout. Alors qu’ici, on voit la taille modeste du coaster et on sait qu’on aura droit à une expérience familiale plus, ce qu’on a au final. Autres points positifs : le coaster serpente dans les backstages du parc (on se croirait vraiment en pleine course à travers des studios hollywoodiens) et la musique onride apporte une bonne ambiance au ride !

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201571.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3697)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201574.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3700)
Un véritable rêve hollywoodien !

Remis de cette bonne surprise qu’est Hollywood Dream : The Ride, nous avons retraversé le parc pour rejoindre le fond de celui-ci où se trouve, coincé entre les zones Amity Ville et Jurassic Park l’arène de spectacle qui présente le show Waterworld.

Waterworld est un stuntshow qui se passe en grande partie sur un plan d’eau. Le spectacle est inspiré du film du même nom, où le monde tel qu’on le connaît a été englouti dans les profondeurs et où quelques hommes survivent sur des stations flottantes, en quête d’une terre promise qui aurait survécu à la catastrophe.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180153.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3678)
Prêts pour une dose d'explosions ? Et pour beaucoup d'exaltations japonaises ?

J’avais pu déjà assister au show en Californie mais pour Liesbeth ce fut une première. Après avoir attendus un petit moment avant l’ouverture des portes de l’arène, nous avons pu dénicher de bonnes places suffisamment en hauteur pour être éloignés des zones splash qui mouillent vraiment beaucoup ! En effet, pendant le pré-show, des acteurs viennent balancer des seaux et jets d’eau sur le public situé dans cette zone.

Le show a un scénario très basique où les héros situé dans leur forteresse flottante se font attaquer par des scélérats qui veulent trouver la Terre promise en premier. Les héros ayant déniché une carte menant à cette Terre, les méchants tenteront le tout pour le tout afin d’arriver à leurs fins. Le spectacle offre beaucoup de cascades et effets spéciaux. Entre les protagonistes se déplaçant sur des jet skis, des scènes de combat, des jets d’eau, des explosions, du feu, de la pyrotechnie, des acrobaties et même un avion volant, il y a vraiment de tout !

Ce qui nous a le plus plu pendant ce show, ce sont les réactions des Japonais qui sont très bon publics et très démonstratifs. Tonnerre d’applaudissements à l’arrivée des héros, tout le monde retient son souffle et est impressionné par la moindre petite cascade (même lorsque l’héroïne emprunte tout simplement une tyrolienne, c’est dire !), la petite romance entre les deux héros principaux qui font fondre leurs cœurs, bref, leurs réactions démesurées nous auront beaucoup amusés ! Et puis à vrai dire, il vaut mieux un public comme celui-ci qu’un public blasé. C’est plus agréable pour les acteurs et pour les spectateurs !

Liesbeth aura moyennement apprécié le spectacle. En fait, elle a surtout été un peu agacée d’avoir été spoilée de l’arrivée de l’avion. J’avais sorti mon smartphone pour photographier ce moment précis, sachant que ça allait se produire de façon imminente et elle a su que le final allait se produire à cet instant. Mais malgré ce bémol, ça reste un bon spectacle, elle ne l’a pas nié, même si c’est principalement dû aux nombreux effets spéciaux.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201577.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3703)
La fameuse photo du spoil !

Sortis de cette représentation, nos estomacs commençaient à crier famine. Après avoir un peu regardé sur le plan du parc, nous nous sommes tâtés à choisir un endroit où nous restaurer. Sans vraiment trouver d’endroit décent dans notre gamme de prix, nous nous sommes rabattus sur la pizzeria de la zone new-yorkaise : Louie’s N.Y. Pizza Parlor.

Nous avons tous deux pris une part de pizza ainsi qu’un soda. Nous avons été intrigués par le Fanta vert et avons décidé d’en prendre un chacun pour voir ce que ça donnait. La caissière qui parlait un tout petit peu anglais nous a demandé si c’était notre première visite au parc. Nous avons répondu oui et elle nous a tous les deux offert un petit autocollant « First Visit » à la manière des badges de Disney. Une chouette petite attention.

Un mot d’ailleurs sur les très chouettes membres du personnel, toujours souriants, aimables, faisant le tout pour le tout pour se faire comprendre malgré leur niveau d’anglais plus que rudimentaire. Je portais un T-shirt Harry Potter acheté à Universal Studios Hollywood et pas mal d’employés me l’ont pointé avec un grand sourire en disant quelque chose en japonais. Bref, rien à redire, ils sont vraiment accueillant, sauf comme déjà dit précédemment lorsqu’il s’agit du respect des règles : là ils sont intransigeants !

Le lunch en lui-même n’était pas terrible. Pizzas industrielles et soda beaucoup trop sucré à notre goût ! Mais au moins nous avons tenté le coup et nous n’avons pas payé trop cher pour ce repas rapide.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180156.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3681)
Alerte bizarrerie ! Et pour une fois, ce n'est pas du Japonais !

Nous sommes alors retournés dans la zone Jurassic Park afin de faire un tour d’une de mes attractions Universal préférées : Jurassic park The Ride. Il s’agit d’un water ride avec section dark-ride et d’une grande chute finale qui asperge pas mal les passagers de l’attraction, le tout sur le thème de la licence Jurassic Park.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201579.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3705)
Ça c'est du water ride !

Après une attente décente, nous avons pu embarquer dans les gros bateaux qui allaient nous emmener en excursion dans le Jurassic Park ! La balade commence tout en douceur, où nous croisons d’inoffensifs dinosaures herbivores. Mais bien vite, nous sommes amenés à pénétrer dans une zone interdite où l’on peut croiser des petits dinosaures déjà plus hostiles en train de ravager la zone. L’embarcation pénètre alors dans un grand bâtiment qui semble être une sorte de laboratoire/tour de contrôle du parc. De nombreux dinosaures qui ne devraient pas s’y trouver sont en train de tout saccager à l’intérieur. Un long lift nous même à une section en hauteur où la tension monte de plus en plus, avec des bureaux ravagés, des bruits étranges, avant d’arriver face à face devant un énorme T-rex qui s’avance dangereusement vers nous. Une seule solution : plonger : Le bateau dévale alors la grande drop du ride avant de ressortir en extérieur où a lieu le splash qui généralement n’épargne personne.

Quelle belle attraction ! Quelle chouette storyline bien amenée ! Et cette chute finale ! J’adore, tout simplement ! Liesbeth aura elle aussi beaucoup aimé l’expérience. Vraiment, et même si certains animatroniques en début de parcours semblent un peu datés, l’attraction reste un chef-d’œuvre et un classique Universal à ne pas manquer.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201581.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3707)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201582.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3708)
Chef d'oeuvre droit devant !

Nous avons enchaîné avec un autre classique des rides Universal : Jaws. L’attraction est située dans la mini-zone Amity située juste à côté de Jurassic park et ne comporte que cette unique attraction. Il s’agit d’ailleurs du tout dernier exemplaire de l’attraction encore en opération.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201575.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3701)
Le seul danger pour votre vie à Amity, c'est ce satané Flying Dinosaur, qui passe juste au-dessus !

Jaws est une attraction basée sur le film du même nom. Il s’agit d’un boat ride qui nous emmène découvrir les environs d’Amity. La file d’attente représente une agence de voyages qui organise des visites en bateau, ainsi que des hangars à bateau.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201580.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3706)
Aussi culte que le film !

Une fois arrivés au quai d’embarquement, notre groupe de touristes est accueilli par un skipper qui nous emmènera faire un tour des lieux où se sont passées les célèbres attaques de requin de la ville en 1974. Le speech du skipper est bien évidemment en japonais et Liesbeth et moi n’aurons bien évidemment rien compris.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201583.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3709)
De savoureux touristes qui ne comprennent rien, ça fera une bonne proie facile pour le requin blanc ça !

Le bateau quitte alors le quai d’embarquement et passe devant des reconstitutions de façades d’Amity. Tout semble se passer paisiblement mais cela ne durera pas. On croise rapidement une embarcation similaire à la nôtre qui a été complètement détruite et plus aucune âme qui vive à son bord. La tension monte et le skipper paraît moins à son aise.

C’est alors qu’un aileron de requin fait son apparition. Le requin semble encercler le bateau. Le skipper, armé, va tenter de tirer sur le requin mais manque son coup. Pour le coup ça fait très Jungle Cruise.

Après ce coup manqué, le skipper nous emmène dans une sorte de hangar de bateau, à l’intérieur. Mais tout ne se passe pas comme prévu et le requin nous poursuit également ! Le bateau réussit à quitter de justesse le hangar alors que le requin venait à peine de réussir à franchir celui-ci. Tout juste !

Après avoir quitté le hangar, le bateau se retrouve dans une zone de quais dotée de cuves qui semblent remplies d’explosifs. Par mégarde, en visant le requin le skipper tire sur l’une des cuves et tout explose et prend feu avec de nombreux effets pyrotechniques.

Vient alors notre affrontement final avec le requin qui par accident va mordre dans un câble électrique défectueux suite à l’explosion et qui va dont l’électrocuter. Sains et saufs, le skipper nous ramène finalement au quai d’embarquement de la visite guidée, en passant une dernière fois devant la carcasse du requin.

J’ai adoré cette attraction ! C’est très vintage, mis ça colle tellement au film ! Les Animatroniques du requin sont assez mal faits, mais c’est comme dans le film à vrai dire ! Je me dis même que les Animatroniques de l’attraction sont limite plus réalistes que la dernière apparition du requin dans le film. Et même si nous ne comprenions rien au speech du skipper, son jeu d’acteur et ses émotions nous ont permis de vivre à fond l’aventure. Tout comme j’adore Jungle Cruise, j’ai totalement été conquis par Jaws dont je n’attendais pas grand-chose. C’est construit en crescendo, nous sommes au cœur de l’action et les effets spéciaux sont sympathiques pour une attraction conçue dans les années 90. Vraiment dommage qu’il n’y ait plus une autre version…

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201584.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3710)
Désolé mon vieux, fallait pas bouffer le câble électrique !

Après cette chouette découverte, nous avons rejoint la seule zone que nous n’avions pas encore arpentée (avec la zone Minions Park que nous avons tous deux volontairement zappés, n’appréciant pas vraiment l’univers de Despicable Me, ni l’attraction simulateur présentée), à savoir la zone pour enfants Universal Wonderland qui reprend plusieurs franchises : Hello Kitty, Snoopy ou encore Sesame Street.

La zone est d’ailleurs constituée en sous-quartiers donc chacun est dédié à un héros spécifique. La zone est très criarde et dotée de peu de végétation. C’est à vrai dire la zone qui nous a le moins convaincue, tout était assez laid, sauf éventuellement la section indoor, le Snoopy Studio. C’est dommage car le reste du parc est vraiment bien exécuté et il est agréable de se promener dans les diverses zones à thème du parc.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201585.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3711)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180159.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3684)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201588.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3714)
Apparemment, Elmo, Hello Kitty et consorts n'ont pas beaucoup de bon goût...

Nous étions venus dans cette zone avec un seul objectif en tête, faire un tour du crédit junior, les autres attractions étant toutes dédiées aux jeunes enfants. Bon, le crédit aussi mais nous voulions notre +1. J’avais repéré ce crédit sur Coaster-count avant notre visite. Néanmoins, à priori, ce crédit ne figurait pas sur le plan du parc.

Dans la zone en question, impossible de le trouver. Nous avons fait les deux sous-quartiers outdoor sans apercevoir le moindre rail de coaster. Un peu déçus, nous avons fait demi-tour. Liesbeth a néanmoins eu la bonne idée d’aller voir si le crédit n’était pas dans le bâtiment Studio Snoopy. Et c’est en effet là que se cachait le junior coaster !

Nous avons attendu une dizaine de minutes pour ce joli petit crédit pour enfants bien thématisé. La théma apportait un petit plus à l’ensemble, c’était appréciable.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180158.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3683)
Le crédit bien caché !

Il ne nous manquait plus qu’un seul crédit : Space Fantasy, le spinning coaster Mack indoor qui était indiqué comme fermé à mon plus grand regret… Toutefois, sur le plan du parc figurait une autre attraction indiquée à la place de celle-ci : Evangelion XR :1.01. Derrière ce nom très étrange se trouvait en fait une rethématisation temporaire de Space Fantasy !

Le coaster était donc bien ouvert, mais sous un nouveau nom et une autre expérience. La moins bonne nouvelle, c’était le temps d’attente : 90 minutes. Et tout ça dans un parc à bœuf couvert. Pas génial mais c’est le seul crédit qui nous manquait au compteur et l’une des attractions qui m’intriguaient le plus dans ce parc.

Après 1h30 d’attente, nous sommes enfin arrivés au quai d’embarquement. Nous avons vite compris pourquoi le temps d’attente était si élevé : l’attraction fonctionnait en VR, et à bord des trains (identiques à Euro-mir), seuls les rangs dans le sens de la marche étaient remplis, soit 2 personnes sur 4 par wagon.

Enervés par cette pratique à la mode de la VR qui ralentit le débit et qui en plus fait disparaître les décors physiques, Liesbeth et moi avons refusé de prendre un casque VR. Mais nous n’avions pas le choix ! Encore une fois, les employés sont très à cheval sur les règles. Liesbeth avait peur d’être malade. Quant à moi, je voulais profiter de l’expérience de base du ride, et non une VR sur une sorte de jeu vidéo post-apocalyptique qui ne m’attirait pas du tout. Nous avons donc pris les casques VR mais ne les avons pas portés. Nous avons dû les garder en mains pendant le ride.

Le coaster est entièrement en indoor et prend place dans l’ancien bâtiment du dark ride ET. Dès lors, les lifts (il y en a plusieurs) et les drops ne sont pas bien hautes mais le parcours a une longueur décente et offre son petit lot de sensations. La surprise, c’était de constater que tous les décors de Space Fantasy étaient en place et visibles, donc excepté une bande son en décalage par rapport à ce qu’on voyait, on a pu profiter de l’expérience de base. Le seul problème, c’est que vu que l’attraction était en VR, le mode spinning était désactivé tout au long du parcours, limitant grandement l’intérêt de l’attraction encore une fois.

C’est donc assez énervés que Liesbeth et moi sommes sortis de cette attraction. Vraiment du gâchis : réduire le débit de moitié et rendre le ride plus insipide en ôtant les rotations libres, c’est vraiment dommage… Sinon, je suis certain que j’aurais vraiment bien apprécié ce ride !

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201568.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3694)
Rendez-nous Space Fantasy !

Les temps d’attente étant assez élevés partout dans le parc, Liesbeth et moi avons décidé de nous rendre dans le Wizarding World à nouveau afin de profiter de l’ambiance d’Hogsmeade. Nous avons arpenté les nombreuses boutiques de la zone, de Honeydukes à Zonko’s en passant par Ollivander. On s’est amusés à chercher la baguette idéale (sans en acheter une en vue du prix prohibitif du souvenir), à essayer une cape de sorcier et à également goûter un met local.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180169.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3719)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201587.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3713)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180168.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3718)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201590.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3716)
Vu les prix pratiqués, c'est dans ces moments-là que je sais ce que ça fait d'être un Weasley...

Pour ma part, grand classique, la Butterbeer en mode Frozen. Je pense être l’un des seuls à apprécier ce breuvage sucré, j’en prends à chaque visite ! Dans la file pour obtenir une Butterbeer, Liesbeth, venait de me rejoindre avec un Churros qu’elle venait d’acheter. En vue de son Churros, nous avons commencé à lâcher des blagues salaces à voix haute, habitués à être entourés de Japonais. Mais derrière nous se trouvaient des Français qui ont du coup bien ri de nos propos. Oups !

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180161.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3686)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180162.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3687)
Liesbeth et son gros Churros qui attire l'attention...

Après avoir savouré nos bières au beurre et churros respectifs, nous avons refait un tour de Forbidden Journey sans trop d’attente. Toujours une très chouette attraction, même si pas forcément idéale juste après avoir dégusté une bière au beurre…

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180157.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3682)
Retour à Hogwarts

La fin de journée approchant, et ayant fait toutes les attractions que nous souhaitions tester, nous avons décidé de refaire l’une de nos attractions préférées de la journée : Hollywood Dream The Ride. L’attraction affichait en mode normal une attente de 50 minutes (et 70 minutes en backwards). Mais qu’importe, nous avions déjà presque tout fait et nous avions encore un peu de temps devant nous, le parc étant encore ouvert en nocturne le soir.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180160.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3685)
Dans la file d'attente, avec nos fiches d'instructions systématiquement distribuées, parce que le ride est "ô combien dangereux" !

Nous avons à nouveau opté pour Taylor Swift pour ce second tour, cette fois-ci installés dans les dernières rangées. L’attraction n’en fut que meilleure, c’est bras levés pendant tout le tour que nous avons pris plaisir à enchaîner les airtimes. Honnêtement, un vrai coup de cœur ce petit coaster B&M !

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201589.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3715)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201586.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3712)
I shake it off, I shake it off!

Une fois sortis de l’attraction, la nuit commençait déjà à tomber et les animations Halloween se mettaient en place. Depuis le début d’après-midi, les diverses mazes du parc étaient déjà accessibles. Néanmoins, Liesbeth ayant horreur de ce genre d’attractions walk-through, nous avons fait l’impasse dessus. Elle m’a laissé l’opportunité d’en faire seul mais j’ai préféré profiter du parc avec elle plutôt que de faire chacun de notre côté, sachant que les files pour les mazes étaient assez importantes. La plupart d’entre elles étaient basées sur un film d’horreur connu, j’aurais bien voulu voir ce que cela donnait. Ce sera pour une autre fois !

Par contre, alors qu’elle n’apprécie pas du tout les mazes, Liesbeth n’est pas forcément contre se balader dans les scares zones, même si elle m’a bien agrippé le bras pendant toute la soirée ! Nous avons donc fait un tour complet du parc de nuit, avec chacune des zones revisitées.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201591.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3717)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180165.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3690)
Hollywood by night (manque plus que les clodos sur le boulevard et on s'y croirait !)

Hollywood faisait la part belle aux clowns. Les acteurs jouaient à fond leur rôle et ont réussi à nous surprendre à plusieurs reprises. Les éclairages dans la zone et les décors rajoutés aidaient à créer une atmosphère assez incroyable, et ce dans tout le parc !

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180167.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3692)
Apparemment Liesbeth ne trouvait ça pas très drôle, allez savoir pourquoi...

La zone New-York était envahie de poupées et autres marionnettes assez effrayantes, mais qui au final invitaient surtout les visiteurs à se joindre à un énorme dancefloor en plein milieu de la zone. C’était très amusant de voir tous les visiteurs se joindre en danser ensemble ! Tout le monde jouait le jeu, Liesbeth et moi avons vraiment bien aimé le concept !

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201592.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3720)
Quelle danse monstrueuse !

Après avoir un peu dansés, nous sommes arrivés dans la zone suivante, San Francisco qui avait pour thème des scientifiques loufoques. C’était très joli dans la théma et les effets.

L’une des meilleures zones était par contre la zone Jurassic Park infestée de zombies qui parcouraient la zone beaucoup plus sombre et végétale que le reste du parc. Nous ne savions pas du tout ce qui nous attendait au coin des allées.

Passant devant Jurassic Park The Ride qui n’affichait que 5 minutes d’attente, j’ai réussi à convaincre Liesbeth de faire l’attraction une seconde fois, dans le noir cette fois-ci. D’abord réticente à l’idée d’être mouillée alors qu’il faisait noir, elle a finalement accepté pour me faire plaisir.

De nuit, ce fut une expérience encore plus immersive et plus effrayante. J’ai vraiment apprécié ce second tour, et ça collait parfaitement avec l’ambiance angoissante qui régnait dans le parc depuis la tombée de la nuit.

Enfin, après être passés par Amity où il n’y avait pas grand-chose, nous avons rejoint Hollywood et avons décidé de quitter le parc. Celui-ci était encore ouvert pour quasiment deux heures, mais nous voulions nous rendre au centre-ville d’Osaka afin de pouvoir visiter le quartier de Dotonbori qui se révèle la nuit avec tous ses éclairages. Le lendemain soir, nous ne passerions pas la soirée sur Osaka, c’était donc maintenant ou jamais.

Nous avons encore fait un rapide crochet par la boutique souvenirs principale du parc dans la zone couverte à l’entrée pour un dernier essayage de chapeaux ridicules, le dernier du séjour déjà !

Puis, nous avons quitté le parc pour rejoindre Dotonbori.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180166.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3691)
Sayonara Universall Studios Japan !

En conclusion, Liesbeth et moi avons de manière générale passé une excellente journée à Universal Osaka.Le parc est un condensé du meilleur d’Universal qui, comparé à ses confrères, n’a pas encore trop d’attractions simulateurs/multimédia dans tous les sens. On a encore de véritables classiques comme Jaws ou Jurassic River, des dark rides de qualité comme Spiderman ou Forbidden Journey et aussi deux gros coasters (dont un que nous n’avons pas appréciés mais qui plaît quand même grandement à la majorité !). Le tour du parc se fait par contre assez rapidement, il manque encore selon moi d’une ou deux zones à thème ou extension de zones. Néanmoins, avec l’arrivée prochaine de SuperMario, cela sera déjà rectifié.

Niveau thématique, excepté la zone pour enfants, le parc est très beau. L’introduction à Hogsmeade avec ce passage dans les bois qui isole la zone du reste du parc est une très bonne entrée en la matière. La zone d’entrée couverte donne beaucoup mieux qu’à Tokyo Disneyland. Le seul problème, c’est qu’Osaka est une ville assez moche pleine de gratte-ciels et autres tours qui encerclent le par cet qui gâchent un peu la vue. Du coup, ça casse un peu l’immersion en ayant par exemple depuis Jurassic park ces bâtiments en arrière-plan…

Le parc est fort américanisé (comme la ville d’Osaka en fait un peu), les gens parlent beaucoup mieux anglais et excepté la langue, je me serais vraiment cru dans un parc Universal américain, là où à Tokyo Disney Resort on se sentait quand même bien au Japon.

Très chouette journée donc, dans ce parc qui pour moi surpasse quand même légèrement l’Universal Studios Hollywood de par son offre plus complète (même si pas de Tram Tour ici), mais n’arrive pas à la cheville d’Orlando. Un parc agréable pour une journée qui s’est pour une fois déroulée sans encombre !

Petit résumé de la journée :

Meilleure attraction : Hollywood Dream The Ride
Moins bonne attraction : Evangelion XR:1.01
Meilleur spectacle : Waterworld
Meilleure zone à thème : The Wizarding World of Harry Potter
Plus grosse surprise : Jaws
Plus grosse déception : The Flying Dinosaur
Avis général : Positif

La suite très prochainement avec notre découverte d’Osaka. A bientôt !

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201593.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3721)
Titre: Re : [Japon 2018] 18 jours au Pays du Soleil Levant
Posté par: bartoshaq le 19 Mai 2020, 09:28:57
sympa ton tr sur universal, j'avais entendu dire un peu de mal sur ce parc mais finalement il me semble aussi au dessus du parc californien.

Je continue à suivre vos aventures qui donne bien envie surtout par ces temps de confinement.
Titre: [Japon 2018] 18 jours au Pays du Soleil Levant
Posté par: Dim7303 le 19 Mai 2020, 17:12:32
Enfin j'ai rattrapé mon retard.

Tout comme Bartoshaq je suis surpris par vos avis positifs sur ce parc alors que les avis sont mitigés.
En tout cas ce TR va tout de même mieux qu'au début  :D
Titre: Re : [Japon 2018] 18 jours au Pays du Soleil Levant
Posté par: McFly le 20 Mai 2020, 19:38:12
Perso Flying Dinosaur m'attire beaucoup! Pour ce qui est des pretzel loops, est-ce que ceux de Flying Dinosaur sont plus intenses que ceux des autres flying B&M ou ça revient au même? En tout cas j'avais bien apprécié celui de Superman à Great Adventure.

Le reste du parc à aussi l'air alléchant, entre les exclusivités comme Hollywood Dream ou Space Fantasy (qui il me semble est retourné en mode normal depuis) et la possibilité de faire des attractions désormais disparues dans les autres parcs Universal comme Jaws ou Backdraft.
Titre: Re : [Japon 2018] 18 jours au Pays du Soleil Levant
Posté par: Yoshiii le 21 Mai 2020, 11:48:59
Merci à tous les trois pour votre réaction ;)

Oui, dans l'ensemble j'ai été très agréablement surpris du parc ! J'avais pourtant un certain niveau d'attente, mais en deçà des Universal américains. Et au final, aucune déception :) !

Perso Flying Dinosaur m'attire beaucoup! Pour ce qui est des pretzel loops, est-ce que ceux de Flying Dinosaur sont plus intenses que ceux des autres flying B&M ou ça revient au même? En tout cas j'avais bien apprécié celui de Superman à Great Adventure.

Si tu as apprécié sur le Superman de Great Adventure, tu devrais beaucoup aimer Flying Dinosaur. Parfois j'ai l'impression d'être l'un des rares à ne pas apprécier les Pretzel Loops, dès lors ne te fie pas forcément à mon retour. C'est juste moi ou est-ce que d'autres parmi vous ont aussi une aversion pour ces Pretzels Loops haha ?
Titre: Re : [Japon 2018] 18 jours au Pays du Soleil Levant
Posté par: stephcoaster le 22 Mai 2020, 22:19:33
Il est super intéressant ton TR, merci beaucoup !
Je viens quasiment de tout lire (j'essaye de ne pas trop me spoilé non plus, surtout pour Universal et Disney Sea), et ça donne vraiment envie de visiter ce beau pays !

J'ai aussi entendu de beau louange pour le Flying Dinosaur, que c'est le must du parc, ...ton avis m'a un peu refroidit, j'espère apprécier les pretzel loop sur les flying !
Titre: Re : [Japon 2018] 18 jours au Pays du Soleil Levant
Posté par: Yoshiii le 23 Mai 2020, 12:48:00
Merci pour ton retour ;)

J'ai aussi entendu de beau louange pour le Flying Dinosaur, que c'est le must du parc, ...ton avis m'a un peu refroidit, j'espère apprécier les pretzel loop sur les flying !

Ça reste mon avis personnel bien évidemment et je suis clairement dans la minorité. La plupart des gens aiment beaucoup les sensations procurées par les Pretzels Loops ;)

La suite arrive très vite !
Titre: Re : [Japon 2018] 18 jours au Pays du Soleil Levant
Posté par: Yoshiii le 29 Mai 2020, 12:40:43
Chapitre 10 : Osaka

Après avoir quitté Universal Studios Japan, Liesbeth et moi avons directement repris le JR Loop afin de rejoindre le centre-ville d’Osaka. Nous voulions en effet pouvoir découvrir Osaka de nuit, et plus particulièrement le quartier de Dotonbori qui se révèle principalement lorsque la nuit tombe.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180170.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3728)
Dotonbori qui se réveille la nuit tombée !

Une fois arrivés dans le centre-ville, nous avons d’abord décidé de nous arrêter dans un petit restaurant en bordure de Dotonbori afin de commander quelque chose. Nous n’avions toujours rien mangé depuis les pizzas hasardeuses d’Universal Studios Japan. Nous avons à nouveau tous deux opté pour un ramen. Pas le meilleur du séjour mais pas le plus mauvais non plus !

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201599.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3727)
Le menu du soir, bonsoir...

Ensuite, nous sommes arrivés dans l’artère principale qui constitue Dotonbori : une rue commerçante piétonne qui regorge de boutiques, restaurants, casinos et autres divertissements. Les divers bâtiments sont décorés de manière très kitschs avec d’imposantes figures en résine, des néons, des lanternes, des affiches publicitaires, bref, c’est très criard mais ça a son charme au final. Ça donne un peu un petit sentiment de Time Square japonais mais en plus petit et en plus fouillis.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201597.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3725)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201598.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3726)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201596.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3724)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201595.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3723)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201594.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3722)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180172.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3730)
Aussi kitsch que de la théma de parc allemand !

Nous avons passé la soirée à arpenter les différentes boutiques dont certaines avec des décors bien étranges, ainsi que des produits et marques qui nous étaient généralement totalement inconnus et parfois assez étranges. On s’est bien amusés à découvrir tout cela et à observer également les façades originales des enseignes.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180171.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3729)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201601.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3732)
Quelqu'un intéressé par cette crème colon ?

Finalement, après une bonne heure passée à Dotonbori, nous avons repris la JR Loop Line pour rejoindre notre hôtel.

Le lendemain matin, nous avons procédé au check-out de notre auberge tout en laissant nos bagages à la réception. Ensuite, nous nous sommes rendus dans la ville pour y passer encore une journée et découvrir ce qu’elle avait à nous offrir.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180183.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3748)
Petit aperçu d'un salon de l'auberge de jeunesse

En ce jour, Mathilde célébrait depuis la Belgique son anniversaire. Nous avons décidé de lui égayer sa journée en lui envoyant diverses vidéos de nos péripéties qui allaient nous arriver en ce jour, afin qu’elle partage un peu avec nous notre voyage, comme si elle était un peu parmi nous en fait. Pour rappel, elle était censée nous accompagner au Japon mais n’avait pas su nous suivre car elle ne bénéficiait pas de suffisamment de jours de congés.

Nous avons repris la JR Loop Line (très pratique pour circuler dans la ville) afin de retourner dans le centre-ville. Petit instant vidéo pour Mathilde, notamment pour lui montrer les gares japonaises extrêmement bruyantes ; en effet, à l’arrivée de chaque train, une musique très forte retentit de manière répétitive pendant trente bonnes secondes et ce à chaque quai qui voit un train arriver. L’ensemble est très cacophonique !

Nous nous sommes alors rendus dans un sanctuaire situé en centre-ville. Il s’agissait de l’un des plus vieux sanctuaires d’Osaka, datant de plusieurs siècles. J'en ai toutefois oublié le nom...

Nous avons pris plaisir à nous balader dans ce sanctuaire qui néanmoins avait moins de charme que ceux visités auparavant : celui-ci était encerclé par divers bâtiments de la ville et était beaucoup plus urbain que les havres de paix que nous avions déjà pu visiter quelques jours plus tôt. Nouvelle séquence vidéo pour Mathilde où on lui a expliqué un peu les coutumes des Japonais dans les temples. Liesbeth a ici aussi obtenu une nouvelle calligraphie pour son carnet.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180173.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3734)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201602.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3733)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201603.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3736)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180174.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3735)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201600.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3731)
Celui-dont-On-a-oublié-le-Nom

Ensuite, nous avons repris notre chemin pour rejoindre le château d’Osaka et son parc. Pour y arriver, nous avons marché une quinzaine de minutes en enjambant notamment une large rivière, avec en fond de vue les nombreux gratte-ciels de la ville.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180175.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3737)
Osaka est une ville très moderne

Arrivés sur place, nous avons d’abord pris le temps de nous balader dans le parc qui offrait une belle vue sur le château en hauteur.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180176.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3738)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180177.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3739)
Oh, j'ai cru voir un bout de château !

Puis, nous avons rejoint le château et avons admiré celui-ci de plus près. L'accès au pied du château était gratuit (contrairement à de nombreux autres temples/palais/châteaux). A nouveau, nous avons enregistré une petite vidéo pour Mathilde, puis nous nous sommes posés un instant sur un muret pour profiter de l’instant présent. Nous n’avons cependant pas visité l’intérieur du château dont l’entrée était payante. Cela ne nous intéressait pas forcément plus que ça.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180178.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3740)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201604.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3742)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180179.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3741)
Premier château que l'on voyait de près... Bah oui, c'était le premier gratuit !

Liesbeth et moi avons alors décidé de rejoindre à nouveau le centre-ville (le château étant un peu excentré) afin de découvrir les Tenjinbashi-suji Shopping Streets, les plus longues rues commerçantes couvertes du Japon. Les rues sont en effet couvertes par des arcades en verre, permettant de toujours être protégés des intempéries.

Les rues ne sont pas particulièrement belles ou intéressantes. Au départ, quelques commerces intéressants qui, au plus on progresse dans la rue, laissent place à des petites échoppes délabrées. Très vite, les galeries deviennent de moins en moins attractives, avec des magasins sales, délaissés ou carrément abandonnés !

Notons au passage la forte présence de casinos dans ces rues. Les casinos sont principalement une succession de machines à sous et l’ensemble est extrêmement bruyant et criard. Ce fut un choc lorsque l’on a pénétré dans l’un d’eux. Directement nous avons sortis le smartphone pour filmer cela et montrer ce que ça donnait à Mathilde.

Nous sommes revenus dans les premiers commerces afin de trouver un endroit où prendre un lunch. Nous avons tenté la restauration rapide locale en mangeant dans un Yoshinoya, une chaîne de restaurants que l’on retrouve un peu partout dans le pays. Mais ici, pas de burgers ou pizzas, seulement des plats japonais ! Nous ne comprenions pas vraiment le menu et avons tous deux commandé des plats un peu au hasard. Je me suis retrouvé avec du riz au poulet et Liesbeth une grande assiette de légumes. J’ai trouvé ça correct et le prix était plus que raisonnable. Liesbeth a de son côté un peu moins apprécié son plat mais était satisfaite que cela ne nous avait pas coûté grand-chose.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201605.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3745)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180181.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3744)
Premier "Fastfood" japonais du séjour !

Ensuite, nous sommes encore passés par un grand supermarché afin de montrer à Mathilde à quoi cela ressemblait. Encore une fois, c’est un réel divertissement en soi ! Quoique celui-ci était moins criard que les autres. Au passage, il faut aussi savoir que les supermarchés japonais sont étrangement dominés par les produits cosmétiques. Il y a au final plus de rayons de cosmétiques de d’alimentation. Ça nous avait assez choqués sur le moment même mais nous en avons finalement pris l’habitude.

Nous avons ensuite du presser le pas. En effet, nous devions nous rendre à Kumano Kodo, sanctuaire en pleine forêt situé à 5 heures de train d’Osaka. Kumano Kodo était peut-être le site que nous voulions le plus visiter en nous ne voulions pas passer à côté.

Zone très reculée et difficilement accessible en transports en communs, il y avait très peu de logements à disposition dans la région. Nous avions réservé un logement de style AirBNB au sein d’une famille japonaise. Néanmoins, nous devions absolument arriver avant 22h, règles de la maison. Ayant encore 5 heures de trajet avec pas mal de trains et changements, nous avions un programme très millimétré et nous ne pouvions pas nous permettre de rater la moindre correspondance.

Nous sommes donc rapidement retournés à notre auberge récupérer nos bagages pour rejoindre la station JR Loop Line et rejoindre l’une des gares de la ville. Néanmoins, une fois arrivés à notre station de JR Loop Line, un problème sur la voie annonçait que les trains ne circulaient que dans un seul sens de la Loop. Pas possible pour nous de faire tout le tour de la ville alors que nous devions descendre à la première station dans le sens opposé. Nous avions un train à prendre que nous ne pouvions pas manquer….

Liesbeth et moi avons dès lors décidé de rejoindre la gare à pied depuis notre station JR Loop Line. D’après Maps, 30 minutes à pied, c’était faisable, mais notre train était dans 35 minutes, il ne fallait donc pas traîner, sachant que nous ne savions pas à quoi ressemblait la gare ni où se trouvait notre quai.

Nous avons donc poussé un sprint avec nos valises jusqu’à la gare. C’était très éprouvant et nous étions très stressés. Nous avons sué de tout notre corps pour finalement arriver 8 minutes à l’avance à la gare ? Ouf !

Toutefois, notre poisse nous poursuivant au cours de ce voyage, nous avons constaté en arrivant que la plupart des panneaux indiquaient des choses en rouge. Tout étant en japonais, impossible de comprendre. Nous avons réussi à deviner le train que nous devions prendre qui était également en rouge.

La gare était dotée d’un kiosque d’informations. Nous nous y sommes rendus mais parmi la dizaine d’employés derrière le kiosque, aucun ne maîtrisait la langue de Shakespeare. Vite fait, ils nous ont racontés que le train était annulé. Nous étions extrêmement déçus : nous ne pourrions pas aller à Kumano Kodo comme prévu…

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180180.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3743)
On a pris un abonnement à la poisse ou quoi ?

Nous nous sommes rendus devant une supérette qui offrait du WiFi gratuit et nous avons analysé nos options. Impossible d’arriver plus tard, l’hôte ne voulant pas nous accueillir et de toute façon, nous n’arriverions peut-être jamais à destinations, ne pouvant plus prendre nos correspondances à temps.

Nous avons décidé assez rapidement de finalement nous rendre à Nara, l’ancienne capitale du Japon située non loin d’Osaka en train. Via Booking, j’ai rapidement trouvé un logement pour pas trop cher que j’ai immédiatement réservé.

Par contre, le logement de Kumano Kodo était non remboursable sauf circonstances exceptionnelles et nous avait coûté assez cher. Nous voulions pouvoir avoir une justification concernant le train annulé de la part de la gare. En utilisant Google Translate, nous avons composé un message que nous avons montré au kiosque d’informations. Ils ne semblaient rien comprendre au message et s’obstinaient à nous dire des choses en japonais. Nous avons tenté le plus simplement de nous faire comprendre, avec des mots très basiques en anglais comme « proof », « document », « paper » mais rien n’y faisait. Heureusement, un jeune employé, assez isolé par rapport aux autres, a fini par comprendre le mot « paper » et nous a remis un petit papier justificatif quant à l’annulation du train. Pas toujours évident !

Nous avons donc pris un autre train, direct cette fois-ci, mais extrêmement bondé pour rejoindre Nara. Deux heures de train passés debout serrés comme des sardines, on a connu plus agréable. Dans la dernière demi-heure, Liesbeth et moi avons fini par nous asseoir par terre, exténués. Les Japonais nous regardaient étrangement en rigolant, apparemment ça devait être assez étrange pour eux de voir des gens assis par terre dans les transports publics.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180182.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3747)
Ça va être marrant jusque Nara ça...

C’est exténués que nous sommes arrivés à Nara. Après plusieurs vidéos encore pour Mathilde, lui expliquant nos péripéties du jour, nous avons rejoint notre logement et sommes allés nous reposer.

Pour conclure, Osaka n’aura pas été un coup de cœur. La ville est beaucoup moins charmante que d’autres villes japonaises. C’est plus moderne, plus industrialisé aussi, et il y a moins de patrimoine à découvrir. La ville est beaucoup plus occidentalisée dans l’ensemble (seule ville où les gens serraient à droite en marchant ou dans les escalators alors que d’accoutumée c’est à gauche) et fort polluée, ça se sentait dans l’air environnant.

A refaire, nous aurions skippé Osaka de notre programme. Certes, Universal Studios Japan est un très bon par cet vaut le détour, mais nous n’aurions pas dû passer la deuxième journée à visiter Osaka. On aurait tous deux préféré avoir eu un jour de plus à Kyoto par exemple. Ou prendre un train bien plus tôt pour nous rendre à Kumano Kodo !

La suite arrive très vite, avec au programme une visite improvisée de Nara !

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201606.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3746)
Titre: Re : [Japon 2018] 18 jours au Pays du Soleil Levant
Posté par: Arthuro68 le 29 Mai 2020, 12:53:49
Il est temps pour moi de dire un petit mot, j'adore tes TR !
Bien raconté, les photos nickel, etc... un vrai plaisir (j'ai tout lu sur ton blog !)

Sinon le Japon me surprendra toujours, le contraste entre le WTF et le traditionnel est juste génial !
Titre: [Japon 2018] 18 jours au Pays du Soleil Levant
Posté par: Dim7303 le 29 Mai 2020, 15:57:35
Oh punaise, quand ça veut pas, ça veut vraiment pas !
J'imagine la déception d'avoir sué pour arriver à avoir votre train qui finalement est annulé.  >:(

Est-ce que du coup vous avez acheté quelques conneries avec des têtes de gens étrange dessus histoire de voir ce que c'est ?  :D
On sent vraiment un autre style d'humour et de merchandising par rapport à chez nous  ???
Titre: Re : [Japon 2018] 18 jours au Pays du Soleil Levant
Posté par: Yoshiii le 30 Mai 2020, 00:24:17
Il est temps pour moi de dire un petit mot, j'adore tes TR !
Bien raconté, les photos nickel, etc... un vrai plaisir (j'ai tout lu sur ton blog !)

Sinon le Japon me surprendra toujours, le contraste entre le WTF et le traditionnel est juste génial !

Merci pour ton mot et merci d'avoir lu mon blog, ça fait vraiment plaisir ;)

Oh punaise, quand ça veut pas, ça veut vraiment pas !
J'imagine la déception d'avoir sué pour arriver à avoir votre train qui finalement est annulé.  >:(

Est-ce que du coup vous avez acheté quelques conneries avec des têtes de gens étrange dessus histoire de voir ce que c'est ?  :D
On sent vraiment un autre style d'humour et de merchandising par rapport à chez nous  ???

C'était peut-être notre plus grosse déception du séjour mais au final, cela nous aura permis de découvrir une ville incroyable (sans trop teaser la suite ^^)

Non, on a tenté quelques snacks locaux comme les Kit Kat ou Mikado au Matcha ou autre drôles de bonbons mais pas ceux avec les têtes bizarres dessus haha, ça ne donnait pas trop envie :p
Titre: Re : [Japon 2018] 18 jours au Pays du Soleil Levant
Posté par: bartoshaq le 02 Juin 2020, 16:13:58
C'est pas possible de cumuler autant de poisse sur la même journée :)

En tout cas vous arrivez bien vous en sortir finalement, après sur un voyage il faut faire gaffe au planning serré surtout dans un pays ou on a du mal à comprendre et à se faire comprendre.

Hâte de lire la suite ;)
Titre: Re : [Japon 2018] 18 jours au Pays du Soleil Levant
Posté par: Yoshiii le 02 Juin 2020, 22:09:19
C'est pas possible de cumuler autant de poisse sur la même journée :)

En tout cas vous arrivez bien vous en sortir finalement, après sur un voyage il faut faire gaffe au planning serré surtout dans un pays ou on a du mal à comprendre et à se faire comprendre.

C'est sur que notre karma ne semblait pas très bon pendant le séjour mais au final, on en rigole plus qu'autre chose aujourd'hui et on a toujours su s'adapter :)

Pour Kumano Kodo, c'était le seul créneau que nous avions : partir plus tôt nous aurait empêchés de visiter Osaka (il n'y avait que très peu de trains par jour pour s'y rendre). Nous n'aurions pas pu prévoir autrement.

La suite arrive très bientôt !
Titre: Re : [Japon 2018] 18 jours au Pays du Soleil Levant
Posté par: Yoshiii le 07 Juin 2020, 14:08:08
Chapitre 11 : Nara

Liesbeth et moi sommes arrivés en soirée à Nara, l'ancienne capitale du Japon. A la gare, nous avons été accueillis par une étrange statue de très bon goût, comme souvent au Japon, évoquant les fameux daims qui peuplent la ville et y vivent en toute quiétude.

Nous nous sommes rendus à pied jusqu'à notre logement, le Mini-Inn Nara, situé à une vingtaine de minutes de marche de la gare de la ville. La nuit était déjà tombée et nous ne nous sommes pas éternisés, pressant le pas pour rapidement pouvoir se reposer dans notre logement.

Le Mini-Inn Nara était une sorte de maison d'hôte avec des parties communes et plusieurs chambres. Nous avions la chambre du rez-de-chaussée, juste à côté du salon et de la cuisine. La chambre et la salle de bains privée étaient correctes quoiqu'un peu petites. Les communs étaient très propres et nous étions les seuls à cette heure tardive à y prendre un repas rapide. Nous n'avons d'ailleurs pas vu âme qui vive outre nous-même pendant nos deux nuits passées dans ce logement.

Le lendemain matin, après une nuit de sommeil réparatrice, Liesbeth et moi nous sommes réveillés en forme à l'idée de découvrir une ville qui de base n'était pas sur notre planning. Nous avons rapidement parcouru mon guide touristique pour essayer de cibler ce qui nous intéresserait.

La plupart des activités qui nous intéressaient se trouvaient dans le grand parc de Nara, une grande étendue forestière dans laquelle se trouvent de nombreux temples et sanctuaires. C'est aussi là que l'on peut croiser le nombreux daims en libertés.

En parlant de daims, dès notre arrivée au parc, nous sommes tombés sur quelques uns d'entre eux qui vaquaient tranquillement à leurs occupations. Liesbeth et moi étions enchantés ! Contrairement aux daims sauvages en Europe, les daims de Nara semblent semi-apprivoisés. Enfin, disons plutôt qu'ils soient habitués à la présence des Hommes. Ils n'étaient pas du tout craintifs et se laissaient approcher très facilement, voire caresser si nous leur fournissions de la nourriture.

Liesbeth et moi avons arrachés quelques feuilles d'un arbre et les daims semblaient très intéressés des branches que nous avions en mains. Très vite, ceux-ci sont venus manger les feuilles et se sont laissés caresser. C'était très amusant, nous nous extasiions sans cesse devant eux !

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180186.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3754)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180184.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3752)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180185.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3753)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180188.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3756)
Oooh des bambis partout !

Après avoir passé un bon moment avec eux, nous avons poursuivi dans le parc et avons continué à en croiser de plus en plus ! Certains vendeurs déambulants vendaient des graines et biscuits pour pouvoir les nourrir. Mais c'est une fausse bonne idée. Dès que les daims constatent qu'un vendeur vient de vendre ses denrées à un touriste, ceux-ci se jettent dessus et ça devient peu agréable pour le touriste qui se sent très oppressé par ces animaux avides de nourriture. En plus de coûter de l'argent, ça reste une nourriture qui n'est pas forcément naturelle pour le régime alimentaire des daims. Je vous conseille plutôt de faire comme Liesbeth et moi et de leur proposer des feuilles d'arbres qui leur sont de base inaccessibles. Ils refuserons de manger certaines et dévoreront goulûment d'autres.

Les daims sont toutefois très respectés dans ce parc : les voitures s'arrêtent pour les laisser traverser, ils gambadent vraiment partout où ils le désirent et personne ne les chasse. Ce sont en effet des animaux sacrés de Nara. Il était très amusant de voir par exemple des daims patienter à hauteur d'un passage pour piétons avant de traverser !

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180187.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3755)
Même les daims empruntent les passages pour piétons ici !

Nous avons ensuite poursuivi notre promenade dans le parc de Nara et sommes passés devant plusieurs temples éparpillés dans les zones boisées. Le premier temple que nous avons croisé est le temple Kofukuji, qui a été en grande partie détruit et dont il ne reste plus que quelques édifices comme une pagode (la deuxième plus haute du Japon !) ou un pavillon octogonal (Nanen-do).

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180189.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3757)
Le pavillon Nanen-do

D'autres zones étaient plus dégagées, offrant de vastes plaines encore une fois parsemées de daims en train de brouter de l'herbe ou de poursuivre les touristes ayant acheté des biscuits !

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180191.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3759)
Encore des bambis partout !

Nous sommes alors arrivés devant un temple très imposant qui se distinguait de tous les autres par sa taille beaucoup plus impressionnante : le Temple Todaiji de Nara. Il s'agit d'un bâtiment faisant partie du patrimoine mondial de l'UNESCO. L'accès au temple et ses environs était payant et nous avons du nous acquitter d'une dizaine d'euros pour payer notre ticket d'admission.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180192.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3760)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180190.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3758)
Prêts pour un temple qui bat tous les records ?

Le temple était encerclé de murailles. En son centre, un imposant bâtiment de bois appelé Daibutsu-den, la pièce maîtresse du site, abritant notamment la plus grande statue de bronze de Bouddha au monde ! Le Daibutsu-den est d'ailleurs le plus grand bâtiment de bois du monde. De sacrés records !

Devant le Daibutsu-den se trouvait une large étendue de pelouse sur laquelle étaient déployées plusieurs centaines de chaises. Un événement semblait être en préparation devant l'imposante bâtisse de bois.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180195.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3763)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180193.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3761)
Le plus grand bâtiment en bois au monde

Nous nous sommes promené dans cette grande étendue avant de nous diriger vers le Daibutsu-den.

En pénétrant dans le temple de bois, nous sommes directement tombés en face à face avec le Daibutsu, la statue géante de bronze de Bouddha, assis sur une fleur de lotus géante également en bronze.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180194.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3762)
Monsieur Daibutsu, le Bouddha géant des lieux

La statue de 15 mètres de haut est colossale. Elle est très joliment présentée, avec une magnifique structure dorée en arrière plan qui la met en valeur. De part et d'autre du Daibutsu se trouvent deux autres statues de taille moindre mais néanmoins individuellement relativement impressionnantes elles aussi.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180196.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3765)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180198.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3766)
Le derrière de Bouddha

Nous avons alors fait le tour du temple, en partant par la gauche et en s'approchant de l'une des statues proches du Bouddha géant.

L'intérieur du temple de bois est magnifique. La structure est très intéressante à observer.

Ensuite, nous sommes tombés sur une colonne dans laquelle se trouvait un trou à hauteur du sol. Ce trou, supposé être de la taille d'une des narines du Daibutsu, offrait à celui qui arriverait à passer à travers bonheur éternel !

Liesbeth et moi avons voulu tenter le coup ! De nombreux enfants attendaient les uns derrière les autres pour passer dans le trou. Pour eux, c'était très facile. Pour les adultes, c'était une autre paire de jambes ! Liesbeth est passée la première. Elle a eu un peu de mal, mais a pu traverser tout de même sans trop de soucis le trou. Quant à moi, j'ai eu beaucoup de mal. Mais j'y suis également parvenu ! Ce qui ne fut pas le cas d'autres touristes plus volumineux que nous.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180200.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3768)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180199.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3767)
C'est bon, j'ai pas abusé de trop de ramens, ça passe encore !

J'ai beaucoup aimé cette petite pratique qui était expliquée dans mon guide. Sans celui-ci, nous n'aurions jamais vraiment porté attention à ce trou. D'ailleurs, rien n'indiquait la nature de ce trou dans le poteau de bois. Comme quoi, un guide ça peut s'avérer bien utile !

Une autre particularité du temple était la statue située à droite du Daibutsu. Si l'on était suffisamment respectueux envers elle, on pouvait lui adresse un voeu qui allait s'exaucer. Liesbeth et moi nous sommes donc inclinés devant la statue et avons tous deux fait un voeu. Il faut croire que je n'ai pas été assez respectueux ce jour-là car mon voeu ne s'est pas exaucé...

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180197.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3764)
Il n'avait pas envie de m'accorder mon souhait vraisemblablement...

Nous avons alors encore passé un moment à admirer le Bouddha géant avant de quitter le temple. En partant, Liesbeth a bien évidemment été obtenir une nouvelle calligraphie pour son carnet !

Midi étant déjà passé, Liesbeth et moi commencions à avoir faim. Nous avons trouvé un petit restaurant situé dans le parc conseillé par mon guide. Il s'agissait d'un tout petit établissement, avec peu de personnes à l'intérieur (et d'ailleurs peu de places disponibles). Le cadre était très rustique. Nous avons commandé un curry qui fut ma foi très bon et pour un prix plus que démocratique.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180201.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3769)
Le plat du jour !

Rassasiés comme il se doit, nous avons alors poursuivi notre balade dans le parc. Nous sommes arrivés à hauteur d'un nouveau temple situé en hauteur et accessible par un large escalier. Le temple en question est le Kasuga Taisha, un sanctuaire shinto vieux de 1300 ans.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180203.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3771)
Liesbeth qui se purifie avant d'accéder à ce nouveau sanctuaire

A nouveau, nous avons croisé des daims dans les parages et avons pris le temps de les observer à notre aise.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180202.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3770)
Ils sont partouuuut !

Puis, nous avons arpenté ce temple plus en hauteur. Le temple était bordé de ces nombreuses lanternes de pierres. Nous avons pris le temps de déambuler à notre aise dans le sanctuaire.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180204.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3772)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180207.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3775)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180206.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3774)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180205.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3773)
Un peu de hauteur pour ce nouveau temple

Nous sommes ensuite tombés un peu par hasard sur un bâtiment de bois aménagé en un salon de thé gratuit. En effet, des tasses, de l'eau chaude et des sachets de thés étaient gratuitement à la disposition des touristes. Nous avons donc chacun pris un thé et nous sommes installés sur les tables basses typiques afin d'y faire une pause et de boire tranquillement notre boisson chaude.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180209.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3777)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180208.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3776)
C'est l'instant thé !

Nous sommes alors ressortis et nous nous sommes avancés un peu plus dans la forêt de Nara qui devenait de plus en plus dense. Nous sommes arrivés au sanctuaire Wakamiya, perdu en pleine forêt et surtout réputé pour toutes ses lanternes.

En effet, le sanctuaire Wakamiya est bordé de lanternes de pierres qui les soirs sont illuminées. Ce sanctuaire, qui fait partie de l'ensemble de Kasuga Taisha, est réputé pour les illuminations de ce centaines de lanternes qui ont lieu périodiquement lors de festivals.

D'ailleurs, lord de notre visite, les lanternes étaient en train d'être recouvertes de fins films de papier, sûrement en préparation d'une nouvelle illumination à laquelle nous n'avons malheureusement pas pu assister.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180211.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3779)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180212.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3780)
Les fameuses lanternes de Kasuga Taisha

L'ensemble du sanctuaire de Kasuga Taisha et ses temples environnants font eux aussi partie du patrimoine mondial de l'UNESCO.

Nous étions également en bordure de la forêt Kasugayama, une forêt spirituelle entourant le mont Kasuga qui lui aussi est considéré comme un lieu sacré dans la culture japonaise.

Nous avons poursuivi notre promenade au bord de la forêt Kasugayama et avons rejoint un autre petit sanctuaire, le sanctuaire Kinryu, lui aussi dans la continuité de Kasuga Taisha et bordé de centaines de lanternes de pierre.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180219.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3787)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180217.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3785)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180218.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3786)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180210.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3778)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180213.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3781)
Limite, il y a plus de lanternes que d'arbres dans cette forêt sacrée

Sur le chemin, encore des daims, dont un cerf qui semblait bien protecteur et plus hostile que ses comparses !

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180215.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3783)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180214.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3782)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180216.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3784)
Gare au mâle !

Liesbeth et moi sommes alors redescendus vers Ukimi-do Hall, un plan d'eau chevauché par un pont et un kiosque. C'était un très bel endroit, un cadre serein et très romantique qui d'ailleurs était utilisé par un couple japonais en train d'y faire leurs photos de mariage.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180221.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3789)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180222.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3790)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180220.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3788)
Romantique, n'est-il pas ?

Après avoir marché le long du lac, Liesbeth et moi sommes revenus à l'entrée du parc de Nara et avons décidé de rejoindre le centre-ville en cette fin d'après-midi.

Le centre-ville de Nara est beaucoup moins intéressant que le parc de Nara, sa forêt et ses temples. Ici, pas d'architecture remarquable, pas de daims, pas de lanternes de pierre. Le centre-ville est assez petit et la ville est de taille très modeste pour une ancienne capitale (après, il faut avouer que c'était il y a fort longtemps que la ville était la capitale de l'Empire japonais).

Nous avons un peu déambulé dans les ruelles et avons acheté une petite pâtisserie typiquement japonaise dans une petite échoppe. Ce n'était pas mauvais, mais pas extraordinaire non plus.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180224.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3792)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180223.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3791)
Centre-ville et sucreries

Ensuite, Liesbeth et moi sommes allés visiter (gratuitement), une maison typiquement japonaise. C'était une courte visite assez intéressante. A l'entrée, nous avons été priés d'enlever nos chaussures. Nous avons pu visiter les diverses pièces et le petit jardin.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180226.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3794)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180225.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3793)
Pas de télé ? Ni console de jeux ? Pas sûr que ce soit une maison japonaise ça !

Enfin, pour clore la journée, nous avions réservé une table dans un restaurant spécialisé en Okonomiyakis. Il s'agit d'un plat typique japonais que Mathilde nous avait grandement conseillés !

Installés à une table sur laquelle se trouvait au centre une grande plaque de cuisson, Liesbeth et moi avons été accueillis par notre propre cuisinier qui a composé devant nous nos Okonomiyakis, qui sont en fait une sorte de grosse omelette avec nouilles, protéines et autres condiments au choix. Le fait que le cuisinier réalise le plat devant nos yeux était vraiment très divertissant et rajoutait une touche en plus à notre repas !

Les Okonomiyakis se sont révélés très appétissants mais très bourratifs. Nous avons eu tous les deux beaucoup de mal à terminer notre assiette. L'addition était ici un peu plus salée : nous avons chacun payé une trentaine d'euros pour notre assiette.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180227.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3795)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180228.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3796)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180229.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3797)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180230.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3798)
Le décile du soir, un véritable spectacle !

C'est donc bien repus que nous sommes retournés au Mini-Inn Nara pour notre seconde nuit avant de rejoindre le lendemain matin la réelle capitale du pays : Tokyo !

Nara fut vraiment un coup de coeur surprise ! De base, nous n'avions pas prévu de visiter la ville. Et cela aurait été une grave erreur ! Le parc de Nara regorge de sites classés au patrimoine mondial de l'UNESCO. C'est un véritable petit écrin de verdure, avec une atmosphère spirituelle et animée par les nombreux daims qui peuplent les lieux. Un véritable incontournable lors d'une visite au Japon !

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180231.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3799)

La suite avec Tokyo et le dernier parc d'attractions du séjour très bientôt !
Titre: Re : [Japon 2018] 18 jours au Pays du Soleil Levant
Posté par: LMP71 le 07 Juin 2020, 14:33:57
Toujours aussi sympas ton Tr, un vrai voyage, comme d'habitude. C'est drôle ici pas de building que de la verdure, ça change un peu. Nara c'est bien cette ville qui a accueillis Nara Dreamland le Disneyland qui n’a jamais été un Disneyland ?
Titre: Re : [Japon 2018] 18 jours au Pays du Soleil Levant
Posté par: Yoshiii le 08 Juin 2020, 00:39:51
Toujours aussi sympas ton Tr, un vrai voyage, comme d'habitude. C'est drôle ici pas de building que de la verdure, ça change un peu.

Merci à toi :) !

Beaucoup de verdure du côté du parc et de la forêt mais Nara dispose aussi d'un centre-ville avec pleins de buildings, c'est juste beaucoup moins intéressant :p (et beaucoup moins dense que les centres-villes de Kyoto ou d'Osaka !).

Nara c'est bien cette ville qui a accueillis Nara Dreamland le Disneyland qui n’a jamais été un Disneyland ?

Oui c'est ça ! D'ailleurs, nous voulions aller voir le parc d'attractions à l'abandon mais j'ai découvert qu'il avait été totalement détruit en 2017 :/
Titre: Re : [Japon 2018] 18 jours au Pays du Soleil Levant
Posté par: bartoshaq le 08 Juin 2020, 11:20:38
Dommage pour nara dreamland j'aimerais bien un jour visiter un parc abandonnée, avec un  peu de brouillard pour une bonne ambiance halloween  :D

Alors tout le monde veut savoir c'était quoi ton voeu qui ne s'est pas réalisé ? Un retour à Fuji Q Highland ???  :P
Titre: Re : [Japon 2018] 18 jours au Pays du Soleil Levant
Posté par: LMP71 le 08 Juin 2020, 19:34:44
Citer
Dommage pour nara dreamland j'aimerais bien un jour visiter un parc abandonnée, avec un  peu de brouillard pour une bonne ambiance halloween

WRA est bien pour ça, pour octobre quand la brume persiste toute la mâtiné sur le parc ;D
Titre: [Japon 2018] 18 jours au Pays du Soleil Levant
Posté par: Dim7303 le 09 Juin 2020, 11:00:01
Oh trop de la chance tout plein de Bambi !
C'était encore une chouette partie, finalement c'était un mal pour un bien ce problème de train.
Titre: Re : [Japon 2018] 18 jours au Pays du Soleil Levant
Posté par: gouzou le 09 Juin 2020, 21:21:53
Je viens de rattraper le retard que j'avais pris dans la lecture de tes TR. Je m'étais arrêté à Kyoto et je voulais prendre le temps de les regarder sur un ordinateur et non sur mon smartphone dans le métro.
C'est toujours des vrais tranches de vie et donc aussi plaisant à lire et regarder car tu a adopté un très bon équilibre entre le texte vivant et les photos qui l'illustrent à merveille.
J'ai également pas mal regarder ton blog, mais je n'ai pas encore tout regardé. C'est un chouette travail que l'on partage avec toi, c'est comme si on était un peu avec vous.
Titre: Re : [Japon 2018] 18 jours au Pays du Soleil Levant
Posté par: Yoshiii le 11 Juin 2020, 17:58:10
Alors tout le monde veut savoir c'était quoi ton voeu qui ne s'est pas réalisé ? Un retour à Fuji Q Highland ???  :P

Haha non, ça ça restera secret :p

C'était encore une chouette partie, finalement c'était un mal pour un bien ce problème de train.

C'est exactement ce qu'on s'était dit avec Liesbeth ! On ne l'a pas du tout regretté au final :)

J'ai également pas mal regarder ton blog, mais je n'ai pas encore tout regardé. C'est un chouette travail que l'on partage avec toi, c'est comme si on était un peu avec vous.

Merci beaucoup ! Je continuerai à le mettre à jour au fur et à mesure ;)

Et merci à tous pour vos commentaires, comme toujours ça fait vraiment plaisir :)
Titre: Re : [Japon 2018] 18 jours au Pays du Soleil Levant
Posté par: Yoshiii le 14 Juin 2020, 00:29:11
Chapitre 12 : Tokyo (jour 1)

Après avoir quitté Nara au petit matin, Liesbeth et moi avons repris un train pour rejoindre Tokyo en transitant par Kyoto. Nous étions tous deux fatigués et de mauvaise humeur, la fatigue commençant doucement à s'accumuler. Après quasiment 4 heures de trajet, nous avons enfin rejoint la capitale nippone.

Nous avions prévu de passer 3 jours complets sur Tokyo. Nous avions déjà passé 3 jours à Tokyo, mais en visitant Tokyo Disney Resort. Dès lors, nous n'avions encore rien vu de la capitale...

Arrivés à la gare principale de Tokyo (Tokyo Station), vers 13h, Liesbeth et moi avons décidé d'aller nous restaurer dans un établissement proposant des sushis, spécialité locale que nous n'avions pas encore goûtée ici. Mon guide Michelin m'avait conseillé un petit établissement situé au sein de la gare.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180241.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3815)
Notre petit restaurant à sushis

Nous n'avons quasiment pas du attendre pour entrer dans le petit restaurant à sushis. Pour rappel, il faut au Japon faire la file pour la plupart des restaurants, notamment pour ceux à faible capacité.

Une fois dans le restaurant tout en longueur, nous nous sommes installés sur des chaises hautes faisant face à un énorme comptoir. Ici, pas de tables, uniquement des chaises alignées côte à côte à hauteur du comptoir.

Nous avons alors reçu une tablette sur laquelle se trouvait une multitude de choix de sushis, avec à chaque fois le prix indiqué à côté. Liesbeth et moi avons donc utilisé cette tablette pour passer notre première commande. Sur une grande feuille végétale, nous avons alors reçu nos quelques sushis commandés, après qu'ils aient été préparés devant nos yeux par le cuisinier derrière le comptoir.

Nous avions choisi un peu de tout. Ça allait du très bon au très gluant. Après ce premier round, nous avons recommandé nos sushis préférés ainsi que d'autres plus expérimentaux. C'était très amusant et très facile avec la tablette.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180234.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3803)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180233.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3801)
Un peu gluant mais appétissant !

Au bout d'une demi-heure, nous avions assez mangé et avons alors réglé notre note qui s'élevait à environ 10 euro chacun. Nous nous sommes alors dirigés vers notre auberge de jeunesse, l'Hostel East57, qui allait nous accueillir pour les 2 dernières nuits que nous passerions sur le sol nippon.

Notre auberge de jeunesse était située à proximité de la rivière Sumida et du quartier Akihabara.

Le quartier Akihabara fut d'ailleurs notre première destination une fois nos valises posées à l'auberge de jeunesse. Il s'agit d'un quartier très animé et très coloré qui attire de nombreux touristes. On y retrouve de nombreux magasins de grande envergure, comme le Don Quijote, ou encore des arcades de jeu Sega si vous voulez vous essayer aux jeux vidéos locaux. Sans oublier les boutiques dédiées aux mangas, à l'électronique japonaise ou aux produits dérivés de célèbres animés. Le quartier est aussi le lieu où vous trouverez les Maid Cafés, ces bars où vous êtes servis par des jeunes filles déguisées (souvent des tenues très légères de domestiques).

Après avoir marché une vingtaine de minutes, nous sommes arrivés à Akihabara. Le quartier fourmillait de locaux et touristes allant de boutique en boutique. C'est à cet instant que nous nous sommes réellement rendus compte que nous étions dans la métropole la plus habitée au monde !

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180236.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3805)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180235.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3804)
Akihabara, le quartier High-tech de la ville

Notre première étape dans cet excentrique centre de l'électronique japonais fut un magasin très particulier : un sex shop étalé sur pas moins de 7 étages ! Un ami nous avait dit que ça valait le coup, que c'était très amusant à parcourir. Liesbeth et moi avons donc parcouru les 7 étages de cet étonnant magasin, proposant une ribambelle d'étranges articles reflétant la certaine déviance sexuelle des Japonais. Beaucoup de Hentai, d'objets divers, de costumes et j'en passe. Ça nous aura bien fait rire !

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180238.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3807)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180237.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3806)
7 étages de plaisir pour vous envoyer au 7ème ciel (ou pas...).

Après cet sex shop géant, Liesbeth et moi nous sommes aventurés dans le Don Quijote du quartier. Don Quijote est une chaîne japonaise de magasins à bas prix. On y trouve de tout, de la nourriture aux déguisements en passant par l'électroménager. Ici aussi, le magasin était très vaste et étalé sur plusieurs étages. Nous y avons bien passé une heure, à essayer des déguisements bien ridicules, à regarder d'un air dubitatif les friandises locales ou en essayant même de trouver la sortie du magasin ! Si vous voulez rapporter un souvenir bizarre japonais, je vous conseille grandement d'aller y faire un tour, c'est plein de brols pas chers et rigolos !

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201609.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3810)
Quand le ridicule ne tue pas, Final episode!

Liesbeth et moi sommes ensuite allés dans l'arcade Sega du quartier. Celle-ci, tout comme les deux enseignes visitées juste avant, s'étale sur plusieurs étages. Chaque niveau possède sa catégorie de jeux, avec un étage pour les jeux de rôle, une autre pour les jeux de danse et de musique, ou encore une dédiée aux jeux de courses.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201607.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3808)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201608.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3809)
Prêts pour un peu de Gaming?

Nous avions pas mal de monnaie japonaise et avions vraiment envie d'essayer quelques jeux vidéos. Notre choix s'est assez rapidement porté sur ces fameux jeux de danse sur piste. Après avoir payé pour une partie, j'ai pu effectuer une démo pour m'habituer au jeu, puis choisir un morceau. C'est un peu le même principe qu'un Just Dance mais sur une piste de danse interactive. Bon, autant le dire tout de suite, je n'ai pas été très brillant ! Mais c'était vraiment amusant. Liesbeth a ensuite essayé à son tour, avec un autre morceau et a trouvé ça très amusant également. A côté de nous se trouvaient de Japonais qui semblaient maîtriser le jeu à la perfection et qui devaient à notre avis passer énormément de temps dans ces arcades. C'était assez impressionnant à voir, il faut quand même l'avouer.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201610.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3813)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180239.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3811)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180240.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3812)
Liesbeth dans toute sa grâce et splendeur...

Nous avons ensuite encore déambulé dans Akihabara, à flâner devant les boutiques et les stands de nourritures proposant un peu de tout. Ensuite, nous sommes retournés près de l'arrêt de gare/métro d'Akihabara. Nous devions rejoindre un ami qui effectuait un échange de six mois à Tokyo. Nous avions prévu de passer un peu de temps ensemble, d'aller manger quelque part et puis de nous rendre ensemble au Tokyo Dome, un stade qui possède également son propre parc d'attractions, en plein coeur de la ville.

Liesbeth et moi avons mis pas mal de temps à rejoindre notre ami, Simon, avec qui la communication pour se donner un point de rendez-vous n'avait pas été chose aisée. En effet, la gare était tellement grande qu'il était difficile de s'y retrouver. Nous devions nous rejoindre devant le Mc Donald's de la gare mais celle-ci en comptait plusieurs ! Finalement, après une demi-heure de galère, nous avons fini par nous rejoindre.

C'était assez étrange de se retrouver comme ça, de l'autre côté de la planète. Nous avons alors été manger dans un petit restaurant de chaîne japonais (mais autre que Yoshinoya). C'était un peu moins bon que Yoshinoya mais pas immangeable non plus.

Enfin, après avoir mangé à notre aise, nous avons pris la direction du Tokyo Dome...

A bientôt pour la suite avec déjà le tout dernier parc d'attractions du séjour !

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201611.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3814)
Titre: [Japon 2018] 18 jours au Pays du Soleil Levant
Posté par: Dim7303 le 15 Juin 2020, 10:17:42
Haha je suis plié par vos déguisements ! On dirait les cousins japonais de Snorri  :D

Bon la première photo du sex shop est juste limite pour le forum. C'est toujours sympa de visiter ce genre de magasin à l'étranger on découvre toujours pas mal de choses sur les pratiques des locaux que l'on a pas spécialement chez nous ;D Du coup vous êtes ressorti les mains vides ?

On le vois sur pas mal de tes photos, le monde c'est hallucinant, a aucun moment vous ne vous êtes senti oppressé ?
Titre: Re : [Japon 2018] 18 jours au Pays du Soleil Levant
Posté par: Yoshiii le 15 Juin 2020, 10:29:52
Hahaha merci  :P

Oups oui c'est vrai pour la photo, je n'ai pas vraiment réfléchi. Je n'arrive plus à éditer mon message, n'hésite pas à l'enlever si tu la trouves inappropriée  ;) Et oui, on est repartis les mains vides ! Disons juste que ce qui était vendu était ma foi trèèèèès particulier haha.

Non, pas trop d'oppression au niveau de la foule ce jour-là, on s'y attendait honnêtement et ça fait partie de l'expérience tokyoïte  :P  Le lendemain, nous allions expérimenter bien pire niveau foule  ;D
Titre: Re : [Japon 2018] 18 jours au Pays du Soleil Levant
Posté par: Yoshiii le 18 Juin 2020, 11:14:26
Chapitre 13 : Tokyo Dome City

Après avoir retrouvé notre ami Simon et après avoir pris un repas dans un petit restaurant de chaîne japonais, nous sommes tous ensemble partis vers le Tokyo Dome, un grand stade de baseball couvert (le plus grand au monde) situé au coeur de la ville.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201635.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3855)
Le stade en question (désolé, toutes mes photos seront floues pour ce chapitre...)

Nous étions encore à Akihabara et avons du prendre l'un des métros bondés pour rejoindre le complexe. Complexe en effet car le Tokyo Dome est doté, en plus du stade, d'une zone commerciale, d'un spa, d'un hôtel et d'un parc d'attractions. Ce complexe prend le nom de Tokyo Dome City. L'objet de notre visite était bien évidemment le parc d'attractions.

Tokyo Dome City est un parc d'attractions qui fonctionne en pay-per-ride : cela signifie que les visiteurs paient par attraction et que l'entrée est gratuite. Une fois descendus de notre métro, nous sommes donc directement entrés dans la zone qui constituait le parc d'attractions sans aucun guichet ou contrôle à franchir.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180242.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3854)
Comme pour Fuji-Q-Highland, c'est Noël avant l'heure !

Notre objectif était clair : faire un tour de Thunder Dolphin, l'unique montagne russe du parc. Thunder Dolphin est un Hypercoaster Intamin, d'une hauteur de 80 mètres. Le parc était au préalable doté d'autres montagnes russes mais toutes ont récemment été ôtées du parc. Seul Thunder Dolphin subsiste.

L'autre attraction phare du parc est la grande roue : Big O - Ferris Wheel, la grande roue du parc à travers laquelle le parcours de Thunder Dolphin passe.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201636.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3856)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201639.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3859)
Les deux stars du parc

Les autres attractions encore présentes dans le parc sont plus insignifiantes : carrousels, tea cups, parachute drops, labyrinthes, etc... L'offre du parc a réellement été amenuisée ces dernières années.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201638.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3858)
La parachute drop tower. Ça vole pas bien haut ces attractions....

Une fois arrivés au parc, nous avons donc rapidement traversé celui-ci pour rejoindre Thunder Dolphin. Les allées du parc sont larges et celui-ci est construit sur plusieurs niveaux. Le tout a un air de centre commercial moderne. Nous avons visité le parc en début de soirée et les photos que nous avons prises sont toutes de mauvaise qualité mais vous avez une idée du look du parc quand même.

Thunder Dolphin est situé dans une section indoor appelée laQua. Il s'agit d'un complexe qui contient la gare d'embarquement du coaster, mais aussi un grand spa, un centre de fitness etc... Le complexe laQua se distingue du parc d'attractions mais Thunder Dolphin s'y trouve quand même.

Nous avons du nous acquitter de 10 euros pour un tour du coaster. Ce n'était pas donné mais l'attraction paraissait très intéressante du haut de ses 80 mètres.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201637.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3857)
Le but de notre visite !

Il y avait un peu de file devant nous pour faire l'attraction. Nous avons donc patienté peut-être 10 minutes, ce n'était donc vraiment pas long. Dans la file, Simon était un peu stressé. Il avait moins l'habitude que Liesbeth et moi-même de faire des attractions à sensations fortes et Thunder Dolphin culmine tout de même à 80 mètres de haut. Dans le noir, l'attraction est un peu moins impressionnante (on se rend moins compte de la hauteur) mais les 80 mètres sont bien là.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180243.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3860)
Attendre 10 minutes pour monter sur un dauphin, pas la mer à boire...

Après avoir patienté, nous sommes donc tous trois monté dans les trains similaires à ceux de Goliath ou Expedition G Force. Nous n'avons pas pu choisir notre place et nous nous sommes retrouvés dans le dernier tiers du train. Pas en last row mais ça allait pour nous quand même !

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201641.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3863)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201642.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3864)
C'est parti !

L'attraction débute donc par un long lift qui nous mène à 80 mètres de haut. De là, nous avions une belle vue sur le Tokyo Dome City mais aussi sur les environs de la ville de Tokyo. C'est quand même quelque chose de se retrouver sur un coaster entouré de buildings illuminés en pleine nuit. Une très chouette expérience, dont nous n'avions pas vraiment le temps de profiter car directement vient la drop principale de l'attraction. Cette drop est très bonne, dans la veine des drops des Hypercoasters Intamin. Les trains, avec leurs petites lap bars renforcent le sentiment d'insécurité, même si nous étions bien protégés. On adore !

Après cette first drop fort prometteuse, le parcours perd vite de son intérêt. Juste après la première descente, le train remonte pour prendre un virage et puis redescendre. Vient alors une petite bosse à Airtime sur le toit du complexe laQua. Petit airtime qui fait plaisir et qui sera l'un des seuls jusqu'aux freins de fin de parcours. En effet, le train va encore prendre un virage relevé (en passant à travers un trou circulaire dans un mur), puis remonter dans un autre virage qui cette fois-ci traverse la grande roue dont le centre est vide, une deuxième très petite bosse à airtime, un nouveau virage et alors une section très étrange : une sorte de slaloom du train, sur des petits des changements de direction mais sans aucune intensité. Le parcours s'achève alors avec un dernier virage plongeant qui mène vers les freins de fin de parcours.

Le bilan ? Une très bonne first drop mais beaucoup trop de virages et pas assez d'airtimes pour un Hypercoaster. Je présume que le fait que le coaster soit construit en partie sur le toit du complexe laQua a du apporter son lot de contraintes dans le layout. Mais bon, nous avons tout de même tous trois passés un bon moment sur ce nouveau crédit au compteur. Simon a été fortement impressionné par la première descente. Liesbeth rejoint également mon avis : très bonne first drop mais reste du parcours un peu plus fade. Quoique le fait de l'avoir fait de nuit a rehaussé l'expérience avec un Tokyo illuminé en fond de toile. Vraiment pas mal pour le coup !

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180244.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3862)
Approuvé pour sa first drop !

Après avoir fait notre tour de Thunder Dolphin, nous avons déjà quitté le parc. Les prix des attractions étaient assez élevés et à part peut-être la grande roue, rien d'autre ne nous intéressait vraiment. Nous avons pris congé de Simon qui devait rentrer sur son campus universitaire situé en périphérie de la ville, et Liesbeth et moi sommes retournés à notre auberge, bien fatigués de cette première journée dans la métropole de Tokyo.

Voilà, c'était notre dernière (brève) étape parc du séjour, les deux derniers chapitres seront dédiés à nos deux derniers jours à Tokyo  ;)

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201640.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3861)

A très bientôt pour la suite !
Titre: Re : [Japon 2018] 18 jours au Pays du Soleil Levant
Posté par: Yoshiii le 30 Juin 2020, 15:44:34
Chapitre 14 : Tokyo (jour 2)

Après une bonne nuit de sommeil dans notre auberge à Tokyo, Liesbeth et moi nous sommes levés de bonne heure pour cette deuxième journée dans la capitale nippone. Nous avions un programme assez chargé avec au programme la visite d'un marché, le quartier des sumos (avec un restaurant et un match de prévus !) ainsi que les quartiers Asakusa et Shibuya.

Notre première étape de la journée fut le marché aux poissons Tsukiji. Nous avons pris le métro et marché une dizaine de minutes pour rejoindre le quartier du marché.

Le marché aux poissons Tsukiji est considéré comme l'un des plus grands marchés aux poissons au monde. Les Japonais y arrivent extrêmement tôt pour acheter les plus beaux et gros poissons vendus avec un système d'enchères. Il est situé dans un quartier un peu plus brouillon, moins propre et un peu excentré du centre ville. Nous avons eu du mal à trouver le marché qui est en partie couvert. Dans les ruelles autour de la zone couverte se trouvent déjà de nombreuses échoppes qui vendent toutes sortes de poissons et fruits de mer. C'est très bondé et très bruyant. Liesbeth et moi n'avons pas vraiment apprécié, c'était assez oppressant et pas très propre non plus de manière générale...

Un peu plus loin, nous sommes tombés sur des échoppes souvenirs où nous avons acheté des baguettes, le souvenir numéro 1 au Japon avec les éventails. Liesbeth recherchait également une cuillère à ramens, plus difficile à trouver qu'on pourrait se l'imaginer...

Nous avons alors fait un petit arrêt devant un temple proche du quartier du marché Tsukiji avant de nous balader le long de la rivière Sumida. Les alentours ne sont pas très beaux et accessibles. C'est vraiment le coin qui nous a le moins plu de Tokyo.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201652.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3885)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201651.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3884)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180245.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3883)
Pas le côté le plus sexy de Tokyo...

Après cette petite déception, nous nous sommes alors rendus dans le quartier des sumos, Ryogoku. Il faut savoir que nous voyagions en plein mois de septembre, et qu'il s'agit d'une des trois saisons annuelles de combats de sumo. Généralement, ces tournois ont lieu en janvier, mai et septembre à Tokyo. Il y en a aussi à d'autres périodes de l'année dans d'autres villes dont Nagoya et Osaka. Les tickets sont très difficiles à obtenir et il vaut mieux les acheter plusieurs mois à l'avance, au lancement de la billetterie en ligne.

Liesbeth et moi avions fait le nécessaire et avions acheté un pass pour la journée pour assister au tournoi de septembre de Ryogoku. Nous avions acheté nos tickets fin juillet, à l'ouverture de la billetterie en ligne pour environs 35 euros chacun. Nous avions pris les places les moins chères, en hauteur dans l'arène. Au plus vous vous rapprochez du cercle de combat (le "ring"), au plus les places seront chères. Mention pour les box familiales aux tarifs fort prohibitifs. Si vous y allez juste pour regarder quelques matchs, pas besoin d'être hyper proches, de loin on les voit déjà bien ! Et vous aurez l'ambiance de l'arène peu importe où vous êtes assis !

Nous avons du récupérer nos tickets en montrant notre réservation internet à un kiosque à Ryogoku entre 10h et 15h et nous avions à partir de 10h accès aux combats qui s'étalaient sur toute la journée. Nous avons donc en fin de matinée récupéré nos tickets et avons au passage croisé des sumos se rendant à l'arène. De véritables stars adulées par les Japonais. Des enfants allaient même demander des autographes, c'était assez mignon à voir.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201653.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3888)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180259.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3913)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180246.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3886)
Précieux sésame en poche et célébrités en vue !

Entre-temps, Liesbeth et moi voulions expérimenter un restaurant particulier servant des repas de sumo ! Le restaurant en question est situé à proximité de l'arène de Ryogoku. Il y en a plusieurs dans le quartier, servant des Chanko Nabe, des plats typiques que mangent au quotidien les sumos.

Notre choix s'est porté sur le restaurant Hananomai Ryogoku. Ce restaurant propose des menus en anglais également et attire pas mal de touristes. Nous y avons vu pas mal de groupes de touristes issus de visites organisées s'y arrêter. Pas le restaurant le plus typique, mais qui offre de très bons Chanko Nabe et dont le cadre est agréable, avec notamment une reconstitution de ring de sumo. Le repas était très bon et très copieux, avec des viandes crues à cuire dans un bouillon.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180247.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3887)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180249.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3890)
Ce repas s'est révélé être un véritable combat !

Après avoir réussi à vider nos plats, Liesbeth et moi nous sommes alors rendus à l'arène pour assister aux fameux combats de sumo. Le tournoi, étalé sur plus d'une semaine, se faisait en plusieurs phases éliminatoires. Nous allions assister à l'une de ces phases qui avait déjà commencé en matinée.

Après avoir validé nos billets, nous sommes entrés dans cette grande arène et avons pris place dans les gradins, dans les places les plus hautes. Nous avons également reçu chacun un programme des combats prévus la journée. Au centre de l'arène se trouvait le fameux ring. Les gens vont et viennent au cours des combats donc vous pouvez arriver quand vous voulez, les match sont quasiment constants au cours de la journée.

Nous avons pris place sur nos sièges et avons alors commencé à regarder les combats de sumos. Le principe est simple : un contre un, si l'un des combattants sort du ring ou tombe au sol, il perd. Avant le début de chaque combat, les sumos effectuent un rite en se mettant en position accroupie, sur les bords du ring, jettent du riz, poussent des cris, se saluent. C'est un rituel assez long et qui parfois doit être repris s'il est mal effectué. Un arbitre, qui ressemble plus à un maître de cérémonie d'un temple, observe les matchs et les ries qui les précèdent.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180250.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3891)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180248.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3889)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180252.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3893)
Les sumos en plein rite

Les combats sont brefs et violents. Il est impressionnant de voir des sportifs aussi volumineux s'affronter à bras nus et à tenter de faire tomber ou sortir du cercle leur adversaire. Les sumos sont au final très forts et musclés sous leurs allures de gros bonshommes et leur force semble impressionnante. Ce n'est pas nécessairement le plus gros qui gagne, Liesbeth et moi l'avons assez rapidement constaté. Certains combats durent à peine quelques secondes, le plus long que nous avons vu a dépassé la minute. Mais malgré la rapidité des combats, ceux-ci ne s'enchaînent pas si rapidement que ça, notamment à cause des nombreux rites entre chaque combat qui durent plus de 5 minutes à chaque fois. Sans compter les éventuels faux départs etc...

Mais ce qui nous a le plus plu au final, même si nous aimions beaucoup les combats, ce sont les Japonais dans la salle ! Certains étaient hystériques, hurlant le nom de leur sumo préféré ! C'était assez amusant et cela tranchait avec le côté parfois fort réservé des Japonais dans la vie de tous les jours. Vraiment un très chouette moment, à ne pas manquer !

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201654.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3894)
Deux touristes, clairement pas aussi acharnés que les Japonais autour de nous !

Nous sommes restés un peu plus de deux heures, le temps d'observer toute une manche éliminatoire avec une vingtaine de combats planifiés. Puis après un rite intermédiaire réunissant les combattants de la prochaine manche portant un costume traditionnel, nous avons quitté l'arène. Nous avions l'opportunité de revenir dans la journée (une seule fois), en demandant un tampon à la sortie du stade. Mais j'avais égaré mon ticket et j'étais donc dans l'incapacité de recevoir mon tampon. Nous n'avions pas forcément prévu de revenir donc ce n'était pas très grave mais nous voulions être prévoyants au cas où l'envie nous venait de revenir en soirée...

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180251.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3892)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201655.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3897)
Liesbeth qui est tombée sous le charme de ces grands costauds !

Liesbeth et moi nous sommes alors dirigés à pied vers le quartier Asakusa. En chemin, en longeant la rivière Sumida à nouveau, nous avons pu observer le Tokyo SkyTree et d'autres buildings particuliers. De ce côté de la rivière Sumida, la promenade, en fin d'après-midi était très agréable.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180254.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3896)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180253.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3895)
On en parle de cette statue de gros caca doré volant ?

Après avoir bien marché, nous sommes arrivés au quartier bondé d'Asakusa. C'est l'un des lieux les plus touristiques de Tokyo, avec une longue allée bordée d'échoppes touristiques vendant snacks et souvenirs, et au bout le temple Senso-ji et ses lanternes géants.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201656.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3899)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201657.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3901)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201658.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3902)
Encore pire que Disneyland Paris le jour de Noël !

C'est peut-être le temple que nous avons le moins apprécié tellement il était bondé. Très loin des charmes des temples de Nikko ou Nara. Néanmoins, ce n'est pas pour autant que nous avons passé un mauvais moment. Nous étions plongés dans la foule typique que l'on attend rencontrer en partant en voyage à Tokyo. Senso-ji est à voir, mais si c'est le seul temple que vous visitez si vous restez sur Tokyo pour un séjour au Japon, c'est assez dommage car pas du tout représentatif de la spiritualité du pays.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180256.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3900)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180255.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3898)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201666.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3912)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201659.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3903)
Attention Liesbeth, je pense qu'il y a quelque chose au-dessus de toi...

A proximité de Senso-ji, nous nous sommes baladés dans de petits jardins et sommes tombés sur un petit parc d'attractions citadin, 浅草花やしき. Je n'ai pas le nom en anglais de ce minuscule parc à thème entouré de hautes murailles. Nous voulions y faire un tour par curiosité mais celui-ci allait fermer et l'entrée n'était plus accessible.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201663.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3908)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201662.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3906)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201660.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3904)
Celui dont-on-ne-sait-prononcer-le-Nom

A côté de là, nous nous sommes achetés une autre spécialité que l'on trouve un peu partout : la glace au Black Sesame. Elle est aussi répandue que la glace au thé matcha. Sa couleur ciment est assez particulière et nous intriguait. Au final c'est très bon et en effet ça goûte le sésame, tout en étant légèrement sucré.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201661.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3905)
Après la glace à l'herbe, la glace au ciment !

Après avoir dégusté notre glace, nous avons quitté Asakusa qui au final nous a bien plu malgré le monde et avons pris la direction de Shibuya.

Shibuya est la Times Square tokyoïte. On y trouve notamment le plus grand carrefour au monde, avec d'imposants passages pour piétons. Le débit de piétons y est affolant. Tout autour, des enseignes lumineuses qui brillent de mille feux et de nombreux magasins internationaux.

Shibuya ne nous a pas tellement impressionnés. Dans le genre illuminations nocturnes nous avons préféré le Dontobori d'Osaka. Shibuya n'a pas vraiment de charme. Là où Times Square m'avait enchanté, Shibuya m'a laissé de marbre. C'était limite trop occidentalisé pour un quartier japonais. Là où cela fait sens aux Etats-Unis, avec cette représentation nocturne du capitalisme américain, à Tokyo c'est moins authentique. Je ne dis pas que ça ne vaut pas la peine, mais Liesbeth et moi n'étions pas vraiment sous le charme.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180257.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3907)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180258.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3910)
Times Square version nippone

Nous avons acheté dans un 7-Eleven, à défaut de trouver un petit endroit où manger dans le quartier (quand je vous disait que ça n'était pas très typique), des snacks qui n'étaient vraiment pas bons. Heureusement, nous avions bien mangé à midi !

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201664.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3909)
Ça, c'était notre tête juste avant de manger ces trucs entièrement. Si naïfs...

Shibuya fut notre dernière étape de la journée. C'est exténués que nous sommes rentrés dans notre auberge de jeunesse près d'Akihabara. Le lendemain, nous allions déjà passer notre dernière journée au Pays du Soleil Levant...

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201665.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3911)
Titre: [Japon 2018] 18 jours au Pays du Soleil Levant
Posté par: Dim7303 le 01 Juillet 2020, 10:58:50
Encore de bien belles photos !  :P

Je te vois toujours en tongs, tu arrives à tenir toute la journée en marchant autant avec des tongs ?

En tout cas c'est vraiment top d'avoir assisté à des combats de Sumo.
Trop triste de voir la fin bientôt arriver ...  :'(
Titre: Re : [Japon 2018] 18 jours au Pays du Soleil Levant
Posté par: Yoshiii le 01 Juillet 2020, 20:42:47
Encore de bien belles photos !  :P

Je te vois toujours en tongs, tu arrives à tenir toute la journée en marchant autant avec des tongs ?

En tout cas c'est vraiment top d'avoir assisté à des combats de Sumo.
Trop triste de voir la fin bientôt arriver ...  :'(

J'aime beaucoup porter des tongs, surtout en visitant des parcs d'attractions (comme ça, après des attractions aquatiques, on n'a pas les pieds mouillés toute la journée haha). Du coup je m'y sens très à l'aise, limite même plus que dans des chaussures  :P
Titre: Re : [Japon 2018] 18 jours au Pays du Soleil Levant
Posté par: Yoshiii le 01 Août 2020, 21:08:54
Chapitre 15 : Tokyo (jour 3)

En ce dernier matin, Liesbeth et moi nous sommes réveillés légèrement nostalgiques. En effet, cette journée serait la dernière passée sur le sol nippon : le soir même, nous allions déjà repartir pour la Belgique.

Il nous restait encore pas mal d'activités à faire et lieux à découvrir à Tokyo. Nous avons donc fait notre sélection pour cette dernière journée, tout en sachant que nous ne parviendrions pas à tout faire.

Après avoir fait notre check-out à notre auberge et laissé nos bagages sur place, nous avons pris la direction d'un des plus grands parcs de la ville : le parc Ueno. Dans ce parc se trouvent des temples, un large étang, un zoo et de nombreux musées (dont le Musée National de la ville). Il est accessible en métro et possède son propre arrêt (Ueno Station).

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180260.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3929)
Le dernier parc (sans attractions) du séjour...

Véritable poumon vert au coeur de la ville, le parc Ueno est très diversifié. Liesbeth et moi n'avons arpenté qu'une partie de celui-ci. Nous nous sommes surtout concentrés sur les petits temples.

Nous nous sommes d'abord arrêtés au niveau de l'étang Shinobazu, qui possède en son centre un petit temple. L'étang n'était pas vraiment visible : il était envahi de nénuphars ! L'ensemble ressemblait plus à une grande étendue de végétation qu'à un plan d'eau !

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180261.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3930)
Oui, oui, c'est bien un étang !

Au centre, le temple Bentendo est dédié à à la déesse de Benten. Ce petit autel est sans prétention mais sa position sur l'étang est assez atypique.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180262.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3931)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201676.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3934)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180278.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3963)
L'occasion pour Liesbeth d'obtenir sa dernière calligraphie !

Nous avons ensuite été voir un petit sanctuaire vraiment mignon, le sanctuaire Gojoten.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201677.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3935)
Gojoten et ses statues de petits animaux

Un peu plus loin, nous sommes arrivés sur une longue allée typique bordée de lanternes qui nous a menés au sanctuaire Ueno Toshogu, datant de 1616. Le temple principal est doté d'imposantes portes dorées. Il y avait pas mal de touristes à cet endroit, dont de nombreux groupes francophones qui pullulent dans la capitale nippone. Le Japon semble être une destination très prisée par les Français, à échelle touristique c'est la nationalité principale que nous avons croisée.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180264.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3933)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201679.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3937)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180263.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3932)
Merci aux touristes français pour la photo !

Nous avons pu encore observer une pagode non loin de là, avant de décider de quitter le parc Ueno. D'un point de vue végétation et jardins, le parc n'est pas le plus beau que nous avons visité. Les aménagements paysagers ne sont pas forcément le point phare du parc. C'est plutôt sa diversité d'activités qui en fait une étape intéressante lors d'un city-trip à Tokyo.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201678.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3936)
Et encore une pagode !

Liesbeth et moi sommes alors partis découvrir un autre parc, le parc du palais impérial (appelé communément Kôkyo). Le parc est décomposé en deux jardins publics : les jardins de l'est et le jardin national extérieur.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180265.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3938)
L'un des jardins impériaux

Au départ, Liesbeth et moi nous sommes par erreur baladés dans les mauvais jardins. Ceux-ci étaient sobres mais bien aménagés, avec de vastes étendues de gazon. Mais avant d'arriver dans ces jardins, nous sommes passés par des murailles bordant un cours d'eau (enfin, ce qui semblait l'être) infesté de petites mouchettes qui nous ont littéralement attaquées. Elles nous ont mordu de partout. Impossible d'y échapper, nous avons du traverser la zone et nous nous sommes fait piqués de partout. Idem une fois dans les jardins, nous ne nous sommes pas posés très longtemps sur le gazon car les mouchettes n'étaient jamais très loin...

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180267.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3940)
Oui, ça c'est encore un point d'eau et c'est surtout un nid à mouchettes !

Nous avons donc fait demi-tour pour rejoindre les jardins du Kôkyo. Le palais impérial est lui-même très peu visible. On aperçoit à peine un coin de la bâtisse. C'est assez décevant. Et encore une fois, pas mal de mouchettes dans les environs. En définitive, je déconseille le palais impérial, c'est un peu une perte de temps vu ce qui est visible et ça peut être vite désagréable si les insectes que nous avons du affronter sont présents.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180266.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3939)
Vous le voyez le palais ? Non ? Mais si, le petit coin de mur qui dépasse là !

Liesbeth et moi nous sommes alors arrêtés dans un petit restaurant de ramens dans la gare de Tokyo qui est assez proche du Kôkyo et de ses jardins. Avec la chaleur, je n'avais pas très faim. Je me suis contenté d'un soda tandis que Liesbeth commanda ses derniers ramens du séjour.

Après cette petite pause, nous avons pris la direction d'un quartier que nous n'avions pas encore visité, l'arrondissement de Minato. L'objectif était d'aller visiter la Tokyo Tower, l'équivalente japonaise de la Tour Eiffel.

La Tokyo Tower est inspirée de la Tour Eiffel et a été inaugurée en 1958. Il s'agit initialement d'une antenne de télévision pour couvrir la ville de Tokyo. De couleur blanche et orange, la tour est assez étonnante à observer.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201682.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3943)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201680.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3941)
Quand la Tour Eiffel fusionne avec un cône de signalisation...

Liesbeth n'était pas très intéressée par la Tokyo Tower et a donc décidé d'aller voir autre chose en attendant. C'est donc seul que je me suis acquitté de 35€ afin d'acheter un ticket me permettant de me rendre dans la tour sur le pont d'observation principal, situé à 145 mètres au-dessus du sol.

Après avoir emprunté un ascenseur, je suis donc arrivé dans l'observatoire principal, sur deux niveaux, qui permet d'avoir une vue d'ensemble sur Tokyo (enfin, surtout sur l'arrondissement de Minato). La vue est impressionnante mais pas forcément des plus jolies : beaucoup de gros bâtiments gris pas très beaux.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201685.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3946)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201681.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3942)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201684.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3945)
Mouais, c'est moins glamour que la Seine tout ça...

Sur l'étage inférieur de l'observatoire principal se trouve un sol de verre (assez petit), qui permet de voir le sol à 145 mètres d'altitude.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201690.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3962)
Voilà, ça c'est mes pieds...

Enfin, après un petit tour de l'observatoire, retour au rez-de-chaussée où se trouve une petite exposition sur la Tokyo Tower. Il y a également possibilité de visiter l'observatoire supérieur, appelé observatoire spécial, situé à 250 mètres du sol. Pour y accéder, il faut opter pour un billet environ 20€ plus cher que le billet standard.

Pendant ce temps, Liesbeth a été se promener dans le parc Shiba, où l'on trouve deux temples assez jolis : le temple Zôjôji et le Shiba Toshogu. Le long des allées de ce petit parc (avec la Tokyo Tower en fond), il y a de nombreuses statuettes de pierres habillées de tissus colorés. Il s'agit d'un hommage aux enfants morts.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180269.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3949)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180271.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3951)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180272.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3952)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180270.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3950)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180275.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3955)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180273.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3953)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180268.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3947)
Avec un peu de couleurs quand même parce que sinon, des enfants morts c'est pas drôle...

Après avoir chacun fait nos visites respectives, nous nous sommes retrouvés afin de se rendre au sanctuaire Hie. Nous nous y sommes rendus à pied depuis le parc Shiba.

Le sanctuaire Hie allait être le dernier sanctuaire que nous allions visiter du séjour. Il s'agit d'un sanctuaire Shinto dédié au dieu du Mont Hie (d'où le nom du sanctuaire complet Hie-jinja).

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180274.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3954)
Le dernier sanctuaire du séjour

Le sanctuaire est doté de jolis escaliers surplombés de nombreux toriis. C'est assez joli à voir, même si ça n'est pas comparables aux centaines de toriis de Kyoto. A cet endroit, nous avons malheureusement encore du faire face aux mouchettes croisées plus tôt au parc impérial.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/img_2021.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3957)
Je suis resté en place une demi-seconde pour la photo, ce qui m'a coûté un demi-litre de sang probablement...

Nous avons alors repris la direction de notre auberge de jeunesse, l'après-midi commençant doucement à s'achever. Nous avions en effet notre avion à prendre en soirée et nous devions encore récupérer nos bagages. Néanmoins, nous avions encore pas mal de pièces japonaises dans les poches et un peu de temps libre devant nous.

C'est sans trop d'hésitations que nous nous sommes rendus à Akihabara pour y dépenser nos derniers yens dans l'une des arcades Sega !

Initialement, nous voulions rejouer sur les tapis de danse mais tous étaient déjà pris. A défaut, j'ai joué à une partie de Mario Kart (que j'ai lamentablement perdue) et ensuite Liesbeth et moi nous sommes essayés à un jeu de tambours. Nous avons opté pour le morceau musical "Come on Baby, America!" qui semblait être le tube japonais du moment (nous l'avions entendu à plusieurs reprises au cours du séjour). Ce fut très amusant et une excellente façon de dépenser nos derniers yens !

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201687.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3958)
"Come on Baby, Americaaaa", où comment subir la musique japonaise !

Nous avions toutefois encore de quoi nous prendre un petit snack avant de quitter définitivement Tokyo. J'ai pour ma part pris de simples crêpes, pas du tout typique mais j'en avais fortement envie, allez savoir pourquoi. Liesbeth quant à elle s'est montrée plus aventurière et a opté pour un snack local : des takoyakis, des boulettes qui de prime à bord avaient l'air très appétissantes, mais qui au final étaient fourrées de petits poulpes ! On pouvait admirer les jolis tentacules et les petites ventouses de ces invertébrés dont les Japonais raffolent. Ce qui n'était pas le cas de Liesbeth, et je la comprend ! Elle a quand même mangé le gros de ses takoyakis, non sans quelques remontées d'estomacs. Bravo à elle pour cet exploit !

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180276.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3956)
(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/20180277.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3959)
Plutôt crêpes ou boulettes de poulpes ?

Nous avons alors du affronter une énorme pluie torrentielle sur notre trajet vers l'auberge de jeunesse. Après avoir récupéré nos bagages, nous avons replongé dans cette pluie intense afin de rejoindre en transports en commun l'aéroport de Tokyo Haneda, l'un des grands aéroports de la ville (l'autre étant Tokyo Narita).

Après s'être trompés de station (il fallait bien encore une petite galère pour clôturer ce voyage), nous sommes arrivés trempés à l'aéroport où nous attendait notre vol de nuit pour rejoindre Paris.

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201689.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3961)
Oui parce que si on ne se mange pas un déluge ou loupe notre station ce n'est pas drôle !

Pour résumer nos trois jours à Tokyo, disons que ceux-ci ont été intenses et que nous avons fait ce qui nous tentait le plus. Mais Tokyo n'aura pas été le point fort du séjour. Liesbeth et moi avons beaucoup plus apprécié Kyoto, Nikko et Nara à la capitale nippone. Je ne peux que conseiller à quiconque désire voyager au Japon de de quitter Tokyo et d'éviter de ne faire qu'un seul gros trip concentré sur la capitale. Ce n'est pas du tout représentatif du Japon dans sa globalité. C'est une expérience unique, la ville est gigantesque et fourmille de partout. Mais ce qui nous a surtout séduit au Japon, ce sont les sanctuaires spirituels perdus en pleine forêt, les paysages bucoliques, les petites ruelles marchandes où il fait bon se promener etc...

Tokyo a néanmoins ses points forts : nous avons beaucoup aimé Akihabara et ses arcades, le Ryogoku et ses combats de sumo, la foule d'Asakusa ou encore le parc Ueno, sans oublier Tokyo Disneyland, bien évidemment ! C'est une véritable mégapole, un véritable tissu urbain tentaculaire, mais aussi un énorme terrain de jeu où l'on ne s'ennuie pas une seule seconde !

Le Trip Report arrive bientôt à sa fin. Je posterai encore un chapitre de conclusion assez rapidement  ;)

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201688.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3960)
Titre: [Japon 2018] 18 jours au Pays du Soleil Levant
Posté par: Dim7303 le 11 Août 2020, 16:08:34
En effet, un dernier jour bien chargé !
Bravo à Liesbeth pour avoir mangé les boulettes car je pense que j'aurais tout recraché direct  :D
Titre: Re : [Japon 2018] 18 jours au Pays du Soleil Levant
Posté par: Yoshiii le 21 Août 2020, 00:02:29
Chapitre 16 : Conclusion

Et voilà, c'est ici que s'achève donc notre trip au Pays du Soleil Levant ! Pour terminer, voici un petit récapitulatif de nos ressentis généraux et de nos coups de coeur :

Les parcs
1 – Tokyo DisneySea
2 – Universal Studios Japan
3 – Tokyo Disneyland
4 – Fuji-Q-Highland
5 – Tokyo Dome

Les coasters
1 – Do-do-donpa
2 – Eejanaika
3 – Hollywood Dream: The Ride

Les water rides
1 – Jurassic park: The Ride
2 - Splash Mountain
3 – Jaws

Les dark rides
1 – Journey to the Center of the Earth
2 – Indiana Jones and The Temple of the Crystal Skull
3 – Toy Story Mania!

Les spectacles et animations
1 – Fantasmic!
2 – Dreaming up!
3 – Waterworld

Les villes
1 – Kyoto
2 – Nara
3 – Tokyo

Les activités payantes

1 - Temple Todaji (Nara)
2 - Combats de sumo
3 - Arcades Sega d'Akihabara

Les restaurants

1 - Hotou Fudo (Kawaguchiko)
2 - Hananomai Ryogoky (Tokyo)
3 - Ramen Alley (Kyoto)

Dans l'ensemble, nous  avons vraiment vécu un voyage extraordinaire ! Le Japon fut un réel coup de coeur pour Liesbeth et moi. Nous avons été surpris par le choc culturel, que ce soit au niveau des coutumes, de la bienséance, de la nourriture, du rythme de vie au quotidien etc... C'était une expérience très enrichissante. La différence entre le traditionnel et le moderne et la façon dont les deux s'allient est également fascinant. On peut passer d'un temple spirituel à une artère de magasins ultra high-tech en 5 minutes de marche ! C'était vraiment dingue. De plus, les Japonais ne maîtrisent pas du tout l'anglais et les caractères des panneaux en japonais renforcent cette immersion et ce décalage par rapport à nos sociétés occidentales.

Nous avons beaucoup aimé les villes visitées, avec un gros coup de coeur pour Kyoto où nous aurions voulu rester un ou deux jours de plus. Au contraire, nous n'avons pas beaucoup apprécié Osaka. Tokyo avait ses pour et ses contres, tandis que Nara, bien que très petite, est une ville où le temps semble s'être arrêté et où la nature et les traditions japonaises vivent en harmonie.

Niveau nature, Nikko et le Mont Fuji ont leur lot de paysages époustouflants à vous offrir. C'est aussi ça le Japon : l'énormes villes tentaculaires, mais des coins de nature vraiment magnifiques.

Le voyage aura été fatiguant et ponctué de pas mal de mésaventures comme vous avez pu le lire : typhons, tempête au sommet du Mont Fuji, trains annulés, changements de plans de dernière minute et j'en passe ! Mais c'est ce qui a aussi fait la magie du voyage, et au final ça ne sont que de bons souvenirs aujourd'hui.

Niveau parcs d'attractions, nous avons eu notre lot de surprises. Incroyable Tokyo DisneySea mais un modèle Disney très japonais et dès lors moins Disney tout court que les resorts américains. Fuji-Q-Highland où la visite s'est bien déroulée et surtout un seul mot pour la résumer : Do-do-donpa, mon nouveau coaster préféré, une expérience à couper le souffle ! Sans oublier le très bon Universal Studios Japan qui nous a agréablement surpris. J'aurais bien voulu rajouter un parc ou deux au voyage, mais le Japon regorge tellement de choses à voir qu'il aurait été dommage de devoir sacrifier des jours de visite pour plus de parcs d'attractions. Ce sera donc une bonne excuse pour y retourner un jour (le plus tôt possible j'espère, Liesbeth et moi bavons encore rien que de penser à Do-do-donpa !).

C'est donc ici que ce Trip Report s'achève. Si vous avez la moindre question, n'hésitez pas, et merci à tous ceux qui m'ont lu :) Et surtout à ceux qui m'auront lu jusqu'au bout et qui ont aussi commenté mes posts. Avoir des réactions est très motivant et j'étais dubitatif à l'idée d'écrire un Trip Report sur ce voyage au Japon (l'air de rien ça prend du temps - Merci le Covid-19 pour le coup !), mais je suis bien content de l'avoir fait au final et j'espère que cela vous aura plu :)

Si vous voulez relire le Trip Report au complet, n'hésitez pas à jeter un coup d'oeil à mon blog également : www.lepasseportdantho.com (une visite sur mon blog de l'un ou l'autre d'entre vous ça me fait toujours plaisir ;) ).

J'ai d'autres Trip Reports à vous partager très bientôt : un sur ma visite de Walibi Holland cet été et l'autre plus conséquent sur mon Roadtrip français !

(https://i34.servimg.com/u/f34/14/80/89/12/p_201691.jpg) (https://servimg.com/view/14808912/3964)

A très bientôt  ;)
Titre: Re : [Japon 2018] 18 jours au Pays du Soleil Levant
Posté par: bartoshaq le 25 Août 2020, 10:52:39
Merci Yoshi pour ton TR que j'ai lu jusqu'au bout, tes voyages sont toujours passionnant c'est donc avec plaisir que je lirais le prochain
Titre: Re : [Japon 2018] 18 jours au Pays du Soleil Levant
Posté par: tartazan le 09 Octobre 2020, 13:23:16
Je viens de finir la lecture de vos aventures après une longue pause estivale, c'est toujours un plaisir de te lire et voir toutes ces belles photos qui agrémentent la lecture (belles et pas longues à charger, ça aussi je t'en remercie, j'ai pas la fibre moi! au fin fond de ma campagne  :D Coucou! Romain!  :P Je dis ça avec tendresse  ;) )
Titre: [Japon 2018] 18 jours au Pays du Soleil Levant
Posté par: Romain Fanatix le 09 Octobre 2020, 20:06:06
et voir toutes ces belles photos qui agrémentent la lecture (belles et pas longues à charger, ça aussi je t'en remercie, j'ai pas la fibre moi! au fin fond de ma campagne  :D Coucou! Romain!  :P Je dis ça avec tendresse  ;) )

(https://media.tenor.com/images/558a43de8ec119dd079a1b16869d078f/tenor.gif)
Titre: Re : [Japon 2018] 18 jours au Pays du Soleil Levant
Posté par: Yoshiii le 11 Octobre 2020, 15:28:16
Merci Yoshi pour ton TR que j'ai lu jusqu'au bout, tes voyages sont toujours passionnant c'est donc avec plaisir que je lirais le prochain

Je viens de finir la lecture de vos aventures après une longue pause estivale, c'est toujours un plaisir de te lire et voir toutes ces belles photos qui agrémentent la lecture (belles et pas longues à charger, ça aussi je t'en remercie, j'ai pas la fibre moi! au fin fond de ma campagne  :D Coucou! Romain!  :P Je dis ça avec tendresse  ;) )

Merci à tous les deux, vos commentaires me font vraiment plaisir ;) !
Titre: Re : [Japon 2018] 18 jours au Pays du Soleil Levant
Posté par: tartazan le 12 Octobre 2020, 18:02:45
et voir toutes ces belles photos qui agrémentent la lecture (belles et pas longues à charger, ça aussi je t'en remercie, j'ai pas la fibre moi! au fin fond de ma campagne  :D Coucou! Romain!  :P Je dis ça avec tendresse  ;) )

(https://media.tenor.com/images/558a43de8ec119dd079a1b16869d078f/tenor.gif)

Hé oui, c'est bien toi qui est visé  :) mais c'est pas grave, tu fais un super boulot tout comme DIM, CLRUN, MARIO et tous les autres EP fans.
Désolé si j'en oublie.

Merci à tous les contributeurs récurrents ou occasionnels

VIVE LE FORUM!!!!!!!  :D
Titre: Re : [Japon 2018] 18 jours au Pays du Soleil Levant
Posté par: Clrun4 le 12 Octobre 2020, 19:41:54
Merci à vous qui faites vivre le forum surtout !

Et merci à Yoshii de nous faire rêver comme ça !

Perso, mon prochain trip n'est pas vraiment pour tout de suite, et il intégrera beaucoup plus de kiddie !